RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Si c'est un homme

            Pocket
            EAN : 9782266022507
            Code sériel : 3117
            Façonnage normé : POCHE
            Format : 108 x 177 mm
            Si c'est un homme

            Martine SCHRUOFFENEGER (Traducteur)
            Date de parution : 01/10/1988

            « On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
            C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser...

            « On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
            C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
            Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité. »
            Angelo Rinaldi

            « Ce volume est aussi important que la Bible. Un Livre fonda une religion humaniste il y a des millénaires. Un autre Livre raconte la fin de l'humanité au XXe siècle. » Frédéric Beigbeder

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266022507
            Code sériel : 3117
            Façonnage normé : POCHE
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • David_Hue Posté le 5 Juin 2019
              En train d’achever ma première lecture de Si c’est un homme de Primo Levi… Lecture que j’ai à tort longtemps repoussée, par peur sans doute d’être confronté à l’horreur, la vraie, celle de la non-fiction, celle que seule la réalité peut atteindre. Je m’attendais à un récit viscéral porté par le ressentiment et l’écœurement absolus qui auraient été légitimes pour un survivant aux camps de concentration nazis, j’y ai trouvé un texte analytique et d’un grand discernement sur l’âme humaine, ses similitudes et ses diversités. Cette objectivité clairvoyante confère au témoignage de Primo Levi, déjà exceptionnel en soi, une valeur inestimable : c’est un don d’une importance capitale aux générations futures, à l’humanité. Il faut lire ce livre et le faire lire à nos enfants, pour savoir et ne pas oublier. J’avais toujours pensé que le titre Si c’est un homme renvoyait à un quelconque bourreau SS et que donc l’auteur nous disait : si l’homme est capable de ça, si ces personnes dénuées de conscience, ces tortionnaires, ces assassins de millions d’innocents sont bien des hommes, alors l’espèce entière mérite-t-elle autre chose que la disparition et faut-il vraiment être un homme ? Et en fait non, Si c’est... En train d’achever ma première lecture de Si c’est un homme de Primo Levi… Lecture que j’ai à tort longtemps repoussée, par peur sans doute d’être confronté à l’horreur, la vraie, celle de la non-fiction, celle que seule la réalité peut atteindre. Je m’attendais à un récit viscéral porté par le ressentiment et l’écœurement absolus qui auraient été légitimes pour un survivant aux camps de concentration nazis, j’y ai trouvé un texte analytique et d’un grand discernement sur l’âme humaine, ses similitudes et ses diversités. Cette objectivité clairvoyante confère au témoignage de Primo Levi, déjà exceptionnel en soi, une valeur inestimable : c’est un don d’une importance capitale aux générations futures, à l’humanité. Il faut lire ce livre et le faire lire à nos enfants, pour savoir et ne pas oublier. J’avais toujours pensé que le titre Si c’est un homme renvoyait à un quelconque bourreau SS et que donc l’auteur nous disait : si l’homme est capable de ça, si ces personnes dénuées de conscience, ces tortionnaires, ces assassins de millions d’innocents sont bien des hommes, alors l’espèce entière mérite-t-elle autre chose que la disparition et faut-il vraiment être un homme ? Et en fait non, Si c’est un homme fait référence à un camarade qui là-bas a aidé Primo, et qui malgré les conditions a su garder son altruisme, sa générosité. C’est cet individu qui lui a permis de continuer à croire en sa propre humanité : Si c’est un homme, si lui est encore un homme, je peux l’être également. Car l’humanité n’est pas un acquis, mais un combat… Le message est du coup bien différent de la première interprétation que j’avais faite a priori. Et j’espère pouvoir continuer à préférer cette vision plus optimiste. J’ai dû corner afin de marquer les passages que j’ai trouvés hautement remarquables plus d’une vingtaine de pages, ce qui est beaucoup pour moi surtout pour une œuvre assez concise. Pour ne reprendre qu’une seule citation – qui d’ailleurs n’appartient pas au texte à proprement parler mais à un recueil de questions-réponses qui a été ajouté à l’édition originale suite aux nombreuses entrevues que Primo Levi accordait notamment aux lycéens – je me limiterai à celle-ci qui me paraît particulièrement entrer en résonance avec notre époque : « Les Lager nazis ont été l’apogée, le couronnement du fascisme européen, sa manifestation la plus monstrueuse, mais le fascisme existait déjà avant Hitler et Mussolini, et il a survécu, ouvertement ou sous des formes dissimulées, à la défaite de la Seconde Guerre mondiale. Partout où, dans le monde, on commence par bafouer les libertés fondamentales de l’homme et son droit à l’égalité, on glisse rapidement vers le système concentrationnaire, et c’est une pente sur laquelle il est difficile de s’arrêter. » De quoi faire lourdement réfléchir dans un pays, soi-disant celui des Lumières, et certainement dans d’autres, où aujourd’hui, plus de soixante-dix ans après, les lois liberticides s’enchaînent sans grande réaction les unes après les autres, où les inégalités entre les hommes deviennent chaque jour un peu plus criantes, et où donc les démons du nationalisme et de la xénophobie reprennent de la vigueur…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Mysterfool Posté le 3 Juin 2019
