Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266254137
Code sériel : 16089
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Parfaite

Camille de PERETTI (Traducteur)
Date de parution : 10/03/2016
Je sais tout de toi.
Tu es parfaite.
Je t’aimerai
à la vie
à la mort.
Tu es à moi
pour toujours.


« Aussi intelligent que glaçant. » ELLE (UK)

« Une extraordinaire histoire d'amour obsessionnel... Imaginez Les Apparences, le roman de Gillian Glynn, mâtiné d'une version plus sinistre de Girls. » MARIE CLAIRE (UK)...
Je sais tout de toi.
Tu es parfaite.
Je t’aimerai
à la vie
à la mort.
Tu es à moi
pour toujours.


« Aussi intelligent que glaçant. » ELLE (UK)

« Une extraordinaire histoire d'amour obsessionnel... Imaginez Les Apparences, le roman de Gillian Glynn, mâtiné d'une version plus sinistre de Girls. » MARIE CLAIRE (UK)
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266254137
Code sériel : 16089
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Terrifiant… Le genre du livre qui vous fait mettre en pause votre vie pour le terminer. » Glamour

« Un page turner, aussi intelligent que glaçant. » ELLE UK

« Une extraordinaire histoire d’amour obsessionnel… Imaginez Les Apparences, le roman de Gillian Flynn, mâtiné d’une version plus sinistre de Girls. » Marie Claire UK
 
« Hypnotique et effrayant. Un roman ironique et mordant. Un roman cool dans tous les sens du terme. » Stephen King

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • audreylectures Posté le 16 Octobre 2020
    J'ai pris ce livre sans préméditation à la bibliothèque car j'ai adoré la série You, son adaptation. Lemon June avait également lu le livre il y a quelques temps et il me semble qu'elle avait apprécié sa lecture, ce pourquoi je me suis laissée tenter. Cela tombait bien puisqu'il rentre dans le challenge #theblacknovember. Dès les premières pages, ce qui dépayse et met mal à l'aise, c'est d'être dans la tête de Joe, un pervers psychopathe, grand manipulateur. L'auteure ne nous épargne rien, aucune pensée sadique ou déplacée, bien au contraire, toutes les pensées du personnage sont exposées ce qui peut s'avérer drôle, dérangeant ou tout simplement terrifiant. Le lecteur pénètre l'univers de ce libraire fou et très intelligent. Les références à sa culture littéraire sont savoureuses, son raffinement de façade contrastant avec sa nature obscure et ses pensées animales. Le personnage de Beck est assez exaspérant et stéréotypé, c'est une jeune femme perdue qui sombre dans une libido sordide pour combler le vide laissé par l'absence de son père. Elle est très superficielle et incroyablement égocentrique. A la fois victime et bourreau, elle se fait manipuler mais sait aussi très bien mentir. Les sujets abordés par Caroline Kepnes sont profondément d'actualité et invitent à... J'ai pris ce livre sans préméditation à la bibliothèque car j'ai adoré la série You, son adaptation. Lemon June avait également lu le livre il y a quelques temps et il me semble qu'elle avait apprécié sa lecture, ce pourquoi je me suis laissée tenter. Cela tombait bien puisqu'il rentre dans le challenge #theblacknovember. Dès les premières pages, ce qui dépayse et met mal à l'aise, c'est d'être dans la tête de Joe, un pervers psychopathe, grand manipulateur. L'auteure ne nous épargne rien, aucune pensée sadique ou déplacée, bien au contraire, toutes les pensées du personnage sont exposées ce qui peut s'avérer drôle, dérangeant ou tout simplement terrifiant. Le lecteur pénètre l'univers de ce libraire fou et très intelligent. Les références à sa culture littéraire sont savoureuses, son raffinement de façade contrastant avec sa nature obscure et ses pensées animales. Le personnage de Beck est assez exaspérant et stéréotypé, c'est une jeune femme perdue qui sombre dans une libido sordide pour combler le vide laissé par l'absence de son père. Elle est très superficielle et incroyablement égocentrique. A la fois victime et bourreau, elle se fait manipuler mais sait aussi très bien mentir. Les sujets abordés par Caroline Kepnes sont profondément d'actualité et invitent à l'introspection. Il y est notamment question du danger des réseaux sociaux ( exposition de sa vie privée, mensonges, troubles de la personnalité ), des relations toxiques en amour ou en amitié, des différences de classes sociales. L'écriture de l'auteure est moderne, il y a beaucoup de passages crus voire vulgaires car nous sommes mis dans la peau d'un pervers. Cela peut en gêner certains je pense. La série est une excellente adaptation, elle a pris quelques libertés mais reste assez fidèle à l'oeuvre d'origine. La perversion de Joe y est un peu édulcoré et certains événements un peu mieux amenés ou développés. Un livre dérangeant, un thriller original.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ameliero Posté le 9 Juillet 2020
    J’ai fait les choses à l’envers : comme j’avais la série sous la main, je l’ai d’abord regardée, et ce n’est qu’après que j’ai commandé le roman. Du coup, je vais en parler en comparant à la fois la série et le livre, dans l’ordre dans lesquels je les ai découverts. Au début de ma lecture, j’ai constaté que la série avait été très bien adaptée. Toutes les scènes que je lisais avaient été « retranscrites » à la télé (on va dire ça comme ça). Mais, à un certain moment, les événements divergent de la série. Je pense que quasi toutes les scènes sont reprises dans la série, mais elles ne se déroulent pas au même moment dans l’histoire, ou pour un besoin de rebondissement, la scène a été changée pour la série. Mais dans l’ensemble, l’histoire de la série colle parfaitement au livre. La série reprend pas mal de narration, et il faut savoir que le roman est principalement narratif. Et, tout comme dans la série, c’est Joe qui s’adresse à Beck du début à la fin. Dans la série, c’est Instagram qui est fort présent chez Beck, mais à l’époque où le livre a été écrit, c’était Twitter qui... J’ai fait les choses à l’envers : comme j’avais la série sous la main, je l’ai d’abord regardée, et ce n’est qu’après que j’ai commandé le roman. Du coup, je vais en parler en comparant à la fois la série et le livre, dans l’ordre dans lesquels je les ai découverts. Au début de ma lecture, j’ai constaté que la série avait été très bien adaptée. Toutes les scènes que je lisais avaient été « retranscrites » à la télé (on va dire ça comme ça). Mais, à un certain moment, les événements divergent de la série. Je pense que quasi toutes les scènes sont reprises dans la série, mais elles ne se déroulent pas au même moment dans l’histoire, ou pour un besoin de rebondissement, la scène a été changée pour la série. Mais dans l’ensemble, l’histoire de la série colle parfaitement au livre. La série reprend pas mal de narration, et il faut savoir que le roman est principalement narratif. Et, tout comme dans la série, c’est Joe qui s’adresse à Beck du début à la fin. Dans la série, c’est Instagram qui est fort présent chez Beck, mais à l’époque où le livre a été écrit, c’était Twitter qui était à la mode. Beck raconte sa vie et localise les lieux où elle est/où elle va se rendre. Il est donc très facile pour Joe de la retrouver, où qu’elle soit. Beck n’a pas de rideau, il peut voir tout ce qu’elle fait chez elle… Mais qui est ce jeune homme, Beck ? Ton petit copain ? Va falloir le supprimer de ta vie… il est un obstacle pour qu’elle tombe amoureuse de Joe. Oh Beck ! Quelle surprise ! Je ne m’attendais pas à te voir ici. Bref, vous voyez le topo. La série nous vend une passion torride entre Joe et Beck, mais en réalité, elle ne devient vraiment torride qu’à la fin du roman. Il ne se passe quasi rien entre eux durant tout le bouquin. Quelques baisers, un peu de tripotage, mais sans plus. Les amies de Beck, Lynn et Chana (? j’ai déjà oublié leurs prénoms) sont très peu présentes, en vérité. Enfin, elles sont fort présentes virtuellement, mais pas en personne. Elles détestent toutes Peach, sauf Beck qui a quand même un peu de sympathie pour elle. L’insupportable Peach est également là, et contrairement aux autres, elle est HYPER présente… à jouer la comédie, comme elle sait si bien le faire. Mine de rien, si je ne savais rien sur Peach avant de lire le roman, on réalise pas mal de choses grâce aux réflexions de Joe. Il analyse tout et il voit souvent juste. Voilà pour l’histoire. Niveau personnages, j’ai encore plus détesté Beck que dans la série ! Dans la série, elle ne réalise pas qu’elle flirte autant, je pense… Elle veut plaire, mais une fois que ça va trop loin, elle dit stop, c’est pas vraiment ce qu’elle voudrait. Dans le bouquin, c’est une sacrée chaudasse ! Son univers m’est insupportable, avec ses copines fausses, elle est fausse elle-même, elle note tout ce qu’elle fait sur les réseaux sociaux… Bref, elle a une mentalité qui m’échappe. Et Joe ! Parlons-en, de Joe ! Dans la série, il a été fortement humanisé, je trouve. Je pense qu’on en a besoin pour apprécier un personnage… Dans la série, je me suis attachée à lui. Parce qu’au final, il veut bien faire, mais son « trouble obsessionnel » fait que ce qu’il fait n’est pas net. Dans le bouquin, je ne l’ai pas du tout ressenti de la même manière. Par écrit, Joe est beaucoup plus cash, il a un langage très cru. Dans la série, il est assez poétique, mais dans le bouquin, il y va : « Je vais te bouffer la chatte, je veux ta chatte, je veux te baiser, on va baiser, je suis dur comme un rock », et j’en passe ! Il reste quand même « romantique » parce que « Beck n’est pas bonne, elle est belle ». Dans le livre, on ressent bien qu’il n’est pas net et qu’il ne devrait pas agir comme ça. Autre point troublant : dans la série, on humanise ce personnage via son voisin, Paco, le pauvre gosse dont le père bat la mère, et le gamin passe ses journées dans le couloir de l’immeuble, près de chez Joe… Dans le bouquin, Paco n’existe pas. Rien n’humanise Joe. Si j’ai voulu lire le livre, c’est principalement parce que j’étais curieuse de voir ce que ça donnait en bouquin, mais surtout, je voulais en apprendre plus sur Joe. Comme on a droit à certains flash backs dans la série, je m’étais dit qu’on en aurait beaucoup plus dans le roman. J’aime voir les dénouements, comprendre comment tout arrive, et je voulais savoir comment Joe en était arrivé à devenir ce qu’il est. Mais pas de chance : il y a très peu de flash back dans le roman, et aucun ne nous donne d’indice sur sa « psychose »… Malgré ça, la lecture fut très plaisante, malgré le sujet, le langage cru et tout le sexe qui s’ensuit… Je l’ai lu très vite sans pouvoir m’arrêter. Je ne sais pas encore si je lirai la suite, mais j’ai passé un bon moment avec ce premier récit.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Luciechipounette Posté le 24 Mai 2020
