Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266323574
Code sériel : 01857
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 552
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté
Une histoire de chevaux et d'hommes
Marina Heide (traduit par), Françoise Heide (traduit par)
Date de parution : 19/05/2022
Éditeurs :
Pocket
Nouveauté

Une histoire de chevaux et d'hommes

Marina Heide (traduit par), Françoise Heide (traduit par)
Date de parution : 19/05/2022
Après Une histoire des abeilles, le nouveau roman de Maja Lunde, l'auteure qui fait rimer best-seller
et écologie.
Longtemps, on les a crus éteints. Ils se cachaient, simplement, dans les replis du monde et les légendes mongoles…
Les chevaux sauvages. Primitifs. Les chevaux d’avant les chevaux. Les tarpans.
Ceux qui...
Longtemps, on les a crus éteints. Ils se cachaient, simplement, dans les replis du monde et les légendes mongoles…
Les chevaux sauvages. Primitifs. Les chevaux d’avant les chevaux. Les tarpans.
Ceux qui s’en approchent ne les oublieront jamais, que ce soit Mikhaïl – qui en retrouve la trace –, Karin – qui...
Longtemps, on les a crus éteints. Ils se cachaient, simplement, dans les replis du monde et les légendes mongoles…
Les chevaux sauvages. Primitifs. Les chevaux d’avant les chevaux. Les tarpans.
Ceux qui s’en approchent ne les oublieront jamais, que ce soit Mikhaïl – qui en retrouve la trace –, Karin – qui les rend à la steppe –, ou encore Eva – qui s’y accroche comme à un passé perdu… 1882, 1992, 2064 : sur trois époques et trois expéditions, d’Oulan-Bator à Saint-Pétersbourg en passant par une Norvège post-apocalyptique, chacun d’entre eux nous invite à une chevauchée intime, une aventure commune. Car sur une terre qui brûle, hommes et chevaux ne partagent-ils pas le même destin ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266323574
Code sériel : 01857
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 552
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un vrai plaisir de lecteur pour ce roman qui se dévore d'une traite. »
La Voix du Nord

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marie987654321 Posté le 15 Février 2022
    Le tout début du livre commence par un récit daté de 2064 : la femme qui parle, Eva, évoque la faim comme son moteur principal. En 2064, la vie des humains est consacrée à survivre à tout prix, uniquement à survivre, comme si tout ce que le développement avait pu apporter au fil des années n'avait servi à rien. Le message du livre est écologique et collapsologique, si cet adjectif existe. Le chemin tracé par les sociétés humaines depuis au moins la révolution industrielle conduit à l'impasse et à la ruine. Concrètement, le monde de 2064 connait une crise climatique et migratoire qui repousse les humains de plus en plus vers le nord. La terre ne produit plus de quoi nourrir les vivants. Eva vit seule avec sa fille dans une ferme où elle tente de préserver la vie de quelques chevaux de Przewalski. En effet, ce sont eux le fil rouge du roman : ces chevaux mythiques des steppes mongoles (mais réintroduit ailleurs) aux allures préhistoriques. En effet, trois récits s'alternent : celui d'un savant qui monte une expédition en Mongolie pour retrouve ces mystérieux chevaux sauvages qu'on croyait disparut.. et qui les conduit dans... Le tout début du livre commence par un récit daté de 2064 : la femme qui parle, Eva, évoque la faim comme son moteur principal. En 2064, la vie des humains est consacrée à survivre à tout prix, uniquement à survivre, comme si tout ce que le développement avait pu apporter au fil des années n'avait servi à rien. Le message du livre est écologique et collapsologique, si cet adjectif existe. Le chemin tracé par les sociétés humaines depuis au moins la révolution industrielle conduit à l'impasse et à la ruine. Concrètement, le monde de 2064 connait une crise climatique et migratoire qui repousse les humains de plus en plus vers le nord. La terre ne produit plus de quoi nourrir les vivants. Eva vit seule avec sa fille dans une ferme où elle tente de préserver la vie de quelques chevaux de Przewalski. En effet, ce sont eux le fil rouge du roman : ces chevaux mythiques des steppes mongoles (mais réintroduit ailleurs) aux allures préhistoriques. En effet, trois récits s'alternent : celui d'un savant qui monte une expédition en Mongolie pour retrouve ces mystérieux chevaux sauvages qu'on croyait disparut.. et qui les conduit dans des zoos. Puis celui de Karin dans les années 90 qui consacrent sa vie à réintroduire ces mêmes chevaux dans les steppes à partir de spécimens nés dans des zoos et, enfin, celui d'Eva qui cherche désespérément à préserver les quelques spécimens qui lui restent malgré la désagrégation du monde. La morale est claire : nous sommes responsables du monde et du sort des êtres vivants dont nous faisons partie. Nos actes ont des conséquences ... tant que quelque chose est possible ... évitons qu'en 2064, il ne soit trop tard...
    Lire la suite
    En lire moins
  • PsycheeDelik Posté le 4 Août 2021
    Je me suis lancée dans cette lecture suite à l'avis de Piko Books. Maja Lunde nous expose un schéma narratif en trois temporalités, avec trois personnages différents et dans trois pays distincts. Cela était intéressant car on pouvait voir l'évolution de la thématique des chevaux de Przewalski sur le long terme. On découvre d'où l'on est parti et vers quoi on se dirige. Le fait de changer de pays montre que les conséquences ont un impact sur le monde entier. J'ai trouvé la question écologique plutôt bien abordée. L'autrice ne fait pas la morale, elle expose des faits. C'est au lecteur de faire ses propres réflexions. En revanche, mon ressenti n'est pas le même selon la temporalité. La première, qui se passe en 1880, ne m'a pas vraiment intéressée dès le début. Je n'ai pas éprouvé d'attachement envers Mikhaïl, au contraire, il m'agaçait un peu. Toutefois, au fil des pages, mon intérêt a grandi. Découvrir les méthodes d'antan sur la découverte d'une nouvelle espèce était très intéressant. Cela m'a énormément questionné sur les zoos. J'ai fini par m'attacher à Mikhaïl qui se retrouve emprisonné dans un rôle à cause de la pression sociale de son époque. Ce que j'ai adoré dans la deuxième temporalité, en... Je me suis lancée dans cette lecture suite à l'avis de Piko Books. Maja Lunde nous expose un schéma narratif en trois temporalités, avec trois personnages différents et dans trois pays distincts. Cela était intéressant car on pouvait voir l'évolution de la thématique des chevaux de Przewalski sur le long terme. On découvre d'où l'on est parti et vers quoi on se dirige. Le fait de changer de pays montre que les conséquences ont un impact sur le monde entier. J'ai trouvé la question écologique plutôt bien abordée. L'autrice ne fait pas la morale, elle expose des faits. C'est au lecteur de faire ses propres réflexions. En revanche, mon ressenti n'est pas le même selon la temporalité. La première, qui se passe en 1880, ne m'a pas vraiment intéressée dès le début. Je n'ai pas éprouvé d'attachement envers Mikhaïl, au contraire, il m'agaçait un peu. Toutefois, au fil des pages, mon intérêt a grandi. Découvrir les méthodes d'antan sur la découverte d'une nouvelle espèce était très intéressant. Cela m'a énormément questionné sur les zoos. J'ai fini par m'attacher à Mikhaïl qui se retrouve emprisonné dans un rôle à cause de la pression sociale de son époque. Ce que j'ai adoré dans la deuxième temporalité, en 1992 est le côté scientifique. J'ai trouvé passionnant la tentative de réintégration de l'espèce dans son milieu naturel. Toutefois, l'histoire personnelle de Karin ne m'a pas intéressée. Ce personnage me sortait souvent par les yeux. Enfin, la dernière temporalité m'a intriguée car elle se passait dans le futur. Néanmoins, elle n'a pas véritablement répondu à mes attentes. Les chevaux de Przewalski sont au final peu présents dans cette partie de l'histoire, ce qui est dommage. En bref, j'ai trouvé ce choix de schéma narratif intéressant. La thématique écologique est traitée avec intelligence. Je reste, cependant, un peu déçue que les différentes histoires soient en demi-teinte et que les récits ne soient pas liés de manière plus profonde et réelle. J'ai apprécié découvrir la plume de Maja Lunde et je me lancerai peut-être dans la lecture de ses autres romans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • harrywinner Posté le 31 Mai 2021
    Maja Lunde signe un roman en trois parties qui s’interpénètrent, passant allègrement des années 1880 à … 2064 ! L’occasion de s’interroger sur la situation du monde, de poser un bilan des défis qui pointent le doigt et qui, parfois, étaient annoncés depuis belle lurette. Entre récit d’anticipation, étude historique, carnet de bord et suspense, cet ouvrage revient sur l’état de notre terre qui se lamine. Plutôt que de jouer la carte de la lanceuse d’alerte, elle choisit le ton de la narration avec trois destins qui se succèdent mais qui, tous, marchent dans la même direction.
