Lisez! icon: Search engine
Lord Cochrane vs l'Ordre des catacombes
Jacques Fuentealba (traduit par)
Date de parution : 10/02/2022
Éditeurs :
Pocket

Lord Cochrane vs l'Ordre des catacombes

Jacques Fuentealba (traduit par)
Date de parution : 10/02/2022
Lord Cochrane revient dans une nouvelle aventure, cette fois, au cœur de Paris.
Plus de dix ans que le marin le plus audacieux de tous les temps, le grand Lord Cochrane, a défait la terreur immémoriale et cosmique, le monstrueux Cthulhu. Parti libérer... Plus de dix ans que le marin le plus audacieux de tous les temps, le grand Lord Cochrane, a défait la terreur immémoriale et cosmique, le monstrueux Cthulhu. Parti libérer avec succès les Amériques et en route pour faire de même en Grèce, le célèbre héros écossais reçoit une missive... Plus de dix ans que le marin le plus audacieux de tous les temps, le grand Lord Cochrane, a défait la terreur immémoriale et cosmique, le monstrueux Cthulhu. Parti libérer avec succès les Amériques et en route pour faire de même en Grèce, le célèbre héros écossais reçoit une missive de Champollion le Jeune qui le presse de revenir à Paris : l’un de ses amis a été assassiné et il serait en possession d’un manuscrit de la main même de Jules César prouvant l’existence de Cthulhu et révélant l’emplacement de la mythique R’lyeh. Il n’en faut pas plus pour que notre héros retrouve ses anciens alliés et se lance dans l’enquête. Oui, mais dans l’ombre se tapit l'Ordre des Catacombes, bien décidé à ce que certains secrets restent cachés….
 
« Cochrane vs l'Ordre des Catacombes est un page turner assez époustouflant, une réussite dans le genre. » Quoi de neuf sur ma pile ?
 
« Une rare mixture littéraire, hautement endiablée, haletante de bout en bout. » Hugues Robert, Librairie Charybde
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266322294
Code sériel : 00732
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266322294
Code sériel : 00732
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une découverte qui confirme son excellence et augure de lectures encore plus divertissantes et instructives à venir. Je demeure admiratif de la capacité de Gilberto Villarroel à créer une uchronie aussi solide que plaisante à lire, sachant introduire dans les failles de notre histoire des leviers alternatifs, pour y créer des des zones de flous passionnantes à parcourir en compagnie de Lord Cochrane et ses alliés. »
Le Syndrome Quickson

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tachan 19/07/2022
    Décidément, j'aime vraiment beaucoup cette collection des "étoiles montantes de l'imaginaire" de Pocket. Chaque texte est différent du précédent mais se dévore en moins de deux grâce aux univers addictifs sélectionnés. Après l'orient, après les loups garous, c'est une petite revisite lovecraftienne à la sauce historique et policière qui nous est proposée ici et tel les romans pulp de l'époque, je l'ai englouti très très rapidement, le sourire aux lèvres et le coeur à cent à l'heure. Depuis quelques année, Gilberto Villarroel, auteur, scénariste et producteur de télé et de cinéma chilien s'amuse à utiliser un personnage historique méconnu : Lord Cochrane pour lui faire vivre de drôles d'aventures dans un XIXe siècle à la fois réaliste et fictif où le fantastique est au tournant de chaque maison. Il s'attaque dans les premiers tomes à la figure de Cthulhu, célèbre créature lovecraftienne, mais fait partir son héros dans une autre direction avec le Trésor de Selkirk dans le troisième tome qui vient de paraître, ce qui montre bien l'imagination dont il sait faire preuve. Je n'ai pas lu le premier tome avant de plonger dans la suite des aventures de ce "détective" anglais mais cela s'est fait sans le moindre souci, ce... Décidément, j'aime vraiment beaucoup cette collection des "étoiles montantes