Lisez! icon: Search engine
Le Sortilège de Stellata
Manuela Corigliano (traduit par)
Date de parution : 05/05/2022
Éditeurs :
Pocket

Le Sortilège de Stellata

Manuela Corigliano (traduit par)
Date de parution : 05/05/2022
Comment supporter le poids du destin familial sans renoncer à ses rêves ?
« Tout a commencé avec la Tsigane… » Un jour de l’an 1800, Giacomo Casadio croise les yeux noirs de la belle Viollca. Elle a lu le malheur dans ses... « Tout a commencé avec la Tsigane… » Un jour de l’an 1800, Giacomo Casadio croise les yeux noirs de la belle Viollca. Elle a lu le malheur dans ses mains, et l’amour dans ses bras… De leur union naîtra une lignée de descendants dont les rêves, trop souvent, mèneront... « Tout a commencé avec la Tsigane… » Un jour de l’an 1800, Giacomo Casadio croise les yeux noirs de la belle Viollca. Elle a lu le malheur dans ses mains, et l’amour dans ses bras… De leur union naîtra une lignée de descendants dont les rêves, trop souvent, mèneront à la tragédie.
Au village de Stellata, sur les bords du Pô, les générations se succèdent, endurant suicides, folies, passions effrénées, coups d’éclat et coups du sort… Deux siècles d’Histoire italienne passent, au cours desquels les Casadio, emportés par le fleuve du destin, jamais n’échappent au sortilège de leurs ancêtres…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266323406
Code sériel : 18567
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266323406
Code sériel : 18567
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Vous aimez l’Italie, la vie napolitaine d’Elena Ferrante, le terrible destin des immigrés de Luca Di Fulvio ? Le premier roman de la poétesse Daniela Raimondi est dans cette veine. Passionnant. »
Ouest France

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sileya 11/09/2023
    J'ai abandonné ce libre au 2/3. Il s'agit pourtant d'une histoire intéressante, d'une vue de l'intérieur de la vie en Italie sur 2 siècles. Et l'écriture est plaisante. Mais comme on passe d'une génération à l'autre assez rapidement, je n'ai pas eu le temps de m'attacher aux personnages. Et 2 siècles d'une famille ça fait beaucoup de personnages et de prénoms, j'ai finit par ne plus savoir qui était qui. J'ai aussi eu un peu l'impression que l'histoire ne commence jamais vraiment. Probablement parce qu'il n'y a pas une histoire mais des myriades de petits moments de vie. Bref, au bout d'un moment je me suis rendue compte que je lisais pour finir le livre et non par intérêt.
  • betty955 15/05/2023
    J’ai adoré suivre la famille Casadio à travers cette histoire qui nous plonge en plein cœur de l’Italie. Au fil des événements historiques, nous suivons cette famille qui subit, générations après générations, des morts tragiques et incomprises. Les personnages, tous très différents les uns des autres, se complètent à merveille, tous avec leurs envies et leurs rêves différents. Mais si c’était cela, la cause de tous leurs malheurs ? Les rêves…
  • Marjolit 12/02/2023
    Je suis tombée sur ce livre par hasard, en tombant amoureuse de la couverture. Et puis le petit bandeau de pocket qui parle de Di Fulvio, l’un de mes auteurs favoris. J’ai adoré chaque page de ce roman. Les histoires de famille, mêlées à l’amour, les deuils, le côté mystique.. On va rencontrer Giacomo, grand rêveur, et Viollca, femme libre d’origine tsigane qui a des dons de voyance, qui tomberont amoureux. Nous allons suivre cette famille durant deux siècles, qui va traverser l’histoire au gré des guerres, des crises politiques, des émancipations, des émigrations … Chacun de ces personnages est profondément touchant. L’écriture est fluide, simple, et nous fait nous projeter directement au cœur de cette histoire. Difficile d’en dire plus, je vous laisse le découvrir. C’est un vrai coup de cœur pour ce roman !
  • Tempsdelecture 01/10/2022
    Parmi l'une des sorties des Éditions Pocket, il y a ce roman au titre avec un petit côté ésotérique de l'auteure italienne Daniela Raimondi, que j'ai eu la chance de recevoir grâce à la maison d'édition et au site Lecteurs.com. Merci encore ! À mon sens, le titre français ne rend pas forcément honneur au roman, qui va bien au-delà qu'une simple histoire d'ensorcellement ou de magie. Je trouve le titre italien d'origine La casa sull'argine - mot à mot La maison sur la digue - un peu moins racoleur et plus en adéquation avec la nature de ce roman. C'est un roman-fleuve qui retrace pendant près de deux siècles les malheurs de la famille Casadio. L'auteure, Daniela Raimondi, est de nationalité italienne, elle y a vécu à Viggiù, cette petite commune de Lombardie près de la frontière suisse, où se déroule une partie de son roman. La casa sull'argine, le titre italien fait allusion au Po, le fleuve qui longe le petit village de Stellata, donc, qui constitue le titre français. Et dans les petits villages, ici italiens, il y a toujours cet esprit, ce folklore particulier, ces croyances en un Dieu catholique, mais aussi en un au-delà plus abstrait incarnées par cet esprit composé des superstitions de tout bord. Et si l'on rajoute la figure de la Tsigane, Viollca, qui prédit l'avenir évidemment, on aurait vite fait de l'imaginer en sorcière. Au-delà de ce portrait un peu caricatural, on retrouve toutes ces croyances ancestrales qui vont projeter les deux siècles à venir de générations du clan Casadio. Tout débute par le mariage du garçon, Giacomo, un être rêveur, mélancolique, ancré dans son propre monde, avec Viollca, cette femme appartenant à la communauté des tziganes sédentarisés au village. Une union inattendue et improbable, entre le feu de la brune et son appétit de vivre et le flegme du blond. Et voilà que Viollca a une vision d'un malheur à venir dans les générations futures : cette prédiction, ce mauvais œil, leur collera la peau à chacun, qui verra dans chaque accident de la vie, la réalisation des prédictions de leur aïeule extralucide. Comme je l'ai dit auparavant, je pense qu'avoir trop insisté sur le côté extralucide dans le titre a été une erreur : car si effectivement, en tout début de roman, la nature surnaturelle de Viollca est présentée, peu à peu le récit devient plus terre-à-terre, même de temps à autre, chacun et chacune se prend à évoquer la mémoire de Viollca. Si cette prédiction est le motif de départ du récit qui temporellement va s'étendre jusqu'aux années actuelles, la dissection de l'arbre généalogique de la famille s'attache à devenir une véritable épopée, ou les uns sont marqués par la neurasthénie et la mélancolie d'un Giacomo, les autres par la vivacité et l'hypersensibilité de sa flamboyante femme. L'auteure semble détresser une histoire gravée et scellée dans le marbre par avance par une malédiction originelle, celle de l'union de Giacomo et Viollca. Chaque génération voit éclater ses propres drames, vite oubliés dès que la prochaine entre dans la fleur de l'âge, remplacés par ceux occupés à construire leur vie. On s'attache vite à cette famille, à Stellata, au Po compagnon silencieux de ces aventures bicentenaires, qui ont tout vu, tout vécu, tout surmonté. Une famille somme toute banale, mais que le charme du récit l'auteure rend unique, le grand point fort de cette fresque familiale tiennent de mon point de vue à la richesse de construction des personnages, en particulier de ces femmes toutes différentes qui portent toutes le foyer sur leurs épaules, et surtout la mémoire de la famille, à commencer par Viollca. S'il y a bien un pouvoir qu'on peut leur reconnaître, c'est cette capacité à entrer en résilience, à construire et maintenir la cohésion du clan. Elle est peut-être là l'alchimie de Stellata, la capacité de cette lignée - directe ou indirecte - de femmes à maintenir cette énergie vitale qui permet de maintenir leur famille à flot. En parlant de cela, Le thème de l'eau est particulièrement important dans le récit de Daniela Raimondi, la présence du Pô est continuelle, aussi bien destructeur que rédempteur, il noie et il nourrit, et c'est peut-être cette incapacité à maîtriser la vie narrée par ce Po et ses aléas, qui se cachent derrière cette volonté à cacher derrière cette divination. C'est un roman qui se lit quasiment d'une traite : dès lors qu'on a commencé à s'intéresser à la famille Casadio, il devient impossible de s'en détacher. Et c'est à travers eux que l'on revit, que l'on apprend l'Histoire du XIXe et XXe siècle, sous le point de vue d'une famille d'Italie du Nord, les deux guerres mondiales, la dictature du Duce et surtout sur ces communismes italiens, qui ont peut-être moins marqué la mémoire, mais qui formèrent une résistance, peut-être passive, mais effective, ainsi que cette extrême-gauche des années soixante-dix. Voilà un titre qui en recèle bien plus qu'il ne l'annonce.Parmi l'une des sorties des Éditions Pocket, il y a ce roman au titre avec un petit côté ésotérique de l'auteure italienne Daniela Raimondi, que j'ai eu la chance de recevoir grâce à la maison d'édition et au site Lecteurs.com. Merci encore ! À mon sens, le titre français ne rend pas forcément honneur au roman, qui va bien au-delà qu'une simple histoire d'ensorcellement ou de magie. Je trouve le titre italien d'origine La casa sull'argine - mot à mot La maison sur la digue - un peu moins racoleur et plus en adéquation avec la nature de ce roman. C'est un roman-fleuve qui retrace pendant près de deux siècles les malheurs de la famille Casadio. L'auteure, Daniela Raimondi, est de nationalité italienne, elle y a vécu à Viggiù, cette petite commune de Lombardie près de la frontière suisse, où se déroule une partie de son roman. La casa sull'argine, le titre italien fait allusion au Po, le fleuve qui longe le petit village de Stellata, donc, qui constitue le titre français. Et dans les petits villages, ici italiens, il y a toujours cet esprit, ce folklore particulier, ces croyances en un Dieu catholique, mais aussi en un au-delà plus abstrait...
    Lire la suite
    En lire moins
  • CaroGalmard 21/07/2022
    Lectures d’été 2022 acte 3. Direction l’Italie avec cette belle saga familiale comme on les aime. Tout commence avec le mariage entre l’un des fils du village et une tzigane. Avec ses grandes jupes colorées, ses plumes de faisan dans les cheveux, elle voit dans les cartes, l’avenir de cette famille, entre rêves et tragédies. Ensuite le fil se déroule du 19e le siècle aux années 70. L’auteur s’attache à chaque génération, à ces rêveurs malheureux et nous conte leurs destins comme une voyante retournerait les cartes de son jeu de tarot. La prédiction ancienne plane sur tous, avec la question lancinante qui revient : est-ce vraiment la réalité qui suit la prédiction ou l’interprétation de la réalité que l’on fait correspondre à la prédiction ? Au lecteur de répondre. Il en découle en tout cas, cette très belle fresque familiale qui sent le soleil, le café, le linge qui sèche au grand air et l’huile d’olive. Qui mélange habilement les histoires personnelles et la grande Histoire. Où les affrontements entre Éros et Thanatos prouvent une fois encore leur efficacité pour captiver le lecteur. Alors, faut-il le lire ? Je recommande notamment à ceux qui ont aimé notamment Sous le soleil des Scorta de Laurent Gaudé. Lectures d’été 2022 acte 3. Direction l’Italie avec cette belle saga familiale comme on les aime. Tout commence avec le mariage entre l’un des fils du village et une tzigane. Avec ses grandes jupes colorées, ses plumes de faisan dans les cheveux, elle voit dans les cartes, l’avenir de cette famille, entre rêves et tragédies. Ensuite le fil se déroule du 19e le siècle aux années 70. L’auteur s’attache à chaque génération, à ces rêveurs malheureux et nous conte leurs destins comme une voyante retournerait les cartes de son jeu de tarot. La prédiction ancienne plane sur tous, avec la question lancinante qui revient : est-ce vraiment la réalité qui suit la prédiction ou l’interprétation de la réalité que l’on fait correspondre à la prédiction ? Au lecteur de répondre. Il en découle en tout cas, cette très belle fresque familiale qui sent le soleil, le café, le linge qui sèche au grand air et l’huile d’olive. Qui mélange habilement les histoires personnelles et la grande Histoire. Où les affrontements entre Éros et Thanatos prouvent une fois encore leur efficacité pour captiver le lecteur. Alors, faut-il le lire ? Je recommande notamment à ceux qui ont aimé notamment Sous le...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Noël : les petits formats incontournables à offrir

    Il reste une petite place dans la hotte du Père Noël ? Ça tombe bien, nous avons des petits formats pour la remplir. De la douceur d'un roman feel-good aux frissons d'une dystopie, trouvez le roman qui complétera votre liste de Noël. 

    Lire l'article
  • Sélection
    Pocket

    Sous quel signe allez-vous passer Noël avec Pocket ?

    Des familles et leurs secrets. Un grand pâtissier new-yorkais ou une jeune esclave de la Mésopotamie antique. Des grands-parents punk, un policier sibérien, la mafia japonaise ou Simone Veil. Avec qui… et sous quel signe allez-vous passer Noël ?

    Littérature générale, thrillers et polars, romans de l'imaginaire, feel-good ou récits : voici 24 livres à dévorer entre la bûche et les chocolats !

    Lire l'article