Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266145480
Code sériel : 12304
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm
Variations sauvages
Date de parution : 07/10/2004
Éditeurs :
Pocket

Variations sauvages

Date de parution : 07/10/2004

« Je n’ai aucune nostalgie de l’enfance. » Dès les premiers mots, Hélène Grimaud donne le ton de son étonnant récit. L’itinéraire de cette pianiste française de renommée internationale emprunte...

« Je n’ai aucune nostalgie de l’enfance. » Dès les premiers mots, Hélène Grimaud donne le ton de son étonnant récit. L’itinéraire de cette pianiste française de renommée internationale emprunte mille chemins buissonniers ; on la suit, de son adolescence prodige jusqu’à cette nuit où son regard croise celui d’Alawa,...

« Je n’ai aucune nostalgie de l’enfance. » Dès les premiers mots, Hélène Grimaud donne le ton de son étonnant récit. L’itinéraire de cette pianiste française de renommée internationale emprunte mille chemins buissonniers ; on la suit, de son adolescence prodige jusqu’à cette nuit où son regard croise celui d’Alawa, la louve d’où viendra la renaissance.
Éloge des mains, profils inattendus d’artistes et de musiciens dessinent le fil rouge de ce livre dont l’éclat des facettes forme le portrait unique d’une rebelle absolue.
Variations sauvages est un hymne vibrant à la musique et à la liberté, un plaidoyer pour la reconnaissance des loups et la sauvegarde de la nature.

« Une passionnante autobiographie beaucoup plus romanesque que la plupart des romans de l'année. » Bernard Pivot – Le JDD

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266145480
Code sériel : 12304
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une passionnante autobiographie beaucoup plus romanesque que la plupart des romans de l’année. » Bernard Pivot – Le Journal du Dimanche

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • claudia Posté le 28 Novembre 2021
    Je viens de terminer la lecture du livre d’Hélène Grimaud, Variations sauvages, et je suis tombée sous le charme de sa personnalité hors du commun. Elle vit ses passions (musique, loup) comme elle parcourt son chemin. Avec voracité, sincérité et liberté. Je l’envie quand elle parle de sa volonté à trouver sa voie et à l’explorer avec détermination. Elle a une force de caractère qui lui permet de passer les obstacles avec lucidité. Aujourd’hui, elle a trouvé son équilibre et ainsi donner du sens à sa vie. Bravo l’artiste ! C’est sa rencontre fortuite avec une louve, Alawa dans le nord de la Floride, qui fait naître son amour pour l’espèce en danger et la décide à ouvrir un centre de sensibilisation à l’environnement
  • ATOS Posté le 31 Octobre 2020
    Un superbe récit, un chemin de vie. Passion, émancipation, détermination, libération. Un merveilleux amour de la vie, du vivant. "Le vrai but de l'art n'est pas de créer de beaux objets : c'est une méthode de réflexion, un moyen d'appréhender l'univers et d'y trouver sa place." écrit Paul Auster. Ce récit en est l'une des plus magnifiques illustrations. Hélène Grimaud nous fait comprendre que la musique est une lumière qui nous donne matière, et c'est sans doute pour cela qu'elle touche à ce qui nous dépasse, au providentiel, à l'universel. https://www.youtube.com/watch?v=S3QzqBFkhtgfbclid=IwAR0TQ27xv0jp-8kW27AdNqrGPCWPt8F-EMPY64eZ8gwr_b6lEOXPH70kGxg Astrid Shriqui Garain
  • ArtsDi Posté le 13 Février 2020
    Très bon livre très bien écrit je l’ai lu il doit y avoir 10 ans à peu près, peut-être un petit peu plus j’aime beaucoup Hélène grimaud c’est une excellente musicienne et également une amoureuse de la liberté de la nature et des loups un livre que je recommande.
  • XS Posté le 22 Août 2018
    Hélène Grimaud, est pianiste concertiste ; même si vous n’êtes pas familier de l’univers de la musique classique, vous avez peut-être entendu parler d’elle car, ainsi qu’elle-même le dit, sa blondeur photogénique ainsi que sa passion pour les loups lui ont valu une exposition médiatique que son talent aurait pu justifier à lui seul. Avec Variations sauvages, elle nous propose nettement plus que quelques réponses à une interview formatée. Le récit alterne entre paragraphes autobiographiques et paragraphes a priori moins intimes, traitant tantôt d’épisodes historiques– la place congrue que les femmes y ont, notamment, tantôt de réflexions autour du rôle d’interprète et surtout d’éthologie. J’avoue que ces derniers ne sont pas ceux qui m’ont le plus intéressée. Par contre, elle m’a paru très pertinente dans sa façon de transmettre au lecteur le vécu ainsi que le ressenti d’un interprète… avec elle, j’ai pu appréhender autrement la musique, en percevoir une dimension plus large, moi qui suis habituellement confinée à celle de simple spectateur
  • le_Bison Posté le 30 Mai 2017
    Souvent j'associe intérieurement musique et littérature. Non pas que j'ai besoin de musique pour lire, cela dépend juste du moment, et surtout du lieu. La musique me sert pour m'isoler du reste du monde, afin de pénétrer au mieux dans le livre. Pénétrer quel beau mot, surtout quand le roman est écrit par une femme que je trouve des plus magnifiques. Mais la beauté ne fait pas tout parce qu'en plus, elle sait m'émouvoir avec ses silences et ses notes de musique, un piano aux accents du sud, Aix-en-Provence, la Camargue, le Vercors, les loups. le roman me faisait un poil peur, poil de loup, poil de bison, une touffe d'émotion. Je n'imaginais pas que la femme pouvait être parfaite, m'émouvoir autant par sa crinière brune et par son interprétation de Beethoven que par la mise en scène de sa biographie, mélangeant souvenirs d'enfance, références musicales et passions animales. Les passions bestiales, ça me cause… Une passion physique, même. Trouble. Non je ne parle pas du fond de mon verre de bière, mais de ce qu'elle peut provoquer en moi sa musique, sa chevelure, son sourire. Ses silences. Ma vie est faite de silence, je les écoute, les intègre, les partage.... Souvent j'associe intérieurement musique et littérature. Non pas que j'ai besoin de musique pour lire, cela dépend juste du moment, et surtout du lieu. La musique me sert pour m'isoler du reste du monde, afin de pénétrer au mieux dans le livre. Pénétrer quel beau mot, surtout quand le roman est écrit par une femme que je trouve des plus magnifiques. Mais la beauté ne fait pas tout parce qu'en plus, elle sait m'émouvoir avec ses silences et ses notes de musique, un piano aux accents du sud, Aix-en-Provence, la Camargue, le Vercors, les loups. le roman me faisait un poil peur, poil de loup, poil de bison, une touffe d'émotion. Je n'imaginais pas que la femme pouvait être parfaite, m'émouvoir autant par sa crinière brune et par son interprétation de Beethoven que par la mise en scène de sa biographie, mélangeant souvenirs d'enfance, références musicales et passions animales. Les passions bestiales, ça me cause… Une passion physique, même. Trouble. Non je ne parle pas du fond de mon verre de bière, mais de ce qu'elle peut provoquer en moi sa musique, sa chevelure, son sourire. Ses silences. Ma vie est faite de silence, je les écoute, les intègre, les partage. Ils sont compris ou pas. Comme la musique. Plusieurs niveaux, il faut de la patience, des dièses et des soupirs, de la jouissance, parfum d'une vie, fougue de la jeunesse mais moi je suis vieux, alors à quoi bon, à quoi bon écouter encore de la musique, rester dans le silence, creuser sa tombe, sentir la terre et le parfum des louves qui viennent respirer mon corps en putréfaction dans les steppes du silence, territoire sauvage d'un coeur battant pour des envolées aussi lyriques qu'un vol de grues ou de lagopèdes à queue blanche. Je suis son parcours, du moins sa jeunesse, ce premier roman relate ses premiers événements, juste avant la consécration, ses doutes et sa détermination. Entre deux réflexions sur sa vie, elle me parle animaux, bestialité des hommes, sauvageons êtres que l'homme qui a toujours massacré le loup pour sa fourrure. Je sens qu'elle les aime ces bêtes à fourrure, envie de me transformer en loup, sentir ses caresses, caresser par sa mélodie, mélodie du coeur, élévation de mon âme, spiritualité d'un majeur en pleine action qui écoute Rachmaninov. J'aime la musique. La musique fait partie de moi, comme les silences. La musique est silence, et inversement. Une meute de loups hurle sous la lune, lune bleue bien évidemment, photo nocturne d'une transcription européenne de nos contes d'enfant. D'ailleurs, le premier disque que j'ai acheté pour mon fils ne serait-il pas Pierre et le Loup. le classique mène donc aux loups. C'est clair, maintenant. le hurlement du loup n'est qu'une longue mélodie du coeur que les plus grands pianistes retranscrivent en y mettant l'âme et le silence. le silence et les loups. le silence des loups.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.