de l'imaginaire" de Pocket. Chaque texte est différent du précédent mais se dévore en moins de deux grâce aux univers addictifs sélectionnés. Après l'orient, après les loups garous, c'est une petite revisite lovecraftienne à la sauce historique et policière qui nous est proposée ici et tel les romans pulp de l'époque, je l'ai englouti très très rapidement, le sourire aux lèvres et le coeur à cent à l'heure. Depuis quelques année, Gilberto Villarroel, auteur, scénariste et producteur de télé et de cinéma chilien s'amuse à utiliser un personnage historique méconnu : Lord Cochrane pour lui faire vivre de drôles d'aventures dans un XIXe siècle à la fois réaliste et fictif où le fantastique est au tournant de chaque maison. Il s'attaque dans les premiers tomes à la figure de Cthulhu, célèbre créature lovecraftienne, mais fait partir son héros dans une autre direction avec le Trésor de Selkirk dans le troisième tome qui vient de paraître, ce qui montre bien l'imagination dont il sait faire preuve. Je n'ai pas lu le premier tome avant de plonger dans la suite des aventures de ce "détective" anglais mais cela s'est fait sans le moindre souci, ce qui me fait dire que chacune de ses aventures peut se lire indépendamment et séduire tout de même le lecteur. Il faut dire que l'auteur nous prend pas mal par la main pour tout resituer et bien faire le lien, peut-être même un peu trop. Effectivement, ce nouveau tome fait tout de même près de 600 pages avec ses annexes, forts intéressantes au passage, et il souffre parfois de quelques longueurs dues à un auteur qui veut trop bien faire. Il ne veut pas que son lecteur soit perdu. Il lui rappelle donc en long en large et en travers qui est son héros et ce qu'il a vécu. Il lui décrit par le menu le XIXe siècle dans lequel il évolue à grand renfort de long passage sur l'histoire politique et plus de l'époque, ce que tout simple connaisseur comme moi connaît déjà et peut trouver inutile, mais qui ne le sera pas pour le néophyte. A vous de voir où vous vous situez. Mais on ne peut pas enlever à Gilberto Villarroel de savoir nous divertir. De la première à la dernière page, il offre une aventure rythmée et ponctuée de nombreuses péripéties et autres retournements de situation, avec un héros dont l'équipe s'étoffe au fil des pages et qui nous fait bien voyager sur les routes et plus de la France du XIXe. J'ai beaucoup aimé le décor de cette histoire, le sentiment de vraiment y plonger tête la première et de vivre les aventures à côté de notre cher Lord bien aventureux. L'intrigue tient pourtant sur un dé à coudre avec le héros qui doit replonger dans les mystères de R'lyeh et Cthulhu suite aux menaces qu'il reçoit et au danger qu'un de ses amis subit. Pour cela, il se lance sur les traces d'un mystérieux et méconnu manuscrit de Jules César, que celui-ci aurait occulté de sa célèbre Guerre des Gaules, le tout tandis qu'une organisation occulte le poursuit : L'Ordre des Catacombes. C'est on ne peut plus classique mais très efficace et le lecteur retrouvera l'ambiance d'autres romans policiers et thriller qui l'auront fait tout autant palpiter le temps d'une aventure bien rythmée et parfois bien tendue. Cependant quand on me met une créature telle que Cthulhu en couverture, je m'attends à ce que l'oeuvre de Lovecraft soit bien prégnante dans le texte. Elle l'est mais pas autant que je l'aurais souhaité. J'ai eu l'impression qu'après en être parti et avoir parlé de l'expérience du héros avec elle, l'auteur tournait un peu autour du pot voire la fuyait de peur de vraiment s'y confronter, ce qui n'arrivera du coup que dans les dernières pages. C'est dommage. Il passe plus de temps au final à nous décrire les tensions et la course poursuite entre Cochrane et l'Ordre des Catacombe qu'à vraiment entrer dans le vif du sujet avec les Anciens et leur cité. Je suis un peu restée sur ma faim. Pour autant, le mélange entre Histoire et fantastique est vraiment savoureux, de même que l'ambiance de polar à l'ancienne. On sent que l'auteur connaît bien ses classiques et s'est très bien documenté, car tout est très vivant et réaliste, donc crédible, jusque dans la bascule qui se fait pour l'aura lovecraftienne apparaît. C'est fort séduisant. On ressent très bien le mystère de ce texte, l'urgence et la peur suscitées par cette cité et les créatures qui la peuplent, l'ambiance pesante de certains lieux significatifs comme les Catacombes ou l'île d'Aix. C'est également un vibrant hommage à la littérature de gare qui a eu un si vif succès dans les années d'après-guerre. On y retrouve la même formule d'action et tension non stop avec deux camps opposés qui se cherchent et se poursuivent sur les routes de la France. On découvre à leurs côtés le Paris du XIXe mais également des lieux comme La Rochelle, Niort, Poitiers ou l'île d'Aix. C'est assez rare pour le souligner. Alors certes, Lord Cochrane VS l'Ordre des Catacombes fut avant-tout pour moi un divertissement et non pas une lecture profonde ou émouvante comme j'aime, mais je n'ai pas boudé mon plaisir. J'ai pris ce divertissement pour ce qu'il était et j'ai vécu une belle aventure très mouvementée aux côtés de notre Lord et de ses acolytes. J'ai aimé la pénétration de idées lovecraftiennes dans ce XIXe siècle si bien sourcé et décris. C'était fun et dépaysant. Je suis donc curieuse de lire ses prochaines aventures avec de Trésor de Selkirk, marin écossais qui a inspiré Robinson Crusoé. 
    Lire la suite
    En lire moins
  • SChaptal 18/03/2022
    Après une rencontre catastrophique face à Cthulhu devant fort Boyard, Lord Cochrane revient et investit désormais les Catacombes de Paris. Reprenant son héros du précédent roman, Gilberto Villarroel s’intéresse à une autre partie charnière de sa vie dans Lord Cochrane vs l’Ordre des Catacombes. Ici, nous sommes en 1826, après avoir aidé certains pays d’Amérique du Sud à conquérir leur indépendance, le marin écossais est de retour en Europe. De passage à Paris, avant de rejoindre les Grecs voulant se libérer du joug de l’Empire ottoman, il est convoqué au Louvre par l’un des frères Champollion et part sur la piste d’un très vieux papyrus prouvant que les créatures croisées dans le volume précédent n’étaient pas le fruit de son imagination. Se faisant, il va se heurter à une confrérie d’adorateurs de Cthulhu… Si le premier livre était un roman en quasi-huis clos dans et autour de Fort Boyard, dans celui-ci l’action bouge sans cesse de Paris à… la Charente-Maritime. Avec de nouveau des inventions, des créatures mystérieuses et des sauts dans le temps qui nous propulsent à l’époque de César et de Vercingétorix. Rassurez-vous, comme les aventures de Jack Aubrey, récits maritimes figurant parmi les sources d’inspiration de Gilberto Villarroel,... Après une rencontre catastrophique face à Cthulhu devant fort Boyard, Lord Cochrane revient et investit désormais les Catacombes de Paris. Reprenant son héros du précédent roman, Gilberto Villarroel s’intéresse à une autre partie charnière de sa vie dans Lord Cochrane vs l’Ordre des Catacombes. Ici, nous sommes en 1826, après avoir aidé certains pays d’Amérique du Sud à conquérir leur indépendance, le marin écossais est de retour en Europe. De passage à Paris, avant de rejoindre les Grecs voulant se libérer du joug de l’Empire ottoman, il est convoqué au Louvre par l’un des frères Champollion et part sur la piste d’un très vieux papyrus prouvant que les créatures croisées dans le volume précédent n’étaient pas le fruit de son imagination. Se faisant, il va se heurter à une confrérie d’adorateurs de Cthulhu… Si le premier livre était un roman en quasi-huis clos dans et autour de Fort Boyard, dans celui-ci l’action bouge sans cesse de Paris à… la Charente-Maritime. Avec de nouveau des inventions, des créatures mystérieuses et des sauts dans le temps qui nous propulsent à l’époque de César et de Vercingétorix. Rassurez-vous, comme les aventures de Jack Aubrey, récits maritimes figurant parmi les sources d’inspiration de Gilberto Villarroel, celles fictives de Lord Cochrane peuvent se lire indépendamment les unes des autres sans problème. Et d’ailleurs si ce roman fait référence au précédent (en expliquant au passage certains points obscurs du récit), il parle également d’une autre rencontre fictive entre Cochrane et les créatures issus de l’imagination en Antarctique cette fois-ci, faisant ainsi allusion au troisième roman qui devrait paraître prochainement en grand format. Personnellement, j’ai préféré ce roman, car nombre des lourdeurs stylistiques (attention trop importante aux détails au détriment de l’intrigue, rappels trop fréquents des événements qui viennent de se passer) ont été gommées dans ce livre, ce qui en facilite la lecture. Reste une répétition de « marin audacieux » particulièrement fréquente et assez agaçante dans la bataille finale, mais rien qui ne gâche réellement le plaisir de lecture. En avant pour le tome 3 ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ithaqua 04/02/2022
    Je viens de terminer "Lord Cochrane vs l'Ordre des Catacombes", tout juste après avoir lu le premier opus de cette série. J'ai bien aimé, et je le trouve meilleur que le premier tome. Ce que j'ai aimé : toujours ce mélange des genres (roman d'aventure + historique + Lovecraft + peplum). Ça tient bien la route, on sent que l'auteur à bien poussé ses recherches historiques, et il respecte certains des codes des romans lovecraftiens. L'édition est plus soignée que pour le premier opus, où il y avait plein de coquille ; là, c'est de qualité. Niveau sénario on ne s'ennuie jamais, les scènes sont très visuelles, et la technique du petit cliffhanger en fin de chaque partie, même si elle est un peu voyante, fonctionne bien sur moi. Je suis d'accord avec l'un des précédents commentaires, le tic de langage avec "l'audacieux marin", une fois détecté, devient un peu dérangeant. Mais bon, je reste sur une note bien positive, et j'ai hâte de lire le prochain tome de cette série. Ce que j'ai moins aimé : J'aurais aimé que le capitaine Eonet ait un rôle moins figuratif, on le voit agir beaucoup, mais on ne suit plus l'histoire de son point de vue (comme... Je viens de terminer "Lord Cochrane vs l'Ordre des Catacombes", tout juste après avoir lu le premier opus de cette série. J'ai bien aimé, et je le trouve meilleur que le premier tome. Ce que j'ai aimé : toujours ce mélange des genres (roman d'aventure + historique + Lovecraft + peplum). Ça tient bien la route, on sent que l'auteur à bien poussé ses recherches historiques, et il respecte certains des codes des romans lovecraftiens. L'édition est plus soignée que pour le premier opus, où il y avait plein de coquille ; là, c'est de qualité. Niveau sénario on ne s'ennuie jamais, les scènes sont très visuelles, et la technique du petit cliffhanger en fin de chaque partie, même si elle est un peu voyante, fonctionne bien sur moi. Je suis d'accord avec l'un des précédents commentaires, le tic de langage avec "l'audacieux marin", une fois détecté, devient un peu dérangeant. Mais bon, je reste sur une note bien positive, et j'ai hâte de lire le prochain tome de cette série. Ce que j'ai moins aimé : J'aurais aimé que le capitaine Eonet ait un rôle moins figuratif, on le voit agir beaucoup, mais on ne suit plus l'histoire de son point de vue (comme dans le premier opus). Bon, c'est vrai, le héros c'est Cochrane, mais j'aime beaucoup le personnage d'Eonet, et suis un peu triste qu'il soit mis un peu en second plan.
    Lire la suite
    En lire moins
  • valochemat 25/11/2021
    Je remercie Babelio et les Éditions Aux Forges de Vulcain pour m'avoir confié cet ouvrage dans le cadre d'une opération « Masse Critique ». 1826. 11 ans se sont écoulés depuis que Lord Cochrane, le célèbre amiral écossais, ait assisté à l'émersion de la cité perdue de R'lyeh au large de Fort Boyard alors qu'il était capturé par la Garde impériale de Napoléon. En compagnie du capitaine Eonet et des frères Champollion, il était alors parti explorer cette cité sur laquelle se trouvait un puits géant au fond duquel gisait une créature immortelle nommée Cthulhu. Sans preuve tangible pour étayer son témoignage, Lord Cochrane n'avait pas pu rendre public le récit de son aventure, de peur de passer pour un fou. En effet, comme les hiéroglyphes présents sur une tablette découverte à R'lyeh le stipulaient, cet inframonde n'apparaissait pour une courte durée que tous les 20 siècles environ lors d'un alignement favorable des étoiles. Seul le témoignage d'un érudit tel le professeur Champollion le Jeune, qui avait décrypté ces hiéroglyphes, aurait pu lui servir de soutien mais il restait sans nouvelle de ce dernier. 1826 donc, de retour à Paris, Cochrane apprend que le professeur Champollion, désormais conservateur du musée du Louvre, désire le... Je remercie Babelio et les Éditions Aux Forges de Vulcain pour m'avoir confié cet ouvrage dans le cadre d'une opération « Masse Critique ». 1826. 11 ans se sont écoulés depuis que Lord Cochrane, le célèbre amiral écossais, ait assisté à l'émersion de la cité perdue de R'lyeh au large de Fort Boyard alors qu'il était capturé par la Garde impériale de Napoléon. En compagnie du capitaine Eonet et des frères Champollion, il était alors parti explorer cette cité sur laquelle se trouvait un puits géant au fond duquel gisait une créature immortelle nommée Cthulhu. Sans preuve tangible pour étayer son témoignage, Lord Cochrane n'avait pas pu rendre public le récit de son aventure, de peur de passer pour un fou. En effet, comme les hiéroglyphes présents sur une tablette découverte à R'lyeh le stipulaient, cet inframonde n'apparaissait pour une courte durée que tous les 20 siècles environ lors d'un alignement favorable des étoiles. Seul le témoignage d'un érudit tel le professeur Champollion le Jeune, qui avait décrypté ces hiéroglyphes, aurait pu lui servir de soutien mais il restait sans nouvelle de ce dernier. 1826 donc, de retour à Paris, Cochrane apprend que le professeur Champollion, désormais conservateur du musée du Louvre, désire le voir. Durant cette rencontre, Champollion informe l'amiral qu'on lui a remis récemment un document très ancien rédigé par César en 52 avant JC qui prouverait l'existence de R'lyeh et de Cthulhu. Mais c'est sans compter sur la secte secrète de l'Ordre des Catacombes prête à tout pour mettre la main sur ce manuscrit. Ce roman d'aventure fait suite à « Lord Cochrane vs Cthulhu » que je n'ai pas lu. Comme expliqué par l'auteur à la fin du livre, « Lord Cochrane vs l'Ordre des Catacombes » est un standalone, c'est-à-dire qu'il peut être compris sans avoir lu le précédent. Je n'ai en effet rencontré aucune difficulté à comprendre l'histoire. Le rythme est soutenu, pas le temps de s'ennuyer avec ce roman qui mêle intrigues et situations délicates qui devront faire appel à la perspicacité de Lord Cochrane et de ses acolytes. Je ne suis pas une inconditionnelle des fantasy. Toutefois, je me suis laissé emporter par cette histoire qui nous fait (re)découvrir divers endroits de Paris, la Rochelle, Poitiers, l'Île d'Aix, ... Les descriptions des lieux sont précises et assez détaillées pour nous emporter au coeur de l'action. La présence de personnages et d'éléments historiques réels en font également un roman très enrichissant. Les scènes de combat sont dignes des plus grands films d'action et nous rappellent que l'auteur oeuvre également dans le domaine du cinéma. Une agréable lecture instructive et divertissante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Charybde2 15/07/2021
    En 1826, le deuxième volet haletant d’une furieuse saga feuilletonnesque et fantastique, mêlant avec un extrême brio le personnage historique du grand marin aventurier Thomas Cochrane au mythe de Cthulhu. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/07/15/note-de-lecture-lord-cochrane-vs-lordre-des-catacombes-gilberto-villaroel/ Le Lord Cochrane historique (1775-1860) est sans aucun doute l’un de ces personnages pour lesquels l’expression anglaise larger than life semble avoir été inventée. Connu d’abord principalement comme véritable némésis de la marine napoléonienne, il est le principal modèle d’inspiration utilisé par les trois plus fameux auteurs britanniques de romans de marine de guerre à voile : le Richard Bolitho d’Alexander Kent (1924-2017), le Horatius Hornblower de Cecil Scott Forester (1899-1966), et surtout le Jack Aubrey de Patrick O’Brian (1914-2000), brillamment porté une première fois à l’écran par Peter Weir en 2003, sous le titre « Master and Commander », avec Russell Crowe dans le rôle-titre, lui doivent énormément. Au Chili en revanche, Thomas Cochrane est avant tout considéré comme l’une des figures-clé de la lutte pour l’indépendance, entre 1818 et 1821, et c’est à ce titre que Gilberto Villarroel se consacre à un long-métrage documentaire à son propos, en 2015. Ayant assemblé une monumentale documentation sur le personnage et sur son époque, il peut... En 1826, le deuxième volet haletant d’une furieuse saga feuilletonnesque et fantastique, mêlant avec un extrême brio le personnage historique du grand marin aventurier Thomas Cochrane au mythe de Cthulhu. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/07/15/note-de-lecture-lord-cochrane-vs-lordre-des-catacombes-gilberto-villaroel/ Le Lord Cochrane historique (1775-1860) est sans aucun doute l’un de ces personnages pour lesquels l’expression anglaise larger than life semble avoir été inventée. Connu d’abord principalement comme véritable némésis de la marine napoléonienne, il est le principal modèle d’inspiration utilisé par les trois plus fameux auteurs britanniques de romans de marine de guerre à voile : le Richard Bolitho d’Alexander Kent (1924-2017), le Horatius Hornblower de Cecil Scott Forester (1899-1966), et surtout le Jack Aubrey de Patrick O’Brian (1914-2000), brillamment porté une première fois à l’écran par Peter Weir en 2003, sous le titre « Master and Commander », avec Russell Crowe dans le rôle-titre, lui doivent énormément. Au Chili en revanche, Thomas Cochrane est avant tout considéré comme l’une des figures-clé de la lutte pour l’indépendance, entre 1818 et 1821, et c’est à ce titre que Gilberto Villarroel se consacre à un long-métrage documentaire à son propos, en 2015. Ayant assemblé une monumentale documentation sur le personnage et sur son époque, il peut désormais traquer les moindres interstices biographiques disponibles pour y insérer sa propre saga romanesque, dans laquelle le héros affronte les créatures du mythe lovecraftien de Cthulhu. Après « Cochrane vs. Cthulhu », et sachant qu’un troisième volume (qui viendra temporellement s’insérer entre les deux premiers, et qui aura à voir avec certaines montagnes hallucinées situées aux confins de la Patagonie chilienne et de l’Antarctique) est d’ores et déjà prévu, « Lord Cochrane vs. l’Ordre des Catacombes » a été publié en 2018, et traduit en français, toujours aux Forges de Vulcain, par Jacques Fuentealba en 2021. On y retrouve notamment avec joie, et peut-être encore mieux maîtrisées que précédemment, à la fois la somptueuse actualisation de la verve feuilletonnesque très « XIXème siècle » des Honoré de Balzac, Alexandre Dumas ou Eugène Sue – dont les capes et les épées sont transfigurées par un usage habile et permanent du « Précédemment dans… » cher aux séries télévisées contemporaines – et une chorégraphie combattante impressionnante de précision et de dynamisme, particulièrement rare dans cette littérature de genre, au point que l’on jurerait parfois que John Woo, Quentin Tarantino ou peut-être même Rob Reiner ont été discrètement invités en conseillers techniques pour permettre de concocter cette rare mixture littéraire, hautement endiablée, haletante de bout en bout, et nourrie pourtant d’étonnantes et subtiles perspectives en seconde intention.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.