Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291590
Code sériel : 17432
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm

Tout cela je te le donnerai

Judith VERNANT (Traducteur)
Date de parution : 06/06/2019
« Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police. Mais le romancier à succès n’en croit rien. Il se rend dans ce bout du monde aussi sublime qu'archaïque où... « Álvaro est mort. » À force de le répéter, peut-être Manuel Ortigosa finira par l'accepter. Son mari est mort. Un banal accident de voiture en Galice, selon la police. Mais le romancier à succès n’en croit rien. Il se rend dans ce bout du monde aussi sublime qu'archaïque où commence pour lui un vrai chemin de croix. Car Álvaro était loin d’être celui qu'il croyait… Manuel plonge alors dans les arcanes d'une aristocratie où la cupidité le dispute à l'arrogance. Il lui faudra toute sa ténacité pour affronter les secrets impunis, pour lutter contre ses propres démons, et apprendre qu'un rire d'enfant peut mener à la vérité aussi sûrement que l'amour.

« Un superbe roman noir, au cœur d'une Galice mystérieuse et enchanteresse. » Thierry Clermont – Le Figaro littéraire

« Digne d'un film de Pedro Almodóvar. » Christine Sallès – Psychologies

Cet ouvrage a reçu le prix Planeta 2016

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291590
Code sériel : 17432
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un ouvrage puissant et foisonnant… Couronné par le prix Planeta en 2016, Tout cela je te le donnerai est à la fois un drame familial et la chronique de notre époque : passionnant sur les deux tableaux. » Christine Oddo, ELLE
« Ce mélange de documentaire et de polar a séduit plus de 450 000 lecteurs en Espagne ! » Marianne
« Un superbe roman noir, au coeur d’une Galice mystérieuse et enchanteresse. » Thierry Clermont, Le Figaro littéraire
« Un roman puissant sur les secrets de famille et le conflit entre tradition et modernité. » Bernard Lehut, RTL
« Un pavé digne d’un film de Pedro Almodovar. Comme lui, Dolores Redondo met en scène l’homosexualité avec ironie et tendresse. » Christine Sallès, Psychologies
« On ressort bouleversé par cette lecture, addictive car riche en rebondissements, et émouvante pour la force de ses thèmes. » Page des libraires
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mathildebazin61 Posté le 4 Novembre 2020
    Le début est long, j'ai du mal à m'accrocher au livre. Arrivée à la 100ème page, c'est le déclic : je ne peux plus le lâcher. Parfois, je relève la tête, je suis dans mon canapé et pourtant, j'ai cru que j'étais avec Manuel et son équipe. Là, dans l'histoire, à chercher les preuves, à trouver des réponses aux questions. Merci à l'auteur pour ces 3 jours du temps, c'était génial.
  • Aurelalala Posté le 27 Octobre 2020
    Manuel, marié depuis des années à Álvaro, tombe des nues à la mort de son mari : visiblement, ce dernier lui cachait des choses, à commencer par le fait qu’il aurait dû être à Barcelone et non pas à Lugo, lorsqu’il a eu son accident. Manuel, toujours sous le choc, laisse les premiers évènements le porter. Il doute de la sincérité de son mari envers lui et de toutes leurs années communes. Tous ces secrets qui explosent ne sont-ils pas le signe qu’il ne le connaissait pas ? Près à tout oublier pour retourner dans sa maison madrilène, il se laisse pourtant amadouer par un élément qui pourrait jeter un nouvel éclairage sur la mort d’Álvaro : et si ce n’était pas un accident ? Poussé par la curiosité morbide de savoir si oui ou non Álvaro était un homme honnête, Manuel ne se doute pas un instant, dans quoi il va mettre les pieds. Parce que ces gens-là sont prêts à tout pour préserver l’image de leur noblesse, il se pourrait que des masques se fissurent en chemin. J’ai tellement adoré ce livre même