Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266294539
Code sériel : 17572
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Une famille presque normale

Rémi Cassaigne (Traducteur)
Date de parution : 15/10/2020
Une famille suédoise tout ce qu’il y a de normal, ces Sandell…
Le père, pasteur. La mère, avocate. Une fille de 19 ans, bosseuse, qui rêve de voyages au long cours.
Le samedi, on file au cinéma. Le dimanche, en forêt. Ils trient leurs déchets, n’oublient jamais leur clignotant, rendent toujours à...
Une famille suédoise tout ce qu’il y a de normal, ces Sandell…
Le père, pasteur. La mère, avocate. Une fille de 19 ans, bosseuse, qui rêve de voyages au long cours.
Le samedi, on file au cinéma. Le dimanche, en forêt. Ils trient leurs déchets, n’oublient jamais leur clignotant, rendent toujours à temps leurs livres à la bibliothèque.
Normale en apparence, du moins, comme toutes les familles qu’un meurtre sordide s’apprête à faire basculer dans l’horreur…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266294539
Code sériel : 17572
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« En nous glissant dans la peau des trois personnages, l'auteur suédois joue avec nos émotions et défie les lecteurs de reconstituer un puzzle complexe. Un thriller extraordinairement bien ficelé. », Héloïse Goy
Télé 7 Jours
« Ce livre nous montre ce que l'on est capable de faire par amour, et à quel point nous sommes prêts à repousser les limites de la morale pour sauver nos proches. Un thriller qui fonctionne parfaitement où le doute habite le lecteur jusqu'à la dernière phrase. »
Elle
« Un superbe roman suédois, où chaque famille (presque) normale peut se retrouver. Avec une fin bouleversante sur l'amitié entre filles, celle qui soulève des montagnes. »
Flair.be

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 9 Novembre 2020
    👨#8205;👩#8205;👧FAMILLE JE VOUS HAIS-ME👨#8205;👩#8205;👧 Les Sandell forment une famille suédoise sans histoire. Adam est pasteur, son épouse Ulrika avocate. Le couple est aimé et respecté par la communauté de Lund, une petite ville à quelques kilomètres de Stockholm. Les Sandell étaient une famille tout ce qu'il y a de normal... jusqu'à ce que leur fille de 19 ans se retrouve accusée de meurtre. Les parents découvrent alors, effarés, qu'elle avait une liaison avec la victime, un riche trentenaire sauvagement poignardé. Et leur monde s'écroule. Toutes leurs certitudes vacillent. Ils réalisent à quel point ils connaissaient mal leur fille... A moins qu'ils n'aient pas voulu voir... Mais pour sauver Stella, ils sont prêts à tout... Qu'auriez-vous fait à leur place ? Seriez-vous prêts à braver la loi pour aider votre enfant à échapper à la justice ? Vous poseriez-vous la question de sa culpabilité ? C'est à toutes ces interrogations que s'intéresse ce thriller passionnant et il le fait de manière bigrement habile. On suit d'abord le point de vue du père, puis celui de la fille, qui joue avec nos nerfs et enfin celui de la mère. Chacun nous dévoile une partie de la vérité et l'on découvre que les petits... 👨#8205;👩#8205;👧FAMILLE JE VOUS HAIS-ME👨#8205;👩#8205;👧 Les Sandell forment une famille suédoise sans histoire. Adam est pasteur, son épouse Ulrika avocate. Le couple est aimé et respecté par la communauté de Lund, une petite ville à quelques kilomètres de Stockholm. Les Sandell étaient une famille tout ce qu'il y a de normal... jusqu'à ce que leur fille de 19 ans se retrouve accusée de meurtre. Les parents découvrent alors, effarés, qu'elle avait une liaison avec la victime, un riche trentenaire sauvagement poignardé. Et leur monde s'écroule. Toutes leurs certitudes vacillent. Ils réalisent à quel point ils connaissaient