Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266311946
Code sériel : 18058
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 656
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

La Nymphe endormie

Johan Frédérik HEL-GUEDJ (Traducteur)
Date de parution : 01/04/2021
Que cache La Nympe endormie, ce tableau magnifique, mais peint avec du sang?
Derrière la beauté bouleversante du tableau La Nymphe endormie se cache l’horreur : au lieu de peinture, l’artiste a utilisé du sang. Voilà ce qui lance la commissaire Teresa Battaglia sur la piste d’un meurtre commis soixante-dix ans plus tôt, dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Une... Derrière la beauté bouleversante du tableau La Nymphe endormie se cache l’horreur : au lieu de peinture, l’artiste a utilisé du sang. Voilà ce qui lance la commissaire Teresa Battaglia sur la piste d’un meurtre commis soixante-dix ans plus tôt, dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Une enquête ne comportant ni corps ni scène de crime, ni suspect ni témoin. Rien qu’une trace génétique que Teresa remonte jusqu’à une vallée isolée et mystérieuse du nord de l’Italie, le Val Resia, protégée depuis des siècles par un isolement presque absolu, et dont les habitants partagent des croyances étranges et ancestrales. Un mystère qui plonge au cœur des mémoires, d’autant plus épais quand celles-ci défaillent…
 
« Un cold case qui donne froid dans le dos. » Marie-Claire
 
« Ilaria Tuti n’a pas créé un personnage mais une vraie personne. Teresa Battaglia est plus qu’une héroïne de roman : c’est une lumière pleine d’ombre, qui prend place dans notre cœur. Inoubliable. » Corriere della Serra

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266311946
Code sériel : 18058
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 656
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Un « cold case » qui donne froid dans le dos.
Marie Claire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LACOMBETTE30 Posté le 18 Mai 2021
    Une héroïne très attachante dans ses forces et ses faiblesses, un héros fragile et solide a la fois et une intrigue complexe qui vous tient en haleine jusqu'à la fin. Et un lieu magique que l'on a envie de parcourir...enfin bref que du bonheur de lecture à consommer sans modération
  • YvonS Posté le 16 Mai 2021
    Fans d'Ilaria Tuti, foncez !!! Dans ce tome 2 (qu'on peut lire indépendamment du premier), il se confirme qu'Ilaria Tuti est une voix à part dans le monde du polar et qu'elle a bâti deux personnages formidables. La commissaire Térésa Battaglia et son adjoint Massimo Marini. Térésa est l'anti-héroïne par excellence : petite grosse diabétique de 60 ans qui se bourre de bonbons et atteinte d'un début d'Alzheimer, mais flic redoutable de courage, d'intelligence et d'efficacité. Et Massimo, jeune flic torturé par un passé inavouable.  Elle les précipite au milieu des flammes dans un prologue effrayant. Sacrifier un des deux personnages principaux ? Peut-être... Parce que ce prologue est intitulé "La fin". La fin de qui ? De quoi ? D'un cold case insoluble ? Parce qu'on vient de redécouvrir un tableau La Nymphe Endormie, portrait d'une sublime jeune femme daté de 1945 peint avec du sang. Est-elle la victime ? Quel est son nom ? Quand a-t-elle été tuée, par qui, où et pourquoi ? Térésa va devoir plonger dans le passé 70 ans en arrière pour le savoir, lutter contre ses crises de panique quand sa mémoire ne fonctionne plus, découvrir le Val Résia à la population isolée qui garde... Fans d'Ilaria Tuti, foncez !!! Dans ce tome 2 (qu'on peut lire indépendamment du premier), il se confirme qu'Ilaria Tuti est une voix à part dans le monde du polar et qu'elle a bâti deux personnages formidables. La commissaire Térésa Battaglia et son adjoint Massimo Marini. Térésa est l'anti-héroïne par excellence : petite grosse diabétique de 60 ans qui se bourre de bonbons et atteinte d'un début d'Alzheimer, mais flic redoutable de courage, d'intelligence et d'efficacité. Et Massimo, jeune flic torturé par un passé inavouable.  Elle les précipite au milieu des flammes dans un prologue effrayant. Sacrifier un des deux personnages principaux ? Peut-être... Parce que ce prologue est intitulé "La fin". La fin de qui ? De quoi ? D'un cold case insoluble ? Parce qu'on vient de redécouvrir un tableau La Nymphe Endormie, portrait d'une sublime jeune femme daté de 1945 peint avec du sang. Est-elle la victime ? Quel est son nom ? Quand a-t-elle été tuée, par qui, où et pourquoi ? Térésa va devoir plonger dans le passé 70 ans en arrière pour le savoir, lutter contre ses crises de panique quand sa mémoire ne fonctionne plus, découvrir le Val Résia à la population isolée qui garde des traditions millénaires  dans une nature magnifique et inquiétante et sauver de lui-même Massimo... Non, non, ne poussez pas de "oh, on a déjà vu ça"... Le talent d'Ilaria Tuti est avéré,  quelle écriture !  Quel talent pour décrire les paysages et l'ambiance qui s'en dégage, pour explorer les méandres de la mémoire, le combat de Marini contre son passé et un terrible traumatisme alors que la vie lui offre le plus beau des cadeaux. Vraiment une voix à part !  Qui est le Tikô Wariö ? Une hallucination ou un être humain de chair et de sang ? Vous ne le comprendrez que dans les dernières pages car c'est bien plus complexe qu'on ne le pense au départ. Qui a tué en 1945 ? Qui tue aujourd'hui ? La réponse est sidérante... La multitude de personnages dont l'ennemi mortel de Térésa qui n'a qu'un but la détruire, la foule de causes possibles venues du passé, la forêt, tout concourt à vous perdre dans le labyrinthe des mensonges, des vrais et des faux souvenirs. L'auteure explore les mythes anciens, les hallucinations et les crimes bien réels. La trame est complexe et....diablement.... bien fichue !  La fin est très émouvante parce qu'on s'est encore plus attaché aux deux héros et (tant pis je divulgâche 😉) qu'on est impatient de lire le 3e tome. Car si l'énigme est ici résolue, il s'en ouvre une autre à la fin.  Ne vous laissez pas effrayer par ce pavé de 653 pages, la prose d'Ilaria Tuti en vaut la peine !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Agape92 Posté le 10 Mai 2021
    Des les premières pages, ce livre m'a plu, l'histoire est originale et les personnages accrocheurs. Malheureusement, au fil des paragraphes, je me suis essoufflée, perdue, par trop de longueurs et par la finalité de la trame également. J'ai par contre apprécié de connaître la vallée du val Résia et ses légendes.
  • Selkis Posté le 12 Novembre 2020
    Mais qui est donc cette nymphe endormie ? et quel est le secret du peintre qui l’a immortalisée en peignant avec du sang ? J’ai retrouvé avec un plaisir infini la Commissaire Teresa Battaglia qui a toujours son épée de Damoclès au-dessus de la tête (sa maladie dont personne n’est au courant) et son second Massimo qui lui aussi tente de vivre avec son secret. Si le premier opus avait été un coup de cœur, celui-ci est encore plus Coup de cœur ! Il y a non seulement l’ambiance si particulière dans laquelle baigne le récit : entre magie et poésie . L’ode à la nature, à la vie, l’importance donnée aux racines (tant humaines que végétales), la place donnée à la magie et aux croyances, l’importance de la transmission, de la culture ancestrale, des mots. La place de la femme, en tant que femme, sœur, amour, prêtresse, guérisseuse, chamane, origine et transmission de la vie. Il y a aussi la place du passé, du souvenir, des liens avec des personnes lointaines ou disparues. Le sujet de la maternité, de la paternité, de la peur de la transmission, de l’attachement viscéral avec les personnes de notre sang ou que l’amour nous a fait ressentir comme... Mais qui est donc cette nymphe endormie ? et quel est le secret du peintre qui l’a immortalisée en peignant avec du sang ? J’ai retrouvé avec un plaisir infini la Commissaire Teresa Battaglia qui a toujours son épée de Damoclès au-dessus de la tête (sa maladie dont personne n’est au courant) et son second Massimo qui lui aussi tente de vivre avec son secret. Si le premier opus avait été un coup de cœur, celui-ci est encore plus Coup de cœur ! Il y a non seulement l’ambiance si