RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Vivant

            Pocket
            EAN : 9782266268578
            Code sériel : 7217
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Le Vivant

            Raphaëlle PACHE (Traducteur), Stéphane DESA (Direction de collection)
            Date de parution : 12/01/2017
            La posthumanité a réalisé l'utopie, une société parfaite de très précisément trois milliards d'individus éternels, connectés entre eux et au Vivant, l'entité qui les englobe et veille sur eux.
            Ce monde qui ne connaît pas la mort et se veut le meilleur possible ne peut tolérer ni altération ni addition. Pourtant...
            La posthumanité a réalisé l'utopie, une société parfaite de très précisément trois milliards d'individus éternels, connectés entre eux et au Vivant, l'entité qui les englobe et veille sur eux.
            Ce monde qui ne connaît pas la mort et se veut le meilleur possible ne peut tolérer ni altération ni addition. Pourtant naît Zéro, un humain sans code, le trois milliards et unième individu, absent des banques de données. Une anomalie dans un système réputé infaillible. Mais puisque Zéro vit, il faut bien l'intégrer. Sera-t-il rejeté, comme un greffon impossible ? Ou agira-t-il comme un virus, contaminant tout le corps, à son insu ?

            « Un ouvrage qui fait réfléchir, dans la lignée d'un 1984 ou d'un Fahrenheit 451, à lire au moins une fois dans sa vie. » Encore un chapitre

            « Anna Starobinets est de retour dans une anticipation... encore plus démente ! » Jérémy Bernède – Midi Libre

            Ce roman a reçu le prix Utopiales européen
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266268578
            Code sériel : 7217
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm

            Ils en parlent

            « Un ouvrage qui fait réfléchir, dans la lignée d’un 1984 ou d’un Fahrenheit 451, à lire au moins une fois dans sa vie. » Encore un chapitre
             
            « Anna Starobinets est de retour avec une anticipation… encore plus démente ! » Jérémy Bernède – Midi Libre
             
            « Elle incite le lecteur à jouir de la réalité concrète tant qu’elle existe encore, notamment en profitant d’un bon livre lorsqu’on a la chance d’en dénicher un. Et Le Vivant fait indéniablement par­tie de cette catégorie. » lelitteraire.com
             
            « Une lecture qui vous happe doucement et vous entraîne dans ses plus sombres méandres. Ce n’est rien que pur délice. » Un dernier livre avant la fin du monde
             
            « Elle entre définitivement dans le cercle très fermé des plus grands: comme Orwell et Huxley. »
            Polars Addict
             
            « Anna Starobinets nous plonge dans une dystopie glaçante, qui nous happe dès les premières pages. » La Prophétie des Ânes
             
            « À la terreur succède la dictature, menant à une nouvelle terreur qui se résout en une nouvelle dictature. Faut-il y voir une prophétie concernant l’avenir de notre monde ? Ou la lecture starobinienne de l’histoire russe ? Au lecteur d’en décider, mais c’est remarquablement fait. »
            L'intern@ute.com
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Elduke Posté le 26 Juillet 2019
              Ce livre a été difficile à lire, et m'a laissé un goût amer dans la bouche. Mais l'auteur est un visionnaire selon moi sur l'impact des réseaux sociaux. C'est pourquoi il faut quand même le lire, hélas...
            • Elduke Posté le 26 Juillet 2019
              Ce livre a été difficile à lire, et m'a laissé un goût amer dans la bouche. Mais l'auteur est un visionnaire selon moi sur l'impact des réseaux sociaux. C'est pourquoi il faut quand même le lire, hélas...
            • lehibook Posté le 24 Mai 2019
              « Posthumanité » , ce produit de l’imaginaire enfiévré des génies de la Silicone Valley prétend décrire notre avenir dans la fusion du biologique et de l’informatique .Pour eux la Toile est l’avenir de l’homme.. Dans ce roman , l’auteur avec une grande maîtrise du récit nous en dit un peu plus sur des rêves qui sous des discours libertaires cachent toujours des fantasmes de contrôle social et d’oligarchie cachée. Une dystopie loin des westerns galactiques qui redonne à la SF l’une de ses plus hautes fonctions : faire exister le monde qui sera dans la lignée d’Orwell , de Huxley et de Philip K.Dick.
            • lehibook Posté le 24 Mai 2019
              « Posthumanité » , ce produit de l’imaginaire enfiévré des génies de la Silicone Valley prétend décrire notre avenir dans la fusion du biologique et de l’informatique .Pour eux la Toile est l’avenir de l’homme.. Dans ce roman , l’auteur avec une grande maîtrise du récit nous en dit un peu plus sur des rêves qui sous des discours libertaires cachent toujours des fantasmes de contrôle social et d’oligarchie cachée. Une dystopie loin des westerns galactiques qui redonne à la SF l’une de ses plus hautes fonctions : faire exister le monde qui sera dans la lignée d’Orwell , de Huxley et de Philip K.Dick.
            • odin062 Posté le 14 Septembre 2018
              « Le vivant » de Anna Starobinets m’a été proposé par un ami. Il m’a tout de suite annonce : « Ce livre à l’air cool… Mais je n’ai jamais réussi à entrer dans l’histoire ». Ok alors tu me proposes un défi de ce genre avec un bouquin dont le titre attirerait tout biologiste, je fonce ! Me voici embarquer dans un futur plus ou moins lointain où l’humanité est connectée via une ribambelle de strates, régulée par un système complexe à 3 000 000 000 d’individus soumis à la réincarnation contrôlée. Quoi je vous ai déjà perdus ? Bon il faut être clair, ce livre est complexe. La structure du bouquin en elle-même nous installer dans un passé/présent/futur mélangé dont les clés ne sont données qu’au deux tiers du bouquin. Il faut donc s’accrocher et, il faut bien dire que Cracker et Zéro m’y ont beaucoup aidé. Ces personnages sont intrigants, borderline, et nous font découvrir l’univers dont ils font partie avec un juste équilibre. Il faut être patient dans sa lecture, profiter de chaque détails, de chaque instant. D’ailleurs, il ne faut vraiment pas lire ce bouquin pour sa fin. Seul le voyage compte. Il ne faut pas attendre... « Le vivant » de Anna Starobinets m’a été proposé par un ami. Il m’a tout de suite annonce : « Ce livre à l’air cool… Mais je n’ai jamais réussi à entrer dans l’histoire ». Ok alors tu me proposes un défi de ce genre avec un bouquin dont le titre attirerait tout biologiste, je fonce ! Me voici embarquer dans un futur plus ou moins lointain où l’humanité est connectée via une ribambelle de strates, régulée par un système complexe à 3 000 000 000 d’individus soumis à la réincarnation contrôlée. Quoi je vous ai déjà perdus ? Bon il faut être clair, ce livre est complexe. La structure du bouquin en elle-même nous installer dans un passé/présent/futur mélangé dont les clés ne sont données qu’au deux tiers du bouquin. Il faut donc s’accrocher et, il faut bien dire que Cracker et Zéro m’y ont beaucoup aidé. Ces personnages sont intrigants, borderline, et nous font découvrir l’univers dont ils font partie avec un juste équilibre. Il faut être patient dans sa lecture, profiter de chaque détails, de chaque instant. D’ailleurs, il ne faut vraiment pas lire ce bouquin pour sa fin. Seul le voyage compte. Il ne faut pas attendre quelque chose ni même espérer un final explosif. Il faut juste profiter de sa lecture. Alors on a quand même cette impression de lire dans le vide, « pour rien », ce qui est déboussolant je trouve mais ça m’est souvent arrivé en ayant un livre russe entre les mains (je pense à « La maison dans laquelle » par exemple). Bref, ce n’est pas un livre accessible. Il faut aimer la lecture pour ce qu’elle est. Il faut aimer les dystopies, la science-fiction. Il faut avoir son cerveau branché, ce n’est pas léger, bien au contraire. Certains diront que c’est chiant et non reposant. Moi je dirais que c’est un genre de littérature qui m’a transporté pour un moment, mais qui ne me marquera pas dans le temps, sauf en cas de relecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.