mal leur fille... A moins qu'ils n'aient pas voulu voir... Mais pour sauver Stella, ils sont prêts à tout... Qu'auriez-vous fait à leur place ? Seriez-vous prêts à braver la loi pour aider votre enfant à échapper à la justice ? Vous poseriez-vous la question de sa culpabilité ? C'est à toutes ces interrogations que s'intéresse ce thriller passionnant et il le fait de manière bigrement habile. On suit d'abord le point de vue du père, puis celui de la fille, qui joue avec nos nerfs et enfin celui de la mère. Chacun nous dévoile une partie de la vérité et l'on découvre que les petits mensonges, les omissions, les non-dits pour éviter de blesser ou pour ne pas trop bousculer le quotidien ont détérioré les rapports familiaux et brisé la confiance. L'auteur construit son puzzle avec maestria, avec une finesse psychologique rare et on ne connaîtra le fin mot de l'histoire qu'à la toute dernière phrase. Du grand art! D'ailleurs le roman est déjà sélectionné pour le Prix Nouvelles Voix du Polar catégorie etranger des excellentes édition pocket, c'est vous dire ! Nous, en tout cas on va suivre M.T Edvardsson à la trace!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Despagesetdeslettres Posté le 6 Novembre 2020
    Jusqu’où iriez-vous pour protéger votre fille, soupçonnée de meurtre ? Voilà tout l’enjeu d’Une famille presque normale. Stella est accusée du meurtre d’un trentenaire richissime. Ses parents, un pasteur et une avocate, sont sous le choc: c’est forcément une erreur. Mais le besoin viscéral de protéger leur fille prend le dessus. Au fil des pages, alors que Stella est en détention, ils découvrent qu’elle connaissait la victime, qu’elle est sortie tard ce soir-là, et qu’elle a bien des secrets. Oui, leur fille pourrait être la meurtrière. Alors que faire ? Aller contre sa foi, ses principales, ses limites ? Le récit se divise en trois parties, il y a d’abord le récit du père, qui voit sa petite fille grandir et ne plus le considérer comme son héros. Il y celui de Stella, paumée qui sait qu’elle n’est pas comme ses parents l’imaginaient. Et celui de la mère, qui culpabilise de n’avoir pas été assez présente tout en étant consciente que ce n’est pas un reproche que l’on ferait à un homme dans la même situation. J’ai trouvé ce livre très juste, d’abord au niveau des relations humaines. Il y a des non-dits, des peines, de la rancoeur, le tout noyé dans... Jusqu’où iriez-vous pour protéger votre fille, soupçonnée de meurtre ? Voilà tout l’enjeu d’Une famille presque normale. Stella est accusée du meurtre d’un trentenaire richissime. Ses parents, un pasteur et une avocate, sont sous le choc: c’est forcément une erreur. Mais le besoin viscéral de protéger leur fille prend le dessus. Au fil des pages, alors que Stella est en détention, ils découvrent qu’elle connaissait la victime, qu’elle est sortie tard ce soir-là, et qu’elle a bien des secrets. Oui, leur fille pourrait être la meurtrière. Alors que faire ? Aller contre sa foi, ses principales, ses limites ? Le récit se divise en trois parties, il y a d’abord le récit du père, qui voit sa petite fille grandir et ne plus le considérer comme son héros. Il y celui de Stella, paumée qui sait qu’elle n’est pas comme ses parents l’imaginaient. Et celui de la mère, qui culpabilise de n’avoir pas été assez présente tout en étant consciente que ce n’est pas un reproche que l’on ferait à un homme dans la même situation. J’ai trouvé ce livre très juste, d’abord au niveau des relations humaines. Il y a des non-dits, des peines, de la rancoeur, le tout noyé dans beaucoup d’amour. L’enquête tient la route, on apprend des choses au fur et à mesure, on cherche, on marche sur un fil: coupable, pas coupable?
    Lire la suite
    En lire moins
  • AugustineBarthelemy Posté le 28 Octobre 2020
    Les Sandell sont une famille des plus ordinaires, au quotidien paisible. Elle est composée du père, Adam, pasteur à la probité bien connue, de la mère Ulrika, avocate à la brillante carrière et de Stella qui ne rêve, à l'aube de ses 19 ans, que de voyager en Asie et travaille d'arrache-pied pour économiser. Mais connaît-on jamais vraiment sa famille ? Et l'amour qu'on lui porte suffit-il à la souder et à la protéger ? Quand Stella est arrêtée pour meurtre, c'est le monde d'Adam qui vacille. Toute sa vie parfaite n'était-elle qu'une illusion ? Et sa fille chérie est-elle capable de poignarder un homme de sang-froid ? La famille qu'il a bâtie n'était-elle qu'apparence ? Une famille presque normale est un thriller honnête, qui fait parfaitement le job. Découpé en 3 parties, il nous offre les 3 points de vue des protagonistes et la vérité fait lentement place à travers leur perception des événements. Le suspens est présent et les pages se tournent avec facilité. S'il n'a rien de révolutionnaire, il fait passer un moment agréable et explore le thème, certes maintes fois déjà vu, des apparences, des petits secrets et pieux mensonges qui font le ciment des familles.
  • kadeline Posté le 5 Octobre 2020
    Un pasteur, une avocate et leur fille, cela ressemble à une famille parfaite mais les apparences sont trompeuses. Très vite tout part à volo, la fille est accusé de meurtre. Cette incarcération est un prétexte pour mettre au jour la réalité de cette famille « modèle ». Le récit est structuré en 3 parties, une par membre de la famille. On commence avec le père puis la fille et on termine avec la mère. C’est un récit qui va crescendo. Le dénouement est bien amené même s’il est préférable de se laisser porter par le récit et de ne pas essayer de deviner la fin. La partie du père est un poil trop longue, il était temps de changer de narrateur à mon gout. Et pourtant le ton et le rythme mis en place par le père est aussi une force, ce qui semble un peu paradoxale. Oui la partie est un peu longue mais elle a un rôle clé sur la mise en place de l’ambiance et la prise de conscience lente des soucis. Tout le récit joue sur la psychologie des protagonistes et la déconstruction de la famille et de l’apparence qu’elle dégageait. C’est très bien fait, bien détaillé et crédible. Juste une... Un pasteur, une avocate et leur fille, cela ressemble à une famille parfaite mais les apparences sont trompeuses. Très vite tout part à volo, la fille est accusé de meurtre. Cette incarcération est un prétexte pour mettre au jour la réalité de cette famille « modèle ». Le récit est structuré en 3 parties, une par membre de la famille. On commence avec le père puis la fille et on termine avec la mère. C’est un récit qui va crescendo. Le dénouement est bien amené même s’il est préférable de se laisser porter par le récit et de ne pas essayer de deviner la fin. La partie du père est un poil trop longue, il était temps de changer de narrateur à mon gout. Et pourtant le ton et le rythme mis en place par le père est aussi une force, ce qui semble un peu paradoxale. Oui la partie est un peu longue mais elle a un rôle clé sur la mise en place de l’ambiance et la prise de conscience lente des soucis. Tout le récit joue sur la psychologie des protagonistes et la déconstruction de la famille et de l’apparence qu’elle dégageait. C’est très bien fait, bien détaillé et crédible. Juste une petite déception personnelle, j’avais demandé ce service presse en voyant qu’il se déroulait à Lund, une ville que j’avais beaucoup apprécié quand je m’y suis rendue. J’espérais y retrouver descriptions et ambiances de la ville mais en fait ça pourrait se passer n’importe où car on se concentre sur l’introspection de chacun des membres de la famille. Ce roman est une bonne lecture surtout pour l’aspect sociologique mais il est un peu long et lent. Le meurtre et sa résolution ne sont qu’un prétexte pour comprendre cette famille tout en apparence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Emil Posté le 8 Septembre 2020
    Une histoire en trois parties, trois personnages, trois visions, trois ressentis mais une seule famille. Le père est pasteur, la mère avocate et la fille accusée de meurtre. Chacun va livrer son point de vue sur cette épreuve et ses sentiments sur leur relation familiale. Un roman à l’intrigue plutôt banale, toutefois l’auteur s’en sort bien grâce à cette construction et à ce petit côté intimiste qui se dégage de ces trois personnalités « presque normales ».
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !