Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291590
Code sériel : 17432
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm

Tout cela je te le donnerai

Judith VERNANT (Traducteur)
Date de parution : 06/06/2019
« Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police. Mais le romancier à succès n’en croit rien. Il se rend dans ce bout du monde aussi sublime qu'archaïque où... « Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police. Mais le romancier à succès n’en croit rien. Il se rend dans ce bout du monde aussi sublime qu'archaïque où commence pour lui un vrai chemin de croix. Car Álvaro était loin d’être celui qu'il croyait… Manuel plonge alors dans les arcanes d'une aristocratie où la cupidité le dispute à l'arrogance. Il lui faudra toute sa ténacité pour affronter les secrets impunis, pour lutter contre ses propres démons, et apprendre qu'un rire d'enfant peut mener à la vérité aussi sûrement que l'amour.

« Un superbe roman noir, au cœur d'une Galice mystérieuse et enchanteresse. » Thierry Clermont – Le Figaro littéraire

« Digne d'un film de Pedro Almodóvar. » Christine Sallès – Psychologies

Cet ouvrage a reçu le prix Planeta 2016

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291590
Code sériel : 17432
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un ouvrage puissant et foisonnant… Couronné par le prix Planeta en 2016, Tout cela je te le donnerai est à la fois un drame familial et la chronique de notre époque : passionnant sur les deux tableaux. » Christine Oddo, ELLE
« Ce mélange de documentaire et de polar a séduit plus de 450 000 lecteurs en Espagne ! » Marianne
« Un superbe roman noir, au coeur d’une Galice mystérieuse et enchanteresse. » Thierry Clermont, Le Figaro littéraire
« Un roman puissant sur les secrets de famille et le conflit entre tradition et modernité. » Bernard Lehut, RTL
« Un pavé digne d’un film de Pedro Almodovar. Comme lui, Dolores Redondo met en scène l’homosexualité avec ironie et tendresse. » Christine Sallès, Psychologies
« On ressort bouleversé par cette lecture, addictive car riche en rebondissements, et émouvante pour la force de ses thèmes. » Page des libraires
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • missmolko1 Posté le 6 Février 2020
    J’ai posé mes valises en Galice avec Manuel dans une enquête passionnante. Manuel est romancier, marié a Alvaro alors quand celui-ci décède dans un accident de la route, sa vie s’écroule d’autant qu’il découvre qu’il ne connaissait pas si bien son mari que ça. En effet, ce dernier était marquis et géré d’une main de fer toute sa famille et obligations liées à son titre. Mais Alvaro est-il bien mort dans un accident ou se pourrait-il qu’il s’agisse d’un meurtre ? J’avais déjà lu un roman de Dolores Redondo et j’avais beaucoup apprécié. Ici, j’ai retrouvé avec plaisir son style et son écriture. On est dans un thriller lent, fait de descriptions magnifiques, notamment de la Galice, cette région si sauvage d’Espagne. Les paysages apparaissent sous nos yeux et font vraiment rêver et voyager. De la même façon, elle travaille énormément ses personnages, tous plus complexes et aux multiples facettes. J’ai adoré la construction du roman, ou dès les premières pages, Alvaro est mort. Nous n’avons pas eu la chance de le connaitre vivant et on le découvre uniquement à travers les yeux de ses proches. C’est très intéressant de voir comment les autres le perçoivent de manière très différente :... J’ai posé mes valises en Galice avec Manuel dans une enquête passionnante. Manuel est romancier, marié a Alvaro alors quand celui-ci décède dans un accident de la route, sa vie s’écroule d’autant qu’il découvre qu’il ne connaissait pas si bien son mari que ça. En effet, ce dernier était marquis et géré d’une main de fer toute sa famille et obligations liées à son titre. Mais Alvaro est-il bien mort dans un accident ou se pourrait-il qu’il s’agisse d’un meurtre ? J’avais déjà lu un roman de Dolores Redondo et j’avais beaucoup apprécié. Ici, j’ai retrouvé avec plaisir son style et son écriture. On est dans un thriller lent, fait de descriptions magnifiques, notamment de la Galice, cette région si sauvage d’Espagne. Les paysages apparaissent sous nos yeux et font vraiment rêver et voyager. De la même façon, elle travaille énormément ses personnages, tous plus complexes et aux multiples facettes. J’ai adoré la construction du roman, ou dès les premières pages, Alvaro est mort. Nous n’avons pas eu la chance de le connaitre vivant et on le découvre uniquement à travers les yeux de ses proches. C’est très intéressant de voir comment les autres le perçoivent de manière très différente : qu’il s’agisse du mari, des amis, de la famille. Mais qui était-il vraiment ? C’est au lecteur de se forger sa propre opinion. L’enquête est passionnante, prenante, et impossible à lâcher avant de connaitre le fin mot de l’histoire. On va de rebondissements en rebondissements et l’auteure nous entraine sur de nombreuses fausses pistes au point qu’on en vient à suspecter tout le monde. Dolores Redondo aborde de nombreux thèmes dans ce roman de plus de sept cents pages : Pédophilie au sein de l’église, drogue, homosexualité, meurtre, adultère, viol conjugal…. Bref, le lecteur n’a pas une minute pour souffler et même si elle ne décrit rien de précis, certaines scènes laissent un sentiment de malaise. En tout cas, Tout cela je te le donnerai, est un vrai coup de cœur que je regrette de ne pas avoir lu avant. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Manuel, Lucas, Nogueira et bien d’autres encore.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Florence44 Posté le 12 Janvier 2020
    Quelle belle découverte. Un roman puissant, au cœur de la Galice. Un roman noir mais pas que ça. Une histoire de famille, argent, drogue, histoire d’amour, meurtres ... tous les ingrédients sont réunis pour une très belle histoire qui reste humaine. Et quel plaisir de découvrir la richesse de la Galice avec ses vins, ses fleurs ...
  • Voirac Posté le 10 Janvier 2020
    Ce roman policier se déroule en Galice, dans un cadre qui donne envie de visiter cette province, point d’arrivée des Jacquets vers Compostelle. La description des vignes en coteaux et des vendanges évoque celles plus connues de la vallée du Douro. L’intrigue est décrite en 3 temps : l’exposé des faits, claire et simple avec quelques personnages bien campés, puis le temps des hypothèses où les cartes sont brouillées. et enfin la synthèse, claire, logique... et inattendue. L’écriture est belle, la traduction bonne et les descriptions jamais lassantes. Homosexualité tendre et sentimentale s’oppose tout au long du roman à la brutale et sauvage pédérastie. Le clergé, comme depuis quelques temps est sérieusement remis en question. Ce « Claude Chabrol » littéraire dépeint sans concession cette noblesse provinciale décadente, progressivement cernée par un Hercule Poirot jeune retraité perturbé mais sympathique. Bref un excellent polar !
  • Sophiep92 Posté le 22 Décembre 2019
    mieux vaut éviter d’imaginer que cela pourrait arriver à nos enfants mais à part ça, ce livre tient sa promesse en termes de suspens et de rebondissements ! Bien écrit - ou plutôt bien traduit - dans un décor dépaysant... une recette très réussie !
  • Esorlecram Posté le 8 Décembre 2019
    C'est une longue histoire que nous raconte Dolores Redondo, que j'aurais trouvée originale et intéressante si elle avait eu la bonne idée d'écrire le mot « FIN » bien avant la sept-centième page ! Manuel, écrivain célèbre, et Alvaro ont profité de la loi espagnole de 2005 sur le mariage entre homosexuels pour unir leur destin. Leur couple est solide, mais un point demeure obscur : Alvaro quitte Madrid deux ou trois jours par mois sans dire où il va vraiment et demande à son mari de lui faire confiance et de ne pas l'interroger à ce sujet. Jusqu'à ce que Manuel apprenne sa mort dans un accident de voiture en Galice. Pourquoi en Galice ? Il se rend sur place et apprend avec stupéfaction qu'Alvaro était marquis, fils d'une des plus grandes familles de Galice, gérant lui-même avec brio le domaine familial lors de ses séjours mensuels. Dans un premier temps, Manuel, déçu par le mensonge permanent d'Alvaro, décide de rentrer chez lui, même si ce dernier l'a nommé légataire universel, mais change d'avis quand il apprend que sa mort ne serait pas accidentelle ! Suite dans le bouquin. Le roman devient donc un peu un polar, même si... C'est une longue histoire que nous raconte Dolores Redondo, que j'aurais trouvée originale et intéressante si elle avait eu la bonne idée d'écrire le mot « FIN » bien avant la sept-centième page ! Manuel, écrivain célèbre, et Alvaro ont profité de la loi espagnole de 2005 sur le mariage entre homosexuels pour unir leur destin. Leur couple est solide, mais un point demeure obscur : Alvaro quitte Madrid deux ou trois jours par mois sans dire où il va vraiment et demande à son mari de lui faire confiance et de ne pas l'interroger à ce sujet. Jusqu'à ce que Manuel apprenne sa mort dans un accident de voiture en Galice. Pourquoi en Galice ? Il se rend sur place et apprend avec stupéfaction qu'Alvaro était marquis, fils d'une des plus grandes familles de Galice, gérant lui-même avec brio le domaine familial lors de ses séjours mensuels. Dans un premier temps, Manuel, déçu par le mensonge permanent d'Alvaro, décide de rentrer chez lui, même si ce dernier l'a nommé légataire universel, mais change d'avis quand il apprend que sa mort ne serait pas accidentelle ! Suite dans le bouquin. Le roman devient donc un peu un polar, même si aucune enquête officielle n'est lancée. Seul un policier fraîchement retraité va aider Manuel à découvrir la vérité. Mais son intérêt principal réside dans la description de cette grande famille, prête à tout pour garder apparemment intacts leur réputation, leur honneur. Le vieux marquis a accepté de renouer avec Alvaro, chassé bien sûr vu ses penchants, parce qu'il se rendait compte qu'il était le seul fils capable de gérer le domaine. L'argent aussi est primordial chez ces gens-là ! Trois personnages, qui deviennent des amis, vont donc se lancer à la recherche de la vérité : Manuel, l'ex-policier Nogueira, et Lucas, curé et ami d'enfance d'Alvaro. Les révélations seront spectaculaires, les rebondissements fréquents, beaucoup de boue sera remuée : pour moi il y a eu saturation à un certain moment, d'autant plus que tout s'accélère à la fin, comme c'est souvent le cas. Un mot aussi sur la forme, qui ne m'a pas emballé. L'autrice nous conte tout çà de façon traditionnelle, linéaire chronologiquement -ce n'est pas un défaut- mais le style m'a semblé parfois un peu scolaire, naïf, comme celui d'un journaliste qui voudrait être sûr que ses lecteurs comprennent bien tout. Quand par exemple elle relate une conversation à une tierce personne, elle utilise à peu près les mêmes phrases, les mêmes mots, comme dans un « copier-coller » Globalement, cette lecture ne fut pas désagréable, mais mon plaisir a diminué au fil des pages.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.