Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266022507
Code sériel : 3117
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Si c'est un homme

Martine SCHRUOFFENEGER (Traducteur)
Date de parution : 01/10/1988

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser...

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité. »
Angelo Rinaldi

« Ce volume est aussi important que la Bible. Un Livre fonda une religion humaniste il y a des millénaires. Un autre Livre raconte la fin de l'humanité au XXe siècle. » Frédéric Beigbeder

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266022507
Code sériel : 3117
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sMalandrin Posté le 6 Septembre 2020
    "Si c'est un homme" ne se critique pas. Il se lit. Il se relit. On vit avec.
  • BordeauxMilan Posté le 3 Septembre 2020
    Un mot : poignant ! L'histoire, le style de l'écriture.... A lire et à relire.
  • Pixie-Flore Posté le 25 Août 2020
    L'Holocauste ou Shoah. Il faut une force incroyable pour se relever d'une telle épreuve et pour témoigner de l'horreur vécue. Primo Levi a eu cette force et a su mettre des mots sur l’innommable. Que dire de plus sur cette oeuvre. Tout a déjà été dit. Un témoignage bouleversant et d'une utilité incontestable.
  • Unvola Posté le 22 Août 2020
    Primo Levi, Juif Italien, déporté à Auschwitz en 1944, décrit l’ignoble processus de DESHUMANISATION perpétré par les Nazis dans les camps de concentration et les centres d’extermination Allemands du Troisième Reich. L’auteur témoigne des horreurs qu’il a subies avec ses co-détenus dans cet « enfer terrestre »… Par chance, il fut libéré en janvier 1945, et en plus de son métier de Chimiste, Primo Levi devint un grand écrivain, dont ce formidable ouvrage publié dès 1947, puis d’autres par la suite. Mais tristement, il se suicida en 1987… Pour cette réédition, Primo Levi rajouta en 1976 à la fin de ce livre, un appendice d’une profonde réflexion, dans le but de répondre aux multiples questions essentielles que lui posèrent les lycéens lors de ses interventions en classes, ainsi que ses lecteurs, sur le fondamental sujet de : la NATURE HUMAINE. Un livre-témoignage primordial pour notre Mémoire Universelle. Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de : – Alexandre Soljénitsyne (L’archipel du Goulag) ; – Alexandre Soljénitsyne (Une journée d’Ivan Denissovitch) ; – Jacques Rossi (Qu’elle était belle cette utopie !) ; – Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ; – Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ; – Margarete Buber-Neumann... Primo Levi, Juif Italien, déporté à Auschwitz en 1944, décrit l’ignoble processus de DESHUMANISATION perpétré par les Nazis dans les camps de concentration et les centres d’extermination Allemands du Troisième Reich. L’auteur témoigne des horreurs qu’il a subies avec ses co-détenus dans cet « enfer terrestre »… Par chance, il fut libéré en janvier 1945, et en plus de son métier de Chimiste, Primo Levi devint un grand écrivain, dont ce formidable ouvrage publié dès 1947, puis d’autres par la suite. Mais tristement, il se suicida en 1987… Pour cette réédition, Primo Levi rajouta en 1976 à la fin de ce livre, un appendice d’une profonde réflexion, dans le but de répondre aux multiples questions essentielles que lui posèrent les lycéens lors de ses interventions en classes, ainsi que ses lecteurs, sur le fondamental sujet de : la NATURE HUMAINE. Un livre-témoignage primordial pour notre Mémoire Universelle. Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de : – Alexandre Soljénitsyne (L’archipel du Goulag) ; – Alexandre Soljénitsyne (Une journée d’Ivan Denissovitch) ; – Jacques Rossi (Qu’elle était belle cette utopie !) ; – Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ; – Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ; – Margarete Buber-Neumann (Déportée en Sibérie Tome 1 et Déportée à Ravensbrück Tome 2) ; – Iouri Tchirkov (C’était ainsi… Un adolescent au Goulag) ; – Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ; – Malay Phcar (Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980) ; – Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 – 1924) ; – Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ; – Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ; – Kang Chol-Hwan (Les aquariums de Pyongyang : dix ans au Goulag Nord-Coréen) ; – Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ; – Varlam Chalamov (Récits de la Kolyma) ; – Lev Razgon (La vie sans lendemains) ; – Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ; – Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ; – Gustaw Herling (Un monde à part) ; – David Rousset (L’Univers concentrationnaire) ; – Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ; – Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ; – Claire Ly (Revenue de l’enfer) ; – Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ; – Harry Wu (LAOGAI, le goulag chinois) ; – Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l’enfer des chambres à gaz) ; – Anastassia Lyssyvets (Raconte la vie heureuse… : Souvenirs d’une survivante de la Grande Famine en Ukraine) ; – François Ponchaud (Cambodge année zéro) ; – Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L’île de l’enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ; – François Bizot (Le Portail) ; – Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d’être né là-bas : Corée du Nord : l’enfer et l’exil) ; – Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ; – Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ; – Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).
    Lire la suite
    En lire moins
  • ClaraLou17 Posté le 19 Août 2020
    Comment évaluer ou faire la critique d'un tel bouquin ? Et même le faut-il ? Y a t-il des façons plus ou moins bonnes de raconter l'horreur des camps à Auschwitz ? Primo nous raconte dans Si c'est un homme son année, 1944, au Lager, le camp de travail dont il est rescapé. Il serait difficile d'encenser une telle œuvre sans avoir le sentiment d'approuver ce qui constitue les bases de son contenu. Pourtant, je le recommande 100 fois. Son titre en dit long, comment rester un homme quand nous ne sommes plus qu'un numéro, une ration de pain. Finalement, qu'est-ce qu'un homme ? J'ai admiré le tourment de cette idée constante même dans les heures les plus sombres de Levi. Il nous prouve qu'une foi en l'humanité n'est jamais vaine et qu'elle peut être l'étincelle qui non seulement nous élève mais nous sauve. Devoir de mémoire certes mais considérons-nous, lecteurs de Si c'est un homme, comme des privilégiés qui ont la "chance" d'avoir entre les mains un témoignage tout droit sorti des flammes de l'enfer. Honorons ce risque, cette bataille et cet effort entrepris.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.