Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266312653
Code sériel : 18092
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Souvenirs souvenirs...
Date de parution : 14/01/2021
Éditeurs :
Pocket

Souvenirs souvenirs...

Date de parution : 14/01/2021
Grande familière des coulisses du monde politique, Catherine Nay nous offre dans ses Mémoires, un récit original et perspicace, plein d’humour, d’intelligence et de vivacité, des règnes successifs de Pompidou,... Grande familière des coulisses du monde politique, Catherine Nay nous offre dans ses Mémoires, un récit original et perspicace, plein d’humour, d’intelligence et de vivacité, des règnes successifs de Pompidou, Giscard et Mitterrand, à l’élection de Jacques Chirac, une chronique intime de cet univers de passions où s’affrontent des personnages... Grande familière des coulisses du monde politique, Catherine Nay nous offre dans ses Mémoires, un récit original et perspicace, plein d’humour, d’intelligence et de vivacité, des règnes successifs de Pompidou, Giscard et Mitterrand, à l’élection de Jacques Chirac, une chronique intime de cet univers de passions où s’affrontent des personnages hors normes dont elle recueille les confidences, décrypte les facettes les plus secrètes ou les mieux dissimulées.

Sous le regard de cette enquêtrice aguerrie, le pouvoir apparaît tel qu'il est : une comédie romanesque faite de sensibilités particulières, par-delà les idées et les convictions. Catherine Nay la raconte sans cacher ses coups de cœur ni ses partis pris.

