Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266289085
Code sériel : 17395
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 560
Format : 108 x 177 mm

Les Enfants du fleuve

Aude CARLIER (Traducteur)
Date de parution : 04/04/2019
1939, Memphis. Par une nuit d’orage, les cinq enfants Foss sont enlevés avant d’être jetés dans un orphelinat. Rapidement, ils comprennent qu’ils ne reverront jamais leurs parents. Rill, la sœur aînée, fait tout pour éviter la séparation de la fratrie.
De nos jours, Caroline du Sud. Avery Stafford, brillante avocate, est...
1939, Memphis. Par une nuit d’orage, les cinq enfants Foss sont enlevés avant d’être jetés dans un orphelinat. Rapidement, ils comprennent qu’ils ne reverront jamais leurs parents. Rill, la sœur aînée, fait tout pour éviter la séparation de la fratrie.
De nos jours, Caroline du Sud. Avery Stafford, brillante avocate, est de retour dans sa ville natale. Elle soutient son père sénateur qui tente d’apaiser un scandale autour des conditions de vie dans les maisons de retraite. C’est alors qu’une des pensionnaires aborde Avery. La vieille femme semble terriblement émue mais pas folle. Et ce qu’elle lui révèle est si troublant qu’Avery décide d’enquêter sur sa propre famille. L’histoire de ses origines pourrait être bien différente de la version officielle…

« Magistral. » Publisher Weekly

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266289085
Code sériel : 17395
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 560
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

"L'un des meilleurs livres de l'année. À ne pas manquer." Huffington Post
"Magistral !" Publishers Weekly
"Lisa Wingate a un talent indéniable pour l'écriture, ses personnages et son traitement du scandale Georgia Tann font de ce livre un véritable page-turner." Booklist

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cmpf Posté le 24 Août 2021
    Cette histoire est à deux voix, à environ 70 années d’intervalle. La première dans les années 40 est celle de Rill Foss/May Weather, la seconde est celle d’Avery Stafford de nos jours. Elle parle de l’enlèvement d’enfants pauvres, de préférence blonds pour les faire adopter par de riches familles après un passage dans une maison, qui peut être considérée comme la maison des horreurs. Si les autres personnages sont fictionnels, la responsable Georgia Tann a bien existé. Rill vit sur un bateau sur le fleuve avec ses parents Briny et Queenie, ses trois sœurs, Camellia, Lark, Fern et son petit frère Gabion. Sa mère enceinte de jumeaux doit être emmenée à l’hôpital par son père. Pendant cette absence, ils sont enlevés par des policiers, emmenés dans la maison de Mme Murphy et renommés. La nourriture est insuffisante, les punitions nombreuses et violentes, et le risque d’être violés constant. En tant qu’ aînée, Rill se sent obligée de veiller sur ses frères et sœurs, pourtant tous lui seront enlevés. Avery Stafford, avocate, appartient à une famille de politiciens. Elle est revenue auprès de son père atteint d’un cancer pour l’aider et être à son tour élue sénatrice. Ce qui m’a frappée, c’est que... Cette histoire est à deux voix, à environ 70 années d’intervalle. La première dans les années 40 est celle de Rill Foss/May Weather, la seconde est celle d’Avery Stafford de nos jours. Elle parle de l’enlèvement d’enfants pauvres, de préférence blonds pour les faire adopter par de riches familles après un passage dans une maison, qui peut être considérée comme la maison des horreurs. Si les autres personnages sont fictionnels, la responsable Georgia Tann a bien existé. Rill vit sur un bateau sur le fleuve avec ses parents Briny et Queenie, ses trois sœurs, Camellia, Lark, Fern et son petit frère Gabion. Sa mère enceinte de jumeaux doit être emmenée à l’hôpital par son père. Pendant cette absence, ils sont enlevés par des policiers, emmenés dans la maison de Mme Murphy et renommés. La nourriture est insuffisante, les punitions nombreuses et violentes, et le risque d’être violés constant. En tant qu’ aînée, Rill se sent obligée de veiller sur ses frères et sœurs, pourtant tous lui seront enlevés. Avery Stafford, avocate, appartient à une famille de politiciens. Elle est revenue auprès de son père atteint d’un cancer pour l’aider et être à son tour élue sénatrice. Ce qui m’a frappée, c’est que bien qu'adulte elle n'est pas libre de son temps, ni bien sûr de ses paroles. Sa vie est régie par la conseillère de son père et elle s’y conforme. Je ne suis plus très sûre d’envier les riches ! Lors d’une visite officielle de maison de retraite, elle est intriguée par une pensionnaire et retourne la voir. Une photo dans la chambre l’intrigue, elle croit y reconnaître sa grand-mère. C’est le point de départ d’une enquête difficile, sa propre grand-mère ayant un début d'alzheimer et la plupart des gens ne pouvant ou ne voulant pas parler. Je ne connaissais pas cet odieux trafic qui a enrichi Georgia Tann, pourtant considérée par tous et consultée par Eleanore Roosevelt pour les questions d’adoption. Je ne regrette pas ma lecture. Malheureusement les autres ouvrages qui en parlent sont en Anglais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cmpf Posté le 24 Août 2021
    Cette histoire est à deux voix, à environ 70 années d’intervalle. La première dans les années 40 est celle de Rill Foss/May Weather, la seconde est celle d’Avery Stafford de nos jours. Elle parle de l’enlèvement d’enfants pauvres, de préférence blonds pour les faire adopter par de riches familles après un passage dans une maison, qui peut être considérée comme la maison des horreurs. Si les autres personnages sont fictionnels, la responsable Georgia Tann a bien existé. Rill vit sur un bateau sur le fleuve avec ses parents Briny et Queenie, ses trois sœurs, Camellia, Lark, Fern et son petit frère Gabion. Sa mère enceinte de jumeaux doit être emmenée à l’hôpital par son père. Pendant cette absence, ils sont enlevés par des policiers, emmenés dans la maison de Mme Murphy et renommés. La nourriture est insuffisante, les punitions nombreuses et violentes, et le risque d’être violés constant. En tant qu’ aînée, Rill se sent obligée de veiller sur ses frères et sœurs, pourtant tous lui seront enlevés. Avery Stafford, avocate, appartient à une famille de politiciens. Elle est revenue auprès de son père atteint d’un cancer pour l’aider et être à son tour élue sénatrice. Ce qui m’a frappée, c’est que... Cette histoire est à deux voix, à environ 70 années d’intervalle. La première dans les années 40 est celle de Rill Foss/May Weather, la seconde est celle d’Avery Stafford de nos jours. Elle parle de l’enlèvement d’enfants pauvres, de préférence blonds pour les faire adopter par de riches familles après un passage dans une maison, qui peut être considérée comme la maison des horreurs. Si les autres personnages sont fictionnels, la responsable Georgia Tann a bien existé. Rill vit sur un bateau sur le fleuve avec ses parents Briny et Queenie, ses trois sœurs, Camellia, Lark, Fern et son petit frère Gabion. Sa mère enceinte de jumeaux doit être emmenée à l’hôpital par son père. Pendant cette absence, ils sont enlevés par des policiers, emmenés dans la maison de Mme Murphy et renommés. La nourriture est insuffisante, les punitions nombreuses et violentes, et le risque d’être violés constant. En tant qu’ aînée, Rill se sent obligée de veiller sur ses frères et sœurs, pourtant tous lui seront enlevés. Avery Stafford, avocate, appartient à une famille de politiciens. Elle est revenue auprès de son père atteint d’un cancer pour l’aider et être à son tour élue sénatrice. Ce qui m’a frappée, c’est que bien qu'adulte elle n'est pas libre de son temps, ni bien sûr de ses paroles. Sa vie est régie par la conseillère de son père et elle s’y conforme. Je ne suis plus très sûre d’envier les riches ! Lors d’une visite officielle de maison de retraite, elle est intriguée par une pensionnaire et retourne la voir. Une photo dans la chambre l’intrigue, elle croit y reconnaître sa grand-mère. C’est le point de départ d’une enquête difficile, sa propre grand-mère ayant un début d'alzheimer et la plupart des gens ne pouvant ou ne voulant pas parler. Je ne connaissais pas cet odieux trafic qui a enrichi Georgia Tann, pourtant considérée par tous et consultée par Eleanore Roosevelt pour les questions d’adoption. Je ne regrette pas ma lecture. Malheureusement les autres ouvrages qui en parlent sont en Anglais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cmpf Posté le 24 Août 2021
