RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Orgueil et préjugés

            10/18
            EAN : 9782264058249
            Code sériel : 1505
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Orgueil et préjugés

            Valentine LECONTE (Traducteur), Charlotte PRESSOIR (Traducteur)
            Date de parution : 05/01/2012

            Pour les Anglaises du XIXe siècle, hors du mariage, point de salut ! Romanesques en diable, les démêlés de la caustique Elizabeth Bennett et du vaniteux Mr Darcy n’ont pas pris une ride ! Mais, il faut parfois savoir renoncer à son orgueil. Et accepter la tombée des masques pour...

            Pour les Anglaises du XIXe siècle, hors du mariage, point de salut ! Romanesques en diable, les démêlés de la caustique Elizabeth Bennett et du vaniteux Mr Darcy n’ont pas pris une ride ! Mais, il faut parfois savoir renoncer à son orgueil. Et accepter la tombée des masques pour voir clair dans la nuit. Un classique universel, drôle et émouvant.

            « La plus grande femme écrivain que nous ayons.»
            Virginia Woolf 

            Traduit de l'anglais 
            par Valentine Leconte et Charlotte Pressoir 

            Préface de Virginia Woolf

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264058249
            Code sériel : 1505
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            6.60 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Classique d’une intemporalité absolue, ce roman est énormément plus qu’un roman d’amour et de moeurs ! Sous le regard lucide de la vive et délicieuse Elizabeth Bennet, nous découvrons une société du XIXe étriquée, et surtout une galerie de personnages truculents ! Le chef-d’oeuvre de Jane Austen est un régal d’ironie et de sagacité !
            Sandrine Dieupart / Librairie Livres en Tête

