Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306010
Code sériel : 17803
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 640
Format : 108 x 177 mm

La Femme mystifiée

Yvette ROUDY (Traducteur)
Date de parution : 05/03/2020
Dans cet essai passionnant, fruit d’innombrables entretiens et d’une longue et minutieuse enquête, la journaliste féministe Betty Friedan met des mots sur l’indicible malaise féminin : loin de la plénitude de la femme au foyer célébrée par l’American Way of Life, la femme noie ses frustrations, intellectuelles, culturelles, sexuelles, dans... Dans cet essai passionnant, fruit d’innombrables entretiens et d’une longue et minutieuse enquête, la journaliste féministe Betty Friedan met des mots sur l’indicible malaise féminin : loin de la plénitude de la femme au foyer célébrée par l’American Way of Life, la femme noie ses frustrations, intellectuelles, culturelles, sexuelles, dans l’alcool et les psychotropes, réduite au rôle de procréatrice silencieuse par un système patriarcal sournoisement oppressant, coupable d’être malheureuse dans une société qui prétend tout faire pour la combler.
Plus de cinquante ans plus tard, la voix de Betty Friedan résonne toujours. Une lecture essentielle pour mesurer le chemin parcouru et comprendre les enjeux de notre époque. Le combat n’est pas terminé !

Préfacé et traduit de l’anglais (États-Unis) par Yvette Roudy


« Ce livre n'a pas pris une ride. »
Laure Adler, France Inter, L’heure bleue


Texte intégral


 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306010
Code sériel : 17803
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 640
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Ce livre n’a pas pris une ride. » France Inter
France Inter

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Stelphique Posté le 10 Novembre 2020
    Ce que j’ai ressenti: Mystifier: Tromper, berner (quelqu’un de naïf) généralement pour s’amuser à ses dépens. Abuser (une personne ou une collectivité) en déformant ou en embellissant la réalité. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’ignorer le désespoir de tant de femmes…Une telle souffrance ne peut plus être niée, même si c’est devenu « le problème qui n’a pas de nom », ce malaise féminin doit pouvoir s’écrire, être reconnu et disparaître…Betty Friedan a mené une enquête révolutionnaire, et écrit un essai féministe percutant, il y a plus de cinquante ans aux États-Unis. Il est une référence et a connu un énorme succès dès sa parution. Lire ce livre de 600 pages, c’est comprendre le sentiment de vide de milliers de femmes, pouvoir mettre des mots sur un mal-être oppressant qui les détruit lentement, et considerer que le bonheur n’est peut être pas dans le foyer, là où on nous a « vendu » qu’il était…La Femme mystifiée, ou comment mettre la lumière sur les stratégies de la société pour brider les ambitions féminines…À force d’entretiens, d’études et de références fortes, elle nous démontre que le combat contre le patriarcat et les inégalités hommes-femmes est loin d’être terminé, et qu’il n’en tient qu’à... Ce que j’ai ressenti: Mystifier: Tromper, berner (quelqu’un de naïf) généralement pour s’amuser à ses dépens. Abuser (une personne ou une collectivité) en déformant ou en embellissant la réalité. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’ignorer le désespoir de tant de femmes…Une telle souffrance ne peut plus être niée, même si c’est devenu « le problème qui n’a pas de nom », ce malaise féminin doit pouvoir s’écrire, être reconnu et disparaître…Betty Friedan a mené une enquête révolutionnaire, et écrit un essai féministe percutant, il y a plus de cinquante ans aux États-Unis. Il est une référence et a connu un énorme succès dès sa parution. Lire ce livre de 600 pages, c’est comprendre le sentiment de vide de milliers de femmes, pouvoir mettre des mots sur un mal-être oppressant qui les détruit lentement, et considerer que le bonheur n’est peut être pas dans le foyer, là où on nous a « vendu » qu’il était…La Femme mystifiée, ou comment mettre la lumière sur les stratégies de la société pour brider les ambitions féminines…À force d’entretiens, d’études et de références fortes, elle nous démontre que le combat contre le patriarcat et les inégalités hommes-femmes est loin d’être terminé, et qu’il n’en tient qu’à nous de relever d’autres défis en faveur des droits de la femme. « Il n’est que temps de comprendre que l’état de ménagère à lui seul crée chez la femme un sentiment de vide, de non-existence, de néant. » Ce livre est un choc et un furieux plaidoyer! J’ai été bluffée par la force des propos et des idées défendues. Il y a quelque chose de foncièrement actuel et d’urgent dans cet essai, et il serait temps que les femmes prennent conscience de leurs valeurs et de leurs capacités pour un avenir plus radieux, pour chacune d’entre nous. Après avoir lu ce livre passionnant, j’aurai envie de murmurer à l’oreille de chacune des femmes de la terre: ayez courage de vos rêves et de vos ambitions, trouvez votre place dans le monde, résistez. J’aimerai que la mystique de la femme ne fasse plus autant de dégâts, que le néant dans nos intérieurs s’en aille, que l’éducation revienne au centre de nos vies. Je vous recommande vivement cette lecture! C’était enrichissant. « Il semble que personne et elle encore moins que les autres ne se rende bien compte de ce qu’elle est en train de devenir sous l’effet de cette curieuse métamorphose qui mue une poétesse en mégère. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • audreylectures Posté le 19 Octobre 2020
    Un essai féministe aussi glaçant que passionnant, une riche découverte. Publié en 1963 aux Etats-Unis, La Femme mystifiée met en lumière le recul des droits des femmes au sortir de la Seconde Guerre mondiale au sein de la première puissance mondiale. Un recul trop méconnu en France, un pan de l'histoire récente pourtant capital pour notre compréhension du patriarcat et de ses conséquences dramatiques sur la société. Alors qu'une première vague de féministes s'était levée pour l'obtention de droits nouveaux et l'égalité des sexes à la fin du XIXe siècle, permettant aux femmes l'accès à l'emploi et aux études supérieures, la fin de la guerre de 39 a poussé presque toutes les américaines à redevenir ménagères (jusqu'aux années 60). La journaliste Betty Friedan, après d'innombrables entretiens avec des spécialistes (sociologues, psychologues, journalistes, publicistes, ...) et une enquête approfondie, illustre, témoignages et exemples à l'appui, la manipulation dont ont été victimes les femmes et leur douloureuse prise de conscience. Le lecteur découvre alors la grande perversité de la stratégie de rabaissement de la femme mise en place, n'ayant souvent comme motivation que la sécurité du statut co et/ou le profit financier. Les interviews de femmes sont poignantes, témoignant d'un mal-être, d'une perte de sens et de... Un essai féministe aussi glaçant que passionnant, une riche découverte. Publié en 1963 aux Etats-Unis, La Femme mystifiée met en lumière le recul des droits des femmes au sortir de la Seconde Guerre mondiale au sein de la première puissance mondiale. Un recul trop méconnu en France, un pan de l'histoire récente pourtant capital pour notre compréhension du patriarcat et de ses conséquences dramatiques sur la société. Alors qu'une première vague de féministes s'était levée pour l'obtention de droits nouveaux et l'égalité des sexes à la fin du XIXe siècle, permettant aux femmes l'accès à l'emploi et aux études supérieures, la fin de la guerre de 39 a poussé presque toutes les