Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266254458
Code sériel : 16160
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Les Impliqués

Kamil BARBARSKI (Traducteur)
Date de parution : 08/01/2015
Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux... Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux est retrouvé mort au réfectoire, une broche à rôtir plantée dans l'œil...
Pour le procureur Teodore Szacki, l'expérience est allée trop loin. À moins qu'elle n'ait réveillé un passé enfoui, que la Pologne se tue à essayer d'étouffer...

« On dévore ce polar polonais... Vous allez vous régaler avec cette histoire de thérapie collective qui dégénère. » Pascale Frey – ELLE

« Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Yann Plougastel – Le Monde

Cet ouvrage a été finaliste du Grand Prix des lectrices de ELLE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266254458
Code sériel : 16160
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« On dévore ce polar polonais... Vous allez vous régaler avec cette histoire de thérapie collective qui dégénère. Un polar sociologique, qui n’en oublie pas d’être haletant. » Pascale Frey – ELLE
« Un roman noir remarquable. » Le Parisien
 « Un polar polonais? C'est nouveau, et c'est réussi. » Le Nouvel Observateur
 « Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Le Monde
 « Si vous avez envie de découvrir une voix différente et originale, Les Impliqués est le roman qu’il vous faut. » Marc Fernandez – Metro News
« Ça commence comme du Agatha Christie et ça finit comme du Dostoïevski. Avez Les Impliqués, Zygmunt Miloszewski inaugure un genre inédit de polar, à la fois ludique et caustique, léger et grave. » François Lestavel – Paris Match
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanouche Posté le 24 Août 2021
    A Varsovie, au cours d'une thérapie de groupe du docteur Rudski, un patient est retrouvé assassiné, une broche à rôtir plantée dans l'oeil. C'est le procureur Teodore Szacki qui est chargé de mener l'enquête. Cela tombe bien car c'est cet aspect de son métier que Szacki préfère. Les inculpations et autres formalités administratives l'ennuient prodigieusement. Notre héros va découvrir que la présente affaire plonge ses racines dans le passé de totalitarisme communiste de la Pologne. J'ai bien apprécié ce roman policier dont l'action ne se déroule pas très rapidement mais est néanmoins prenante. L'action est accompagnée de la description d'itinéraires dans Varsovie qui doivent être un plus pour ceux qui connaissent cette ville. Chaque chapitre correspond à une journée de l'enquête et est précédé d'un résumé de l'actualité locale, nationale, voire internationale. Ainsi le lundi 6 juin 2005 : "Le père Hejmo, prêtre au Vatican, transmet un communiqué spécial depuis Rome : en des termes particulièrement complexes et hésitants, il nie avoir collaboré avec les services secrets communistes. A Rome toujours, le pape Benoît 16 exprime l'opposition de l'Eglise à l'avortement, au mariage homosexuel et aux manipulations génétiques. Catholique convaincu, candidat à l'élection présidentielle et maire de Varsovie, Lech Kaczynski interdit la... A Varsovie, au cours d'une thérapie de groupe du docteur Rudski, un patient est retrouvé assassiné, une broche à rôtir plantée dans l'oeil. C'est le procureur Teodore Szacki qui est chargé de mener l'enquête. Cela tombe bien car c'est cet aspect de son métier que Szacki préfère. Les inculpations et autres formalités administratives l'ennuient prodigieusement. Notre héros va découvrir que la présente affaire plonge ses racines dans le passé de totalitarisme communiste de la Pologne. J'ai bien apprécié ce roman policier dont l'action ne se déroule pas très rapidement mais est néanmoins prenante. L'action est accompagnée de la description d'itinéraires dans Varsovie qui doivent être un plus pour ceux qui connaissent cette ville. Chaque chapitre correspond à une journée de l'enquête et est précédé d'un résumé de l'actualité locale, nationale, voire internationale. Ainsi le lundi 6 juin 2005 : "Le père Hejmo, prêtre au Vatican, transmet un communiqué spécial depuis Rome : en des termes particulièrement complexes et hésitants, il nie avoir collaboré avec les services secrets communistes. A Rome toujours, le pape Benoît 16 exprime l'opposition de l'Eglise à l'avortement, au mariage homosexuel et aux manipulations génétiques. Catholique convaincu, candidat à l'élection présidentielle et maire de Varsovie, Lech Kaczynski interdit la Gay Pride et souligne que l'indignation des "milieux gauchisants" est bien évidemment liée aux échéances électorales..." J'aime bien. Je trouve que cela ancre le roman dans la réalité polonaise. Un mot sur le héros pour terminer. Je le trouve moyennement sympathique. Par moments il me plaît car c'est un homme intègre, souvent tenté (et parfois il le fait) de contourner les règles quand elles lui semblent devoir déboucher sur un résultat injuste. Mais par moments il m'agace aussi, notamment quand il s'avise qu'à 35 ans, marié depuis 10 ans et père d'une petite fille, sa vie a pris une tournure routinière. Alors la responsable désignée de cet enlisement est sa femme : "La vie défilait, et lui restait coincé dans le cycle travail-femme-travail-fille-femme-travail." On peut retirer la femme de cette litanie, il ne me semble pas que le résultat soit plus folichon.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mariposa184 Posté le 26 Juillet 2021
    Varsovie, Henryk Telak meurt alors qu'il participe à une thérapie de groupe , appelée "la constellation familiale". Nous suivons le procureur Szacki qui mène l'enquête avec le policier Kuzniecov. J'ai été très intéressée par cette forme de thérapie, par le jeu de dupes auquel se livrent les participants avec un maître du jeu (bien sur)... Un éclairage mesuré sur les pratiques de la police politique polonaise permet d'appréhender le passé de Telak. Quelques longueurs. La vie du procureur, personnage central, cadence l'avancement de l'enquête. Engoncé dans une vie ordinaire, ce procureur ne sait pas s'il doit rester fidèle à sa femme ou continuer à avoir une "aventure" extra conjugale". Une description acide des femmes : sa femme portant une chemise de nuit d'un autre âge, les auréoles sur ses chemisiers, la supposée grosseur ou pas de son amante, la séance des chaussures, l'onanisme dans les toilettes, sa cheffe qui est décrite comme un laideron,... Des petites phrases assez masochistes émaillent ce récit. Un rapport aux femmes qui m'a dérangé.
  • slge80 Posté le 26 Mai 2021
    L’intrigue policière est sympa mais .... Le décorum polonais d’une tristesse, ça ne donne pas envie ( et pourtant je suis polonaise ;) Et de grandes longueurs ennuyeuses qui m’ont donné envie de vite finir le roman pour passer à une écriture plus dynamique
  • karmax211 Posté le 16 Février 2021
    Un mélange de - Les dix petits nègres -, désolé pour l'impolitiquement correct, but I'm too old to change my ways, et - Le crime de l'Orient-Express -, sont les deux enquêtes policières ( là, j'arrondis mes angles lexicaux) auxquelles j'ai associé celle menée par le procureur Teodore Szacki... en Pologne, il semble que le travail de limier soit dévolu à la justice, les flics n'étant que d'utiles collaborateurs... homme de 35 ans, marié à une jeune femme fonctionnaire judiciaire comme son époux, et père d'une petite fille de 7 ans... qui, en ce mois de juin 2005 traverse une crise existentielle, une crise conjugale, professionnelle... une sorte de démon de midi à onze heures moins le quart. Un héros original que cet enquêteur polonais, qui a un rapport au temps très personnel. À 35 ans, il ne cesse de geindre qu'il est vieux, il se choisit une maîtresse de 26 ans et s'imagine presque être un pervers pédophile ( je ne grossis le trait que très légèrement... ), il qualifie un concierge de 68 ans et un homme "d'affaires" de 70 ... de vieillards !!! On s'imagine ce que pourrait donner en France un projet de réforme des retraites avec... Un mélange de - Les dix petits nègres -, désolé pour l'impolitiquement correct, but I'm too old to change my ways, et - Le crime de l'Orient-Express -, sont les deux enquêtes policières ( là, j'arrondis mes angles lexicaux) auxquelles j'ai associé celle menée par le procureur Teodore Szacki... en Pologne, il semble que le travail de limier soit dévolu à la justice, les flics n'étant que d'utiles collaborateurs... homme de 35 ans, marié à une jeune femme fonctionnaire judiciaire comme son époux, et père d'une petite fille de 7 ans... qui, en ce mois de juin 2005 traverse une crise existentielle, une crise conjugale, professionnelle... une sorte de démon de midi à onze heures moins le quart. Un héros original que cet enquêteur polonais, qui a un rapport au temps très personnel. À 35 ans, il ne cesse de geindre qu'il est vieux, il se choisit une maîtresse de 26 ans et s'imagine presque être un pervers pédophile ( je ne grossis le trait que très légèrement... ), il qualifie un concierge de 68 ans et un homme "d'affaires" de 70 ... de vieillards !!! On s'imagine ce que pourrait donner en France un projet de réforme des retraites avec une telle approche... ( digression sans intérêt). À sa décharge il faut dire que ce vieux gamin" ( sa passion... les jeux vidéos ) a les cheveux tout blancs ( ils ont blanchi en une nuit à l'hôpital où la vie de sa fille était en danger), qu'il vit dans un pays qui ne s'est pas encore totalement affranchi de son terrible passé : la guerre, l'occupation nazie et la tutelle de fer du grand frère soviétique, lequel s'il a dû baisser le rideau en 1989, a laissé sur place quelques "succursales" qui ont toujours pignon sur rue. Il suffit juste quelquefois de changer l'enseigne pour tromper le chalant. Comme c'est le cas pour quelques-uns de ces pays de l'Est qui furent soviétisés, la nouvelle économie de marché profite à ceux qui cherchent à en profiter, rarement aux honnêtes gens et jamais aux fonctionnaires d'État qui ne sont considérés que comme des serviteurs asservis. Des hommes et des femmes passionnés par leur vocation professionnelle, malléables et corvéables sans un merci. Teodore Szacki est l'un d'entre eux. Un procureur passionné, intègre et complètement fauché... qui passe une partie de sa vie à compter ses zlotys comme il compte ses cigarettes. Un week-end où il est d'astreinte ou de garde... il est appelé à son domicile. Un homme a été tué, embroché, dans un cloître austère de Varsovie où il participait à une thérapie de groupe appelée " constellation familiale", laquelle consiste en un jeu de rôles qui aurait ou amusé Freud ou l'aurait obligé à augmenter sa dose de cocaïne pour accepter cette défonce pseudo-psychanalytique... Qui était la victime ? Qui sont les membres ayant participé à ce séminaire pour "doux" dingues ? Le coupable est-il l'un d'entre eux ? Telles sont les questions auxquelles notre vieux-jeune procureur va devoir apporter une réponse. Et pour pouvoir y arriver, il va devoir fouiller dans le passé des uns et des autres ( rien de très original ), passé qui est étroitement mêlé au pays dont ils sont les citoyens et dont ils furent, il y a peu, les témoins "impliqués" où pas dans le grand tourbillon que fut son Histoire. Du point de vue narratif, la structure constituée de chapitres qui se lisent sans palpitations mais sans piquer du nez, sont séquencés par des bulletins d'infos concernant la période dans laquelle se situe l'enquête et qui systématiquement se concluent sur les conditions météorologiques du jour, sont un élément, une trouvaille tout à fait bienvenue pour stimuler l'intérêt, la curiosité, la "nostalgie" pour les vieux lecteurs, dont je suis, et pour les autres... plus jeunes. Outre l'aspect polar, le bouquin de Miloszewski a, comme c'est de mode ces dernières années avec des Mankell, des Harvey et d'autres très nombreux, comme intention assumée de sociologiser son propos, de le contextualiser, de rappeler aux lecteurs d'où vient son pays, ce qu'il a vécu, où et comment il en est arrivé là où il en est aujourd'hui, et l'auteur, par ce biais, à son tour s'implique , en se faisant auteur citoyen... témoin engagé de son temps. Le style est convenable, l'intrigue plus intéressante par ses ramifications que par sa nature originelle, la psychologie des personnages est crédible. Le héros enquêteur est à la fois déroutant et crispant, comme le serait un danseur de polka hésitant sans cesse entre des castagnettes et des chaussons de danse. Ne connaissant pas Varsovie, j'avoue que j'ai éprouvé un véritable sentiment d'indigestion à la centaine de noms de rues, de places, de quartiers, de monuments référencés dans ce polar qui se transforme en Guide du Routard pour lecteurs non voyants. Il semble que - Les impliqués - soit le premier tome d'une trilogie... je réfléchirai avant de donner suite ou pas...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zazaboum Posté le 5 Février 2021
    Second livre de Zygmunt Miloszewski que je lis, ce n’est pas un thriller mais un policier. L’histoire est toujours rattachée au passé communiste de la Pologne et des secrets enfouis du Service de Renseignements avant l'éclatement du bloc de l’Est. En Pologne c’est le Procureur qui mène l’enquête et requiert l’aide la police si nécessaire. Lors d’un week-end de thérapie de groupe dans un ancien cloître au cœur de Varsovie, un des participants est retrouvé assassiné le dimanche matin avec une broche à rôtir dans l’œil. Le procureur Teodore Szacki, quadra bien de sa personne mais fonctionnaire sous payé, est chargé de l’enquête. Il va se retrouver à tenter d’ouvrir des portes qu’il est préférable pour sa santé et celle de sa famille à laisser dans l’ombre où elles ont disparu à la fin des années 80 ! Ce n’est pas un polar nerveux et sanglant, l’auteur prend le temps de décrire son personnage principal, ses pensées et ses doutes, voire ses obsessions. Cette enquête est la base pour aborder la politique de l’ancien régime totalitaire et de ses dérives qui continuent à influer sur la vie des représentants de la justice et vraisemblablement des habitants. Quelques touches d’humour... Second livre de Zygmunt Miloszewski que je lis, ce n’est pas un thriller mais un policier. L’histoire est toujours rattachée au passé communiste de la Pologne et des secrets enfouis du Service de Renseignements avant l'éclatement du bloc de l’Est. En Pologne c’est le Procureur qui mène l’enquête et requiert l’aide la police si nécessaire. Lors d’un week-end de thérapie de groupe dans un ancien cloître au cœur de Varsovie, un des participants est retrouvé assassiné le dimanche matin avec une broche à rôtir dans l’œil. Le procureur Teodore Szacki, quadra bien de sa personne mais fonctionnaire sous payé, est chargé de l’enquête. Il va se retrouver à tenter d’ouvrir des portes qu’il est préférable pour sa santé et celle de sa famille à laisser dans l’ombre où elles ont disparu à la fin des années 80 ! Ce n’est pas un polar nerveux et sanglant, l’auteur prend le temps de décrire son personnage principal, ses pensées et ses doutes, voire ses obsessions. Cette enquête est la base pour aborder la politique de l’ancien régime totalitaire et de ses dérives qui continuent à influer sur la vie des représentants de la justice et vraisemblablement des habitants. Quelques touches d’humour allègent un peu la chape de plomb qui semble planer sur la ville ou plus exactement sur le Procureur. Entre chaque chapitre, l’auteur fait un résumé journalistique des événements nationaux, locaux et météo de la journée de l’enquête, une manière de ramener la fiction à la réalité. J’ai eu quelques difficultés avec les noms de famille, plus particulièrement pour les retours en arrière dans l’Histoire, les liens de parentés, les changements de patronymes, mais les idées finissent par se mettre en place quitte à relire certains passages. Challenge MULTI-DEFIS 2021 Challenge MAUVAIS GENRE 2021 Pioche POLAR février 2021
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.