si c’est un fichu pavé qui aurait pu être raccourci mais ça, c’est parce que les descriptions... Manuel, marié depuis des années à Álvaro, tombe des nues à la mort de son mari : visiblement, ce dernier lui cachait des choses, à commencer par le fait qu’il aurait dû être à Barcelone et non pas à Lugo, lorsqu’il a eu son accident. Manuel, toujours sous le choc, laisse les premiers évènements le porter. Il doute de la sincérité de son mari envers lui et de toutes leurs années communes. Tous ces secrets qui explosent ne sont-ils pas le signe qu’il ne le connaissait pas ? Près à tout oublier pour retourner dans sa maison madrilène, il se laisse pourtant amadouer par un élément qui pourrait jeter un nouvel éclairage sur la mort d’Álvaro : et si ce n’était pas un accident ? Poussé par la curiosité morbide de savoir si oui ou non Álvaro était un homme honnête, Manuel ne se doute pas un instant, dans quoi il va mettre les pieds. Parce que ces gens-là sont prêts à tout pour préserver l’image de leur noblesse, il se pourrait que des masques se fissurent en chemin. J’ai tellement adoré ce livre même si c’est un fichu pavé qui aurait pu être raccourci mais ça, c’est parce que les descriptions et moi, avons du mal à nous entendre. N’ayez crainte, en fait, si vous aimez les longs romans qui s’attardent, vous y trouverez votre bonheur, ces passages ne sont pas ennuyeux pour quiconque y adhère. De plus, il s’agit bien souvent de mettre en place le magnifique décor du domaine de la famille d’Álvaro ou encore de moments plus intimistes où le narrateur nous permet de situer correctement l’état d’esprit de Manuel (en majorité même si parfois on suit d’autres personnages). Tout cela pour vous dire que Dolores Redondo va chercher à solliciter votre empathie pour accompagner Manuel dans ce deuil dans un premier temps. En suivant, tout est fait pour vous faire aimer la belle nature de la Galice. Ce roman aborde de multiples sujets tels que : l’écriture et son processus créatif, par le biais de Manuel, qui est écrivain. l’homosexualité, toujours avec Manuel, marié (depuis l’autorisation du mariage gay) à Álvaro mais ce n’est toutefois pas central à l’histoire. la noblesse et les restes aristocratiques de l’histoire espagnole qui montre à quel point le statut social et/ou la richesse mène au pouvoir. le deuil, et pas seulement au travers de Manuel. Ici, la perte d’un être cher semble être au cœur des tourments. les secrets et les mensonges, avec le personnage d’Álvaro, qui a passé des années à jouer les cachottiers mais aussi avec les autres pour qui les apparences priment sur tout le reste. l’importance de la communication, très bien mise en avant par le flic Nogueira. En bref, c’est un roman bien rythmé, varié, entrainant et passionnant dans lequel j’ai eu l’impression de voir les scènes et de les vivre comme si c’était un film. Le phénomène reste assez rare pour que je vous en parle ici. Ce livre m’a fait forte impression par son ambiance réaliste, ses personnages variés, les mystères qui entourent Álvaro, tout en proposant un scénario où Manuel peut grandir, apprendre à se connaître, se pardonner, aider les autres à se pardonner aussi et s’ouvrir au monde (notamment grâce à l’enfant évoqué dans le résumé éditeur). Découvrir les secrets d’Álvaro n’est pas de tout repos. En plus, c’est bien écrit, poétique parfois et parfait pour les amoureux de la nature. Merci à Sully Holt pour m’avoir fait découvrir Tout cela je te le donnerai.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dolo0818 Posté le 25 Septembre 2020
    Un livre d'une intensité. Je me suis plongée dans cette Galice mystérieuse autant que dans cette histoire de famille pleine de secrets. On ne le lâche plus du début à la fin. Et on oublie vite que nous ne sommes pas nous -même le vrai narrateur.
  • vilvirt Posté le 21 Septembre 2020
    Manuel Ortigosa, un écrivain quinquagénaire, perd son mari Alvaro dans un accident de voiture. Pour lui, c'est le drame, le désespoir absolu. Mais il découvre rapidement que son époux n'était pas là où il devait se trouver et que tout un pan de sa vie n'est que mensonge. C'est le début d'une longue quête pour la vérité qui va entraîner Manuel jusqu'en Galice, terre de naissance d'Alvaro, auprès de sa famille richissime et dysfonctionnelle et du village qui l'a vu grandir. Mais qui était Alvaro? Pourquoi lui a-t-il caché ses origines et l'existence des siens ? De révélations déstabilisantes en rencontres bouleversantes, Manuel va peu à peu lever le voile sur le passé et les lourds secrets de l'homme qui partageait sa vie depuis des années. Dolores Redondo nous entraîne dans une région magnifique, soustraite au temps, empreinte de traditions. Entre vignobles en terrasse qui s'élancent au-dessus du fleuve, culture du gardénia sous un ciel souvent orageux, églises de village et pasos labyrinthique, on navigue dans les brumes d'une Espagne fascinante qui semble épargnée par la fureur du monde et figée dans le passé. Ces terres mystérieuses vont tour à tour repousser puis séduire un Manuel d'abord réticent devant les... Manuel Ortigosa, un écrivain quinquagénaire, perd son mari Alvaro dans un accident de voiture. Pour lui, c'est le drame, le désespoir absolu. Mais il découvre rapidement que son époux n'était pas là où il devait se trouver et que tout un pan de sa vie n'est que mensonge. C'est le début d'une longue quête pour la vérité qui va entraîner Manuel jusqu'en Galice, terre de naissance d'Alvaro, auprès de sa famille richissime et dysfonctionnelle et du village qui l'a vu grandir. Mais qui était Alvaro? Pourquoi lui a-t-il caché ses origines et l'existence des siens ? De révélations déstabilisantes en rencontres bouleversantes, Manuel va peu à peu lever le voile sur le passé et les lourds secrets de l'homme qui partageait sa vie depuis des années. Dolores Redondo nous entraîne dans une région magnifique, soustraite au temps, empreinte de traditions. Entre vignobles en terrasse qui s'élancent au-dessus du fleuve, culture du gardénia sous un ciel souvent orageux, églises de village et pasos labyrinthique, on navigue dans les brumes d'une Espagne fascinante qui semble épargnée par la fureur du monde et figée dans le passé. Ces terres mystérieuses vont tour à tour repousser puis séduire un Manuel d'abord réticent devant les contradictions d'une société qu'il juge archaïque. Puis il va lentement, au contact de certains habitants, et en dépit du chagrin qui lui grignote le coeur, revoir son jugement, porter un regard différent sur les actions des uns et des autres, sur leur métier, leur volonté, leur courage, sur le microcosme si particulier qui entoure le pasos de la famille d'Alvaro et qui permet à tout un village de vivre et de perdurer. Ses convictions vont changer alors qu'il mène, en parallèle, une enquête sur la mort de son époux avec l'aide d'un vieux flic blasé. Ce livre est une histoire magnifique. Il y a bien deux trois petites choses qui m'ont fait tiquer comme le côté théâtral de certains dialogues ou les répétitions des états d'âme de Manuel. Mais de manière générale, j'ai passé un super moment. J'ai trouvé que l'auteur relatait le deuil de façon très réaliste. Aux côtés de Manuel, on plonge dans une espèce de marasme ponctué de fulgurances littéraires, un désespoir dont il ne parvient à s'extraire que lorsqu'il côtoie les autres ou se plonge dans sa quête de vérité. Et je dois dire que plus d'un passage est émouvant. On assiste au processus de rage, de découragement puis d'acceptation que subit Manuel, tiraillé entre tristesse et amertume. L'auteur prend le temps de travailler ses personnages et son intrigue, rien n'est laissé au hasard. C'est de là que vient la richesse de son livre : les héros ont des personnalités complexes, certains sont mêmes difficiles à cerner. Quand on croit les saisir, les voilà qui se dérobent et offrent une autre facette d'eux-mêmes. On oscille entre préjugés et faux-semblants. Comme Manuel, on s'égare entre chaque nouvelle révélation, victime des mensonges et du parfum des gardenias. Le plus attachant reste Alvaro, pourtant mort mais omniprésent à chaque détour du récit. L'intrigue est fouillée, minutieuse, bourrée de petits indices qui, mis bout à bout, forment une toile complexe qu'on explore avec plaisir. Plusieurs fils s'entrelacent et finissent par se rejoindre dans un final dramatique qui m'a fait passer par toutes les émotions. Au delà de l'intrigue familiale, l'auteur en profite pour évoquer la drogue, le poids de la tradition, la place de la femme dans la noblesse actuelle ou encore les abus sexuels. J'ai particulièrement apprécié de voir un personnage homosexuel au centre de cette histoire, un homme qui s'assume, écrivain de surcroît, qui ne renie pas ce qu'il est. Pour résumer, je dirais que ce livre est un condensé de mystère, d'enquête et d'émotions qui s'enchaînent au cœur d'une région magnifique et méconnue mettant en scène de beaux personnages vivants et réalistes auxquels on s'attache avec une force phénoménale, et qu'il est d'autant plus difficile d'abandonner tant leur absence de manichéisme nous les rend proches. "Tout cela je te le donnerai" est une histoire familiale douloureuse, mais riche d'enseignements. À découvrir absolument.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 7 Août 2020
    «  Au plus profond de lui- même crépitait les bûchers de la clairvoyance .Il savait avec une absolue certitude ce qui lui était arrivé . En regardant Santiago il comprit qu'en lui aussi brûlait un feu; un brasier différent ,qui lui était familier , fait de doutes , de questions et de trahison . » p719. «  Il existe une tristesse visible, publique , celle des larmes et du deuil , et une autre, immense et silencieuse , qui est un million de fois plus puissante » . Deux extraits de ce superbe roman noir au coeur de la Galice, sur les arcanes de l'aristocratie .... Des coups impérieux à la porte: huit , assurés, rapides qui appelaient une réponse immédiate lors d'un belle matinée, au domicile de Manuel Ortigosa , romancier , plongé dans le flux des mots et l'immersion de son prochain livre. Il fut tenté d'ignorer les coups , il détestait qu'on l'interrompe lorsqu'il travaillait . Pour lui, l'écriture était un palais , un gigantesque labyrinthe dont il arpentait sans cesse les pièces secrètes,une défense et un bouclier contre la tristesse et les larmes,, l'injustice d'avoir perdu ses parents et le froid glacial d'une enfance solitaire . Hélas , même un romancier répond à... «  Au plus profond de lui- même crépitait les bûchers de la clairvoyance .Il savait avec une absolue certitude ce qui lui était arrivé . En regardant Santiago il comprit qu'en lui aussi brûlait un feu; un brasier différent ,qui lui était familier , fait de doutes , de questions et de trahison . » p719. «  Il existe une tristesse visible, publique , celle des larmes et du deuil , et une autre, immense et silencieuse , qui est un million de fois plus puissante » . Deux extraits de ce superbe roman noir au coeur de la Galice, sur les arcanes de l'aristocratie .... Des coups impérieux à la porte: huit , assurés, rapides qui appelaient une réponse immédiate lors d'un belle matinée, au domicile de Manuel Ortigosa , romancier , plongé dans le flux des mots et l'immersion de son prochain livre. Il fut tenté d'ignorer les coups , il détestait qu'on l'interrompe lorsqu'il travaillait . Pour lui, l'écriture était un palais , un gigantesque labyrinthe dont il arpentait sans cesse les pièces secrètes,une défense et un bouclier contre la tristesse et les larmes,, l'injustice d'avoir perdu ses parents et le froid glacial d'une enfance solitaire . Hélas , même un romancier répond à deux gardes en uniforme ... Ils lui annoncent que son mari Alvaro est mort lors d'un banal accident de voiture en Galice: Surprise sidération, douleur , questions... Mais le romancier à succès n'en croit rien. D'un bout à l'autre de l'Espagne le lecteur prendra le chaud soleil, au fil des révélations qui montreront qu'Alvaro n'était pas du tout celui que l'on croyait, très loin de l'image que Manuel en percevait ... Il plonge alors dans les arcanes d'une aristocratie où les mensonges et les non dits abondent ... où l'hypocrisie et les faux semblants le disputent à l'avidité et à l'arrogance . Il affrontera vérités et secrets impunis., cherchera inlassablement..... lL'auteure fouille la psychologie des personnages particuliers, complexes, contradictoires, avec talent . L'écriture est particulièrement soignée , sensible, fluide ,les titres des chapitres courts bien agencés, les rebondissements multiples: crimes maquillés en suicides, ou en accident . En parallèle , le lecteur découvrira la Galicie enchanteresse et son vignoble. N'en disons pas plus. Un roman noir foisonnant à l'intrigue tenant le lecteur en haleine jusqu'au bout., au suspense garanti , pétri d'émotions et de réflexions interessantes, fines , fouillées , à propos du travail de l'écrivain et de l'écriture . «  Il conduisit sans but: luttant contre les injonctions contradictoires de son esprit — et de son coeur —— qui lui hurlait de s'enfuir, de courir , se cacher pour échapper à une horreur qu'il pressentait physiquement , comme l'électricité statique qui précède l'orage . » «  Il faudra que tu m'oublies , que tu évites de penser à moi, de te torturer avec mon souvenir . »
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.