Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266291590
Code sériel : 17432
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm
Tout cela je te le donnerai
Judith Vernant (traduit par)
Date de parution : 06/06/2019
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus

Tout cela je te le donnerai

Judith Vernant (traduit par)
Date de parution : 06/06/2019
« Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police.... « Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police. Mais le romancier à succès n’en croit rien. Il se rend dans ce bout du monde aussi sublime qu'archaïque où... « Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police. Mais le romancier à succès n’en croit rien. Il se rend dans ce bout du monde aussi sublime qu'archaïque où commence pour lui un vrai chemin de croix. Car Álvaro était loin d’être celui qu'il croyait… Manuel plonge alors dans les arcanes d'une aristocratie où la cupidité le dispute à l'arrogance. Il lui faudra toute sa ténacité pour affronter les secrets impunis, pour lutter contre ses propres démons, et apprendre qu'un rire d'enfant peut mener à la vérité aussi sûrement que l'amour.

« Un superbe roman noir, au cœur d'une Galice mystérieuse et enchanteresse. » Thierry Clermont – Le Figaro littéraire

« Digne d'un film de Pedro Almodóvar. » Christine Sallès – Psychologies

Cet ouvrage a reçu le prix Planeta 2016

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291590
Code sériel : 17432
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus

Ils en parlent

« Un ouvrage puissant et foisonnant… Couronné par le prix Planeta en 2016, Tout cela je te le donnerai est à la fois un drame familial et la chronique de notre époque : passionnant sur les deux tableaux. » Christine Oddo, ELLE
« Ce mélange de documentaire et de polar a séduit plus de 450 000 lecteurs en Espagne ! » Marianne
« Un superbe roman noir, au coeur d’une Galice mystérieuse et enchanteresse. » Thierry Clermont, Le Figaro littéraire
« Un roman puissant sur les secrets de famille et le conflit entre tradition et modernité. » Bernard Lehut, RTL
« Un pavé digne d’un film de Pedro Almodovar. Comme lui, Dolores Redondo met en scène l’homosexualité avec ironie et tendresse. » Christine Sallès, Psychologies
« On ressort bouleversé par cette lecture, addictive car riche en rebondissements, et émouvante pour la force de ses thèmes. » Page des libraires
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bill Posté le 24 Avril 2022
    Il est des livres qui se lisent tout seuls ... L'écriture est fluide, le récit captivant, le suspense bien dosé et ce n'est que lorsqu'on le pose, terminé,  qu'on se rend compte qu'on a dévoré les plus de 700 pages en deux jours.  Ce fut le cas avec ce roman de Dolores Redondo, que je retrouve, six mois après avoir tant apprécié la trilogie du Baztan.  C'est avec un tout autre personnage et dans une autre région espagnole qu'elle nous conduit avec ce roman.  Manuel Ortigosa, écrivain madrilène, est en train de rédiger les derniers chapitres de son nouveau roman quand deux policiers sonnent à sa porte et lui annoncent la mort de son mari dans un accident en Galice. Manuel a des peines à le croire, Alvaro était en déplacement professionnel à Barcelone. Et quand les policiers précisent que la famille a reconnu le corps, c'est la surprise : jamais Alvaro ne parlait d'eux, au point qua Manuel le croyait orphelin, comme lui.  Il entreprend aussitôt le voyage au village natal d'Alvaro où il découvre que son mari, depuis 10 ans était le Marquis Muñiz de Dávila, titre dont il avait hérité au décès de son père. Il avait alors repris les activités familiales, relancé le vignoble,... Il est des livres qui se lisent tout seuls ... L'écriture est fluide, le récit captivant, le suspense bien dosé et ce n'est que lorsqu'on le pose, terminé,  qu'on se rend compte qu'on a dévoré les plus de 700 pages en deux jours.  Ce fut le cas avec ce roman de Dolores Redondo, que je retrouve, six mois après avoir tant apprécié la trilogie du Baztan.  C'est avec un tout autre personnage et dans une autre région espagnole qu'elle nous conduit avec ce roman.  Manuel Ortigosa, écrivain madrilène, est en train de rédiger les derniers chapitres de son nouveau roman quand deux policiers sonnent à sa porte et lui annoncent la mort de son mari dans un accident en Galice. Manuel a des peines à le croire, Alvaro était en déplacement professionnel à Barcelone. Et quand les policiers précisent que la famille a reconnu le corps, c'est la surprise : jamais Alvaro ne parlait d'eux, au point qua Manuel le croyait orphelin, comme lui.  Il entreprend aussitôt le voyage au village natal d'Alvaro où il découvre que son mari, depuis 10 ans était le Marquis Muñiz de Dávila, titre dont il avait hérité au décès de son père. Il avait alors repris les activités familiales, relancé le vignoble, et octroyé des indemnités substantielles à sa mère et son frère survivant tout comme à la veuve de son jeune frère.  Accompagné par un garde civil qui vient de prendre sa retraite et qui ne croit pas à la thèse de l'accident, et par Lucas, un prêtre ami d'Alvaro depuis leur enfance, Manuel va découvrir la vie cachée d'Alvaro, malgré l'opposition de la famille et notamment de la mère, malgré les réticences du notaire de la famille, malgré les différences de classe sociales si prégnantes chez les Grands d'Espagne.  Un roman sans fausses pistes, mais aux nombreux fils épars, que Dolores Redondo, tissera pour nous offrir un roman remarquable où les sensations d'un jeune garçon orienteront les découvertes tout autant que des incursions dans les archives d'un internat.  Un roman passionnant.  Une auteur remarquable.  Une auteur dont je vais guetter les prochaines publications :)  J'ai son dernier roman dans ma liseuse, mais je vais attendre avant de m'y plonger, d'être certaine qu'il y en aura encore un autre... A suivre 
    Lire la suite
    En lire moins
  • NoelleL Posté le 6 Mars 2022
    Interrompu un matin dans l'écriture de son prochain roman, Manuel Ortigosa, auteur à succès, trouve deux policiers à sa porte. Cela aurait pu n'être qu'un banal et triste accident – une voiture qui, au petit jour, quitte la route de façon inexpliquée. Mais le mort, Álvaro Muñiz de Dávila, est le mari de Manuel, et le chef d'une prestigieuse dynastie patricienne de Galice. Très différent de la trilogie du même auteur mais un roman qu'on ne peut pas lâcher, tellement on veut savoir ce qui s'est réellement passé et comment va réagir le protagoniste.
  • chutmamanecrit Posté le 31 Janvier 2022
    "Le Diable l'emmena sur une très haute montagne et lui dit : Tout cela je te le donnerai, si tu te prosterne à mes pieds pour m'adorer." Le monde de Manuel, auteur à succès, s'écroule un matin avec les coups de la garde sur sa porte . Son mari Alvaro vient de mourir dans un accident de voiture. Sur une route déserte de Galice, à des kilomètres de l'endroit où il aurait dû logiquement se trouver. Alors qu'il se rend sur place empli de la désagréable sensation d'avoir été trahi, il découvre tout un pan de la vie qu'Alvaro lui avait caché : qu'il était le marquis Muñiz de Dávila, qu'il gérait la fortune familiale, qu'il avait volontairement tenu l'homme de sa vie à l'écart de tout. Entraîné par un garde civil au comportement détestable, il découvre bientôt que l'accident n'en été pas un et qu'Alvaro cachait des secrets bien plus inavouables. J'ai retrouvé avec ce roman toute la beauté de l'écriture de Dolores Redondo (la trilogie Baztan), toute la magnificence de ses descriptions, on sent à travers ses mots tout son amour pour cette région, on goûte le vin de Galice dans des bols de porcelaines, on sent l'effluves envoutantes... "Le Diable l'emmena sur une très haute montagne et lui dit : Tout cela je te le donnerai, si tu te prosterne à mes pieds pour m'adorer." Le monde de Manuel, auteur à succès, s'écroule un matin avec les coups de la garde sur sa porte . Son mari Alvaro vient de mourir dans un accident de voiture. Sur une route déserte de Galice, à des kilomètres de l'endroit où il aurait dû logiquement se trouver. Alors qu'il se rend sur place empli de la désagréable sensation d'avoir été trahi, il découvre tout un pan de la vie qu'Alvaro lui avait caché : qu'il était le marquis Muñiz de Dávila, qu'il gérait la fortune familiale, qu'il avait volontairement tenu l'homme de sa vie à l'écart de tout. Entraîné par un garde civil au comportement détestable, il découvre bientôt que l'accident n'en été pas un et qu'Alvaro cachait des secrets bien plus inavouables. J'ai retrouvé avec ce roman toute la beauté de l'écriture de Dolores Redondo (la trilogie Baztan), toute la magnificence de ses descriptions, on sent à travers ses mots tout son amour