Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266322911
Code sériel : 18537
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
À Paraître

Les femmes qui craignaient les hommes

Alexandre Prouvèze (traduit par)
Date de parution : 14/04/2022
Que vaut la vie d’une femme battue ? D’une femme humiliée ? D’une prostituée ? D’une droguée ? Chargé d’une atmosphère noire, violente, intense et de personnages magnifiques, un roman d’une actualité dramatique, qui nous plonge dans le décor d’un refuge où des femmes brisées tentent de vivre loin du chemin des hommes.
"La Mort ?
On s’est croisé. Des paquets de fois.
Taille moyenne. Cheveux bruns. J’pourrais pas te dire la couleur de ses yeux, mais j’peux t’assurer qu’il a vraiment rien de spécial.
La Mort est juste un gars banal."

La petite ville de Windringham, dans la banlieue de Manchester, abrite une maison semblable à...
"La Mort ?
On s’est croisé. Des paquets de fois.
Taille moyenne. Cheveux bruns. J’pourrais pas te dire la couleur de ses yeux, mais j’peux t’assurer qu’il a vraiment rien de spécial.
La Mort est juste un gars banal."

La petite ville de Windringham, dans la banlieue de Manchester, abrite une maison semblable à toutes les autres. Une maison qui n’est pourtant comme aucune autre : un refuge. Ici, elles sont des dizaines de femmes, planquées, terrées loin des hommes qui ont fait de leur vie un cauchemar. Alors quand Katie, l’une de leurs dévouées conseillères, est retrouvée morte dans la rivière, et que l’inspecteur Brookes entreprend de leur poser des questions, leur premier réflexe est de disparaître dans l’ombre.
Pourtant, elles vont devoir parler. Si elles ne le font pas, la police classera l’affaire en suicide. L’inspecteur Brooke est sympathique, mais il est comme tout le monde, pétris de certitudes. Une belle mascarade, un bel hommage à rendre à celle qui a toujours été de leur côté. Car c’est un meurtre, n’est-ce pas ? Une histoire de femme et d’homme ; de domination, de terreur. Un drame banal et mortel.
Mais comment ces femmes terrorisées pourront-elles jamais se confier à un homme ? Et comment livrer ce qu’elles savent sans risquer de faire tomber l’une d’entre elles ? Car dans ce puzzle macabre, chacune détient une pièce et révéler la clé de ce secret verrouillé pourrait mettre à l’épreuve leur solidarité, ce dernier lien qui les protège dans une société qui ne sait comment les aider…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266322911
Code sériel : 18537
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
0.00
À paraître le 14/04/2022

Ils en parlent

"Jessica Moor a elle-même travaillé auprès de femmes victimes de violences, et on saisit mieux pour
quoi ce premier roman démonte les mécanismes de la domination comme d'autres démontent
des flingues." Causette

"Les femmes qui craignaient les hommes avance sur un curieux rythme, où la tension psychologique compte davantage que les coups de théâtre et le suspense. Mais Jessica Moor,
très habile, réserve tout de même une surprise de taille dans son dénouement... " La Gruyère

"Dans ce premier roman plein de suspense, Jessica Moor, elle-même ancienne employée d’un foyer, se fait le porte-voix des violences faites aux femmes." Vocable

"Jessica Moor fait preuve d’une rare originalité en décrivant toutes les nuances de l’emprise délétère qu’exercent encore, même après éloignement, les ex-compagnons violents de ces femmes. L’angoisse et la menace insidieuse qui planent sur celles-ci, souvent accros à leur bourreau, sont à l’aune d'un monde toujours régi par la testostérone..." Paris Match
-

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MouffetteMasquee Posté le 15 Octobre 2021
    Re#769;sume#769; : Lorsque le corps de Katie Straw est repêché dans la rivière, près d'un lieu de suicide bien connu à Wiringham, dans la banlieue de Manchester, la police estime qu'il s'agit d'un suicide. Le lieutenant Witworth et son assistant Brookes font tout de même une enquête de routine afin de classer au plus vite ce fait divers tragique. Mais quand ils interrogent les pensionnaires du refuge pour femmes où Katie travaillait, toutes doutent de l'acte désespéré de la jeune femme. Mais peut-on se fier à ces femmes qui vivent dans la peur permanente, qui craignent tous les hommes après ce qu'elles ont subi ? Mon avis : J'ai découvert cette autrice avec un roman puissant qui se penche sur le monde complexe, tragique, secret et déchirant de la violence conjugale, si courante mais dont on préfère ne pas la voir. Au cours de l'enquête, on découvre les histoires terribles et différentes de femmes brisées, vivant sous la coupe d'hommes mauvais et manipulateurs. Un mari, un frère, un père qui instaure la terreur au sein de son foyer. Il est difficilement supportable de comprendre que presque tous les protagonistes ont été confrontés à cette violence au moins une fois dans leur... Re#769;sume#769; : Lorsque le corps de Katie Straw est repêché dans la rivière, près d'un lieu de suicide bien connu à Wiringham, dans la banlieue de Manchester, la police estime qu'il s'agit d'un suicide. Le lieutenant Witworth et son assistant Brookes font tout de même une enquête de routine afin de classer au plus vite ce fait divers tragique. Mais quand ils interrogent les pensionnaires du refuge pour femmes où Katie travaillait, toutes doutent de l'acte désespéré de la jeune femme. Mais peut-on se fier à ces femmes qui vivent dans la peur permanente, qui craignent tous les hommes après ce qu'elles ont subi ? Mon avis : J'ai découvert cette autrice avec un roman puissant qui se penche sur le monde complexe, tragique, secret et déchirant de la violence conjugale, si courante mais dont on préfère ne pas la voir. Au cours de l'enquête, on découvre les histoires terribles et différentes de femmes brisées, vivant sous la coupe d'hommes mauvais et manipulateurs. Un mari, un frère, un père qui instaure la terreur au sein de son foyer. Il est difficilement supportable de comprendre que presque tous les protagonistes ont été confrontés à cette violence au moins une fois dans leur vie. En parallèle de l'enquête, sur un deuxième axe temporel, Katie raconte sa rencontre avec Jamie, un jeune homme sympathique et charmant, qui se révèle au fil des pages manipulateur sous ses airs de gendre idéal. Elle ressemble beaucoup plus aux femmes dont elle s'occupe qu'on ne le pense aux prémices de l'histoire. Ce livre prend à la gorge, pas tant pour l'enquête en elle-même, mais pour la chape de plomb qu'il impose, comme si nous étions également victimes de ces hommes, vivant dans la peur constante. Un sujet sensible, un livre important, sorte d'ovni dans le monde du thriller.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nessa_intuitive Posté le 10 Octobre 2021
    Je finis le premier thriller de Jessica Moor, "Les femmes qui craignaient les hommes" chez @editionsbelfond J'ai eu beaucoup de mal au départ à trouver mes marques dans ce livre, je ne vous cache pas que j'ai même failli le lâcher tellement je ne voyais pas le fil au départ. Puis l'histoire croisée de ces femmes se met en place, petit à petit, entre avant et maintenant,... Le suicide de la femme qui est leur lien, leur soutien,... des peurs resurgissent, deux agents qui viennent troubler l'apparente quiétude du foyer... des hommes qui forcément tentent d'établir les faits avec bienveillance. On découvre leurs histoires, on est confronté avec la difficulté de leur vie de femme plus que malmenée par les hommes. Elles se ferment aux enquêteurs par peur, par leur vécu... Parfois elles s'ouvrent, se dévoilent mais avec méfiance,... Et puis la fin, je suis tombée de haut, on ne la voit venir à aucun moment... L'écriture est juste, vrai,... On se retrouve immergé dans les quartiers anglais plutôt malmenés socialement,... J'ai vraiment aimé ce livre et je ne regrette absolument pas d'avoir été au bout.
  • claire5907 Posté le 7 Septembre 2021
    Tout d’abord, merci aux éditions Belfond pour ce service-presse. Ici, nous faisons la connaissance de femmes « battues » par un proche, comme un frère, un mari jaloux, etc., et qui décident de fuir leur vie. Elles habitent dans une résidence sécurisée de Manchester. Katie est leur assistante sociale. Le corps de Katie est retrouvé, elle se serait suicidée. Or, le lieutenant Whitworth ne le voit pas de cet œil et décide de fouiller dans son entourage et dans son passé... Pour cela, il devra interroger tout le monde, même la directrice, Valérie Redwood. Seulement, elle met un point d’honneur à protéger ces femmes de la gent masculine. Seulement, ce sont deux policiers qui mènent l’enquête et elle devra coopérer. L’autrice fait un avant/maintenant. Avant, qui nous raconte l’histoire d’amour avec Jamie. Et le maintenant, où se déroule l’enquête et où on découvre l’histoire des jeunes femmes. Je suis désolée de dire ça, mais je n’ai ressenti aucune empathie pour ces femmes. J’ai eu un peu plus d’empathie au début pour Katia et ensuite je voulais la secouer pour qu’elle réagisse ! Je n’ai pas réussi à me plonger totalement dedans. Ce qui m’a tenue, c’est de savoir ce qui était arrivé à cette pauvre Katie. Et j’ai vu le final arriver.
  • isah62 Posté le 27 Août 2021
    On plonge dans ce drame, hélas quotidien, de la violence faite aux femmes, de ce processus de déconstruction de la personnalité. Acte 1 : Katie fait la connaissance du beau Jamie. Acte 2 : On retrouve le corps de Katie, noyé, sur les berges d'une rivière, et laissant pensé au suicide d'une femme s'étant jetée du pont. Mais que c'est-il passé entre ces 2 actes ? C'est en alternant les chapitres "Avant" et "Maintenant" que l'on suit, d'une part le cheminement de Katie jusqu'à son emploi de conseillère dans une maison réservée aux femmes, et d'autre part les recherches des inspecteurs Whitworth et Brookes, qui ont du mal à croire à la thèse du suicide. Ils vont devoir faire preuve de patience et de diplomatie pour s'entretenir avec les résidentes dont s'occupait Kathie, ces femmes meurtries, terrorisées, marquées physiquement et psychologiquement. Plus on chemine dans ces paragraphes "Avant" plus on découvre l'emprise lente et pernicieuse du compagnon de Kathie, il a beau sembler aimant et protecteur, on devine peu à peu la toile qu'il tisse autour de la jeune femme qui perd repère, libre arbitre et personnalité. Dans les chapitres "Maintenant", outre l'enquête, on découvre le passé violent des pensionnaires, leur difficulté à reprendre pieds dans la... On plonge dans ce drame, hélas quotidien, de la violence faite aux femmes, de ce processus de déconstruction de la personnalité. Acte 1 : Katie fait la connaissance du beau Jamie. Acte 2 : On retrouve le corps de Katie, noyé, sur les berges d'une rivière, et laissant pensé au suicide d'une femme s'étant jetée du pont. Mais que c'est-il passé entre ces 2 actes ? C'est en alternant les chapitres "Avant" et "Maintenant" que l'on suit, d'une part le cheminement de Katie jusqu'à son emploi de conseillère dans une maison réservée aux femmes, et d'autre part les recherches des inspecteurs Whitworth et Brookes, qui ont du mal à croire à la thèse du suicide. Ils vont devoir faire preuve de patience et de diplomatie pour s'entretenir avec les résidentes dont s'occupait Kathie, ces femmes meurtries, terrorisées, marquées physiquement et psychologiquement. Plus on chemine dans ces paragraphes "Avant" plus on découvre l'emprise lente et pernicieuse du compagnon de Kathie, il a beau sembler aimant et protecteur, on devine peu à peu la toile qu'il tisse autour de la jeune femme qui perd repère, libre arbitre et personnalité. Dans les chapitres "Maintenant", outre l'enquête, on découvre le passé violent des pensionnaires, leur difficulté à reprendre pieds dans la vie, leur lente reconstruction ... ou pas. Un roman psychologique très particulier, un récit dur, marquant et émouvant. Je n'ai pas trop aimé certaines phrases qui m'ont semblé un peu trop alambiquées, ainsi que les quelques longueurs. J'ai parfois eu du mal aussi à différencier les personnages, entre les Jenny, Valérie, Angie ... Ce roman reste cependant inoubliable de part le sujet traité, l'ampleur des dégâts que l'on peut constater, le calvaire de ces femmes, et cette emprise croissante et sournoise qui les détruit peu à peu. Un très bon point pour la chute totalement inimaginable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • JillValentine Posté le 2 Août 2021
    Les femmes qui craignaient les hommes Un sujet toujours (et encore malheureusement) d’actualité où Jessica Moor utilise son expérience professionnelle personnelle comme socle de son premier roman. On y découvre le quotidien de Katie, qui travaille dans un foyer pour femmes battues dans la banlieue de Manchester. Elle est d’ailleurs très appréciée des femmes qui y vivent et qui n’hésitent pas à se confier à elle. Alors quand son corps est retrouvé sans vie, une enquête commence… Le roman alterne passé et présent. On y découvre le fil de l’enquête mais également la vie de Katie avant le drame. Elle rencontre un homme,Jamie, qui peu à peu investit sa vie. Mais cet homme, si bien sous tout rapport, ne cache t-il pas une part d’ombre ? Qu’elles soient physiques ou psychologiques, les séquelles sont irréversibles. Chaque ligne transpire ce sentiment de peur qui habite chaque femme de ce refuge. Jessica Moor signe un premier roman psychologique troublant où elle prête sa voix à toutes ces femmes victimes de violences. La plume est encore un peu imprécise mais le sujet, difficile, résonne très fort.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.