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • pansy24 Posté le 13 Mai 2019
              Super, j'ai adoré. Le film aussi, et toutes les versions
            • RChris Posté le 12 Mai 2019
              C’est une pause dans les thrillers que je recherchais et ce fut un grand écart entre l’intelligence artificielle du dernier Minier et les atermoiements de la gente féminine anglaise du 18ème siècle. Rien de prosaïque n’occupe cette gentry si ce n’est l’argent et le mariage. A part ça, les centres d’intérêt se limitent au bal, au théâtre, aux jeux de cartes, à la lecture, à l'écriture, à la conversation et aux promenades. Bref des vacances perpétuelles, quand bien même les séjours des invitées ne durent parfois que 6 semaines ! Par suite, c’est par le texte et sa qualité qu’il convient de se laisser porter dans ce roman. Un peu épistolaire, comme l’était à l’origine cet écrit (mais rien ne subsiste du manuscrit originel). La tournure des phrases est sophistiquée, donnant une place belle à l'imparfait du subjonctif. Le texte est alambiqué, à tel point qu’il convient parfois de reprendre sa lecture pour le comprendre. Au final, Jane Austen développe des accroches et des rebondissements. L'intrigue est alors attrayante, teintée d'humour, ce qui permet d'alléger un texte pourtant chargé.
            • mariechrist67 Posté le 7 Mai 2019
              Le grand classique de la romance (anglaise), Orgueil et préjugés, a été écrit au 18ème siècle par Jane Austen. La famille Bennet petits bourgeois, élèvent leurs cinq filles. Charles Bingley, un jeune et riche aristocrate fait l'acquisition d'un propriété voisine de la leur. Il donne un bal et Jane, l'ainée des Bennet tombe amoureuse de Charles et ça paraît réciproque quant à la seconde fille : Elizabeth elle, fait la connaissance de Mr Fitzwilliam Darcy l'une des plus grosse fortune d'Angleterre. Tout devrait être simple mais............ il faut bien en faire un roman et remplir des pages. Alors on se connait, on se perd de vue. Des oncles, cousins et autres viennent enrichir l'histoire. C'est un roman que j'ai lu, dire que j'ai aimé est un bien grand mot, mais l'écriture en est fluide et facile à lire. Il a été écrit fin du 18e mais et pourrait s'écrire de nos jours, il a bien vieilli. Je le conseille à tous les amateurs de romance.
            • Maliasenegal Posté le 2 Mai 2019
              Je suis agréablement surprise puisque après Raison et Sentiment qui m'avait beaucoup déplut je pensais que en lisant ce livre j'allais retrouver les personnages sans originalité de son premier roman. Je suis sûre que vous êtes en train de vous dire "bah si elle a détestée le premier livre de Jane Austen pourquoi elle se relance dedans" c'est parce qu'on m'a toujours dit qu'il ne faut pas rester sur une déception! Orgueil et préjugés m'a totalement réconciliée avec l'auteur! Peut-être parce que quand elle a écrit son roman elle était plus mature tout ça pour dire que je trouve que son histoire est réfléchie, bien organisé avec des personnages aux multiples facettes J'adore M. Darcy, il a une personnalité tellement à part et surtout il cache très bien son jeu! Très bonne lecture!
            • magireve Posté le 29 Avril 2019
              Quelle oeuvre splendide! Inégalable et inclassable! L'écriture de Jane Austen est puissante: rares sont les auteurs capables d'exprimer avec une telle spontanéité les sentiments, ainsi que le désir. Avec sa prose conjuguée à son cynisme, elle démontre à merveille les écarts, et surtout l'hypocrisie de la société anglaise du début du XIXe siècle. Jane Austen appartenait à la petite noblesse (Gentry, en Anglais). De toute évidence, elle était une humaniste: selon elle, la naissance et le prestige ne rendaient pas forcément les hommes meilleurs (ces thèmes sont abordés à plusieurs reprises, non seulement dans Pride and Prejudice, mais également dans Northanger Abbey, Mansfield Park, Emma et Persuasion). Il est difficile de définir le genre littéraire de l'auteur: Jane Austen se montre avant-gardiste lorsqu'elle rédige ses études de moeurs qui sont une véritable innovation aux yeux de la société anglaise; car personne n'explore comme elle le fait si bien la multitude de facettes de l'âme. Difficile de ne pas être conquis par Pride and Prejudice: on est subjugué par ce portrait désenchanté d'une société qui considère le mariage comme un moyen de servir des intérêts mercantiles, et non comme une affaire de coeur. Mr et Mrs Bennet sont les parents de cinq... Quelle oeuvre splendide! Inégalable et inclassable! L'écriture de Jane Austen est puissante: rares sont les auteurs capables d'exprimer avec une telle spontanéité les sentiments, ainsi que le désir. Avec sa prose conjuguée à son cynisme, elle démontre à merveille les écarts, et surtout l'hypocrisie de la société anglaise du début du XIXe siècle. Jane Austen appartenait à la petite noblesse (Gentry, en Anglais). De toute évidence, elle était une humaniste: selon elle, la naissance et le prestige ne rendaient pas forcément les hommes meilleurs (ces thèmes sont abordés à plusieurs reprises, non seulement dans Pride and Prejudice, mais également dans Northanger Abbey, Mansfield Park, Emma et Persuasion). Il est difficile de définir le genre littéraire de l'auteur: Jane Austen se montre avant-gardiste lorsqu'elle rédige ses études de moeurs qui sont une véritable innovation aux yeux de la société anglaise; car personne n'explore comme elle le fait si bien la multitude de facettes de l'âme. Difficile de ne pas être conquis par Pride and Prejudice: on est subjugué par ce portrait désenchanté d'une société qui considère le mariage comme un moyen de servir des intérêts mercantiles, et non comme une affaire de coeur. Mr et Mrs Bennet sont les parents de cinq filles: Jane, l'aînée de la fratrie, se démarque par sa douceur, son optimisme et sa beauté. Sa cadette, Elizabeth est plutôt terre à terre: elle a hérité de la répartie et de la sagacité de son père. Puis vient Mary, une fille quelconque qui tente de compenser son manque de charme par une attitude pédante et hautaine. Les deux dernières filles, Catherine (appelée Kitty par ses proches) et Lydia, ont hérité de la personnalité évaporée de leur mère. Dans ce roman, c'est une véritable fresque qui se déploie: Jane Austen nous présente des personnages uniques: au cours d'un bal, Elizabeth rencontre Mr Darcy, un jeune homme distant dont l'attitude déplaît à beaucoup de convives qui ne se privent pas de colporter d'infâmes ragots à son sujet. Mr Darcy refuse de danser avec elle, et tourne les talons. A partir de ce moment là, un fossé se creuse entre les deux personnages dont les interactions seront souvent mouvementées. Pour bien comprendre l'oeuvre, il faut sans cesse se remémorer le titre et les deux concepts qu'il met en lumière: "Pride" et "Prejudice" (quelle belle allitération!): tous deux sont inextricablement liés et nous permettent de discerner le cheminement de la pensée d'Elizabeth; blessée dans son orgueil, la jeune femme développe une forte inimitié contre Mr Darcy, à laquelle s'ajoutent des préjugés nourris par les langues de vipère qui gravitent autour d'elle. Aveuglée par sa rancune et sa fierté, Elizabeth se montre alors opaque dès que Mr Darcy surgit devant elle; chaque rencontre engendre un affrontement. Elizabeth va cependant apprendre à surmonter ses préjugés, et surtout, à ravaler sa fierté. Elle va également comprendre comment fonctionne la société dans laquelle elle fait ses premier pas, et se heurter à la malveillance de Caroline Bingley, une femme hypocrite obnubilée par son statut social, ses prérogatives, et surtout soucieuse de ne côtoyer que des personnes d'illustre naissance; ce qui explique pourquoi elle voit d'un si mauvais oeil l'intérêt que porte son frère, Mr Bingley (sans aucun doute l'un des plus aimables personnages du roman, avec Mr et Mrs Gardiners), à l'aînée des soeurs Bennet. Et que dire de Lady Catherine de Bourgh, la tante de Mr Darcy! Fière comme un paon, condescendante et élitiste, elle ne se prive pas pour rudoyer ceux qu'elle estime être à des années lumières de son lustre! J'ai été stupéfait par la confrontation entre ce personnage et Elizabeth dans le cinquante-sixième chapitre (mon passage favori dans l'oeuvre!), où ce sont deux conceptions différentes du mariage qui s'affrontent! Il s'agit là de l'un des nombreux passages marquants de l'oeuvre. Cette satire absolument exquise fait partie de ces ouvrages qui ont donné ses lettres de noblesse au roman, un genre qui était encore méprisé à l'époque contemporaine de l'auteur. L'écriture d'Austen est si ingénieuse (la tournure de ses phrases est tout à fait délicieuse: "He is a gentleman; I am a gentleman's daughter: so far, we are equal"). Et puis, le roman nous donne envie de devenir ami(e) avec Elizabeth: ce personnage m'a semblé si accessible et surtout si sincère, que je me suis très vite épris de cette demoiselle (bien que je préfère Jane). Je n'ai de cesse de m'émerveiller en lisant les oeuvres de Jane Austen, tant elles sont intemporelles et éblouissantes: nous avons tant à apprendre de ses romans! Si d'aventure vous souhaitiez lire cette oeuvre dans sa langue d'origine, je vous recommande l'édition Collins Classics, dont la lecture m'a procuré un vif plaisir!
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              L'amour en littérature : 7 grands classiques à lire et à relire

              "En vain ai-je lutté. Rien n’y fait. Je ne puis réprimer mes sentiments. Laissez-moi vous dire l’ardeur avec laquelle je vous admire et je vous aime". Cette déclaration, point d'orgue du roman culte Orgueil et préjugés, est le symbole même de l'amour en littérature. Enflammées, déçues, tragiques, salvatrices... ces histoires d'amour-là sont fantasmées et continuent pourtant de nous toucher droit au coeur des siècles plus tard. Voici 7 grands classiques de la littérature qui rendent hommage à l'amour, à lire et à relire sans plus tarder. 

              Lire l'article
            • Par Lisez

              5 conseils pour se remettre d'une dépression post-livre

              La dépression post-livre, vous connaissez ? Elle désigne notre incapacité à commencer un nouveau livre, notre pauvre tête étant toujours coincée dans l’univers du précédent. Mais rassurez-vous, il existe quelques petites astuces pour s’en sortir. Amis lecteurs, amies lectrices, voici nos 5 conseils pour se remettre d’une gueule de bois livresque !

              Lire l'article