Lisez! icon: Search engine

L'Écart

Pocket
EAN : 9782266295833
Code sériel : 17661
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 108 x 177 mm
L'Écart

Karine REIGNIER-GUERRE (Traducteur)
Date de parution : 14/08/2019
Dans l’oubli hypnotique des nuits londoniennes, une jeune femme noie sa solitude grâce à l’alcool. Mais au bout de dix ans de fêtes tristes, dix ans d’excès, dix ans perdus, elle est épuisée. Elle retourne alors sur son île natale, au sein de cet archipel des Orcades isolé au nord... Dans l’oubli hypnotique des nuits londoniennes, une jeune femme noie sa solitude grâce à l’alcool. Mais au bout de dix ans de fêtes tristes, dix ans d’excès, dix ans perdus, elle est épuisée. Elle retourne alors sur son île natale, au sein de cet archipel des Orcades isolé au nord de l’Écosse. Elle échange la bouteille assassine pour la Thermos de café, la contemplation de la faune interlope pour celle des étoiles et des nuages. Elle se découvre assoiffée de grand large, de grand air, de grande beauté.
Et si le fragile râle des genêts, cet oiseau en voie d’extinction aussi farouche qu’elle, était plus fort qu’il n’y paraît ?

« L’Écart est une oeuvre lumineuse, combative, rocailleuse. Elle tend vers l’espérance. »
Marie-Laure Delorme – Le Journal du Dimanche

« Un voyage splendide au bout des nuits blanches de l’addiction, des désirs insatisfaits. »
Yann Perreau – Les Inrockuptibles
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266295833
Code sériel : 17661
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L’une des révélations de la rentrée. La longue et blonde Amy Liptrot raconte, dans un style ardent, une longue chute dans le vide. L’Écart est une œuvre lumineuse, combative, rocailleuse. Elle tend vers l’espérance. » M.-L. D., Le Journal du Dimanche.
« Ce premier roman est un voyage magnifique dans la nuit noire des désirs obsessionnels et compulsifs. » Les Inrockuptibles.
« L’Écart est un premier roman envoûtant et bouleversant. Un voyage splendide au bout des nuits blanches de l’addiction, des désirs insatisfaits. » Y.P., Les Inrockuptibles.
« De sa langue minérale qui célèbre l’enchantement du spectacle de la nature, elle livre une ode au pays natal en même temps qu’un puissant récit de guérison. Une sublime façon de retrouver le rivage. » Amandine Schmitt, L’Obs.
« Le très beau récit autobiographique d’Amy Liptrot conte l’éveil à soi-même. » Macha Séry, Le Monde des Livres.
« L’un des plus beaux de la rentrée, assurément. Au prix de ces interminables nuits, du combat contre le froid, l’angoisse ou l’ennui, il y a des crépuscules radieux, des aurores boréales, et la révélation qu’elle peut être intense aussi, cette "vie normale". L’expérience d’Amy Liptrot n’est sans doute pas faite pour tout le monde. Son livre, en tout cas, est à lire par le plus grand nombre. » Pascaline Potdevin, Grazia.
« Regard magnifique sur la nature excessive, urgent désir de transmettre. » Muriel Steinmetz, L’Humanité.
« L’auteure se garde de tout pathos pour décrire ses errements. Son style est juste sincère et urgent. Une fois refermé, L’Écart laisse un goût de sel marin. Le sel de la vie retrouvée. » Philippe Chevilley, Les Échos.
« La lecture de L’Écart nous emporte dans un élan et un mouvement perpétuels. Ils sont entretenus par les vagues, par les cycles – ceux de la maladie mentale, de l’ivresse ou des saisons. » Virginie Bloch-Lainé, Libération.
 « [Amy Liptrot] écrit [L’Écart] avec le calme et l’humilité de la sobriété avec humour aussi envers ces années de déglingue. Dans la lignée des écrivains voyageurs, explorateurs du monde et d’eux-mêmes, il y a désormais cet elfe nordique avec sa paire de jumelles, qui se grise
de vie sauvage sur des îles de plus en plus lointaines de plus en plus petites. Elle ne s’est pas
assagie, elle a changé de folie. » Marguerite Baux, ELLE.
« L’authenticité et la poésie de ce premier roman emportent, tel le ressac, et laissent flotter dans
ces pages un parfum de sel... Le sel de la vie. » O. M., Madame Figaro.
« Le récit terriblement autobiographique d’Amy Liptrot frappe toujours juste. Dans sa vie, elle aura fait beaucoup de petits écarts. Avec ce roman, Amy Liptrot en a réussi un grand. » J.D., L’Express.
« Brut, franc, sans compromis, touchant et fort. » Voici.




 
Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aa2liiinee Posté le 1 Novembre 2019
    L'écart est un roman sur la souffrance, sur l'addiction et la désolation, comment parvenir à remonter quand on a touché le fond ? #9642;️#9642;️#9642;️ En revenant sur les terres de son enfance Amy a pu se confronter à son histoire, se recentrer sur l'essentiel : elle, bercée par le bruit des vagues et le souffle du vent. Une ode à ces archipels d'Écosse d'une beauté si sauvage avec des passages complètement dépaysant. #9642;️#9642;️#9642;️ L'histoire d'un combat contre soi-même, contre les addictions et toutes les étapes pour arriver sur le chemin de la guérison. A travers ses mots, j'ai été témoin de son réveil, de sa renaissance grâce à la force de la nature et son envie de renouer avec elle-même. Ici pas de dialogues, pas de rebondissements juste une réflexion profonde. Une lecture pure, épurée dont la détresse de cette jeune femme m'a émue. J'ai aimé le regard juste que pose l'auteure sur son parcours. #9642;️#9642;️#9642;️ L'écart est un formidable roman où les lendemains de cuite ont comme un goût amer et où l'urgence de se sentir libre est venu pour Amy Liptrot.
  • Marech20 Posté le 29 Octobre 2019
    Beau roman : pas uniquement pour la renaissance d'Amy qui revient dans ses Orcades natales après avoir sombré dans l'alcoolisme à Londres mais aussi pour la beauté des paysages de ces îles nord-écossaises, la poésie des étoiles, les réflexions sur la vie...
  • MissWonder Posté le 16 Octobre 2019
    Quel fabuleux voyage nous offre Amy Liptrot dans son livre 'L'Ecart' ! On y retrouve une épopée aussi spirituelle qu'exotique contre l'alcoolisme. C'est dans la bouillonnante city de Londres que l'autrice va céder à ses démons et perdre pied durant 10 ans. Elle explorera Londres et ses bas-fonds de fond en comble, se noyant petit à petit dans l'alcool et devenant une naufragée de sa propre vie. Et c'est dans son archipel natal qu'elle trouvera le salut : les Orcades. Je ne connaissais pas du tout cette terre écossaise battue par les vents emplie de nature, et autant vous dire qu'Amy Liptrot m'a fortement donné envie d'y aller ! de nombreuses fois j'ai tapé tel nom d'oiseau ou d'île sur internet pour voir à quoi cela ressemblait et mieux m'imprégner de l'environnement. Je dois avouer que quelques photos auraient été les bienvenues pour appréhender ces paysages inconnus. J'ai dégusté lentement ce livre qui m'a transporté dans deux univers très différents qui cohabitent : l'alcoolisme et les Orcades. C'est d'ailleurs les paysages des Orcades qui priment sur l'addiction de l'autrice. Tant mieux pour elle ! Avis aux fans dornithologie, ils trouveront leur compte dans ce livre. En résumé, ne vous attendez pas... Quel fabuleux voyage nous offre Amy Liptrot dans son livre 'L'Ecart' ! On y retrouve une épopée aussi spirituelle qu'exotique contre l'alcoolisme. C'est dans la bouillonnante city de Londres que l'autrice va céder à ses démons et perdre pied durant 10 ans. Elle explorera Londres et ses bas-fonds de fond en comble, se noyant petit à petit dans l'alcool et devenant une naufragée de sa propre vie. Et c'est dans son archipel natal qu'elle trouvera le salut : les Orcades. Je ne connaissais pas du tout cette terre écossaise battue par les vents emplie de nature, et autant vous dire qu'Amy Liptrot m'a fortement donné envie d'y aller ! de nombreuses fois j'ai tapé tel nom d'oiseau ou d'île sur internet pour voir à quoi cela ressemblait et mieux m'imprégner de l'environnement. Je dois avouer que quelques photos auraient été les bienvenues pour appréhender ces paysages inconnus. J'ai dégusté lentement ce livre qui m'a transporté dans deux univers très différents qui cohabitent : l'alcoolisme et les Orcades. C'est d'ailleurs les paysages des Orcades qui priment sur l'addiction de l'autrice. Tant mieux pour elle ! Avis aux fans dornithologie, ils trouveront leur compte dans ce livre. En résumé, ne vous attendez pas à une histoire sordide d'une femme qui lutte contre son addiction mais plutôt à une renaissance flamboyante avec un retour aux sources salvateur où la nature est reine. https://www.instagram.com/p/B3zOloCIt0N/ https://www.instagram.com/misswonder_art
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 15 Octobre 2019
    Comment se construire ? Comment choisir sa vie ? Pour Amy petite filles des Orcades, un archipel Écossais battu par les vents, c’est vraiment difficile. Une enfance grandie au rythme de la maladie mentale de son père bipolaire et dans l’affection d’une mère dépassée, elle n’a qu’une envie quitter la ferme et partir découvrir le monde. Et le monde c’est Londres la grande ville qui brille tant qu’elle aveugle. Amy part en vrille, fêtes, alcools, drogues, solitude, dépression, Londres la ville qui abîme. Durant dix années Amy va se perdre jusqu’à finir dans un centre de désintoxication. Abstinente elle quitte Londres, la ville toxique, pour retrouver Mainland et la ferme paternelle fouettée par les embruns de la mer du Nord. Pour quelques semaines le croit-elle mais à l’écart du monde une nouvelle vie l’attend. « La dépendance alcoolique est une pratique qui se présente comme la solution au problème qu’elle pose » Etes-vous prêt pour un voyage dans des iles du nord de l’Écosse loin très loin des circuits touristiques. Très minutieusement Amy Liptrop, nous conte sa résurrection au contact de la faune, de la flore et même des constellations de cet archipel subarctique. Résultat de recherche d'images pour "ile des orcades ecosse" ... Comment se construire ? Comment choisir sa vie ? Pour Amy petite filles des Orcades, un archipel Écossais battu par les vents, c’est vraiment difficile. Une enfance grandie au rythme de la maladie mentale de son père bipolaire et dans l’affection d’une mère dépassée, elle n’a qu’une envie quitter la ferme et partir découvrir le monde. Et le monde c’est Londres la grande ville qui brille tant qu’elle aveugle. Amy part en vrille, fêtes, alcools, drogues, solitude, dépression, Londres la ville qui abîme. Durant dix années Amy va se perdre jusqu’à finir dans un centre de désintoxication. Abstinente elle quitte Londres, la ville toxique, pour retrouver Mainland et la ferme paternelle fouettée par les embruns de la mer du Nord. Pour quelques semaines le croit-elle mais à l’écart du monde une nouvelle vie l’attend. « La dépendance alcoolique est une pratique qui se présente comme la solution au problème qu’elle pose » Etes-vous prêt pour un voyage dans des iles du nord de l’Écosse loin très loin des circuits touristiques. Très minutieusement Amy Liptrop, nous conte sa résurrection au contact de la faune, de la flore et même des constellations de cet archipel subarctique. Résultat de recherche d'images pour "ile des orcades ecosse" Fou de Bassan, macareux moine, sterne arctique, fulmar et autres petits pingouins, l’observation du peuple ornithologique, le rythme apaisant et la fraternité des iliens, la magie des aurores boréales, les bains de mer hebdomadaires dans la mer glacée, la mythologie gaélique et une introspection existentielle, le récit de renaissance de Amy Liptrop fait un bien fou, comme une ballade revigorante sur un sentier de granit au bord d’une mer fracassante., allez chaussez vos bottes et enfilez votre ciré. Ce très chouette bouquin nous donne de suite envie de pluie et de froidure. et grâce ce formidable roman, on connait bien la faune et la flore des Orcades..... Ce n’est surtout pas un récit manichéen qui oppose la vilaine ville et les gentilles îles. Amy Liptrot est tout à fait consciente des défaut et des qualités des deux, d’ailleurs elle sait qu’elle a besoin de l’une et des autres..... L’écriture est très simple, mais jamais mièvre, du très bon travail.;en fait, nous sommes dans le journal d’une femme de trente ans victime d’une maladie qui trouve de la ressource dans un lieu... Nous faisons le pari qu’en poche ce livre devrait bien marcher, entre ceux qui aiment le style journal intime et ceux qui ont une préférence pour le récit de voyage.....
    Lire la suite
    En lire moins
  • gouelan Posté le 15 Octobre 2019
    Échouée au bord de la vie dans les rues de Londres, après s'être noyée dans l'alcool, Amy tente de se reconstruire sur son île natale de l'archipel des Orcades. Ce n'est pas seulement un roman sur une personne à la dérive, avec des mots qui sonnent juste et fort, c'est aussi un roman sur ces îles magnifiques tout au nord de l'Écosse, sur la faune, la flore, la culture. Amy est comme une île déchiquetée par une vague qui agonise, par un vent déchirant ne tolérant aucun arbre. Seule l'herbe rase résiste. Il faut vivre avec ces rafales, ces déferlantes, avec ces gris, ce sel rongeur, car là-dessous resplendissent les couleurs des crépuscules et des aurores, des nuages auréolés de soleil. Sur l'herbe rase, il y a les racines, la volonté de vivre. Il y a le genêt, petit oiseau farouche, qui râle mais résiste. Tout est beau dans ce récit. Un récit de voyage, un récit de vie. Je remercie les Éditions Pocket et la masse critique de Babelio pour ce roman à l'écriture ciselée et enrichissante. L'Écart vaut tous les détours. Je rêve de visiter les îles de cet archipel.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.