Ce livre a reçu le Prix spécial du jury du livre politique.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266312653
Code sériel : 18092
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un livre-événement truffé d’anecdotes et écrit avec une liberté de ton qui lui ressemble. »
ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CharlyTango Posté le 20 Décembre 2021
    Premier opus des souvenirs de cette journaliste talentueuse. Comme elle doit s'imposer un droit de réserve, elle raconte ce qu'elle a vu et entendu avec parcimonie, surtout vu la longueur de sa carrière et aussi de sa position très particulière en raison de ses relations très personnelles avec un personnage important de la vie publique et politique du pays. C'est plaisant à lire car elle écrit bien comme si on avait une conversation avec elle. C'est le deuxième opus qui sera le plus intéressant car le plus récent et probablement le plus croustillant.
  • goeland76 Posté le 14 Décembre 2021
    C'est en feuilletant le tome 2 que j'ai eu envie de lire le tome précédent.Habituellement je ne suis pas très tentée par les livres politiques,mais il faut reconnaitre que Catherine Nay possède une belle plume souvent drôle. Elle nous fait entrer par les petites portes du pouvoird'une écriture souvent assez légère et ironique.Agréable moment de lecture entre deux romans.
  • Doralex72 Posté le 1 Décembre 2021
    Catherine Nay est née de Tours en 1943 mais elle a fait ses études à Périgueux. Unique fille dans une fratrie de cinq enfants, elle décide très tôt qu’elle sera journaliste. Une vraie passion qui jamais ne s’éteindra. Catherine Nay est l’une des rares femmes dans le milieu de la presse à avoir fait son trou dès les années 60. Elle a commencé à L’Express, dirigé par les célèbres et médiatiques Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud. Elle partira ensuite, dès le milieu des années 70, à Europe 1. Elle travaillera aussi à Jours de France. Ce que Catherine Nay raconte, dans le premier tome de ses mémoires, ce n’est pas tant sa vie personnelle – sur laquelle elle est assez pudique car seuls quelques éléments nous sont offerts – mais plutôt professionnelle. C’est encore le temps du journaliste à l’ancienne, sans les réseaux sociaux. C’est un temps, pas si lointain, mais déjà passé où les journalistes étaient l’intermédiaire incontournable pour être entendu. La presse écrite misait sur le fond et pas uniquement sur le sensationnel. Le journalisme représentait la liberté. La profession était exercée avec intégrité. C’est tout cela que raconte Catherine Nay : elle ne cache pas son ancrage... Catherine Nay est née de Tours en 1943 mais elle a fait ses études à Périgueux. Unique fille dans une fratrie de cinq enfants, elle décide très tôt qu’elle sera journaliste. Une vraie passion qui jamais ne s’éteindra. Catherine Nay est l’une des rares femmes dans le milieu de la presse à avoir fait son trou dès les années 60. Elle a commencé à L’Express, dirigé par les célèbres et médiatiques Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud. Elle partira ensuite, dès le milieu des années 70, à Europe 1. Elle travaillera aussi à Jours de France. Ce que Catherine Nay raconte, dans le premier tome de ses mémoires, ce n’est pas tant sa vie personnelle – sur laquelle elle est assez pudique car seuls quelques éléments nous sont offerts – mais plutôt professionnelle. C’est encore le temps du journaliste à l’ancienne, sans les réseaux sociaux. C’est un temps, pas si lointain, mais déjà passé où les journalistes étaient l’intermédiaire incontournable pour être entendu. La presse écrite misait sur le fond et pas uniquement sur le sensationnel. Le journalisme représentait la liberté. La profession était exercée avec intégrité. C’est tout cela que raconte Catherine Nay : elle ne cache pas son ancrage à droite – là où sa collègue de L’Express, Michèle Cotta, était à gauche. Jusqu’en 1981, Catherine Nay a eu relativement de la chance, la France était à droite. En 1981, c’est un chamboulement et elle doit se réinventer. C’est presque un nouveau monde pour elle. Avec le retour de Chirac en 1995, elle sera davantage dans son élément. Mais cela, ce sera dans le second tome. Evidemment, comme tout livre politique qui se respecte, l’autrice donne son opinion sur les personnages qu’elle a croisé. Acerbe avec certains, tendre avec d’autres, son sens de l’observation est en tout cas toujours en éveil et sa plume demeure alerte tout au long des quelques trois cent cinquante pages. Que l’on soit d’accord ou non avec elle, on peut au moins lui reconnaître le talent des formules. Ce qu’elle écrit n’engage qu’elle, mais tout cela, elle l’a connu de l’intérieur, et son témoignage est précieux. Quant à sa vie privée, elle en parle peu. Juste assez pour contextualiser, pas trop pour ne pas tomber dans le voyeurisme. Elle a rencontré Albin Chalandon, de vingt-trois ans son aîné, dans la fin des années 70. alors ministre, marié et père de trois garçons, il ne divorcera jamais mais vivra avec Catherine Nay une longue histoire d’amour de plus de cinquante ans. Lui aussi a été un témoin privilégié du XXème siècle, tour à tour ministre sous de Gaulle, Pompidou puis Mitterrand (pendant la première cohabitation), il fut aussi député du Nord. Une fois veuf, en 2016, il a épousé Catherine Nay avant de décéder en 2020 à l’âge de 100 ans. A eux deux, elle la journaliste, lui l’homme politique, ce sont deux témoins extraordinaires de la Cinquième République. La lecture de ces Souvenirs, souvenirs, se relève drôle et rapide.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Joambre Posté le 16 Août 2021
    En lisant cet ouvrage, j'ai retrouvé avec bonheur des souvenirs des années dites "les 30 glorieuses". Que d'optimisme malgré une vie qui n'était pas toujours aussi rose qu'on le dit. Mais le bon vivre à la française était bien répandu dans tous les milieux, nous n'en étions pas au : "tout tout de suite", ni au désir forcené d'avoir mieux que le voisin. Nous ne connaissions pas l'envie omniprésente... Les portraits décrits par Mme Catherine Nay sont édifiants, en bien comme en mal, surtout il y a beaucoup de bienveillance et d'admiration pour de grands personnages que l'on a trop tendance à oublier, notamment le Président Pompidou qui aimait tant la France et les Français, et bien d'autres encore ... Un grand plaisir de lecture si vous aimez un peu ou beaucoup la politique et ses petits et grands secrets, tout cela exposé d'une plume alerte et plaisante.
  • Vermeer Posté le 5 Avril 2021
    Catherine Nay entre à L Express en 1964, y travaille plusieurs décennies avant d'entrer à Europe 1. Elles est chargée du service politique et avec elle, défile toute la Vème République de 1958 à 1995 (élection de Chirac). Elle dresse de très nombreux portraits d'hommes politiques qu'elle côtoie lors d'interviews ou de soirées mondaines. Elle vit même avec l'un d'entre eux (Albin Chalandon) pendant plus de 50 ans jusqu'à sa mort en 2020 à l'âge de 100 ans. Des portraits humains avec une grande part de psychologie, des petites anecdotes aussi sur les grands ministres et politiciens de la Vème République de 1958 à 1995 (tome 2 à paraitre). Catherine Nay est juge et partie et ses portraits sont parfois peu amènes et surtout peu distanciés. Il s'agit davantage de souvenirs personnels ( le titre l'indique) que d'une oeuvre d'historien. Catherine Nay dépeint également un âge d'or du journalisme radio et presse écrite.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.