Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262087784
Code sériel : TEMP
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

La guerre de Sécession

Collection : Tempus
Date de parution : 20/08/2020
Le récit et l'analyse magistrale de la première guerre moderne, par le plus grand historien de la guerre de notre temps.
La guerre de Sécession (1861-1865), la plus coûteuse en vies humaines et en pertes matérielles de toute l’histoire des États-Unis, marqua le passage de l’ère napoléonienne du combat à la « guerre totale ». Pour raconter ce conflit sans précédent, il fallait un historien d’envergure internationale. Dans la lignée de ses synthèses... La guerre de Sécession (1861-1865), la plus coûteuse en vies humaines et en pertes matérielles de toute l’histoire des États-Unis, marqua le passage de l’ère napoléonienne du combat à la « guerre totale ». Pour raconter ce conflit sans précédent, il fallait un historien d’envergure internationale. Dans la lignée de ses synthèses renommées sur les deux guerres mondiales, John Keegan retrace les grandes batailles (Bull Run, Gettysburg) et le duel des généraux (Lee contre Grant) tout en donnant une large part aux enjeux stratégiques, à l’analyse psychologique et à certains aspects trop souvent négligés comme l’approvisionnement, la géographie militaire ou le rôle des Noirs dans le conflit. Ce grand livre, déjà considéré comme un classique, permet ainsi de comprendre comment la déchirure de deux peuples fonda une nation.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262087784
Code sériel : TEMP
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lehibook Posté le 26 Mai 2019
    Un livre très intéressant sur ce conflit qui est ,avec la guerre de Crimée ,l’une des premières guerres modernes mais surtout le véritable creuset de l’identité américaine avec les guerres indiennes . Ce bain de sang fratricide après l’extermination des autochtones marquera la suite de la politique militaire des Etats Unis mais également sa culture jusqu’encore à nos jours.
  • fklevesque Posté le 21 Novembre 2016
    Ouvrage remarquable et très bien écrit. Le style de l'auteur transporte le lecteur à travers un récit limpide et prenant qui transcende les à priori et rend bien la complexité de ces quatre années de combats fratricide au terrible bilan humain. Cet ouvrage appelle au plus grand respect des protagonistes. Un très bon moment de lecture !
  • lechristophe Posté le 21 Octobre 2015
    Bon livre de vulgarisation sur cette guerre civile américaine un peu méconnue en France qu'est la guerre de Sécession. Elle s'est déroulée entre 1861 et 1865, et a opposé les états du Nord (l'Union) industriels et richement peuplés aux états du Sud (la Confédération) plus pauvres dont la principale ressource économique était la culture du coton ramassé par les esclaves noirs. Ces états du Sud ont fait sécession après l'élection présidentielle d'Abraham Lincoln dont le programme abolitionniste menaçait leur structure et leur mode de vie. John Keegan retrace bien évidemment tout le déroulé de la guerre et ses événements déclencheurs, mais il aborde également différents thèmes particuliers aux États-Unis à cette époque. Il évoque ainsi les généraux, tous formés à West Point, incapables, couards, irascibles pour la grande majorité et dont émergeront les meilleurs qui passeront à la postérité comme Grant, Lee ou Sherman. Autres sujets : la différence culturelle et démographique entre le nord et le sud du pays, la géographie très variée de ce vaste pays très peu et mal cartographié qui a énormément handicapé les armées, le blocus des ports sudistes par la flotte nordiste et la réponse des confédérés (construction de cuirassés, d'un sous-marin et recours à... Bon livre de vulgarisation sur cette guerre civile américaine un peu méconnue en France qu'est la guerre de Sécession. Elle s'est déroulée entre 1861 et 1865, et a opposé les états du Nord (l'Union) industriels et richement peuplés aux états du Sud (la Confédération) plus pauvres dont la principale ressource économique était la culture du coton ramassé par les esclaves noirs. Ces états du Sud ont fait sécession après l'élection présidentielle d'Abraham Lincoln dont le programme abolitionniste menaçait leur structure et leur mode de vie. John Keegan retrace bien évidemment tout le déroulé de la guerre et ses événements déclencheurs, mais il aborde également différents thèmes particuliers aux États-Unis à cette époque. Il évoque ainsi les généraux, tous formés à West Point, incapables, couards, irascibles pour la grande majorité et dont émergeront les meilleurs qui passeront à la postérité comme Grant, Lee ou Sherman. Autres sujets : la différence culturelle et démographique entre le nord et le sud du pays, la géographie très variée de ce vaste pays très peu et mal cartographié qui a énormément handicapé les armées, le blocus des ports sudistes par la flotte nordiste et la réponse des confédérés (construction de cuirassés, d'un sous-marin et recours à la piraterie) ou encore l’enrôlement des noirs dans l'armée nordiste et les doutes qu'ils suscitent sur leurs aptitudes au combat... En résumé, un livre passionnant qui se lit facilement, très bien traduit, qui donne envie d'en savoir plus sur ce conflit et de se documenter. Malheureusement, comme souvent, il comporte peu de cartes et les seules présentes sont en noir blanc et très confuses. Il donne envie de se replonger dans la série de bande dessinée "Les Tuniques bleues" !
    Lire la suite
    En lire moins
  • DanR Posté le 14 Juillet 2015
    Une approche par thématique, (l'économie, les généraux, la culture, la démographie, etc... ) originale qui permet de bien cerner tous les aspects de cette tragédie historique qui m'a toujours fasciné par son ampleur et par son empreinte sur l'histoire moderne des États-Unis.
  • Walktapus Posté le 11 Octobre 2013
    Si ce bouquin avait été écrit par quelqu'un d'autre j'aurais sans doute été plus indulgent. Ou bien c'est le contraste avec l'exceptionnelle somme de McPherson que j'ai lue juste avant ? Je suis déçu. On a beau un être spécialiste brillant de l'histoire militaire depuis quarante ans, peut-on vraiment écrire entre autres des histoires de la première guerre mondiale, de la seconde et de la guerre de sécession en restant pointu et pertinent partout ? (Oui je sais, en France on a notre Max Gallo national génie surhumain spécialiste de tout., mais il ne jouent pas dans la même cour). Ou alors c'est l'âge ? Pour être honnête, c'est un livre excellent pour découvrir la guerre de sécession, très bon surtout pour les aspects techniques et humains, son approche thématique, et pour saisir les caractéristiques stratégiques du conflit. Beaucoup moins bon pour comprendre les campagnes au niveau opérationnel ou tactique, en raison notamment d'un manque cruel de cartes. Et survolant de trop haut les enjeux politiques, pourtant essentiels dans ce conflit. Et quand Keegan divague un peu, regrette le manque d'élégance des soldats - parce qu'ils n'ont pas adopté l'uniforme élégant des britanniques (sic) - ou le nom pas assez guerrier des montures... Si ce bouquin avait été écrit par quelqu'un d'autre j'aurais sans doute été plus indulgent. Ou bien c'est le contraste avec l'exceptionnelle somme de McPherson que j'ai lue juste avant ? Je suis déçu. On a beau un être spécialiste brillant de l'histoire militaire depuis quarante ans, peut-on vraiment écrire entre autres des histoires de la première guerre mondiale, de la seconde et de la guerre de sécession en restant pointu et pertinent partout ? (Oui je sais, en France on a notre Max Gallo national génie surhumain spécialiste de tout., mais il ne jouent pas dans la même cour). Ou alors c'est l'âge ? Pour être honnête, c'est un livre excellent pour découvrir la guerre de sécession, très bon surtout pour les aspects techniques et humains, son approche thématique, et pour saisir les caractéristiques stratégiques du conflit. Beaucoup moins bon pour comprendre les campagnes au niveau opérationnel ou tactique, en raison notamment d'un manque cruel de cartes. Et survolant de trop haut les enjeux politiques, pourtant essentiels dans ce conflit. Et quand Keegan divague un peu, regrette le manque d'élégance des soldats - parce qu'ils n'ont pas adopté l'uniforme élégant des britanniques (sic) - ou le nom pas assez guerrier des montures des généraux, ou vante la féminité des femmes du Sud (il a du tomber dans Autant en emporte le Vent quand il était petit... ou alors c'est un effet du mini short de Shériff fait moi peur) ou explique le non développement du Socialisme aux Etats-Unis, on lui pardonne quand même, comme on pardonne à un vieux grand père qu'on respecte.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…