américaines à redevenir ménagères (jusqu'aux années 60). La journaliste Betty Friedan, après d'innombrables entretiens avec des spécialistes (sociologues, psychologues, journalistes, publicistes, ...) et une enquête approfondie, illustre, témoignages et exemples à l'appui, la manipulation dont ont été victimes les femmes et leur douloureuse prise de conscience. Le lecteur découvre alors la grande perversité de la stratégie de rabaissement de la femme mise en place, n'ayant souvent comme motivation que la sécurité du statut co et/ou le profit financier. Les interviews de femmes sont poignantes, témoignant d'un mal-être, d'une perte de sens et de l'ennui ressenti par chacune dans son rôle de simple femme au foyer. Les femmes ont été poussé à sacrifier leur possibilités, leur personnalité, leur humanité. Et ce livre montre bien à quel prix. Un ouvrage incontournable, engagé et toujours d'actualité. Une incitation à l'engagement et à l'instruction, un livre de développement humain.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Chronicroqueuse Posté le 15 Mai 2019
    J’avais déjà entendu parler de ce livre à plusieurs reprises, je connaissais de nom mais n’avais jamais été chercher plus loin, quand j’ai eu la possibilité de le découvrir, je n’ai pas hésité, c’est une lecture vraiment intéressante et informative pour laquelle je remercie chaleureusement les éditions Belfond ainsi que Netgalley. Ce livre est considéré comme un classique de la littérature féministe, c’est un texte fondateur aux Etats-Unis; dans cet essai, l’auteure nous parle de la condition de la femme américaine dans les années soixante. Elle explique qu’avec la guerre, les femmes avaient avancé dans l’égalité et l’indépendance mais dans les années soixante, elles semblent amorcer un mouvement de recul, de retour vers une position inférieure. Ce texte est extrêmement bien documenté (extraits de magazines, témoignages de femmes, de sociologues, psychanalyse…) peut être même trop parfois car les extraits de magazines et témoignages cités par l’auteure, bien qu’importants et intéressants, apportent aussi quelques longueurs je trouve. L’auteure se livre à une analyse méthodique de la condition de la femme, elle explique ce qui a pu mener à cette condition: dans les années soixante aux USA, les femmes aspirent au mariage et la vie de famille. Pourtant, ces femmes font des études, elles... J’avais déjà entendu parler de ce livre à plusieurs reprises, je connaissais de nom mais n’avais jamais été chercher plus loin, quand j’ai eu la possibilité de le découvrir, je n’ai pas hésité, c’est une lecture vraiment intéressante et informative pour laquelle je remercie chaleureusement les éditions Belfond ainsi que Netgalley. Ce livre est considéré comme un classique de la littérature féministe, c’est un texte fondateur aux Etats-Unis; dans cet essai, l’auteure nous parle de la condition de la femme américaine dans les années soixante. Elle explique qu’avec la guerre, les femmes avaient avancé dans l’égalité et l’indépendance mais dans les années soixante, elles semblent amorcer un mouvement de recul, de retour vers une position inférieure. Ce texte est extrêmement bien documenté (extraits de magazines, témoignages de femmes, de sociologues, psychanalyse…) peut être même trop parfois car les extraits de magazines et témoignages cités par l’auteure, bien qu’importants et intéressants, apportent aussi quelques longueurs je trouve. L’auteure se livre à une analyse méthodique de la condition de la femme, elle explique ce qui a pu mener à cette condition: dans les années soixante aux USA, les femmes aspirent au mariage et la vie de famille. Pourtant, ces femmes font des études, elles vont à l’université, mais l’auteure constate que lorsque l’on leur demande ce qu’elles veulent faire des connaissances acquises, le malaise s’installe, elles doivent être éduquée mais l’éducation ne sert qu’à trouver un mari. Ce malaise ne disparait pas une fois la question de l’avenir écarté, lorsqu’elles ont ce qu’elles désiraient, la parfaite vie de famille auprès d’un gentil mari, elles constateront qu’un sentiment de vide s’est installé. Ce sentiment, ce syndrome propre aux femmes au foyer et cette insatisfaction vont être constatés dans les témoignages et analysés par Betty Friedan. C’est donc un essai fondateur, percutant et extrêmement documenté, il est long mais ce comprends très bien. J’ai vraiment aimé découvrir ce texte, c’est une très bonne lecture qui m’a appris des choses et fait réfléchir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cathulu Posté le 6 Avril 2019
    Voilà longtemps que j'avais envie de lire ce classique de la littérature féministe, ce pavé de 560 pages, extrêmement documenté, nourri de témoignages variés, qui analyse avec méthode  la manière dont les femmes, après la Seconde Guerre Mondiale, aux États-Unis (mais, on a envie d'ajouter, pas que dans ce pays), ont été plus ou moins insidieusement incitées à abréger leurs études pour ne plus croire qu'aux valeurs familiales. Se marier jeune, faire des enfants, et seconder leur époux, tel était l'unique horizon que la culture patriarcale, via les magazines féminins, mais aussi les sociologues, psychanalystes et autres spécialistes parfois autoproclamés, réservaient aux femmes, faisant fi de leur intelligence . Évidemment, cette situation ne pouvait générer que des frustrations, se manifestant par un mal être diffus. Paru pour la première fois en France en 1964 et traduit par celle qui allait devenir ministre, Yvette Roudy, La femme mystifiée permet d'évaluer le chemin parcouru mais aussi, tout ce qui reste encore à faire pour dégager la femme des stéréotypes dans laquelle on veut toujours l’enfermer.
  • CharlotteL Posté le 19 Novembre 2014
    Un texte fondateur du féminisme. A lire absolument
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !