Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266298629
Code sériel : 17720
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm
L'Homme qui aimait trop les livres
Cyril Gay (traduit par)
Date de parution : 02/01/2020
Éditeurs :
Pocket

L'Homme qui aimait trop les livres

Cyril Gay (traduit par)
Date de parution : 02/01/2020
Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l'histoire d'une traque haletante entre deux amoureux du livre.

Jusqu'où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux...
Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l'histoire d'une traque haletante entre deux amoureux du livre.

Jusqu'où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu'où iriez-vous pour avoir une bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
L’Américain John Gilkey a dérobé pour 200 000...
Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l'histoire d'une traque haletante entre deux amoureux du livre.

Jusqu'où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu'où iriez-vous pour avoir une bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
L’Américain John Gilkey a dérobé pour 200 000 dollars de livres anciens. Son but, réunir une collection à son image. C'était compter sans la ténacité de Ken Sanders, libraire irascible, qui s'improvise détective et mène l'enquête.
À travers le récit de cette traque, l'auteur nous plonge dans l'univers fascinant du livre ancien en se posant toujours cette question : de quoi serions-nous capables par amour des livres ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266298629
Code sériel : 17720
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Allison Hoover Bartlett nous interroge sur notre rapport charnel à la littérature et nous ouvre l’univers des collectionneurs de livres rares. » 
Paris Match

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bruxellensia Posté le 5 Novembre 2021
    Le LIVRE est la vedette de ce roman original à l'histoire vraie. John Gilkey, l'homme qui aimait trop les livres, Ken Sanders, le marchand de livres précieux et Kenneth Munson, l'inspecteur de police sont les trois protagonistes principaux. L'auteure les a interrogé pour rédiger son roman. John Gilkey se constitue une bibliothèque de livres rares selon une méthode bien peu orthodoxe. Il n'achète pas les volumes, il les vole d'une singulière manière : par escroquerie à la carte bleue. La personnalité de John Gilkey et son modus operandi m'ont intéressée. L'escroc a une personnalité trouble et est plus victime d'un problème psychologique que d'une passion pour les livres. Moi-même, passionnée par la lecture en général et l'achat d'ouvrages précieux en vente publique d'un point de vue professionnel, j'ai adhéré au principe de cet ouvrage finalement mi-roman, mi-documentaire. Malheureusement, j'ai été rapidement déçue par l'indigence du vocabulaire technique - pas très compliqué d'ailleurs- en matière de livres rares : pas une seule fois je n'ai lu édition princeps alors que Gilkey collectionne essentiellement des premiers tirages, pas le mot antiquariat pour des livres précieux et rares seulement le mot pépite, des formats de livres exprimés en centimètres alors qu'en... Le LIVRE est la vedette de ce roman original à l'histoire vraie. John Gilkey, l'homme qui aimait trop les livres, Ken Sanders, le marchand de livres précieux et Kenneth Munson, l'inspecteur de police sont les trois protagonistes principaux. L'auteure les a interrogé pour rédiger son roman. John Gilkey se constitue une bibliothèque de livres rares selon une méthode bien peu orthodoxe. Il n'achète pas les volumes, il les vole d'une singulière manière : par escroquerie à la carte bleue. La personnalité de John Gilkey et son modus operandi m'ont intéressée. L'escroc a une personnalité trouble et est plus victime d'un problème psychologique que d'une passion pour les livres. Moi-même, passionnée par la lecture en général et l'achat d'ouvrages précieux en vente publique d'un point de vue professionnel, j'ai adhéré au principe de cet ouvrage finalement mi-roman, mi-documentaire. Malheureusement, j'ai été rapidement déçue par l'indigence du vocabulaire technique - pas très compliqué d'ailleurs- en matière de livres rares : pas une seule fois je n'ai lu édition princeps alors que Gilkey collectionne essentiellement des premiers tirages, pas le mot antiquariat pour des livres précieux et rares seulement le mot pépite, des formats de livres exprimés en centimètres alors qu'en bibliophilie on parle de in4, in8, in 16. L'ouvrage comporte beaucoup de notes en fin de volume venant appuyer les dires de l'auteure. Quelques notes supplémentaires sur un vocabulaire approprié n'aurait pas fait de mal. Ceci dit, l'ouvrage reste plaisant d'autant plus qu'il a demandé beaucoup de recherche à l'auteure et un brin d'audace.
    Lire la suite
    En lire moins
  • anneqlf Posté le 29 Juillet 2021
    Je pensais que l'homme qui aimait trop les livres était un roman, mais en fait c'est une pure enquête ! L'auteure a rencontré John Gilkey, connu pour ses vols à la carte bancaire, chez les libraires de livres anciens. Ainsi que son plus féroce ennemi, le libraire Ken Sanders ! On se croirait vraiment dans un roman policier. Ce que j'ai apprécié le plus, au-delà de l'enquête, bien intéressante, quoique un peu trop longuement narrée (un peu moins de redites, et j'aurais mis 4 étoiles), ce sont les nombreuses mentions de livres et beaucoup d'explications sur l'univers du livre ancien.
  • LePamplemousse Posté le 18 Janvier 2021
    Quelle lecture ! J’ai dévoré ce livre et j’ai adoré découvrir l’univers des collectionneurs de livres rares. L’auteure est journaliste mais son ouvrage se lit comme un roman. Elle nous raconte une traque réelle, celle d’un libraire qui part en guerre contre un voleur de livres. Ca pourrait paraitre anecdotique s’il s’agissait du vol d’un livre valant quelques dollars, mais on parle ici de livres anciens qui valent des milliers de dollars. Mais ce livre nous parle avant tout d’une passion ou plutôt d’une addiction dévorante, celle d’un homme qui ressent le besoin de posséder des ouvrages précieux, épuisés, des premières éditions, des livres difficiles à trouver et à se procurer, des livres qu’il serait le seul à posséder. L’auteure nous fait découvrir l’univers des salons de collectionneurs, elle nous fait rencontrer des libraires et des collectionneurs, tous passionnés par les livres rares : des livres très anciens, des livres introuvables, des livres avec des particularités comme une dédicace ou un dessin ajouté dans la marge par l’auteur, des livres uniques en somme. Elle va nous parler de littérature, mais surtout de vieux papiers, car aussi étrange que cela paraisse, il semblerait que les collectionneurs de livres rares ne lisent pas forcément les livres... Quelle lecture ! J’ai dévoré ce livre et j’ai adoré découvrir l’univers des collectionneurs de livres rares. L’auteure est journaliste mais son ouvrage se lit comme un roman. Elle nous raconte une traque réelle, celle d’un libraire qui part en guerre contre un voleur de livres. Ca pourrait paraitre anecdotique s’il s’agissait du vol d’un livre valant quelques dollars, mais on parle ici de livres anciens qui valent des milliers de dollars. Mais ce livre nous parle avant tout d’une passion ou plutôt d’une addiction dévorante, celle d’un homme qui ressent le besoin de posséder des ouvrages précieux, épuisés, des premières éditions, des livres difficiles à trouver et à se procurer, des livres qu’il serait le seul à posséder. L’auteure nous fait découvrir l’univers des salons de collectionneurs, elle nous fait rencontrer des libraires et des collectionneurs, tous passionnés par les livres rares : des livres très anciens, des livres introuvables, des livres avec des particularités comme une dédicace ou un dessin ajouté dans la marge par l’auteur, des livres uniques en somme. Elle va nous parler de littérature, mais surtout de vieux papiers, car aussi étrange que cela paraisse, il semblerait que les collectionneurs de livres rares ne lisent pas forcément les livres qu’ils acquièrent. Ils sont obsédés par l’objet livre en lui-même, plutôt que par son contenu. Et l’auteure va surtout rencontrer et avoir une relation « livresque » avec le fameux voleur en question, un homme plusieurs fois arrêté pour vol de livres. Il va ainsi lui expliquer d’où vient sa passion pour les livres, quels sont ceux qui font vibrer son cœur et pourquoi il n’arrête pas de voler alors même qu’il enchaine les séjours en prison. J’ai été totalement envoutée à mon tour par cet univers, que je ne connaissais pas du tout, et j’ai été subjuguée par cette histoire, à la fois la traque acharnée d’un libraire pugnace et celle d’un collectionneur que rien ne peut arrêter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Noemie67 Posté le 30 Septembre 2020
    Allison Hoover Bartlett signe là un récit nous retraçant son enquête sur criminel, voleur de livre ancien aux Etats-Unis John Gikley. Au-delà de sa recherche de la compréhension du fonctionnement de ce voleur longtemps impuni, la plongée dans le milieu très fermé des collectionneurs de livres anciens et de ces libraires spécialisés étaient vraiment très intéressante. Malgré tout, on est parfois perdu tant les informations sont nombreuses et parfois mal ordonnées (l'auteure saute du coq à l'âne sur certains passages).
  • besath Posté le 21 Septembre 2020
    Assurément, ce livre restera dans un petit coin de ma tête pendant longtemps! Allison Hoover Bartlett est une journaliste américaine. Elle écrit pour The New York Times, The Washington Post et le San Francisco Chronicle Magazine. Dans L'homme qui aimait trop les livres, elle retrace le parcours de John Gilkey, un voleur de livres et de documents prolifique qui a volé environ 200 000 $ US de livres et manuscrits rares. Et c'est juste hallucinant! Proche du roman, ce livre qui est en fait un travail journalistique, m'a tenu en haleine du début à la fin. Sa traque du voleur de livre, puis sa rencontre et enfin les interviews de John Gilkey notamment en prison sont juste incroyables. Tour à tour, on s'immerge dans un roman policier, puis psychologique, puis biographique ou tous les trois à la fois! Beau travail de madame Allison Hoover Bartlett, qui en plus d'un travail journalistique exceptionnel, est une écrivaine de talent. L'homme qui aimait trop les livres est son premier roman. Mais son nom est, à mon avis, à retenir. En tous les cas, si Madame Allison Hoover Bartlett décidait d'écrire un deuxième roman, je me précipiterais dans un librairie préférée pour vite me le procurer!
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    16 livres qui parlent de livres pour le plus grand plaisir des bibliophiles

    Ils n'ont jamais les mêmes goûts, peuvent s'affronter pendant des heures sur des détails, mais s'il y a bien une chose sur laquelle les lecteurs se rejoignent c'est que rien ne vaut un bon livre. La seule exception ? Les livres qui parlent de littérature, qui mettent en scène auteurs et lecteurs, dont l'intrigue plante son décor dans une librairie ou dans une bibliothèque. Ces livres-là sont de véritables pépites et les cadeaux parfait à offrir aux bibliophiles de son entourage, ou à s'offrir évidemment.

    Lire l'article