En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Mousseline la Sérieuse

            Pocket
            EAN : 9782266272599
            Code sériel : 16819
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            Mousseline la Sérieuse
            J'étais la fille de Marie-Antoinette

            Date de parution : 02/03/2017
            Marie-Antoinette, sa mère, la surnommait « Mousseline la Sérieuse ». Et en effet, Marie-Thérèse-Charlotte de France ne se départit jamais d’une certaine tristesse, d’un goût pudique pour la solitude. Est-ce d’avoir vécu tant d’épreuves ? L’irruption brutale de la Terreur révolutionnaire dans une enfance dorée, l’exécution de ses parents, la... Marie-Antoinette, sa mère, la surnommait « Mousseline la Sérieuse ». Et en effet, Marie-Thérèse-Charlotte de France ne se départit jamais d’une certaine tristesse, d’un goût pudique pour la solitude. Est-ce d’avoir vécu tant d’épreuves ? L’irruption brutale de la Terreur révolutionnaire dans une enfance dorée, l’exécution de ses parents, la mort de son jeune frère Louis XVII… Tellement de souffrances accumulées dès le début de son existence. Elle seule survécut à la prison du Temple, fut bannie, vécut 73 ans et trois révolutions. Les pages les plus tourmentées de l’Histoire de France s’écrivirent sans elle : c’est cet affront qu’elle lave ici, à l’encre de ses larmes.

            « Avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse, Sylvie Yvert prête sa plume élégante à Mme Royale dans ce récit écrit à la première personne, pour raconter la vie aux douleurs indicibles d’une femme de France hors du commun. » Le Figaro Histoire

            Cet ouvrage a reçu le Prix littéraire des Princes et le Prix Histoire du Nouveau Cercle de l’Union
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266272599
            Code sériel : 16819
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MaBouquineListe Posté le 5 Novembre 2018
              L'auteure, Sylvie Yvert, prête ici sa plume à la duchesse d'Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, plus connue sous le nom de Madame Royale, qui entreprend en 1850, à la fin de sa vie, de raconter son existence hors du commun. Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles lorsque le 14 juillet 1789, alors qu'elle n'a que douze ans, son univers bascule dans les ténèbres de la Révolution. Commence alors pour Marie-Thérèse Charlotte de France un parcours tragique. Son père, sa mère et sa tante sont décapités ; son dernier frère, Louis XVIII, meurt peu après. Unique survivante de la prison du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d'exils et de bonheurs trop éphémères. "Mousseline la Sérieuse" était le surnom que lui avait donné sa mère... Tant de choses ont déjà été dîtes et écrites sur cette sombre période de l'Histoire et sur ses principaux protagonistes... Et pourtant, ce roman historique très subtilement écrit et bouleversant nous interpelle sur le personnage de Madame Royale bien sûr mais aussi sur celui de Marie-Antoinette. Maintes fois raillée et décriée, "l'Autrichienne", dernière reine de France apparaît ici sous un tout autre jour: terriblement émouvante et... L'auteure, Sylvie Yvert, prête ici sa plume à la duchesse d'Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, plus connue sous le nom de Madame Royale, qui entreprend en 1850, à la fin de sa vie, de raconter son existence hors du commun. Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles lorsque le 14 juillet 1789, alors qu'elle n'a que douze ans, son univers bascule dans les ténèbres de la Révolution. Commence alors pour Marie-Thérèse Charlotte de France un parcours tragique. Son père, sa mère et sa tante sont décapités ; son dernier frère, Louis XVIII, meurt peu après. Unique survivante de la prison du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d'exils et de bonheurs trop éphémères. "Mousseline la Sérieuse" était le surnom que lui avait donné sa mère... Tant de choses ont déjà été dîtes et écrites sur cette sombre période de l'Histoire et sur ses principaux protagonistes... Et pourtant, ce roman historique très subtilement écrit et bouleversant nous interpelle sur le personnage de Madame Royale bien sûr mais aussi sur celui de Marie-Antoinette. Maintes fois raillée et décriée, "l'Autrichienne", dernière reine de France apparaît ici sous un tout autre jour: terriblement émouvante et attachante! Le portrait de cette mère est un vrai témoignage d'amour et de tendresse. J'ai lu ce livre d'une traite et j'avoue qu'il m'a complètement retournée! Alors, quand bien même on connaît déjà la fin de l'histoire avant de l'avoir lue, cette plongée dans le passé se veut absolument passionnante et, malgré tout, inattendue!
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sanguine Posté le 11 Septembre 2018
              Je ne suis pas très friande de la période révolutionnaire et pourtant, j'aime énormément Marie-Antoinette. Elle est sans doute ma reine de France préférée. J'avais entendu parler du livre consacrée à Marie-Thérèse-Charlotte, sa fille, lors d'une chronique de Gérard Collard et j'avais donc acheté le bouquin lors de sa sortie en poche mais il est resté très longtemps dans ma PAL avant que je ne me décide enfin à l'en sortir ... Venise, 1850. La duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, entreprend, au couchant de sa vie, de raconter la singulière histoire qui est la sienne. Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles. Mais le 14 juillet 1789, son univers bascule dans les ténèbres de la nuit révolutionnaire. Commence alors pour Marie-Thérèse Charlotte de France un parcours tragique. Son père, sa mère, sa tante sont décapités ; son dernier frère, Louis XVII, meurt peu après. Unique survivante du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d’exils et de trop éphémères bonheurs. J'avoue que je suis faible et que si j'ai enfin lu ce livre de Sylvie Yvert c'est parce que j'ai vu un numéro de Secrets d'histoire consacré à la duchesse d'Angoulême et... Je ne suis pas très friande de la période révolutionnaire et pourtant, j'aime énormément Marie-Antoinette. Elle est sans doute ma reine de France préférée. J'avais entendu parler du livre consacrée à Marie-Thérèse-Charlotte, sa fille, lors d'une chronique de Gérard Collard et j'avais donc acheté le bouquin lors de sa sortie en poche mais il est resté très longtemps dans ma PAL avant que je ne me décide enfin à l'en sortir ... Venise, 1850. La duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, entreprend, au couchant de sa vie, de raconter la singulière histoire qui est la sienne. Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles. Mais le 14 juillet 1789, son univers bascule dans les ténèbres de la nuit révolutionnaire. Commence alors pour Marie-Thérèse Charlotte de France un parcours tragique. Son père, sa mère, sa tante sont décapités ; son dernier frère, Louis XVII, meurt peu après. Unique survivante du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d’exils et de trop éphémères bonheurs. J'avoue que je suis faible et que si j'ai enfin lu ce livre de Sylvie Yvert c'est parce que j'ai vu un numéro de Secrets d'histoire consacré à la duchesse d'Angoulême et j'ai eu envie d'en savoir encore un peu plus à son propos. Et puis je ne lis pas assez de livres historiques à mon goût alors que j'aime ça. Le récit proposé est écrit à la première personne du singulier ce qui permet au lecteur de mieux comprendre la fille de Marie-Antoinette et du roi Louis XVI. Je trouve que ça la rend extrêmement proche et ça rend le récit encore plus touchant. Comment ne pas être ému devant une jeune fille à qui toute la famille est arrachée au fil des jours, une jeune fille qui n'est absolument pas prête à faire face à un tel déferlement de violence ? Imaginez qu'une foule de foux furieux décide un jour d'aller tuer vos parents, on se sent tout de suite proche et en empathie totale avec Marie-Thérèse. J'ai appris que la famille royale avait subi toutes sortes d'humiliations et d'épreuves dont je n'avais pas connaissance. En plus, l'auteure a une plume délicate qui colle parfaitement à son propos. C'est très facile à lire, pourtant c'est un livre qui repose sur une réalité historique sérieuse. Malgré tout, je n'ai jamais eu la sensation de lire un récit pénible. Il n'y a absolument rien de scolaire là dedans et je me suis juste régalée en me plongeant dans une période historique qui ne me plait pas plus que ça comme je l'ai déjà dit. J'ai trouvé le livre très plaisant à découvrir, en plus il n'est vraiment pas très épais. Par contre, je déplore le fait que la majorité du bouquin (les trois quarts environ) se déroule pendant la captivité de Madame Royale et sa famille au Temple. On ne découvre que très peu et très (trop ?) rapidement ce qu'elle devient une fois libérée et partie de France. C'est dommage car c'est une partie de sa vie que je connais absolument pas et que j'aurai aimé pouvoir mieux connaitre. Je me dis qu'on n'a peut-être pas assez de documentation pour pouvoir faire quelque chose de plus étoffé. Une belle découverte que le récit de cette jeune fille devenue femme que la vie n'aura jamais épargnée ...
              Lire la suite
              En lire moins
            • lagrandeval Posté le 17 Mars 2018
              Après avoir lu la correspondance de Marie-Antoinette, l'ouvrage de Stefan Sweig et ceux de Paul Belaiche-Daninos, j'ai appris qu'il y avait un roman sur sa fille Marie-Thérèse-Charlotte de France dit Mousseline la Sérieuse. Or, s'il est vrai que la vie de Marie-Antoinette m'est connue, celle de sa fille est un trou noir. Quand je pense qu'elle a vécu jusqu'à l'âge de 73 ans ! Mais comme l'indique l'auteure, elle a peu laissé de souvenirs de sa vie en dehors de quelques pages rédigées lors de son emprisonnement au Temple. Quelle vie ! Quelle grandeur d'âme ! Quelle volonté ! le roman se découpe en deux parties déséquilibrées. La première sur son enfance, la période de la révolution, la séquestration aux Tuileries, la vie au Temple en famille puis en voyant partir un à un les membres de sa famille. « J'étais entrée au Temple avec tous les miens. J'en sortais trois ans, quatre mois et cinq jours plus tard, ne laissant derrière moi que des tombeaux » Comment s'imaginait qu'elle a connu la cruelle vérité sur le devenir de sa mère et tante que deux ans plus tard ! Comment s'imaginait qu'elle est restée des mois sans chauffage, sans vêtements de rechange,... Après avoir lu la correspondance de Marie-Antoinette, l'ouvrage de Stefan Sweig et ceux de Paul Belaiche-Daninos, j'ai appris qu'il y avait un roman sur sa fille Marie-Thérèse-Charlotte de France dit Mousseline la Sérieuse. Or, s'il est vrai que la vie de Marie-Antoinette m'est connue, celle de sa fille est un trou noir. Quand je pense qu'elle a vécu jusqu'à l'âge de 73 ans ! Mais comme l'indique l'auteure, elle a peu laissé de souvenirs de sa vie en dehors de quelques pages rédigées lors de son emprisonnement au Temple. Quelle vie ! Quelle grandeur d'âme ! Quelle volonté ! le roman se découpe en deux parties déséquilibrées. La première sur son enfance, la période de la révolution, la séquestration aux Tuileries, la vie au Temple en famille puis en voyant partir un à un les membres de sa famille. « J'étais entrée au Temple avec tous les miens. J'en sortais trois ans, quatre mois et cinq jours plus tard, ne laissant derrière moi que des tombeaux » Comment s'imaginait qu'elle a connu la cruelle vérité sur le devenir de sa mère et tante que deux ans plus tard ! Comment s'imaginait qu'elle est restée des mois sans chauffage, sans vêtements de rechange, avec pour toute lumière un fin rai de lumière venant d'une fenêtre trop haute pour voir le ciel, pas de bougies ni chandelles, sans parler durant des mois. La deuxième partie plus courte mais qui portant porte sur environ 50 ans de sa vie où elle vécut essentiellement en exil dans différents pays (Autriche, Russie, Angleterre…) revenant que quelques années en France. Elle a pris le parti de ne pas se mettre en avant, de ne pas trop participer à la vie public préférant la solitude (une grande amie), évitant les rassemblements qui lui rappellent de trop mauvais souvenirs, et les personnes qui a tout bout de champ lui rappellent ses mauvaises heures qu'elle souhaite oublier mais tout en vénérant ses parents et frère. Cette partie est moins complète et moins longue que la première puisqu'il ne reste peu de témoignage. Nous connaissons un peu sa vie grâce à son entourage Louis XVIII et Charles X. Comme elle l'a demandé dans son testament : « Je veux que toutes les feuilles, papiers et livres écrits de ma main qui sont dans ma cassette ou mes tables soient brûlés » L'écriture de Sylvie Yvert est d'une très belle sensibilité. le récit à la première personne permet de suivre la narratrice et d'être impliqué dans les périples de sa vie. Un très beau roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Vallouaim Posté le 14 Mars 2018
              la vie incroyable de la fille de Marie Antoinette par Sylvie Yvert .Il s'agit un roman, où l'on découvre cette femme d'une force incroyable et au passage une petite révision de notre histoire puisqu'elle vécut 73 ans!
            • chboun Posté le 25 Février 2018
              Histoire de la fille de Louis XVI, seule survivante de la famille royale après la Révolution. Malgré un roman bien documenté et une destinée hors normes, le récit a dû mal à émouvoir.

            Ils en parlent

            « Avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse, Sylvie Yvert prête sa plume élégante à Mme Royale dans ce récit écrit à la première personne, pour raconter la vie aux douleurs indicibles d’une femme de France hors du commun. » Le Figaro Histoire
            « L’auteur livre une plaidoirie à fleur de peau. Sa sincérité est telle qu’elle finit par habiter son personnage et imiter le style élégant du XIXe siècle. » L'Express
            « Sylvie Yvert raconte la destinée singulière d’une princesse broyée par l’Histoire. S’il s’agit d’un roman, il est puisé aux meilleures sources, ce qui permet à l’auteur de conjuguer vérité des faits et liberté d’interprétation psychologique. » Le Figaro magazine
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com