    Cette histoire est à deux voix, à environ 70 années d’intervalle. La première dans les années 40 est celle de Rill Foss/May Weather, la seconde est celle d’Avery Stafford de nos jours. Elle parle de l’enlèvement d’enfants pauvres, de préférence blonds pour les faire adopter par de riches familles après un passage dans une maison, qui peut être considérée comme la maison des horreurs. Si les autres personnages sont fictionnels, la responsable Georgia Tann a bien existé. Rill vit sur un bateau sur le fleuve avec ses parents Briny et Queenie, ses trois sœurs, Camellia, Lark, Fern et son petit frère Gabion. Sa mère enceinte de jumeaux doit être emmenée à l’hôpital par son père. Pendant cette absence, ils sont enlevés par des policiers, emmenés dans la maison de Mme Murphy et renommés. La nourriture est insuffisante, les punitions nombreuses et violentes, et le risque d’être violés constant. En tant qu’ aînée, Rill se sent obligée de veiller sur ses frères et sœurs, pourtant tous lui seront enlevés. Avery Stafford, avocate, appartient à une famille de politiciens. Elle est revenue auprès de son père atteint d’un cancer pour l’aider et être à son tour élue sénatrice. Ce qui m’a frappée, c’est que... Cette histoire est à deux voix, à environ 70 années d’intervalle. La première dans les années 40 est celle de Rill Foss/May Weather, la seconde est celle d’Avery Stafford de nos jours. Elle parle de l’enlèvement d’enfants pauvres, de préférence blonds pour les faire adopter par de riches familles après un passage dans une maison, qui peut être considérée comme la maison des horreurs. Si les autres personnages sont fictionnels, la responsable Georgia Tann a bien existé. Rill vit sur un bateau sur le fleuve avec ses parents Briny et Queenie, ses trois sœurs, Camellia, Lark, Fern et son petit frère Gabion. Sa mère enceinte de jumeaux doit être emmenée à l’hôpital par son père. Pendant cette absence, ils sont enlevés par des policiers, emmenés dans la maison de Mme Murphy et renommés. La nourriture est insuffisante, les punitions nombreuses et violentes, et le risque d’être violés constant. En tant qu’ aînée, Rill se sent obligée de veiller sur ses frères et sœurs, pourtant tous lui seront enlevés. Avery Stafford, avocate, appartient à une famille de politiciens. Elle est revenue auprès de son père atteint d’un cancer pour l’aider et être à son tour élue sénatrice. Ce qui m’a frappée, c’est que bien qu'adulte elle n'est pas libre de son temps, ni bien sûr de ses paroles. Sa vie est régie par la conseillère de son père et elle s’y conforme. Je ne suis plus très sûre d’envier les riches ! Lors d’une visite officielle de maison de retraite, elle est intriguée par une pensionnaire et retourne la voir. Une photo dans la chambre l’intrigue, elle croit y reconnaître sa grand-mère. C’est le point de départ d’une enquête difficile, sa propre grand-mère ayant un début d'alzheimer et la plupart des gens ne pouvant ou ne voulant pas parler. Je ne connaissais pas cet odieux trafic qui a enrichi Georgia Tann, pourtant considérée par tous et consultée par Eleanore Roosevelt pour les questions d’adoption. Je ne regrette pas ma lecture. Malheureusement les autres ouvrages qui en parlent sont en Anglais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • magmag8 Posté le 8 Juin 2021
    Un livre qui m’a tenu en haleine par la force de son histoire - inspirée de faits réels ignobles et révoltants - mais pas par la qualité de son écriture. Le double récit présent/passé est convenu mais sert bien l’histoire. On devine très rapidement l’issue de ce fameux secret. Ce n’est pas grave, tant que la construction du récit est bien gérée. Ce n’est pas vraiment le cas… La partie contemporaine est trop évidente quant à ses ressorts, c’en est presque énervant. L’histoire ancienne, par contre, racontée au présent par l’aînée des enfants volés est plus fine et avec une temporalité de récit interessante. Et c’est de toutes façons dans cette partie du roman, et de l’Histoire, que se situe tout l’intérêt. J’ai bien aimé lire ce roman qui dénonce la marchandisation des enfants mais loue tout autant la puissance et l’amour qui peuvent naître au sein d’une famille. La charge émotionnelle est présente.
  • magmag8 Posté le 8 Juin 2021
    Un livre qui m’a tenu en haleine par la force de son histoire - inspirée de faits réels ignobles et révoltants - mais pas par la qualité de son écriture. Le double récit présent/passé est convenu mais sert bien l’histoire. On devine très rapidement l’issue de ce fameux secret. Ce n’est pas grave, tant que la construction du récit est bien gérée. Ce n’est pas vraiment le cas… La partie contemporaine est trop évidente quant à ses ressorts, c’en est presque énervant. L’histoire ancienne, par contre, racontée au présent par l’aînée des enfants volés est plus fine et avec une temporalité de récit interessante. Et c’est de toutes façons dans cette partie du roman, et de l’Histoire, que se situe tout l’intérêt. J’ai bien aimé lire ce roman qui dénonce la marchandisation des enfants mais loue tout autant la puissance et l’amour qui peuvent naître au sein d’une famille. La charge émotionnelle est présente.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.