particulière dans laquelle baigne le récit : entre magie et poésie . L’ode à la nature, à la vie, l’importance donnée aux racines (tant humaines que végétales), la place donnée à la magie et aux croyances, l’importance de la transmission, de la culture ancestrale, des mots. La place de la femme, en tant que femme, sœur, amour, prêtresse, guérisseuse, chamane, origine et transmission de la vie. Il y a aussi la place du passé, du souvenir, des liens avec des personnes lointaines ou disparues. Le sujet de la maternité, de la paternité, de la peur de la transmission, de l’attachement viscéral avec les personnes de notre sang ou que l’amour nous a fait ressentir comme telles. Il y a les personnages, tous plus attachants les uns que les autres, avec leurs secrets, leurs drames, leurs questionnements, leurs peurs… Des personnages qui a la fois doutent, sont forts et fragiles malgré leurs failles. Le personnage de Teresa est un personnage de femme qui marque .Femme et mère alors qu’elle n’a pas d’enfant, authentique, femme forte qui ne veut pas se laisser abattre par l’adversité mais, une fois la porte refermée, se dévoile seule et démunie devant le futur qui la guette et le passé qui s’estompe. Et en même temps point d’ancrage et mère pour les personnes qui l’entourent et qu’elle prend sous son aile pour les délivrer de leurs peurs et les pousser à se révéler. Enfin il y a l’intrigue et l’enquête qui est passionnante. Il y a aussi le contexte instructif du roman : événements politiques et historiques qui se sont déroulés dans le Val Resia, les informations sur la technique de la HRD (Human Remains Detection) Et quelle merveilleuse idée de finir sur l’« Hymne à Isis »!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lucrese1 Posté le 28 Juillet 2020
    J'ai de nouveau été submergée par la beauté de ce deuxième opus de Ilaria Tuti, on en redemande! A quand la troisième (et dernière) partie de la trilogie Teresa Battaglia? Elle me manque déjà! J'ai lu beaucoup de critiques de lecteurs qui avaient préféré la première partie, le premier livre, "Sur le toit de l'enfer". Je peux comprendre que les adeptes de polars auront été déçu...En effet, et bien encre plus que dans "Sur le toit de l'enfer", l'auteure prend le temps de partager avec nous l'histoire d'une région, de la "Val Resia", de décrire des paysages, les coutumes de ses habitants, leur langue slave, la psychologie des personnages, celle des habitants du Val, de ce petit village Reschen/Resia (l'ancien village qui se nommait Graun, englouti dans le lac de Resia avec le clocher de l'église que l'on peut observer, dont on entendrait encore les cloches sonner certaines nuits...). Ce côté historique, forlkorique ( les violons qui ont un son de cornemuse, des anciennes coutumes) m'a fasciné!...Il n'y a pas d'autres termes, j'ai été fascinée par ces histoires, ce côté historique au point de me rendre à mainte reprises sur internet pour en savoir davantage ou pour admirer des photos... J'ai de nouveau été submergée par la beauté de ce deuxième opus de Ilaria Tuti, on en redemande! A quand la troisième (et dernière) partie de la trilogie Teresa Battaglia? Elle me manque déjà! J'ai lu beaucoup de critiques de lecteurs qui avaient préféré la première partie, le premier livre, "Sur le toit de l'enfer". Je peux comprendre que les adeptes de polars auront été déçu...En effet, et bien encre plus que dans "Sur le toit de l'enfer", l'auteure prend le temps de partager avec nous l'histoire d'une région, de la "Val Resia", de décrire des paysages, les coutumes de ses habitants, leur langue slave, la psychologie des personnages, celle des habitants du Val, de ce petit village Reschen/Resia (l'ancien village qui se nommait Graun, englouti dans le lac de Resia avec le clocher de l'église que l'on peut observer, dont on entendrait encore les cloches sonner certaines nuits...). Ce côté historique, forlkorique ( les violons qui ont un son de cornemuse, des anciennes coutumes) m'a fasciné!...Il n'y a pas d'autres termes, j'ai été fascinée par ces histoires, ce côté historique au point de me rendre à mainte reprises sur internet pour en savoir davantage ou pour admirer des photos de cette région que je ne connaissais pas! Dans ce livre, nous apprenons aussi à mieux connaîtreTeresa Battaglia, ses peurs, ce mal qui la ronge, ainsi que Massimo, son collègue et son protégé, qui lui aussi, a un lourd passé! On ne peut qu'être attendri(e) par ce duo! Mais il y a l'enquête, ne l'oublions pas, il s'agit d'un polar, après tout! Teresa Battaglia et son équipe reviennent pour une seconde enquête: on découvre qu’un tableau a été peint à partir de sang humain et l’enquête va mener l’équipe jusqu’en 1945, dans le Val Resia et ses montagnes, à la fin de la Seconde Guerre mondiale afin de découvrir à qui appartient le sang, qui a peint le tableau et qui est la jeune fille sur la peinture. Car la réalisation du tableau de La nymphe endormie va embarquer Teresa, Massimo et les nouvelles et anciennes têtes, dans le sombre passé de la Seconde Guerre mondiale et des gens qui l’ont peuplé. Du roman policier au fantastique en passant par la romance, l’époque est traitée dans tous les sens. L’Histoire qui entoure le tableau fait partie intégrante de l’intrigue et c’est franchement passionnant. Et puis surtout on ne parle que très peu de la guerre, c’est la période qui est utilisée, la situation, les circonstances. Les explications trouvent leurs sources ailleurs : chez les personnages, leur histoire et les secrets gardés durant des décennies. Alors, que dire de cette enquête ? Une enquête qui est une fois de plus orchestrée avec brio par Ilaria Tuti, j'ai passé quelques soirées ( quelques nuits!) à m'y intégrer. C'est une enquête parfaitement menée autant dans le présent que dans le passé, un doux mélange de suspense, de psychologie, de découvertes faites au bon moment, une enquête, une histoire qui déborde dans tous les sens avec des personnages pour qui j'ai ressenti tant de sympathie, d'empathie, qui déborde mais bien, un livre rempli d'humanité! Je connais peu d'auteurs qui ont réussi à se lancer dans des polars qui "débordent" autant et aussi bien! Je pense à la "trilogie du Minnesota" de Vidar Sundstol...Mais il s'agit d'un polar historique, je ne pense pas que la comparaison soit très bonne. Non, c'est une première, en tout cas pour moi! J'avais tellement aimé la première partie de cette trilogie, j'ai adoré la seconde et j'attends avec impatience la sortie de la troisième!
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.