RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Impliqués

            Pocket
            EAN : 9782266254458
            Code sériel : 16160
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Les Impliqués

            Kamil BARBARSKI (Traducteur)
            Date de parution : 08/01/2015
            Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux... Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux est retrouvé mort au réfectoire, une broche à rôtir plantée dans l'œil...
            Pour le procureur Teodore Szacki, l'expérience est allée trop loin. À moins qu'elle n'ait réveillé un passé enfoui, que la Pologne se tue à essayer d'étouffer...

            « On dévore ce polar polonais... Vous allez vous régaler avec cette histoire de thérapie collective qui dégénère. » Pascale Frey – ELLE

            « Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Yann Plougastel – Le Monde

            Cet ouvrage a été finaliste du Grand Prix des lectrices de ELLE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266254458
            Code sériel : 16160
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « On dévore ce polar polonais... Vous allez vous régaler avec cette histoire de thérapie collective qui dégénère. Un polar sociologique, qui n’en oublie pas d’être haletant. » Pascale Frey – ELLE
            « Un roman noir remarquable. » Le Parisien
             « Un polar polonais? C'est nouveau, et c'est réussi. » Le Nouvel Observateur
             « Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Le Monde
             « Si vous avez envie de découvrir une voix différente et originale, Les Impliqués est le roman qu’il vous faut. » Marc Fernandez – Metro News
            « Ça commence comme du Agatha Christie et ça finit comme du Dostoïevski. Avez Les Impliqués, Zygmunt Miloszewski inaugure un genre inédit de polar, à la fois ludique et caustique, léger et grave. » François Lestavel – Paris Match
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • pompimpon Posté le 22 Juillet 2019
              Prenez un week-end de thérapie de groupe organisé au coeur de Varsovie, malencontreusement interrompu par la mort de l'un des participants, une broche à rôtir flanquée dans l'oeil. Prenez donc quatre suspects potentiels, les trois autres participants et le thérapeute. Ajoutez un flic russe amateur de blagues lourdes, mais lourdes… et vous comprendrez que ce dimanche 5 juin 2005, le procureur Teodore Szacki se soit senti plus encore que d'habitude fatigué, découragé, écoeuré par le manque de reconnaissance et d'avenir radieux. En Pologne, les procureurs sont mal payés mais ils doivent mener les enquêtes eux-mêmes pour les affaires importantes. Donc Szacki s'y colle. Il s'y colle d'autant plus que ça peut lui éviter de devoir donner un coup de main à des collègues pour boucler un dossier de trafic de stupéfiants. Il n'est pas bon collègue, pas spécialement sympa non plus, il se sait beau, élégant (ou soigné, selon la personne qui parle…), il excelle dans son travail, il roule en Citroën V6, il en a marre de son mariage qui pourtant tourne bien, et commence à ressentir les effets d'une crise de la quarantaine à 35 ans. De plus, il ne croise pas une femme sans se dire qu'elle est belle, très... Prenez un week-end de thérapie de groupe organisé au coeur de Varsovie, malencontreusement interrompu par la mort de l'un des participants, une broche à rôtir flanquée dans l'oeil. Prenez donc quatre suspects potentiels, les trois autres participants et le thérapeute. Ajoutez un flic russe amateur de blagues lourdes, mais lourdes… et vous comprendrez que ce dimanche 5 juin 2005, le procureur Teodore Szacki se soit senti plus encore que d'habitude fatigué, découragé, écoeuré par le manque de reconnaissance et d'avenir radieux. En Pologne, les procureurs sont mal payés mais ils doivent mener les enquêtes eux-mêmes pour les affaires importantes. Donc Szacki s'y colle. Il s'y colle d'autant plus que ça peut lui éviter de devoir donner un coup de main à des collègues pour boucler un dossier de trafic de stupéfiants. Il n'est pas bon collègue, pas spécialement sympa non plus, il se sait beau, élégant (ou soigné, selon la personne qui parle…), il excelle dans son travail, il roule en Citroën V6, il en a marre de son mariage qui pourtant tourne bien, et commence à ressentir les effets d'une crise de la quarantaine à 35 ans. De plus, il ne croise pas une femme sans se dire qu'elle est belle, très belle, ou moche, très moche, ou pas à son goût, ou à son goût mais, ou trop, ou pas assez, et c'est sa supérieure qui en prend le plus pour son grade dans ces pages. Elle est sensible au charme de son procureur, qui la trouve très laide et craint manifestement qu'elle ne se déclare. Bref, ce n'est pas le genre de type dont j'accrocherais la photo au-dessus de mon lit. J'ai passé près de cent pages à le trouver imbu de lui-même, envieux et geignard, et à ramer sur cette enquête que je voyais aller mollement dans le mur. Et puis, ça a commencé à m'accrocher davantage. Pourquoi ? Oh, pas pour cette vision de la thérapie des constellations familiales que je trouve assez outrancière, bien que les références à Bert Hellinger qui en a posé les bases ne manquent pas. Pas non plus pour l'humour très potache du flic russe, bien sympathique pourtant. Ni pour les questions existentielles du procureur à propos de son couple et du fait qu'il pense n'avoir pas assez profité de la vie. Et moins encore pour l'enquête en elle-même, qui piétine, piétine, piétine. Alors quoi ? Alors Varsovie respire à chaque page ou presque, Varsovie détruite à 84% durant la Seconde Guerre mondiale, le phoenix relevé de ses cendres à coups de restaurations à l'identique télescopant de purs produits de l'architecture stalinienne, et des quartiers périphériques devenus tentaculaires. Impossible de m'en faire une idée claire, mais j'y ai suivi le procureur Szacki sans rechigner, cherchant tout de même à imaginer les lieux. Et puis le passé de la Pologne, qui ne passe pas davantage là qu'ailleurs, ressurgit comme une remontée d'égout après un gros orage. Toute une population surveillée, aux aguets, pendant des dizaines d'années, les mouchards, les agents, les tortionnaires en son coeur… On a beau croire le contraire, on ne change pas une équipe qui gagne. L'ère soviétique, la loi martiale de 1981 pour faire taire les vélléités d'indépendance vis-à-vis du grand frère russe portées par Solidarno#347;#263; ont laissé des traces indélébiles, les conséquences de l'ouverture-à-l'économie-de-marché pour ceux qu'elle laisse de côté aussi. Szacki s'y cogne fatalement, la lourdeur toute administrative de son travail la lui rappelle régulièrement. Cet aspect-là également m'a beaucoup intéressée, ce qu'est le quotidien d'un procureur à Varsovie, quelles décisions il peut prendre, comment, quelles latitudes il peut avoir, quels cas lui sont soumis. Szacki doit régulièrement passer par la case "bureau de Janina Chorko, procureur de la République rattachée au tribunal de grande instance de Varsovie-Centre", sa directrice. Ces entrevues donnent lieu à des conversations très instructives sur le poste de procureur, la loi, le fonctionnement, la société et les dirigeants polonais. Enfin, chaque journée commence par un résumé de l'actualité, Varsovie en 2005 comme si vous y étiez. C'est très malin pour plonger davantage dans cet univers et cette ambiance. Pour ces raisons-là bien plus que pour l'enquête qui s'enlise avant de rebondir sur un indice capilotracté en diable qui emmène à sa conclusion logique à plusieurs rebondissements obligatoires, bien plus que pour la personnalité de Teodore Szacki, je vais m'attaquer prochainement à la suite de ces Impliqués. Pologne, quand tu nous tiens !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Crazynath Posté le 22 Juillet 2019
              Je pense qu’avec la lecture du polar « Les impliqués » de Zygmunt Miloszewski j’ai dû lire pour la première fois une œuvre d’un auteur polonais. Un voyage dépaysant donc pour ma part, car il faut reconnaitre que je ne connais pas grand-chose à ce pays si ce n’est le nom de quelques villes et hommes politiques. Il a cependant que je m’habitue au cours de ma lecture à tous ces noms comportant des Y, des W, des Z et des K un peu partout…Bon, au bout d’un moment, on s’y habitue, il faut le reconnaitre. Donc, plongée dans le cœur de Varsovie, avec un groupe isolé du reste du monde (ou presque) puisqu’il entame une thérapie sous la direction de Cezary Rudzki. Un des participants va être assassiné de façon assez particulière et on ne peut s’empêcher d’imaginer que le coupable ne peut être que l’un des autres participants au vu du huis-clos existant. L’enquête va être menée par le procureur Teodore Szacki. Eh oui, en Pologne, même si les procureurs sont assistés par des policiers, ce sont bien eux qui mènent l’enquête. Cela change singulièrement des polars que j’avais l’habitude de lire. Cette enquête, qui va se mener au rythme... Je pense qu’avec la lecture du polar « Les impliqués » de Zygmunt Miloszewski j’ai dû lire pour la première fois une œuvre d’un auteur polonais. Un voyage dépaysant donc pour ma part, car il faut reconnaitre que je ne connais pas grand-chose à ce pays si ce n’est le nom de quelques villes et hommes politiques. Il a cependant que je m’habitue au cours de ma lecture à tous ces noms comportant des Y, des W, des Z et des K un peu partout…Bon, au bout d’un moment, on s’y habitue, il faut le reconnaitre. Donc, plongée dans le cœur de Varsovie, avec un groupe isolé du reste du monde (ou presque) puisqu’il entame une thérapie sous la direction de Cezary Rudzki. Un des participants va être assassiné de façon assez particulière et on ne peut s’empêcher d’imaginer que le coupable ne peut être que l’un des autres participants au vu du huis-clos existant. L’enquête va être menée par le procureur Teodore Szacki. Eh oui, en Pologne, même si les procureurs sont assistés par des policiers, ce sont bien eux qui mènent l’enquête. Cela change singulièrement des polars que j’avais l’habitude de lire. Cette enquête, qui va se mener au rythme des disponibilités de Szacki, nous permet d’avoir une vision de la Pologne du début du vingt et unième siècle. Cependant, l’empreinte de la période communiste est encore bien présente et certaines institutions comme les administrations sont encore bien imprégnées de leurs méthodes. J’ai eu de la peine au début à m’attacher au personnage central que je trouvais un peu trop dans ses atermoiements et ses tergiversations. En effet, Teodore est à une période charnière de sa vie puisqu’il nous fait sa crise de la quarantaine. A partir du moment où j’ai réalisé qu’il avait les cheveux bien gris, je me suis plu à me l’imaginer sous les traits de Richard Gere et tout à coup j’ai lu l’histoire avec plus d’intérêt. J’ai bien aimé cette histoire avec une enquête bien menée et je compte bien lire les deux tomes suivant puisque nous allons y retrouver Szacki. Une lecture fort sympathique, même si je ne parlerais pas de coup de cœur. Lecture Commune Polar du mois de juillet 2019 Lecture Séries 2019
              Lire la suite
              En lire moins
            • amanline Posté le 20 Juillet 2019
              Varsovie, juin 2005. Au cours d'une thérapie collective, l'un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir dans l'œil. Malgré son mal être avéré, il semble peu probable que l'interressé soit passé à l'acte de cette manière. C'est donc au procureur Teodore Szacki que va être attribuée l'enquête. Ce dernier englué dans ses propres remises en question concernant son travail mais surtout sa vie de couple (et oui, la crise de la presque quarantaine dans toute sa splendeur), va devoir mener de front ses envies de changement et sa quête de justice. Cette nouvelle lecture commune est pour moi une réelle découverte. Je ne connaissais ni l'auteur, ni le système judiciaire polonais assez différent du notre. L'auteur avec son écriture fluide nous plonge avec cette simple enquête dans l'histoire sombre et sordide de la Pologne des années 80, où l'état totalitaire et la police secrète étaient de circonstance. Le personnage du procureur, prêt à tout sacrifier, n'est pas des plus attachant mais plutôt contreversé pour ma part, ou simplement peut-être trop en phase avec la réalité et mon cerveau féminin... J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire par moment, peut-être dû à quelques passages un peu longs ou... Varsovie, juin 2005. Au cours d'une thérapie collective, l'un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir dans l'œil. Malgré son mal être avéré, il semble peu probable que l'interressé soit passé à l'acte de cette manière. C'est donc au procureur Teodore Szacki que va être attribuée l'enquête. Ce dernier englué dans ses propres remises en question concernant son travail mais surtout sa vie de couple (et oui, la crise de la presque quarantaine dans toute sa splendeur), va devoir mener de front ses envies de changement et sa quête de justice. Cette nouvelle lecture commune est pour moi une réelle découverte. Je ne connaissais ni l'auteur, ni le système judiciaire polonais assez différent du notre. L'auteur avec son écriture fluide nous plonge avec cette simple enquête dans l'histoire sombre et sordide de la Pologne des années 80, où l'état totalitaire et la police secrète étaient de circonstance. Le personnage du procureur, prêt à tout sacrifier, n'est pas des plus attachant mais plutôt contreversé pour ma part, ou simplement peut-être trop en phase avec la réalité et mon cerveau féminin... J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire par moment, peut-être dû à quelques passages un peu longs ou simplement de mon fait. Quant à la psychologie, basée sur le jeu de rôle, je reste un peu dubitative malgré la véracité de cette théorie. Pour moi, ce roman ne sera pas un réel coup de cœur, mais un bon roman que je conseille à tous ceux qui veulent sortir de leur zone de confort et découvrir de nouveaux horizons. D'ailleurs lorsque j'en aurai l'occasion, je lirai la suite, il me semble que c'est une trilogie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lehibook Posté le 25 Mai 2019
              Il parait que pour traverser des sables mouvants il faut courir le plus vite possible. Alors il court Teodore Szaki , procureur à Varsovie , pour ne pas être englouti par le marasme professionnel, les tentations de corruption ,les incertitudes de son couple, une société de plus en plus crispée. Mais une affaire étrange va le confronter à un marécage autrement dangereux,celui d’un passé « qui ne veut pas passer ». Un récit solidement charpenté ,une noirceur illuminée par des éclairs d’humour et un héros attachant dans son ambiguïté voilà de quoi faire un excellent roman policier.
            • zakfm Posté le 6 Avril 2019
              Après avoir lu avec grand plaisir le 3ème tome de la trilogie, je me suis régalé avec le premier. Toujours cette belle écriture empreinte d’ironie et d’une certaine poésie un peu triste pour nous faire suivre le procureur Téo. Celui-ci a tout pour être heureux. Mais non…Il se pose trop de questions. En fait, sa beauté et son intelligence sont la cause de son malheur. Et surtout son honnêteté.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.