pour cette région, on goûte le vin de Galice dans des bols de porcelaines, on sent l'effluves envoutantes des fleurs des Gardénias, on entend le rire des enfants, des jeunes filles, les larmes de Manuel et ses doutes. J'ai aimé ce personnage pour lequel on développe tout de suite une réelle empathie, avec lequel on prie pour qu''Alvaro soit l'homme qu'il aimait, pour de vrai, et non cette façade aristocratique qui explose à la face de Manuel dès le pied posé à la morgue. J'ai aimé ce garde à la retraite, son comportement cruel mais tristement réaliste face à l'homosexualité de Manuel, son évolution dans le roman au fur et à mesure que l'on découvre sa véritable personnalité attachante. J'ai aimé Lucas, prêtre, ami d'enfance d'Alvaro qui fera tout pour raccrocher Manuel au wagon de son amour. J'ai trouvé le roman parfois long, l'intrigue dans laquelle nous entraîne l'auteure est complexe, faite de non-dit, de fausses pistes et de répétitions (Notre trio débrief très souvent et résume ce que l'on vient de lire) mais... mais la dernière phrase m'a fait tout oublier avec une petite larme. Alors je dirais embarquez en Galice avec un bon verre de vin et allez jusqu'au bout, c'est beau et ça en vaut le coup.
    Lire la suite
    En lire moins
  • isabelleisapure Posté le 20 Janvier 2022
    Lorsque Manuel apprend que son mari vient de succomber dans un accident de la route, son monde s’écroule. En proie au plus profond chagrin, il est abasourdi lorsqu’il apprend qu’Alvaro se trouvait à l’opposé de l’endroit où il devait être. Manuel, n’est pas au bout de ses surprises lorsqu’il s’avère qu’Alvaro a été assassiné. Lors de l’ouverture du testament, il apprend qu’il était l’aîné et l’héritier du marquis de Santo Tomé décédé trois ans plus tôt. La famille est un des lignages les plus anciens de Galice. Que faire ? Comment Manuel peut-il faire son deuil alors qu’il découvre ne rien savoir de l’homme avec qui il vivait. Arrivé sur les terres des Santo Tolé,Manuel découvre la famille de son défunt mari. Il n’y est pas le bienvenu, c’est le moins qu’on puisse dire. Avec l’aide de Nogueira, un lieutenant de la garde civile à la retraite, Manuel déterre les secrets de cette famille prête à tout pour sauvegarder leur renom. Dolores Redondo signe un thriller parfait, sans violence. Elle sait mener son intrigue en nous dévoilant peu à peu ces parts d’humanité ou de violence, de silence et de secrets, de solitude et d’incompréhension que cachent chacun de ses personnages. Ni le titre, ni la... Lorsque Manuel apprend que son mari vient de succomber dans un accident de la route, son monde s’écroule. En proie au plus profond chagrin, il est abasourdi lorsqu’il apprend qu’Alvaro se trouvait à l’opposé de l’endroit où il devait être. Manuel, n’est pas au bout de ses surprises lorsqu’il s’avère qu’Alvaro a été assassiné. Lors de l’ouverture du testament, il apprend qu’il était l’aîné et l’héritier du marquis de Santo Tomé décédé trois ans plus tôt. La famille est un des lignages les plus anciens de Galice. Que faire ? Comment Manuel peut-il faire son deuil alors qu’il découvre ne rien savoir de l’homme avec qui il vivait. Arrivé sur les terres des Santo Tolé,Manuel découvre la famille de son défunt mari. Il n’y est pas le bienvenu, c’est le moins qu’on puisse dire. Avec l’aide de Nogueira, un lieutenant de la garde civile à la retraite, Manuel déterre les secrets de cette famille prête à tout pour sauvegarder leur renom. Dolores Redondo signe un thriller parfait, sans violence. Elle sait mener son intrigue en nous dévoilant peu à peu ces parts d’humanité ou de violence, de silence et de secrets, de solitude et d’incompréhension que cachent chacun de ses personnages. Ni le titre, ni la couverture ne laissent présager la noirceur de ce roman. Ce fut pour moi une réelle et agréable surprise car, comme souvent je ne savais rien du sujet du livre avant d’en entreprendre la lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Enciera Posté le 8 Décembre 2021
    une incursion en Galice, cette région finalement assez méconnue d’Espagne pour raconter avec délicatesse une histoire d’amour, une saga familiale, un milieu vinicole original. un excellent roman. Et que ça fait du bien de voir que Dolorès Redondo peut abandonner de temps en temps sa douloureuse héroïne du Baztan !!

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.