Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266022507
Code sériel : 3117
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Si c'est un homme

Martine SCHRUOFFENEGER (Traducteur)
Date de parution : 01/10/1988

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser...

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité. »
Angelo Rinaldi

« Ce volume est aussi important que la Bible. Un Livre fonda une religion humaniste il y a des millénaires. Un autre Livre raconte la fin de l'humanité au XXe siècle. » Frédéric Beigbeder

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266022507
Code sériel : 3117
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aproposdelivres Posté le 14 Février 2020
    J'ai déjà lu ce livre avant la création de ce blog, et cela fait du bien de faire cette lecture indispensable en mode audio. Pour ce relecture audio, je n'ai pas réécouté les "bonus" : ni l'interview très intéressante de Primo Levi par Philipp Roth et je n'ai retenté l'interview de Raphaël Enthoven. Lors de ma première écoute, je l'avais trouvé trop longue (54 minutes) et j'avais décroché au bout de vingt minutes... Le livre en lui-même est plus fluide à écouter, paru dix ans après son retour des camps, Primo Levi témoigne de son quotidien là-bas. Ce livre est un témoignage poignant. Il nous décrit dans les moindres détails la vie dans le camp d'Auschwitz de 1943 à janvier 1945. Il donne son ressenti sur la violence des hommes mais également sur la volonté de survivre en gardant un semblant d'humanité. C'est une grande leçon de vie, car Primo Levi raconte tout cela sans aucune haine et sans reproche vis à vis de ceux qui lui ont fait subir cette épreuve. Il expose des faits, seulement ce dont il a été témoin et laisse au lecteur se faire son opinion par lui-même. Dans cette version audio, Raphaël Enthoven a su... J'ai déjà lu ce livre avant la création de ce blog, et cela fait du bien de faire cette lecture indispensable en mode audio. Pour ce relecture audio, je n'ai pas réécouté les "bonus" : ni l'interview très intéressante de Primo Levi par Philipp Roth et je n'ai retenté l'interview de Raphaël Enthoven. Lors de ma première écoute, je l'avais trouvé trop longue (54 minutes) et j'avais décroché au bout de vingt minutes... Le livre en lui-même est plus fluide à écouter, paru dix ans après son retour des camps, Primo Levi témoigne de son quotidien là-bas. Ce livre est un témoignage poignant. Il nous décrit dans les moindres détails la vie dans le camp d'Auschwitz de 1943 à janvier 1945. Il donne son ressenti sur la violence des hommes mais également sur la volonté de survivre en gardant un semblant d'humanité. C'est une grande leçon de vie, car Primo Levi raconte tout cela sans aucune haine et sans reproche vis à vis de ceux qui lui ont fait subir cette épreuve. Il expose des faits, seulement ce dont il a été témoin et laisse au lecteur se faire son opinion par lui-même. Dans cette version audio, Raphaël Enthoven a su avec beaucoup de sobriété donner toute sa force à ce texte exceptionnel.
    Lire la suite
    En lire moins
  • la_folie_amadis Posté le 13 Février 2020
    « J’écris ce que je ne pourrais dire à personne ». Telles sont les paroles de Primo Levi qui vécu l’enfer des camps à Auschwitz-Birkenau. Dire la vérité à un interlocuteur privilégié aurait été trop douloureux, trop intime peut-être ; l’écrire et ainsi le destiner à tous les hommes, aux innocents comme aux bourreaux, était préférable. La parole ainsi écrite, comme martelée, ne pouvait plus être déformée ; ni par l’auteur, ni par ses opposants. Mais comme le déplore Primo Levi, comment rendre compte de la vérité ? Notre vocabulaire en effet n’est pas assez riche pour décrire la condition qui fut la sienne en qualité non pas d’homme, mais de Häftlinge dans les Lager. Comment exprimer la faim ? Comment rendre témoignage de la peur qui les animait lui et ses compagnons au moment de la sélection ou encore du froid et de l’humidité qui s’insinuaient partout jusqu’au plus profond de leur être ? Ces mots là n’existent pas, et pour cause, on aurait eu peine à imaginer qu’ils soient utilisés un jour - ils n’avaient pas à être inventés ! Et pourtant, pourtant... Il a fallu à Primo Levi tout surmonter pour quitter les Lager ; pour retourner parmi les hommes...... « J’écris ce que je ne pourrais dire à personne ». Telles sont les paroles de Primo Levi qui vécu l’enfer des camps à Auschwitz-Birkenau. Dire la vérité à un interlocuteur privilégié aurait été trop douloureux, trop intime peut-être ; l’écrire et ainsi le destiner à tous les hommes, aux innocents comme aux bourreaux, était préférable. La parole ainsi écrite, comme martelée, ne pouvait plus être déformée ; ni par l’auteur, ni par ses opposants. Mais comme le déplore Primo Levi, comment rendre compte de la vérité ? Notre vocabulaire en effet n’est pas assez riche pour décrire la condition qui fut la sienne en qualité non pas d’homme, mais de Häftlinge dans les Lager. Comment exprimer la faim ? Comment rendre témoignage de la peur qui les animait lui et ses compagnons au moment de la sélection ou encore du froid et de l’humidité qui s’insinuaient partout jusqu’au plus profond de leur être ? Ces mots là n’existent pas, et pour cause, on aurait eu peine à imaginer qu’ils soient utilisés un jour - ils n’avaient pas à être inventés ! Et pourtant, pourtant... Il a fallu à Primo Levi tout surmonter pour quitter les Lager ; pour retourner parmi les hommes... C’est ce qu’il nous raconte dans ce témoignage ; de son arrivée au camps, à sa libération par l’armée soviétique. La présente édition apporte un éclairage intéressant à l’œuvre de part son appendice. Dans celui-ci, rédigé en 1976, l’auteur répond de façon très détaillée à des questions que lui posaient fréquemment des lycéens ; des questions que nous-même à l’heure actuelle nous nous posons encore...
    Lire la suite
    En lire moins
  • karine68700 Posté le 30 Janvier 2020
    C'est l'histoire vraie de Primo dans le camp de concentration de travail d. Auschwitz. il y raconte ce qu'il s'est passé, ce qu'il a vu, son ressenti. comment il a réussi à s'en sortir alors que la plupart d'entre eux sont morts. ils ont été que 5 % d'italien dans son cargo, à survivre. dans son livre, on ne ressent aucune haine et il raconte uniquement ce qu'il a vu. C'était important pour lui, de dire ce qu'il a vu et pas ce qu'on lui a raconté. je suis très touché par cette guerre qui a fait tant de morts. alors j'aime toujours lire des nouveaux livres là-dessus. cet été nous avons également visiter le camp de concentration du Struthof et on y retrouve beaucoup de similitudes donc j'ai vraiment été plongé dans cette lecture.
  • MinieHouselook Posté le 11 Janvier 2020
    Un livre important pour l'histoire
  • MelMel9638 Posté le 2 Janvier 2020
    Tout est parfaitement dis dans le résumé. Témoignage bouleversant. Il n'y a rien qui pourrait mieux expliquer la réalité des faits et l'horreur qu'un témoignage.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.