  • Zazaboum Posté le 26 Mai 2021
    Trois époques : 1880, 1992, 2064 ; trois lieux : Saint-Pétersbourg, Mongolie, Norvège et trois personnes qui ne vivent que pour sauver le cheval sauvage mongol de l’extinction : Mikhaïl, Karin, Eva ! Vaste fresque temporelle avec laquelle nous partons à la rencontre du Cheval de Przewalskiet ! Les chapitres alternent les époques et le déroulement de la vie des personnages principaux ainsi que les événements qui la ponctuent. A travers ces récits, il est très facile de voir ce que le plus grand prédateur, l’homme, a fait à la nature, faune et flore jusqu’à transformer la Terre en un monde aride et inhospitalier ! Plaidoyer pour la préservation de la biodiversité, le respect de l’environnement et au-delà pour la survie de l’être humain, ce roman n’est pas des plus simples à lire. Les parallèles n’étaient absolument pas nécessaires et ces trois histoires auraient pu se succéder, car leur point de jonction n’est que de quelques mots à la fin ! J’ai trouvé que trop d’importance était donnée à la vie personnelle des personnages, même si la nature est omniprésente. Je n’ia pas réussi à comprendre où Maja Lunde voulait nous emmener et j’ai fini ma lecture avec un sentiment... Trois époques : 1880, 1992, 2064 ; trois lieux : Saint-Pétersbourg, Mongolie, Norvège et trois personnes qui ne vivent que pour sauver le cheval sauvage mongol de l’extinction : Mikhaïl, Karin, Eva ! Vaste fresque temporelle avec laquelle nous partons à la rencontre du Cheval de Przewalskiet ! Les chapitres alternent les époques et le déroulement de la vie des personnages principaux ainsi que les événements qui la ponctuent. A travers ces récits, il est très facile de voir ce que le plus grand prédateur, l’homme, a fait à la nature, faune et flore jusqu’à transformer la Terre en un monde aride et inhospitalier ! Plaidoyer pour la préservation de la biodiversité, le respect de l’environnement et au-delà pour la survie de l’être humain, ce roman n’est pas des plus simples à lire. Les parallèles n’étaient absolument pas nécessaires et ces trois histoires auraient pu se succéder, car leur point de jonction n’est que de quelques mots à la fin ! J’ai trouvé que trop d’importance était donnée à la vie personnelle des personnages, même si la nature est omniprésente. Je n’ia pas réussi à comprendre où Maja Lunde voulait nous emmener et j’ai fini ma lecture avec un sentiment de frustration et d’inachevé ! #unehistoiredechevauxetdhommes #netgalleyfrance Challenge PLUME FEMININE 2021 Lecture THEMATIQUE avril 2021 : Littérature étrangère Pour en savoir plus : https://www.takh.org/fr/
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.