    Et je dois dire que ce n'est pas facile de lire un livre en ayant vu son adaptation. Je ne l'avais encore jamais fait d'ailleurs. Pourquoi ce n'est pas facile? Et bien, une adaptation reste une adaptation donc tous les éléments du livre ne sont pas forcément présents ou alors ils sont transformés. L'image mentale que l'on se forge d'habitude en lisant n'est alors pas la même puisqu'on a déjà cette image en tête (en référence à la série ou au film) et qu'elle peut se trouver en contradiction avec les éléments du texte. La force de ce thriller (et ce que j'aimais beaucoup aussi dans la série), c'est la narration à la première personne. Nous sommes dans le cerveau de Joe, nous entrevoyons toutes ses pensées (de psychopathe), assistons à tous ses actes, des plus banals aux plus intimes. Nous vivons son histoire d'amour avec Beck à travers ses yeux et ses sentiments. On se demande d'ailleurs si cette histoire d'amour est vraiment réciproque ou s'il croit simplement qu'elle est. N'empêche que pour Joe, impossible de vivre sans Beck. Il pense Beck, il vit Beck. Sa vie se résume à Beck: tout ce qu'il fait, c'est en fonction d'elle. Il... Et je dois dire que ce n'est pas facile de lire un livre en ayant vu son adaptation. Je ne l'avais encore jamais fait d'ailleurs. Pourquoi ce n'est pas facile? Et bien, une adaptation reste une adaptation donc tous les éléments du livre ne sont pas forcément présents ou alors ils sont transformés. L'image mentale que l'on se forge d'habitude en lisant n'est alors pas la même puisqu'on a déjà cette image en tête (en référence à la série ou au film) et qu'elle peut se trouver en contradiction avec les éléments du texte. La force de ce thriller (et ce que j'aimais beaucoup aussi dans la série), c'est la narration à la première personne. Nous sommes dans le cerveau de Joe, nous entrevoyons toutes ses pensées (de psychopathe), assistons à tous ses actes, des plus banals aux plus intimes. Nous vivons son histoire d'amour avec Beck à travers ses yeux et ses sentiments. On se demande d'ailleurs si cette histoire d'amour est vraiment réciproque ou s'il croit simplement qu'elle est. N'empêche que pour Joe, impossible de vivre sans Beck. Il pense Beck, il vit Beck. Sa vie se résume à Beck: tout ce qu'il fait, c'est en fonction d'elle. Il n'y a d'ailleurs pas d'actions bonnes ou mauvaises pour Joe. Toute chose est à faire si c'est pour être avec Beck qu'il faut le faire. Si cela semble être très romantique, ce n'est en fait que l'état d'un esprit fortement dérangé. Exit la frustration, ce que Joe veut, Joe l'obtient, peu importe le prix à payer ou par où il faut en passer. Joe veut Beck alors Joe aura Beck, quoiqu'il lui en coûte. Joe est un homme intelligent et le lire est un réel plaisir. Un vocabulaire cru mêlé à un humour bien dosé et des réflexions pertinentes, voilà un savant mélange dont on ne se lasse pas. Ce qui fait un peu peur avec ce livre, c'est de se rendre compte qu'on s'attache à un psychopathe!
    Lire la suite
    En lire moins
  • QueenofMidworld Posté le 22 Mai 2020
    Ayant vu en grande partie la série You, j'étais intéressée par la lecture du livre. J'adore les thrillers, je déteste les romances et tout ce qui est trop "girly" et je ferais donc le même reproche au livre qu'à la série : ce n'est pas assez sombre à mon goût! Difficile de ressentir de la sympathie pour les personnages, tous plus clichés et superficiels les uns que les autres, y compris Beck, que j'ai trouvée banale au possible. Finalement, le personnage présentant le plus d'intérêt (et de sympathie même) est Joe, qui, bien qu'étant clairement un psychopathe, présente une personnalité plus complexe et on prend plaisir à suivre ses raisonnements et ses plans. Je suis tout de même curieuse de découvrir le tome 2.
  • Montrealpq Posté le 27 Avril 2020
    Un autre thriller bien noté qui ne me rejoins pas ! C’est long et répétitif. Ça tourne en rond et tout ça pour une finale prévisible. La seule envie que j’avais de tourner les pages était d’en finir. Rien de captivant. On s’entend, c’est pas mauvais, mais ce n’est pas un thriller à mettre en haut de votre liste.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !