En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Pourquoi l'amour ne suffit pas

        Pocket
        EAN : 9782266188128
        Code sériel : 13138
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        Pourquoi l'amour ne suffit pas
        Aider l'enfant à se construire

        Fabrice MIDAL (Direction de collection)
        Collection : Évolution
        Date de parution : 20/11/2008

        Pour devenir un être civilisé, créatif et heureux, l'enfant a besoin que les adultes lui enseignent les règles de la vie et lui apprennent à les respecter. L'éducation est le support essentiel de sa construction. Aimer un enfant ne peut donc se limiter à éprouver pour lui de l'affection. Notre...

        Pour devenir un être civilisé, créatif et heureux, l'enfant a besoin que les adultes lui enseignent les règles de la vie et lui apprennent à les respecter. L'éducation est le support essentiel de sa construction. Aimer un enfant ne peut donc se limiter à éprouver pour lui de l'affection. Notre époque l'oublie. Claude Halmos, à la lumière de son expérience de psychanalyse, le démontre. Dans le langage clair qu'on lui connaît, elle donne aux parents les moyens de comprendre ce que veut dire « aimer un enfant ».

        Claude HALMOS, psychanalyste formée par Jacques Lacan et Françoise Dolto, est aujourd'hui une spécialiste de l'enfance.

        « Recul et intelligence, un retour éclairant aux écrits de Dolto. » Parents

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266188128
        Code sériel : 13138
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Maquart Posté le 27 Avril 2018
          Pour Freud déjà c’est l’éducation qui construit l’enfant. Dans un texte, il explique comment se met en place le psychisme. Deux principes antagonistes le régissent : Le principe de plaisir et le principe de réalité. Le nourrisson lorsqu’il ne peut avoir l’objet qui comblerait son besoin va l’halluciner. Comme l’hallucination ne dure qu’un temps et ne comble pas son besoin de manger (par exemple), le bébé est obligé de se tourner vers l’extérieur. L’enfant se met alors à chercher ce qui est réel, même si c’est désagréable. Nécessité fait loi. Une fois le principe de réalité mis en place vient la motricité qui va pouvoir changer cette réalité (l’action). C’est à partir de cette action que va pouvoir naître la pensée. La progression vers le principe de réalité ne se fait pas sans résistance : en matière de plaisir, l’humain lâche rarement sa proie pour l’ombre. Donc une partie de la pensée va rester dominée par le plaisir. Cette partie va permettre les fantasmes. Le retard des pulsions sexuelles (vers 4 5 ans) permet à l’humain de quitter le domaine de la réalité pour celui des fantasment. Il fait le lit de toutes les névroses : Freud qualifie le phénomène de « point faible de notre... Pour Freud déjà c’est l’éducation qui construit l’enfant. Dans un texte, il explique comment se met en place le psychisme. Deux principes antagonistes le régissent : Le principe de plaisir et le principe de réalité. Le nourrisson lorsqu’il ne peut avoir l’objet qui comblerait son besoin va l’halluciner. Comme l’hallucination ne dure qu’un temps et ne comble pas son besoin de manger (par exemple), le bébé est obligé de se tourner vers l’extérieur. L’enfant se met alors à chercher ce qui est réel, même si c’est désagréable. Nécessité fait loi. Une fois le principe de réalité mis en place vient la motricité qui va pouvoir changer cette réalité (l’action). C’est à partir de cette action que va pouvoir naître la pensée. La progression vers le principe de réalité ne se fait pas sans résistance : en matière de plaisir, l’humain lâche rarement sa proie pour l’ombre. Donc une partie de la pensée va rester dominée par le plaisir. Cette partie va permettre les fantasmes. Le retard des pulsions sexuelles (vers 4 5 ans) permet à l’humain de quitter le domaine de la réalité pour celui des fantasment. Il fait le lit de toutes les névroses : Freud qualifie le phénomène de « point faible de notre organisation psychique ». Pour les interdits : on fait renoncer à un plaisir immédiat mais destructeur pour le remplacer par un plaisir non moins agréable (l’interdit n’empêche pas le plaisir). Dans l’éducation on apprend que le plaisir doit tenir compte de la réalité. Dolto qui a repris les travaux de Freud (enrichit de l’observation des enfants qui ne se faisait pas du temps de Sigmund), compare la progression de l’enfant à une montée d’escalier. Dolto parle de castration pour les changements : il est important lorsque l’on fait renoncer un enfant à quelque chose de lui monter l’intérêt qu’il va y trouver. L’auteur explique ensuite comment se passe un analyse : elle reçoit l’enfant avec ses parents (parfois des conseils ou remettre l’histoire familiale en ordre suffit), si une analyse est nécessaire, il faut le consentement de l’enfant puis sa participation active (dessin ou autre….à chaque séance). Elle parle des pratiques psys problématiques : celles qui se font sans les parents, celles qui durent trop longtemps. Elle pense qu’un enfant qui a des difficultés de lecture devrait commencer par aller chez le psy….pour elle une « mode » venue des USA (DSM) fait que l’on ne prend plus la personne dans sa globalité mais comme un symptôme……à soigner au plus vite. Cette technique rejoint le « tout amour »… De la même façon qu’il y a eu une épidémie de dyslexie, pour elle, l’hyperactivité et son pendant la ritaline sont une mode : si un enfant ne tient pas en place, c’est qu’il n’a pas sa place. A propos des parents Dolto dit : « ce n’est pas de leur faute mais de leur fait ». Pour conclure : éduquer ce n’est pas brimer mais aider à se développer et c’est la meilleure façon d’aimer.
          Lire la suite
          En lire moins
        • anlixelle Posté le 15 Mars 2018
          Aucun enfant ne vient au monde avec un psychisme constitué. Un enfant se construit, et dans cette construction ses parents jouent un rôle d'autant plus déterminant que notre monde moderne et les structures parentales actuelles le mettent souvent à mal. Etre parent est loin d'être facile. Dans ce livre très instructif, et pointu parfois, Claude Halmos, psychanalyste spécialiste des questions de l'enfance et ancienne "élève" de Dolto nous parle du mythe de l'amour parental et de ses ravages, des enfants "victimes" de l'amour parental, de l'éducation et de ce qu'on peut en attendre, etc... C'est selon moi un livre incontournable et pas assez connu. Son contenu, parfois un peu soutenu, explique peut-être qu'il n'ait pas connu le succès qui aurait dû lui revenir. A moins que son contenu ne dérange ?

        Ils en parlent

        « Recul et intelligence. Un retour éclairant aux écrits de Dolto. »

        Parents

        PRESSE
        Vivez mieux avec Pocket
        Inscrivez-vous à la newsletter pour découvrir des conseils qui répondent aux grandes et petites questions que chacun peut se poser.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.