              Pour ne pas oublier qu’il ne faut pas oublier !
            • Vivrelivreoumourir Posté le 31 Mai 2019
              A l'heure actuelle, le livre le plus important que j'ai lu sur cette période de l'histoire et sur le camp d'Aushwitz. On est pris par ce récit bouleversant et très bien écrit. Un livre autobiographique qui sert de mémoire aux milliers de victimes nazis dans les camps. Un témoignage très fort sur ce qu'on vécut des milliers d'hommes et femmes. Une œuvre à lire pour un devoir de mémoire nécessaire. On est plongé dans le quotidien de la vie du camp avec les atrocités et la barbarie. On ne ressort pas indemne d'une telle lecture.
            • bookaddict02 Posté le 14 Mai 2019
              Ce livre est bouleversant, un témoignage poignant sur les atrocités que des hommes peuvent faire subir à d’autres hommes. L'auteur à travers son histoire nous fais découvrir l’horreur des camps de concentration. Ce livre est un travail de mémoire qu’il faut lire et faire découvrir pour que cela ne recommence pas. Vous ne sortirez pas indemne après la lecture de ce livre.
            • anlixelle Posté le 3 Mai 2019
              H comme... Horreurs (impossibles à rendre par la pauvreté de nos mots) dues au froid, à la faim, à l'épuisement des corps perpétrés par une bande de psychopathes qui s’étaient « bien » choisis. O comme... Organisation secrète consistant à garder rigoureusement secrets les détails du terrible système de terreur perpétré à l’égard des déportés. L comme... Langage sobre dépassionné et sans aucun pathos posé par le témoin nommé Primo Levi face au système concentrationnaire d’Auschwitz-Birkenau. O comme... Ouvriers-esclaves victimes d'un terrorisme d'état ayant servi indirectement à l’industrie allemande, et plus largement à toute l’Allemagne. C comme... Ce qui s'est passé ne peut pas être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où « comprendre », c'est justifier. A comme... Antisémitisme, cas particulier d'une intolérance qui pendant des siècles avait eu un caractère essentiellement religieux pour se transformer ensuite en un acte animalier à consonnance pseudo-biologique sous le IIIe Reich. U comme... Utopie de croire que nazisme et fascisme sont morts, les kystes prêts à muter attendent ça et là. S comme… Stimulation à écrire pour celui qui n’avait rien de commun avec le monde de la littérature, mais qui a considéré son écriture « comme une barrière défensive entre un présent on ne peut plus normal et le terrible passé... H comme... Horreurs (impossibles à rendre par la pauvreté de nos mots) dues au froid, à la faim, à l'épuisement des corps perpétrés par une bande de psychopathes qui s’étaient « bien » choisis. O comme... Organisation secrète consistant à garder rigoureusement secrets les détails du terrible système de terreur perpétré à l’égard des déportés. L comme... Langage sobre dépassionné et sans aucun pathos posé par le témoin nommé Primo Levi face au système concentrationnaire d’Auschwitz-Birkenau. O comme... Ouvriers-esclaves victimes d'un terrorisme d'état ayant servi indirectement à l’industrie allemande, et plus largement à toute l’Allemagne. C comme... Ce qui s'est passé ne peut pas être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où « comprendre », c'est justifier. A comme... Antisémitisme, cas particulier d'une intolérance qui pendant des siècles avait eu un caractère essentiellement religieux pour se transformer ensuite en un acte animalier à consonnance pseudo-biologique sous le IIIe Reich. U comme... Utopie de croire que nazisme et fascisme sont morts, les kystes prêts à muter attendent ça et là. S comme… Stimulation à écrire pour celui qui n’avait rien de commun avec le monde de la littérature, mais qui a considéré son écriture « comme une barrière défensive entre un présent on ne peut plus normal et le terrible passé d'Auschwitz ». T comme... Terreur d'un univers abyssal faisant suite à des années d'humiliation de la barbarie antisémite qu'aucun allemand ne pouvait ignorer. E comme... Extermination méthodique et industrialisée de millions d'êtres humains, juifs, prisonniers politiques, tziganes… H.O.L.O.C.A.U.S.T.E. « Si c’est un homme » est LE livre incontournable sur la question. A partager forcément, et à choisir enrichi de l’entretien (passionnant) avec l’auteur en fin d’ouvrage.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.