En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Ragdoll

        Pocket
        EAN : 9782266276573
        Code sériel : 17007
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Ragdoll

        Natalie BEUNAT (Traducteur)
        Date de parution : 08/03/2018
        Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l'a aussitôt baptisé Ragdoll, la Poupée de Chiffon. Tout juste réintégré au Metropolitan Police Service de Londres, l'inspecteur « Wolf » Fawkes dirige l'enquête sur... Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l'a aussitôt baptisé Ragdoll, la Poupée de Chiffon. Tout juste réintégré au Metropolitan Police Service de Londres, l'inspecteur « Wolf » Fawkes dirige l'enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l'inspectrice Baxter. Chaque minute compte, car ce nouveau serial killer vient de communiquer, par voie de presse, une liste de six noms. Son programme de meurtres pour les jours à venir. Avec le meilleur pour la fin : Wolf lui-même…

        « Un scénario faustien en diable. Une réussite. » Delphine Peras – L'Express

        « Ambiance noire, rythme endiablé et intrigue redoutable, Daniel Cole prend le lecteur au collet. » Marie Rogatien – Le Figaro Magazine
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266276573
        Code sériel : 17007
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Hides Posté le 26 Septembre 2018
          Un corps. 6 victimes. Aucun suspect. C’est un fait indéniable. Avec un tel résumé, Ragdoll est un roman intriguant. Pourquoi ? Parce que, naturellement, notre côté psychopathe/pervers se réveille. On veut découvrir l’identité des six victimes démembrées. On veut aussi assister au jeu macabre, malsain instauré par Daniel Cole… Alors si sur le papier, Ragdoll a tout pour plaire, pourquoi dans la réalité, j’en ressors un peu déçu ? Faut dire que la référence à Seven, peut-être à double tranchant. Tu t’attends forcément à quelque chose d’inoubliable, de spectaculaire, de surprenant… Il y a aussi le fait que la force d’un roman ne peut pas résider que dans l’intrigue, dans le rythme. Le suspense, l’originalité d’une histoire ne fait pas tout. La tension peut être aussi psychologique. Elle doit l’être dans un thriller d’une telle envergure… Je ne vais pas dire que Ragdoll en est dépourvu…mais elle est à peine présente. Un corps. 6 victimes. Votre nom figure sur la liste du tueur La date de votre mort aussi. Voilà des éléments qui peuvent faire d’une simple histoire, un « page turner » plutôt efficace sur la forme et sur le fond. Une macabre découverte et vous êtes incapable de lâcher se roman tant vous êtes pris au... Un corps. 6 victimes. Aucun suspect. C’est un fait indéniable. Avec un tel résumé, Ragdoll est un roman intriguant. Pourquoi ? Parce que, naturellement, notre côté psychopathe/pervers se réveille. On veut découvrir l’identité des six victimes démembrées. On veut aussi assister au jeu macabre, malsain instauré par Daniel Cole… Alors si sur le papier, Ragdoll a tout pour plaire, pourquoi dans la réalité, j’en ressors un peu déçu ? Faut dire que la référence à Seven, peut-être à double tranchant. Tu t’attends forcément à quelque chose d’inoubliable, de spectaculaire, de surprenant… Il y a aussi le fait que la force d’un roman ne peut pas résider que dans l’intrigue, dans le rythme. Le suspense, l’originalité d’une histoire ne fait pas tout. La tension peut être aussi psychologique. Elle doit l’être dans un thriller d’une telle envergure… Je ne vais pas dire que Ragdoll en est dépourvu…mais elle est à peine présente. Un corps. 6 victimes. Votre nom figure sur la liste du tueur La date de votre mort aussi. Voilà des éléments qui peuvent faire d’une simple histoire, un « page turner » plutôt efficace sur la forme et sur le fond. Une macabre découverte et vous êtes incapable de lâcher se roman tant vous êtes pris au piège. Je ne peux pas nier le côté attractif de Ragdoll, j’ai tourné les pages avec avidité, on ressent clairement l’urgence de la situation. Il faut avouer que le postulat de départ est original, ingénieux. On se retrouve séduite par l’idée, par le jeu suite à la découverte de ce cadavre composé de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture. Ajouter cela, un compte à rebours, une deadline implacable avec cette liste des futurs victimes, assortie à des dates auquel le tueur a prévu de les assassiner. C’est ingénieux, c’est machiavélique à souhait… et pourtant… Finalement, l’effet « sous tension » s’essouffle. Tu te demandes par moment, si c’est ingénieux ou carrément rocambolesque… Malheureusement, par moment, c’est inimaginable, invraisemblable. Puis il y a ses personnages qui sont certes attachants mais qui sont stéréotypés. Donc voilà, si la tension, le rythme nous offre un « page-turner ». Au fil des pages, l’originalité de Ragdoll s’essouffle, faisant place à un scénario plus classique. Mais comme je suis une sadique, que j’ai bien aimé le rythme et à peu près toute l’histoire… j’ai envie de découvrir le prochain jeu macabre de Daniel Cole, je me plongerai dans L’appât.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Bazart Posté le 12 Septembre 2018
          Le pitch ? Un cadavre recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. Ce sont l'inspecteur "Wolf" Fawkes de la Metropolitan Police de Londres et l'inspectrice Baxter - secrètement amoureuse de lui - qui sont chargés de mener l'enquête et de mettre la main sur ce psychopathe qui, selon les indices qu'il laisse dérrière lui, a déjà décidé de l'identité de sa prochaine victime : Wolf lui-même. Le début "in medias res" avec la scène du procès de Naguib Khalid, surnommé " Le tueur crématiste" nous plonge d'ores et déjà dans l'ambiance : on comprend d'emblée que Wolf est du genre... perturbé, ce qui va le rendre attachant - j'aime beaucoup ces enquêteurs dont les forces comptent autant que les faiblesses. On tourne les pages à vive allure, le côté "gore" laissant place à la torture psychologique. J'ai bien aimé ce thriller, même si quelques passages m'ont semblé peu clairs, un peu difficiles à suivre. L'ensemble tient en tout cas bien la route, on est vraiment emporté dans l'histoire et ça, c'est l'essentiel !
        • Jerome_C Posté le 8 Septembre 2018
          Suite à la découverte d’un cadavre, la police est appelée sur les lieux. Il ne s’agit pas d’un cadavre mais de six corps démendrés et cousus les uns aux autres. Qui a pu mettre au point un tel scénario ? Appelé pour diriger l’enquête, le sergent William Fawkes - que tout le monde appelle Wolf - va vite se rendre compte que le crime a été commis à deux pas de chez lui et que le cadavre a le doigt pointé vers son immeuble. Très rapidement, il va comprendre que l’un des corps n’est autre que celui de Naguib Khalid - également appelé le tueur crématiste - accusé d’avoir tué 27 enfants, arrêté par Wolf mais reconnu non coupable lors de son procès. Il s’agit également de l’homme sur qui il s’est jeté et qu’il a tenté de tuer à la fin du procès et qui lui a valu un séjour en hôpital psychiatrique. Mais qui sont les cinq autres victimes ? Y en aura t-il d’autres ? Est-ce le début d’un serial killer ? En quelques heures, ce qu’il redoutait se confirma puisque le tueur envoya à la presse la liste de ses 6 prochaines victimes dont la dernière n’est... Suite à la découverte d’un cadavre, la police est appelée sur les lieux. Il ne s’agit pas d’un cadavre mais de six corps démendrés et cousus les uns aux autres. Qui a pu mettre au point un tel scénario ? Appelé pour diriger l’enquête, le sergent William Fawkes - que tout le monde appelle Wolf - va vite se rendre compte que le crime a été commis à deux pas de chez lui et que le cadavre a le doigt pointé vers son immeuble. Très rapidement, il va comprendre que l’un des corps n’est autre que celui de Naguib Khalid - également appelé le tueur crématiste - accusé d’avoir tué 27 enfants, arrêté par Wolf mais reconnu non coupable lors de son procès. Il s’agit également de l’homme sur qui il s’est jeté et qu’il a tenté de tuer à la fin du procès et qui lui a valu un séjour en hôpital psychiatrique. Mais qui sont les cinq autres victimes ? Y en aura t-il d’autres ? Est-ce le début d’un serial killer ? En quelques heures, ce qu’il redoutait se confirma puisque le tueur envoya à la presse la liste de ses 6 prochaines victimes dont la dernière n’est que Wolf en personne. A partir de cet instant, une course contre la montre va s’engagea. Il va tenter - avec l’aide de son ex-équipière et de son stagiaire - de sauver les condamnés et de retrouver le tueur. Pourquoi ce dernier lui en veut personnellement ? Jusqu’à quel degré Wolf se retrouve impliqué dans cette sordide affaire ? Quel va être le rôle de son ex-femme - journaliste - qui va également se retrouver en première ligne ? Mon avis (livre lu en juin 2018) : ce polar de 499 pages tient le lecteur en haleine quasiment jusqu’à la fin. Très bien écrit, l’intrigue est bien construite et j’ai eu envie rapidement de connaitre l’issue. Malgré tout, je reste un peu déçu par la fin. A lire pour celles et ceux qui aiment les thrillers...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Stelphique Posté le 2 Septembre 2018
          Ce que j’ai ressenti: ***Une accroche percutante! Une poupée de chiffon cadavérique: Ragdoll. Et voilà comme un thriller devient vite, une curiosité! 1 corps, 6 victimes, aucun suspect. Autant dire qu’il fallait y penser, et avoir une sacrée imagination pour créer un monstre pareil, tandis qu’un compte à rebours sordide prend ses aises en près de 500 pages…Ragdoll va vite de devenir le cauchemar de cet inspecteur Wolf, loup un peu solitaire dans ce commissariat, et pour nous, lecteur un grand moment de suspense … Viiiiiiiiite, l’équipe n’a pas le temps de dormir sur ses lauriers, de faire des révérences aux supérieurs, ni de trop se préoccuper des nouveaux venus, il se joue un programme complexe et millimétré pour coincer un tueur implacable et de drôles de jeux de politique et d’ambitions rageuses… « La mort rôdait. Elle venait le faucher. » ***…Mais une fin, un poil, décevante… J’ai vraiment apprécié que Daniel Cole ai su créer une ambiance tendue et une équipe de personnalités bien campée. On se prend au jeu de l’intrigue, c’est vraiment rythmé et intéressant de les voir tous, se démener contre leurs démons, et j’ai adoré les pointes d’humour de l’auteur. J’ai passé un bon moment dans l’ensemble, oui... Ce que j’ai ressenti: ***Une accroche percutante! Une poupée de chiffon cadavérique: Ragdoll. Et voilà comme un thriller devient vite, une curiosité! 1 corps, 6 victimes, aucun suspect. Autant dire qu’il fallait y penser, et avoir une sacrée imagination pour créer un monstre pareil, tandis qu’un compte à rebours sordide prend ses aises en près de 500 pages…Ragdoll va vite de devenir le cauchemar de cet inspecteur Wolf, loup un peu solitaire dans ce commissariat, et pour nous, lecteur un grand moment de suspense … Viiiiiiiiite, l’équipe n’a pas le temps de dormir sur ses lauriers, de faire des révérences aux supérieurs, ni de trop se préoccuper des nouveaux venus, il se joue un programme complexe et millimétré pour coincer un tueur implacable et de drôles de jeux de politique et d’ambitions rageuses… « La mort rôdait. Elle venait le faucher. » ***…Mais une fin, un poil, décevante… J’ai vraiment apprécié que Daniel Cole ai su créer une ambiance tendue et une équipe de personnalités bien campée. On se prend au jeu de l’intrigue, c’est vraiment rythmé et intéressant de les voir tous, se démener contre leurs démons, et j’ai adoré les pointes d’humour de l’auteur. J’ai passé un bon moment dans l’ensemble, oui mais, voilà..Comme c’est un premier roman, je serai indulgente, et même très curieuse de lire la suite des aventures de Wolf, mais je vais devoir nuancer mon enthousiasme, car la fin m’a un peu déçue, dans le sens où j’ai aimé l’idée mais elle m’a semblée perdre un peu de son fil…Et c’est dommage pour une Ragdoll, d’avoir un fil qui ne tient pas, si belle soit-elle…. Mais bon, ne tiens pas le diable qui veut, aussi…^^ « On sait tous qu’agir pour le bien ne s’accorde pas toujours avec la loi, en tout cas pas comme on en rêverait dans un monde idéal. » ***…Un avis nuancé, mais une bonne surprise! Mise à part, cette fin maladroite, je pense que l’auteur a de quoi nous surprendre dans le futur…Il a déjà un style et une originalité qui attire l’œil…Des scènes très cinématographiques et des pistes psychologiques intéressantes, je pense que Daniel Cole est sur la belle voie des polars à suivre de près, des histoires à nous faire frissonner de peur, en tenant son petit doudou dans ses bras, au cas où…. « Pour ce qui me concerne, un Ferrero Rocher suffit largement à mon bonheur. » Ma note Plaisir de Lecture 7/10
          Lire la suite
          En lire moins
        • Tryo0504 Posté le 2 Septembre 2018
          Avec Ragdoll de Daniel Cole, j’entamais la 3e lecture pour le Prix Nouvelles Voix du Polar des Editions Pocket. Dès les premières pages, les fondations d’un polar haletant sont posées. L’histoire débute avec un inspecteur de la brigade criminelle qui se laisse gagner par ses émotions lorsqu’un tribunal déclare un homme suspecté de plusieurs meurtres non coupable. Après un séjour en hôpital psychiatrique, ce flic au caractère bien trempé, qui semble n’avoir rien à perdre et est rongé par les années passées sur des affaires délicates, se retrouve engagé dans une course contre la montre orchestrée par un tueur qui a dressé une liste de sept personnes qui vont mourir. La dernière étant l’inspecteur Wolff lui-même. On se retrouve très vite happé par l’intensité et la vitesse du récit. Les personnages présentent tous des personnalités hors du commun qui se combinent très bien. Le personnage principal a comme coéquipière une inspectrice avec quelques penchants alcooliques mais qui agit tout en finesse. La brigade doit également fonctionner avec un petit nouveau voulant à tout prix appliquer les grandes théories des manuels. Même si les personnages présentent des caractéristiques moult fois rencontrées dans les polars du genre, celui-ci fonctionne bien. L’auteur n’en... Avec Ragdoll de Daniel Cole, j’entamais la 3e lecture pour le Prix Nouvelles Voix du Polar des Editions Pocket. Dès les premières pages, les fondations d’un polar haletant sont posées. L’histoire débute avec un inspecteur de la brigade criminelle qui se laisse gagner par ses émotions lorsqu’un tribunal déclare un homme suspecté de plusieurs meurtres non coupable. Après un séjour en hôpital psychiatrique, ce flic au caractère bien trempé, qui semble n’avoir rien à perdre et est rongé par les années passées sur des affaires délicates, se retrouve engagé dans une course contre la montre orchestrée par un tueur qui a dressé une liste de sept personnes qui vont mourir. La dernière étant l’inspecteur Wolff lui-même. On se retrouve très vite happé par l’intensité et la vitesse du récit. Les personnages présentent tous des personnalités hors du commun qui se combinent très bien. Le personnage principal a comme coéquipière une inspectrice avec quelques penchants alcooliques mais qui agit tout en finesse. La brigade doit également fonctionner avec un petit nouveau voulant à tout prix appliquer les grandes théories des manuels. Même si les personnages présentent des caractéristiques moult fois rencontrées dans les polars du genre, celui-ci fonctionne bien. L’auteur n’en fait pas des tonnes dans la description des personnages ce qui permet au rythme de l’histoire d’imposer son tempo du début à la fin. Il n’y a pas une page de trop dans ce roman. Le suspense est garanti jusqu’à la scène finale sans que le lecteur ne puisse trop sentir la fin. Ce récit est taillé pour être adapté au cinéma ! Je recommande donc chaudement ce premier roman de Daniel Cole et il me tarde de lire son nouveau titre L’appât paru aux Éditions Robert Laffont.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Une tuerie. »
        Claude Combet, Livres Hebdo

        « Un scénario faustien en diable. Une réussite. »
        Delphine Peras, L'Express

        « Daniel Cole va au-delà du classique miroir tueur/enquêteur : c'est de la force d'attraction du Mal dont il est question. »
        Hubert Artus, Lire

        « Un suspense millimétré. »
        Sébastien Lapaque, Le Figaro littéraire

        « Ambiance noire, rythme endiablé et intrigue redoutable, Daniel Cole prend le lecteur au collet. Qui, captivé, tourn les pages jusqu'à l'éreintement. »
        Marie Rogatien, Le Figaro Magazine
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Pocket

          Le cadeau idéal pour la Fête des Mères

          A l’occasion de la Fête des Mères, LA KUBE vous propose le cadeau parfait pour toutes les mamans !

          Lire l'article
        • Par Lisez

          5 romans placés sous le signe des nouvelles voix du thriller

          Ils n’ont qu’un roman derrière eux mais l’engouement des critiques et le bouche à oreille leur ont d’ores et déjà assuré une place dans la catégorie des auteurs à suivre de très près. Qu’elles nous entraînent sur les traces d’un serial killer ou qu’elles penchent vers l’ésotérisme, ces nouvelles voix du thriller ont compris comment jouer avec nos angoisses. La preuve par 5 romans.

          Lire l'article