Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266323123
Code sériel : 01855
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
À Paraître
Les Aquatiques
Date de parution : 18/08/2022
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
7.95 €
Date de parution: 18/08/2022
À Paraître

Les Aquatiques

Date de parution : 18/08/2022
La première fois que Katmé a enterré sa mère, c’était il y a vingt ans. Une inhumation bâclée, au milieu de nulle part… Depuis, la jeune femme a fait du chemin. Devenue l’épouse... La première fois que Katmé a enterré sa mère, c’était il y a vingt ans. Une inhumation bâclée, au milieu de nulle part… Depuis, la jeune femme a fait du chemin. Devenue l’épouse parfaite d’un ambitieux
politicien, elle se plie malgré elle aux injonctions de la bonne société du Zambuena. Et voilà qu’en pleine campagne électorale,...
La première fois que Katmé a enterré sa mère, c’était il y a vingt ans. Une inhumation bâclée, au milieu de nulle part… Depuis, la jeune femme a fait du chemin. Devenue l’épouse parfaite d’un ambitieux
politicien, elle se plie malgré elle aux injonctions de la bonne société du Zambuena. Et voilà qu’en pleine campagne électorale, son préfet de mari décide de déplacer en grande pompe la tombe de sa mère…
Farce ou tragédie ? Dans le même temps, son ami et frère de toujours, Samy, artiste homosexuel, est arrêté et emprisonné.
Pour Katmé, l’heure des choix a sonné.

Cet ouvrage a reçu le Grand Prix Panafricain de Littérature, le Prix du rayonnement de la langue et de la littérature française, le Prix Kourouma et a été finaliste du Prix Montluc
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266323123
Code sériel : 01855
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
7.95 €
Date de parution: 18/08/2022

Ils en parlent

« On ressort K.-O. et édifié de cette fiction qui sonne comme une histoire vraie. »
RFI

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • RaoulDartagnan 12/06/2022
    Un formidable plaidoyer pour la liberté que ce roman, et quel est le prix à payer pour conquérir cette liberté ? Dans une société gangrenée par le clientélisme politique, une jeune femme, qui de prime abord n’est pas nécessairement sympathique, a épousé un préfet débordant d’ambition dans un pays imaginaire d’Afrique subsaharienne. Elle subit son mariage, a cessé sa carrière d’enseignante et Madame Préfète, bourgeoise installée, trouve son réconfort en aidant, les gamins des rues d’une part et un artiste avant-gardiste, d’autre part. Or cet artiste, son ami de lycée, est homosexuel. Il est aussi le parrain de ses filles, des jumelles, qui l’appellent Tonton Samy. Or le pays est aussi marqué par la tradition familiale et par le poids de la religion. Que d’obstacles cette jeune femme, Katmé, aura à surmonter, que de combats devra t’elle mener, que d’épreuves lui faudra t’elle subir, et de douleurs… Cela reste à découvrir par la lecture de ce formidable roman, réaliste et poétique, lucide et cruel, qui tutoie le chef d’œuvre. Un premier roman de cette autrice au talent immense, Osvalde Lewat, à recommander et impatiemment suivre.
  • Delphine-Olympe 08/05/2022
    L’histoire pourrait se passer dans plus d’un pays d’Afrique. La Franco-Camerounaise Osvalde Lewat a choisi de la situer dans un Etat imaginaire : au Zambuena règnent la corruption, le patriarcat et la superstition. Chacun a une place assignée, et celui qui tenterait de s’y soustraire se verrait relégué au rang de paria. Dans ce contexte, Katmé a-t-elle vraiment la possibilité de conduire sa vie comme elle l’entend ? Elle était âgée de treize ans lorsqu’elle perdit sa mère. Son père ayant quant à lui d’autres préoccupations que celle d’élever ses enfants, Katmé et sa jeune soeur Sennke furent recueillies par leur tante, qui en avait déjà douze… Pas le meilleur des départs dans la vie ! Sennke traça son chemin en entrant dans les ordres, chez les soeurs rédemptoristines, et Katmé le sien en faisant un « beau mariage », devenant « Maman Préfète » et par là-même une citoyenne de classe A. Etre femme de notable signifie évidemment jouir d’un indécent confort matériel, avoir à son service une armada de domestiques, de jardiniers et de chauffeurs. Cela implique aussi d’abandonner son travail, de se consacrer à la vie domestique, d’organiser les réceptions utiles à son époux. Il faut abdiquer tout... L’histoire pourrait se passer dans plus d’un pays d’Afrique. La Franco-Camerounaise Osvalde Lewat a choisi de la situer dans un Etat imaginaire : au Zambuena règnent la corruption, le patriarcat et la superstition. Chacun a une place assignée, et celui qui tenterait de s’y soustraire se verrait relégué au rang de paria. Dans ce contexte, Katmé a-t-elle vraiment la possibilité de conduire sa vie comme elle l’entend ? Elle était âgée de treize ans lorsqu’elle perdit sa mère. Son père ayant quant à lui d’autres préoccupations que celle d’élever ses enfants, Katmé et sa jeune soeur Sennke furent recueillies par leur tante, qui en avait déjà douze… Pas le meilleur des départs dans la vie ! Sennke traça son chemin en entrant dans les ordres, chez les soeurs rédemptoristines, et Katmé le sien en faisant un « beau mariage », devenant « Maman Préfète » et par là-même une citoyenne de classe A. Etre femme de notable signifie évidemment jouir d’un indécent confort matériel, avoir à son service une armada de domestiques, de jardiniers et de chauffeurs. Cela implique aussi d’abandonner son travail, de se consacrer à la vie domestique, d’organiser les réceptions utiles à son époux. Il faut abdiquer tout ce qui pourrait nuire à la carrière de ce dernier et s’astreindre à participer aux déjeuners hebdomadaires du Cas - le Club des amies du Zambuena - autrement dit fréquenter les autres « femmes de », quelque opinion que l’on en ait. Cela suffit-il à donner un sens à sa vie ? Sans doute pas, et c’est pourquoi son amitié avec Samy est si précieuse à Katmé. Depuis le lycée, où ils se sont rencontrés, ces deux-là partagent tout et Katme n’hésite pas à soutenir financièrement son ami pour qu’il puisse développer ses talents artistiques. Son oeuvre a pourtant des accents contestataires… qui servent opportunément d’alibi libéral à l’establishment local. Mais le jour où Samy est accusé d’homosexualité, pénalement répréhensible, la ligne rouge est franchie et la machine s’emballe. Désormais, Katmé doit choisir. Abandonner Samy à son sort et rester une citoyenne de classe A ou prendre son parti et devenir "une Z", ainsi que l’est devenu Samy. L’auteure dresse le tableau sans concession d’une société africaine dominée par les hommes, où les femmes leur sont encore largement assujetties et où l’homosexualité est considérée comme la pire des perversions. Avec ses personnages bien campés, ses descriptions pittoresques et la langue colorée qui nourrit ses dialogues, Oswalde Lewat nous embarque très vite dans son univers. Mais son dessein n'est pas de donner dans l'exotisme, et lorsque la violence surgit, elle n'en est que plus effroyable et saisissante. On sort de ce texte fortement secoué, bouleversé, voire révolté. Mais la littérature a-t-elle vocation à édulcorer les choses ? Je ne le crois pas. Oswalde Lewat non plus, de toute évidence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 01/05/2022
    Les aquatiques, c'est le quartier pauvre d'une ville imaginaire d'Afrique. Katmé Abbia est femme du préfet et inspire le respect. La tombe de sa mère doit être déplacée et son mari y voit l'occasion d'une grande cérémonie qui servira son ambition politique. Parallèlement, Samy, son ami de toujours, son frère de cœur, artiste controversé organise une grande exposition, mais sera emprisonné pour homosexualité. Je n'ai pas été particulièrement fan de l'histoire que j'ai trouvée assez longue. Par contre l'écriture est très belle, puissante, et nous emporte. C'est un beau portrait de femme que nous offre l'auteure.
  • Mitiia 13/03/2022
    Au début, je ne voyais pas trop l'intérêt de l'histoire: une femme qui doit changer de place la tombe de sa mère... Et puis un meilleur ami artiste. Le livre ne se lit pas aisément: beaucoup de mots sur une page, beaucoup de personnages, une culture inconnue pour ma part... Et puis finalement, je découvre que l'auteure veut nous parler de la condition des homosexuels et des femmes dans certains pays d'Afrique. Elle nous fait découvrir la ferveur religieuse de certaines personnes, ferveur qui peut pousser jusqu'au crime totalement justifié. Un livre fort instructif en somme. Et même si les thèmes sont durs, l'humour noir de l'auteure en a facilité la lecture.
  • MelleFifi 09/03/2022
    Vingt ans après la mort de sa mère, Katmé Abbia, enseignante, apprend que la tombe doit être déplacée. Son mari, Tashun, préfet de la capitale et avide de pouvoir voit dans ce nouvel enterrement l’occasion providentielle de réparer les erreurs du passé et surtout de donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. Quand Samy, artiste tourmenté, ami et frère de toujours de Katmé, est arrêté et jeté en prison à la suite d’une exposition jugée choquante, les ambitions politiques de son mari entrent en collision avec sa vie et la placent devant un choix terrible. D'autant plus que cet ami est gai et que c'est interdit danc ce pays. Katmé tente de faire jouer ses relations pour le faire sortir puis lui éviter les humiliations liées à son incarcération. Elle ira jusqu'à se déguiser pour lui rendre visite, pour ne pas impliquer son mari dans tout ça. Ce mariage est conventionnel, pas d'amour. Juste des intérêts. Elle sera aidée par un homme dont elle deviendra la maîtresse. Le roman d’apprentissage d’une femme africaine au xxe siècle, entre ombre et lumière. Ce texte est puissant et nous fait entrer dans les coulisses de la vie politique africaine contemporaine. La place des femmes dans... Vingt ans après la mort de sa mère, Katmé Abbia, enseignante, apprend que la tombe doit être déplacée. Son mari, Tashun, préfet de la capitale et avide de pouvoir voit dans ce nouvel enterrement l’occasion providentielle de réparer les erreurs du passé et surtout de donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. Quand Samy, artiste tourmenté, ami et frère de toujours de Katmé, est arrêté et jeté en prison à la suite d’une exposition jugée choquante, les ambitions politiques de son mari entrent en collision avec sa vie et la placent devant un choix terrible. D'autant plus que cet ami est gai et que c'est interdit danc ce pays. Katmé tente de faire jouer ses relations pour le faire sortir puis lui éviter les humiliations liées à son incarcération. Elle ira jusqu'à se déguiser pour lui rendre visite, pour ne pas impliquer son mari dans tout ça. Ce mariage est conventionnel, pas d'amour. Juste des intérêts. Elle sera aidée par un homme dont elle deviendra la maîtresse. Le roman d’apprentissage d’une femme africaine au xxe siècle, entre ombre et lumière. Ce texte est puissant et nous fait entrer dans les coulisses de la vie politique africaine contemporaine. La place des femmes dans la société…
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.