Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266254458
Code sériel : 16160
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Les Impliqués

Kamil BARBARSKI (Traducteur)
Date de parution : 08/01/2015
Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux... Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l'ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d'intensité. Au point qu'un matin, l'un d'entre eux est retrouvé mort au réfectoire, une broche à rôtir plantée dans l'œil...
Pour le procureur Teodore Szacki, l'expérience est allée trop loin. À moins qu'elle n'ait réveillé un passé enfoui, que la Pologne se tue à essayer d'étouffer...

« On dévore ce polar polonais... Vous allez vous régaler avec cette histoire de thérapie collective qui dégénère. » Pascale Frey – ELLE

« Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Yann Plougastel – Le Monde

Cet ouvrage a été finaliste du Grand Prix des lectrices de ELLE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266254458
Code sériel : 16160
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« On dévore ce polar polonais... Vous allez vous régaler avec cette histoire de thérapie collective qui dégénère. Un polar sociologique, qui n’en oublie pas d’être haletant. » Pascale Frey – ELLE
« Un roman noir remarquable. » Le Parisien
 « Un polar polonais? C'est nouveau, et c'est réussi. » Le Nouvel Observateur
 « Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Le Monde
 « Si vous avez envie de découvrir une voix différente et originale, Les Impliqués est le roman qu’il vous faut. » Marc Fernandez – Metro News
« Ça commence comme du Agatha Christie et ça finit comme du Dostoïevski. Avez Les Impliqués, Zygmunt Miloszewski inaugure un genre inédit de polar, à la fois ludique et caustique, léger et grave. » François Lestavel – Paris Match
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MesPolars Posté le 31 Août 2020
    Après une série de romans plus ou moins décevants, j’avais très envie d’un polar classique, le genre bien ficelé, avec un crime, un mystère, un officiel qui cherche la solution. De préférence sur fond de description sociale plus ou moins critique et, cerise sur le gâteau, est-ce que je pourrais apprendre quelque chose ? J’ai été servie et plutôt bien servie. CE QUE J’AI AIMÉ : Le style. Simple, précis et direct, sans fioriture, mais recherché et efficace. Beaucoup de réflexions cyniques ou désabusées – et plutôt justes : Comme c’est révoltant de n’avoir qu’une seule vie, se dit Szacki, et que celle-ci nous lasse si vite. Ses contacts avec les policiers lui faisaient parfois penser au travail d’un instituteur dans une classe où tous les enfants seraient atteints de troubles de l’attention et d’hyperactivité, tant ils réclamaient de patience et de maîtrise de soi – Ce qui veut dire que plus on monte les échelons et plus on s’approche de notre chef à tous, qui est un politicien débile parachuté chez nous pour faire gagner à ses petits camarades des points dans les sondages. – Exactement. Mais je vous prie de ne pas le répéter devant la presse, à moins que vous ne souhaitiez... Après une série de romans plus ou moins décevants, j’avais très envie d’un polar classique, le genre bien ficelé, avec un crime, un mystère, un officiel qui cherche la solution. De préférence sur fond de description sociale plus ou moins critique et, cerise sur le gâteau, est-ce que je pourrais apprendre quelque chose ? J’ai été servie et plutôt bien servie. CE QUE J’AI AIMÉ : Le style. Simple, précis et direct, sans fioriture, mais recherché et efficace. Beaucoup de réflexions cyniques ou désabusées – et plutôt justes : Comme c’est révoltant de n’avoir qu’une seule vie, se dit Szacki, et que celle-ci nous lasse si vite. Ses contacts avec les policiers lui faisaient parfois penser au travail d’un instituteur dans une classe où tous les enfants seraient atteints de troubles de l’attention et d’hyperactivité, tant ils réclamaient de patience et de maîtrise de soi – Ce qui veut dire que plus on monte les échelons et plus on s’approche de notre chef à tous, qui est un politicien débile parachuté chez nous pour faire gagner à ses petits camarades des points dans les sondages. – Exactement. Mais je vous prie de ne pas le répéter devant la presse, à moins que vous ne souhaitiez attendre votre retraite au sein du service de la correspondance générale L’intrigue. Assez compliquée pour qu’on s’y perde, mais quand tout s’éclaire, tout s’éclaire. Il n’y a pas profusion d’hémoglobine ni empilement de cadavres pour faire oublier la pauvreté du scénario. On apprend des choses. Sur la société polonaise des années 2000, sur les pratiques du régime communiste et aussi sur cette incroyable méthode des constellations familiales – une méthode de thérapie familiale transgénérationnelle. CE QUE J’AI MOINS AIMÉ Le procureur Szacki est un type assez antipathique ; il est grognon, il passe son temps à se plaindre de son sort, je l’ai trouvé plutôt hypocrite et assommant, avec un côté moralisateur. Bref, je ne l’inviterai pas à dîner. C’est dommage, parce que le Procureur Szacki a des tourments rarement abordés de cette façon dans les romans policiers. Là où on trouve généralement des flics divorcés qui ne voient plus leurs enfants parce qu’ils puent l’alcool, Szacki a une femme et une fille. Ce qui n’empêche pas ses tourments, ce qui ne l’empêche pas de se poser des questions existentielles et morales. Les autres personnages sont à l’avenant. Bien qu’ils soient crédibles, avec une psychologie propre, aucun n’est attachant. Est-ce un problème de dissonnance culturelle ? Pourquoi pas. Mais je n’aime pas leurs personnalités et je n’ai pas éprouvé d’empathie pour eux. Le début est très bien, la fin est très bien, il y a quand même un moment au cours du livre où ça tourne un peu en rond, où ça manque de souffle. Et ce moment du livre est pollué par les états d’âme de Szacki, ce qui n’arrange pas les choses. MON AVIS Les impliqués est le premier roman policier de Zygmunt Miloszewski. On n’est pas dans le coup de coeur, principalement à cause de cette absence d’émotion ; ça m’arrive souvent de ne pas aimer les protagonistes de mes écrivains favoris (je n’aime pas Eloise Bouquet, l’héroine de la Fille de Kali, du Cheptel et de Double Amnésie, et je n’aime pas non plus Xavier Martel, le héros du Chercheur d’âme et de Sous un ciel d’abîme, ce qui ne m’a pas empêchée d’adorer ces romans) et ce n’est pas un problème. La mécanique des Impliqués est implacable et j’ai particulièrement aimé cette rigueur. C’est un livre pour tous ceux qui aiment les bons polars et qui ne sont pas à la recherche d’émotions fortes. Ceux qui ont aimé Haine pour Haine ou les Chemins de la Haine, par exemple, y trouveront leur bonheur, mais aussi ceux qui ont aimé Dans son silence ou Les refuges.
    Lire la suite
    En lire moins
  • metteholl Posté le 29 Août 2020
    Théodore Szacki est procureur à Varsovie. Il va être chargé du meurtre d'Henrik Télak commis dans un monastère lors d'un séminaire d'une thérapie bien particulière, la théorie de la constellation familiale. Cette thérapie collective doit permettre à chaque participant de résoudre ses problèmes intimes au travers de jeux de rôles. Le procureur Szacki va chercher dans le passé et dans la personnalité de Télak la clef de toute l'affaire. Il pense que mieux le connaître augmentera ses chances de comprendre les mobiles de l'assassin. Ainsi démarre une enquête classique, interrogatoires de chacun des participants, traque du moindre détail, fouille du passé, et le passé c'est aussi celui de la Pologne du temps de la dictature communiste et de ses sbires. Cette enquête s'inscrit dans un cadre judiciaire différent de ce que l'on peut connaître en France. Il nous ai donné de découvrir ce système avec le rôle attribué à la police et à la justice. L'auteur donne corps à la ville de Varsovie et nous embarque dans les rues de la capitale polonaise entre passé et modernité. Il prend le temps au fil des pages de dévoiler les lieux, les monuments et leur histoire. Le personnage principal, outre Varsovie, c'est... Théodore Szacki est procureur à Varsovie. Il va être chargé du meurtre d'Henrik Télak commis dans un monastère lors d'un séminaire d'une thérapie bien particulière, la théorie de la constellation familiale. Cette thérapie collective doit permettre à chaque participant de résoudre ses problèmes intimes au travers de jeux de rôles. Le procureur Szacki va chercher dans le passé et dans la personnalité de Télak la clef de toute l'affaire. Il pense que mieux le connaître augmentera ses chances de comprendre les mobiles de l'assassin. Ainsi démarre une enquête classique, interrogatoires de chacun des participants, traque du moindre détail, fouille du passé, et le passé c'est aussi celui de la Pologne du temps de la dictature communiste et de ses sbires. Cette enquête s'inscrit dans un cadre judiciaire différent de ce que l'on peut connaître en France. Il nous ai donné de découvrir ce système avec le rôle attribué à la police et à la justice. L'auteur donne corps à la ville de Varsovie et nous embarque dans les rues de la capitale polonaise entre passé et modernité. Il prend le temps au fil des pages de dévoiler les lieux, les monuments et leur histoire. Le personnage principal, outre Varsovie, c'est le procureur Théodore Szacki : un homme marié qui s'ennuie dans sa vie et dans son travail et qui aspire au changement. Cette affaire à résoudre sera l'occasion pour lui d'entrevoir de nouveaux horizons aussi bien personnel que professionnel. L'auteur nous délivre une fine analyse intime de ce fonctionnaire de justice à un croisement de sa vie. Je l'ai trouvé attachant et crédible. Plus généralement l'auteur nous délivre un portrait psychologique de chaque personnage du roman. Ce qui les rend vivants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • julienraynaud Posté le 4 Août 2020
    Beaucoup d'ingrédients qui s'émulsionnent adroitement pour un bon moment de lecture : de la psychanalyse, des services secrets (mais pas trop), une intrigue amoureuse et la vie perso du procureur héros. Si le film existe, il doit être très bien, surtout au vu des fausses fins/résolutions de l'intrigue. Initialement sorti chez Mirobole, ce livre a été repris en poche chez Pocket Thriller (avec la goutte de sang sur la tranche) et je vais finir par croire que tout ce que reprend Pocket "goutte de sang" est une promesse de réussite.
  • py314159 Posté le 23 Mai 2020
    Varsovie en 2005. Le procureur Teodore Szacki est chargé d'enquêter sur un crime commis pendant une constellation familiale, une sorte de thérapie de groupe, organisée par le Dr Rudzki. Son enquête le plonge dans un passé que tout le monde ne veut pas voir ressurgir. Zygmunt Miloszewski signe un thriller marquant qui ouvre une porte sur la Pologne actuelle et passée.
  • Malahide75 Posté le 7 Avril 2020
    Les amateurs du genre ont pu expérimenter, au fil de leurs lectures, les différences qui existent entre le polar, le thriller et le roman policier. Sous ces dénominations se cachent un mode de narration et un style propres, que l’on peut caricaturer par une modernité pour les uns vs un classicisme pour l’autre. Z. Miloszewski parodie ces distinctions dans son roman même : une histoire moderne, mettant en jeu un jeune et beau procureur, confronté à une forme originale de psychothérapie, le tout dans une narration classique, lente, d’une recherche méthodique d’un coupable, façon Hercule Poirot. A la jonction, la ville de Varsovie, ville emblématique d’un pan historique, coincée dans son histoire et aspirant à un nouvel essor. Ce premier tome d’une trilogie est donc déstabilisant, mais également propre à piquer la curiosité du lecteur, qui sera tenté de lire ce qu’il advient de cette confrontation entre moderne et ancien.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.