Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264058249
Code sériel : 1505
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Orgueil et préjugés

Valentine LECONTE (Traducteur), Charlotte PRESSOIR (Traducteur)
Date de parution : 05/01/2012

Pour les Anglaises du XIXe siècle, hors du mariage, point de salut ! Romanesques en diable, les démêlés de la caustique Elizabeth Bennett et du vaniteux Mr Darcy n’ont pas pris une ride ! Mais, il faut parfois savoir renoncer à son orgueil. Et accepter la tombée des masques pour...

Pour les Anglaises du XIXe siècle, hors du mariage, point de salut ! Romanesques en diable, les démêlés de la caustique Elizabeth Bennett et du vaniteux Mr Darcy n’ont pas pris une ride ! Mais, il faut parfois savoir renoncer à son orgueil. Et accepter la tombée des masques pour voir clair dans la nuit. Un classique universel, drôle et émouvant.

« La plus grande femme écrivain que nous ayons.»
Virginia Woolf 

Traduit de l'anglais 
par Valentine Leconte et Charlotte Pressoir 

Préface de Virginia Woolf

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264058249
Code sériel : 1505
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Classique d’une intemporalité absolue, ce roman est énormément plus qu’un roman d’amour et de moeurs ! Sous le regard lucide de la vive et délicieuse Elizabeth Bennet, nous découvrons une société du XIXe étriquée, et surtout une galerie de personnages truculents ! Le chef-d’oeuvre de Jane Austen est un régal d’ironie et de sagacité !
Sandrine Dieupart / Librairie Livres en Tête

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leslecturesdeleonore Posté le 12 Novembre 2020
    Est-ce que j'ai lu ce livre à cause du film? - uhm Oui. Est-ce que j'ai aimé ce livre? - Oui. Suis-je tombée amoureuse de ce style littéraire? - Oui. Et la couverture ? - J'adore cet édition. Ai-je aimé au point de poursuivre ma lecture avec d'autres livres suivant son style? - Réellement oui! Et oui! Alors ce livre m'a clairement fait aimer cette littérature, ce style d'histoire "romantique". J'avais peur de trouver ca nul, "niannian" comme on pourrait dire. Mais non ! J'ai adoré cette intrigue amoureuse. J'adore! J'y ai réellement pris goût !
  • esteve1977 Posté le 8 Novembre 2020
    Un livre à re-re-te-lire encore et encore, et qui donnera toujours les mêmes émotions !
  • nineentreleslignes Posté le 7 Novembre 2020
    Dès la première page de ce roman d’un autre siècle, j’ai su que je tenais entre les mains une pépite ! Le roman commence ainsi : « C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit être en quête d’une épouse. » Quelques lignes en dessous, nous avons les propos d’une mère dont le seul souci est de marier ses cinq filles, plus qu’un souci, le but d’une vie. Autant vous dire que manigances, revers de situation, alliances et mésalliances seront au rendez-vous. Nous connaissons tous, plus ou moins l’histoire de cette famille Bennet qui voit l’arrivée dans le domaine voisin de Netherfield d’un célibataire, beau parti et qui plus est accompagné d’un autre célibataire, aristocrate encore plus aisé. S’ensuivent, les bals et les visites qui permettent aux jeunes gens de se rencontrer presque innocemment, la rencontre de Jane l’ainée des Bennet et Bingley, celle d’Elisabeth, la seconde, et ce cher Darcy ou l’orgueil sera maitre et les préjugés seront rois. Au-delà de l’histoire romanesque, le roman tient en haleine pour plusieurs raisons : la modernité du ton, l’humour caustique et ironique qui étayent le récit, l’étoffe psychologique des personnages allant jusqu’à la caricature : une mère bavarde, peu réfléchie, un père... Dès la première page de ce roman d’un autre siècle, j’ai su que je tenais entre les mains une pépite ! Le roman commence ainsi : « C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit être en quête d’une épouse. » Quelques lignes en dessous, nous avons les propos d’une mère dont le seul souci est de marier ses cinq filles, plus qu’un souci, le but d’une vie. Autant vous dire que manigances, revers de situation, alliances et mésalliances seront au rendez-vous. Nous connaissons tous, plus ou moins l’histoire de cette famille Bennet qui voit l’arrivée dans le domaine voisin de Netherfield d’un célibataire, beau parti et qui plus est accompagné d’un autre célibataire, aristocrate encore plus aisé. S’ensuivent, les bals et les visites qui permettent aux jeunes gens de se rencontrer presque innocemment, la rencontre de Jane l’ainée des Bennet et Bingley, celle d’Elisabeth, la seconde, et ce cher Darcy ou l’orgueil sera maitre et les préjugés seront rois. Au-delà de l’histoire romanesque, le roman tient en haleine pour plusieurs raisons : la modernité du ton, l’humour caustique et ironique qui étayent le récit, l’étoffe psychologique des personnages allant jusqu’à la caricature : une mère bavarde, peu réfléchie, un père dépassé, absent, les filles à la personnalité bien marquée, les relations entre la noblesse et la bourgeoisie qui se retrouvent dans les bals mais qui en dit long sur les us et coutumes de l’époque. On s’attache aux personnages qui, s’ils sont fouillés psychologiquement n’en reste pas moins flous dans leur description physique, et en cela mademoiselle Austen fait fort ! Très fort !
    Lire la suite
    En lire moins
  • florencereve Posté le 6 Novembre 2020
    Bon, je sais qu'il existe des centaines de critiques de ce livre rien que sur Babelio, et que celle-ci va se perdre dans cet océan de lettres, mais je serai triste de ne pas avoir rendu hommage à ce livre que j'ai tout simplement adoré. Est-il besoin de rappeler l'histoire ? Allez on va dire que oui, très rapidement. C'est donc l'histoire de cinq jeunes filles, en âge (ou presque) de se marier. Mais, plus précisément, c'est surtout l'histoire d'Élizabeth Bennet, la deuxième des cinq sœurs. Lizzy va faire la rencontre d'un certain Mr Darcy, qu'elle juge détestable sur-le-champ. Et ce dernier considère que la jeune fille n'est pas digne d'intérêt, dès le premier regard. Bref, on a tout de suite compris que le livre va tourner autour de leurs relations, aussi complexes que changeantes. Mais bon, comme dit l'adage ; "Il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis". Et ces deux jeunes personnes sont loin, très loin d'être idiotes. Peut-être orgueilleuse (sinon le titre n'aurait pas lieu d'être), mais pas idiotes. Ce roman ne nous expose pas qu'une romance progressive et pleine de détours et de rebondissements, car il nous présente également deux autres... Bon, je sais qu'il existe des centaines de critiques de ce livre rien que sur Babelio, et que celle-ci va se perdre dans cet océan de lettres, mais je serai triste de ne pas avoir rendu hommage à ce livre que j'ai tout simplement adoré. Est-il besoin de rappeler l'histoire ? Allez on va dire que oui, très rapidement. C'est donc l'histoire de cinq jeunes filles, en âge (ou presque) de se marier. Mais, plus précisément, c'est surtout l'histoire d'Élizabeth Bennet, la deuxième des cinq sœurs. Lizzy va faire la rencontre d'un certain Mr Darcy, qu'elle juge détestable sur-le-champ. Et ce dernier considère que la jeune fille n'est pas digne d'intérêt, dès le premier regard. Bref, on a tout de suite compris que le livre va tourner autour de leurs relations, aussi complexes que changeantes. Mais bon, comme dit l'adage ; "Il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis". Et ces deux jeunes personnes sont loin, très loin d'être idiotes. Peut-être orgueilleuse (sinon le titre n'aurait pas lieu d'être), mais pas idiotes. Ce roman ne nous expose pas qu'une romance progressive et pleine de détours et de rebondissements, car il nous présente également deux autres histoires d'amour : un coup de foudre plus-que-durable et une relation à sens unique. J'avais regardé avec mes parents "Le journal de Bridget Jones" à peine deux jours avant de commencer le livre, si bien que j'ai compris toute l'intrigue de l'histoire (ou presque), rien qu'en voyant le nom 'Darcy'. Ce qui ne m'a pas du tout empêché de me laisser prendre par l'intrigue et au jeu de tous les rebondissements qui sont vraiment bien imaginés et orchestrés. Je voulais à tout pris faire durer le plaisir de cette lecture, mais j'étais incapable de lâcher ce roman, ce qui fait que je l'ai fini bien plus vite que ce que j'espérais (ce qui est loin d'être raisonnable quand on a encore d'immenses PAL's à absolument écouler avant que le sol ne craque sous leur poids - j'exagère à peine) ! Un grand classique que j'ai ADORÉ. Si jamais un jour je devais perdre la mémoire et oublier toutes les histoires que j'ai lues, ce roman devrait être le premier à relire, pour être de nouveau aussi captivée par l'histoire ! Il va falloir que je prévienne quelqu'un pour me le rappeler si l'occasion se présente...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Piuma_bookworld Posté le 5 Novembre 2020
    Dans la valse des mondanités et des frivolités criardes de faux-semblants de la société anglaise du XIXè siècle où les femmes ne sont que de jolies plantes vertes dont les seules préoccupations sont les jolies tenues et l’obsession de trouver un mari, au milieu de ces rires forcés et de ces conversations qu’on hurle plus qu’on ne parle où seul le paraître est l’invité d’honneur de ces bonnes gens, Au milieu de cette fratrie féminine où l’aînée n’est que bonté et candeur quand les cadettes ne sont que baguenauderie, il y a cette jeune femme dont la tête est bien ancrée sur ses épaules. Elisabeth Bennet. La jeune femme adopte une vision réaliste et pourtant se fait une idée arrêtée de ce qu’est l’Amour. En face, il y a ce Mur en pierre d’orgueil et de vanité qu’est ce Monsieur Darcy. J’aime les romances, j’aime que l’amour ne soit pas si évident. J’aime quand l’amour est une lutte. J’aime quand l’amour s’apprivoise. Au fond, ces différences que l’on reproche à l’autre avec tant de vigueur ne sont en réalité que le reflet de nos propres défauts, c’est pour cette raison qu’ils nous exaspèrent. L’amour est une affaire des plus complexes, il nous déroute et nous prend... Dans la valse des mondanités et des frivolités criardes de faux-semblants de la société anglaise du XIXè siècle où les femmes ne sont que de jolies plantes vertes dont les seules préoccupations sont les jolies tenues et l’obsession de trouver un mari, au milieu de ces rires forcés et de ces conversations qu’on hurle plus qu’on ne parle où seul le paraître est l’invité d’honneur de ces bonnes gens, Au milieu de cette fratrie féminine où l’aînée n’est que bonté et candeur quand les cadettes ne sont que baguenauderie, il y a cette jeune femme dont la tête est bien ancrée sur ses épaules. Elisabeth Bennet. La jeune femme adopte une vision réaliste et pourtant se fait une idée arrêtée de ce qu’est l’Amour. En face, il y a ce Mur en pierre d’orgueil et de vanité qu’est ce Monsieur Darcy. J’aime les romances, j’aime que l’amour ne soit pas si évident. J’aime quand l’amour est une lutte. J’aime quand l’amour s’apprivoise. Au fond, ces différences que l’on reproche à l’autre avec tant de vigueur ne sont en réalité que le reflet de nos propres défauts, c’est pour cette raison qu’ils nous exaspèrent. L’amour est une affaire des plus complexes, il nous déroute et nous prend au dépourvu mettant tous nos sens en émois. Ce livre est un classique que l’on ne présente plus. Je regrette de ne pas l’avoir lu avant d’avoir vu le film pour accorder davantage de place à l’imaginaire même si le film est très fidèle à l’œuvre de Jane Austen. Une lecture de chevet agréable et légère qui m’a fait passer de bons moments de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    L'amour en littérature : 7 grands classiques à lire et à relire

    "En vain ai-je lutté. Rien n’y fait. Je ne puis réprimer mes sentiments. Laissez-moi vous dire l’ardeur avec laquelle je vous admire et je vous aime". Cette déclaration, point d'orgue du roman culte Orgueil et préjugés, est le symbole même de l'amour en littérature. Enflammées, déçues, tragiques, salvatrices... ces histoires d'amour-là sont fantasmées et continuent pourtant de nous toucher droit au coeur des siècles plus tard. Voici 7 grands classiques de la littérature qui rendent hommage à l'amour, à lire et à relire sans plus tarder. 

    Lire l'article
  • News
    Lisez

    5 conseils pour se remettre d'une dépression post-livre

    La dépression post-livre, vous connaissez ? Elle désigne notre incapacité à commencer un nouveau livre, notre pauvre tête étant toujours coincée dans l’univers du précédent. Mais rassurez-vous, il existe quelques petites astuces pour s’en sortir. Amis lecteurs, amies lectrices, voici nos 5 conseils pour se remettre d’une gueule de bois livresque !

    Lire l'article