Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266276122
Code sériel : 16969
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Voici venir les rêveurs

Sarah TARDY (Traducteur)
Date de parution : 07/09/2017
Ils ont traversé l’Atlantique pour vivre leur rêve, le vrai, l’américain.
Originaire du Cameroun, Jende Jonga sait que le sort de sa famille repose sur l’obtention d’un visa de travail. Des études pour sa femme, Neni, un avenir pour son fils, Liomi… Après plusieurs petits boulots clandestins, Jende croit enfin tenir...
Ils ont traversé l’Atlantique pour vivre leur rêve, le vrai, l’américain.
Originaire du Cameroun, Jende Jonga sait que le sort de sa famille repose sur l’obtention d’un visa de travail. Des études pour sa femme, Neni, un avenir pour son fils, Liomi… Après plusieurs petits boulots clandestins, Jende croit enfin tenir sa chance : un job de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier de Manhattan. Mais nous sommes en 2007, et la crise des subprimes réserve, à tous, un réveil brutal…
Choc des cultures et quête du bonheur : le rêve que l’on poursuit n’est pas toujours celui qu’on croit…

« Un premier roman impossible à refermer. » Valérie Marin La Meslée – Le Point

« Imbolo Mbue croit en l'humanité et en la fiction. Elle en tire sa réussite. » Jeanne de Ménibus – ELLE

Cet ouvrage a reçu le prix PEN/Faulkner Award 2017

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266276122
Code sériel : 16969
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

" Roman nostalgique sur l'immigration, en apesanteur entre le pays quitté et le pays trouvé, roman made in USA qui interroge notre liberté face au mirage américain, Voici venir les rêveurs se lit comme untruculent récit sur New York. On penss avoir découvert un formidable écrivain." Gladys Marivat, Le Monde des livres

"Mbue égratigne l'american dream en révélant les fractures intimes et sociales d'un mirage. Un effondrement raconté sur fond de crise des subprimes, en 2007. Si les nantis dégringolent, les immigrés comme Jende ne sont pas mieux lotis. Jusqu'où les héros sont-ils prêts à aller pour décrocher le sésame de la carte verte ou pour sauver leur peau ?"
Livres Hebdo, Keren El Kaïm

"Un premier roman impossible à refermer."
Le Point, Valérie Marin La Meslée

"Imbolo Mbue fait le portrait d'une Amérique où tout est encore possible, même si le prix à payer est lourd et le racisme "enraciné". Il arrive que les rêves se fracassent et que les rêveurs soient renvoyés à la mer"
L'Humanité, Sophie Joubert

"Imbolo Mbue croit en l'humanité et en la fiction. Elle en tire sa réussite."
Elle, Jeanne de Ménibus

"Un roman puissant, remarquablement écrit."
Femme Actuelle, Michel Primault

"Avec ce premier roman tout en finesse, Imbolo Mbue s'affirme d'emblée comme une voix forte de la littérature afro-américaine, en plein renouveau depuis quelques années."
Point de Vue, Pauline Sommelet

"D'une écriture follement maîtrisée et évocatrice, Imbolo Mbue raconte la tragédie de l'immigration."
Le Quotidien, Serge Bressan

"Une immense réussite."
Avantages, Isabelle Bourgeois

"On pense aux livres de Dinaw Mengestu sur l'exil ou ceux de Jonathan Dee sur l'Amérique des nantis. On pense surtout avoir découvert un formidable écrivain."
Le Monde, Gladys Marivat

"Une écriture sensible et efficace [...] une grande réussite."
Le Parisien Magazine, François Vey

"Avec ce premier roman plein d'énergie et d'optimisme, la jeune Imbolo Mbue explore les différences culturelles, les questions d'intégration et veut croire aussi qu'un "African dream" est possible. Un roman aux chemins inattendus."
Madame Figaro, Isabelle Potel

"Un premier roman fracassant sur l'immigration, les rêves et les désirs."
Sud Ouest, Isabelle de Montvert-Chaussy

"Cet excellent roman coule d'une écriture fluide et colorée, s'anime de personnages volontiers touchants, parfois choquants ou pittoresques, pour un regard de l'intérieur sur l'exil, entre douleur et espoirs fous."
L'Alsace, Jacques Bertho

"Imbolo Mbue décrit au mieux ce qu'elle connaît de l'intérieur : la poursuite d'un rêve américain qui se délite."
Les Dernières Nouvelles d'Alsace, François Montpezat

"Imbolo Mbue signe un récit magnifique sur l'American dream version afro, sur l'épineux thème de l'immigration d'un couple qui recommence à zéro."
Amina, Marine Rebut

"Imbolo Mbue décrit l'envers du décor, l'intégration feinte, l'entre-soi des communautés. Et, surtout, le rêve américain" comme mirage toujours lointain."
Afrique Magazine

"Par la poésie des images, l'évocation de souvenirs, le recours à des dialectes ou à des expressions stéréotypées, dans une succession de chapitres qui privilégient chacun un protagoniste en particulier, Imbolo Mbue réussit à faire vibrer tout ce qui sépare les deux familles : la race, l'origine, les repères, le parcours, les conditions matérielles, l'ambition, les préoccupations."
Esprit, Sylvie Bressier

"Un premier roman très maîtrisé, pour ses dialogues enlevés, la psychologie de ses personnages déraillant des archétypes attendus et sa langue savoureuse, entre exaltation et pragmatisme."
La Croix, Marie Soyeux

"Un premier roman addictif. [...] Imbolo Mbue procède à un dynamitage des lieux communs : ne pas se fier aux clichés du patron blanc paternaliste et de son chauffeur noir, plein de sagesse. Elle aborde au contraire avec subtilité les rapports interraciaux, le rêve américain ou le couple."
Télérama, Yasmine Youssi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Taraxacum Posté le 18 Août 2020
    Jende rêve d'un vie meilleure. Pour lui et sa petite amie, il n'y a aucune chance de mariage au Cameroun, car le père de sa douce l'estime un moins que rien. En Amérique, il gagnera beaucoup d'argent et pourra les faire venir, elle et leur fils. Et justement, grâce à l'un de ses cousins, la chance arrive: un poste de chauffeur pour un des employés de Lehman Brothers. Maintenant, Jende est sûr que les chances ne vont aller que mieux. Evidemment, tout est beaucoup plus compliqué, et pas seulement pour Jende: pour son patron aussi, car déjà les premières fissures se discernent dans la célèbre banque. Premier roman, Voici venir les rêveurs mêlent les destins avec talent, de la jeune femme immigrant pour rejoindre l'homme de sa vie et bâtir leur vie et étant confrontée à la façon terrible dont l'échec change celui-ci, à la femme riche, épouse d'un banquier prospère, qui est arrivé à ce qu'elle voulait dans la vie mais n'a jamais été aussi fragile en passant par Jende, pas toujours sympathique mais tellement humain. Les rêveurs souffrent dans le monde réel mais jamais le roman n'est déprimant, fataliste, ou réellement sombre: les personnages s'accrochent, se... Jende rêve d'un vie meilleure. Pour lui et sa petite amie, il n'y a aucune chance de mariage au Cameroun, car le père de sa douce l'estime un moins que rien. En Amérique, il gagnera beaucoup d'argent et pourra les faire venir, elle et leur fils. Et justement, grâce à l'un de ses cousins, la chance arrive: un poste de chauffeur pour un des employés de Lehman Brothers. Maintenant, Jende est sûr que les chances ne vont aller que mieux. Evidemment, tout est beaucoup plus compliqué, et pas seulement pour Jende: pour son patron aussi, car déjà les premières fissures se discernent dans la célèbre banque. Premier roman, Voici venir les rêveurs mêlent les destins avec talent, de la jeune femme immigrant pour rejoindre l'homme de sa vie et bâtir leur vie et étant confrontée à la façon terrible dont l'échec change celui-ci, à la femme riche, épouse d'un banquier prospère, qui est arrivé à ce qu'elle voulait dans la vie mais n'a jamais été aussi fragile en passant par Jende, pas toujours sympathique mais tellement humain. Les rêveurs souffrent dans le monde réel mais jamais le roman n'est déprimant, fataliste, ou réellement sombre: les personnages s'accrochent, se relèvent, enfin presque tout et partent à la recherche du bonheur sous une autre forme. Il y a un détail que je regrette surtout dans ce roman, entre autres petits points qui m'ont fait tiquer: [masquer] sur les quatre personnages principaux, finalement ce sont les femmes qui paient les pots cassés, l'une en mourant, l'autre en devant se soumettre au choix de son mari, entre autre par la violence. [/masquer]. Pas parfait, mais assez sympa.
    Lire la suite
    En lire moins
  • taganga2000 Posté le 28 Juillet 2020
    Mais qui sont ces rêveurs dont nous parle @Imbolo Mbue ? Ce sont ces clandestins si bien mis en musique par Manu Chao. Jende Jonga le Camerounais est lui aussi parti travailler dans la grande Babylone qu'est New-York pour s'offrir une vie meilleure que celle qui lui était promise à Limbé et offrir des études de pharmacienne à son épouse Neni. L'action commence en 2007 lorsque Jende décroche un travail de chauffeur auprès de Clark Edwards cadre chez Lehman Brothers. J'ai beaucoup aimé la complicité qui se créée entre ces 2 hommes qu'à priori tout oppose. le sérieux et la discrétion de Jende est appréciée par Clark, le salaire est bon et la carte verte sera probablement au rendez-vous d'ici quelques mois mais c'est sans compter sans la crise des subprimes qui va bouleverser la vie de tout ce petit monde. Jusqu'où Neni est-elle prête à aller pour devenir américaine ? Comment Jende va-t-il pouvoir nourrir sa famille et payer les études de Neni alors que la crise fait des ravages ? le jeu en vaut-il la chandelle ? Pourquoi les Edwards ne sont-ils pas heureux alors qu'ils possèdent tant ? Voici les thématiques développées par @Imbolo Mbue. Et Manu Chao de... Mais qui sont ces rêveurs dont nous parle @Imbolo Mbue ? Ce sont ces clandestins si bien mis en musique par Manu Chao. Jende Jonga le Camerounais est lui aussi parti travailler dans la grande Babylone qu'est New-York pour s'offrir une vie meilleure que celle qui lui était promise à Limbé et offrir des études de pharmacienne à son épouse Neni. L'action commence en 2007 lorsque Jende décroche un travail de chauffeur auprès de Clark Edwards cadre chez Lehman Brothers. J'ai beaucoup aimé la complicité qui se créée entre ces 2 hommes qu'à priori tout oppose. le sérieux et la discrétion de Jende est appréciée par Clark, le salaire est bon et la carte verte sera probablement au rendez-vous d'ici quelques mois mais c'est sans compter sans la crise des subprimes qui va bouleverser la vie de tout ce petit monde. Jusqu'où Neni est-elle prête à aller pour devenir américaine ? Comment Jende va-t-il pouvoir nourrir sa famille et payer les études de Neni alors que la crise fait des ravages ? le jeu en vaut-il la chandelle ? Pourquoi les Edwards ne sont-ils pas heureux alors qu'ils possèdent tant ? Voici les thématiques développées par @Imbolo Mbue. Et Manu Chao de chanter : Soy una raya en el mar, Fantasma en la ciudad, Mi vida va prohibida Dice la autoridad Solo voy con mi pena, Sola va mi condena, Correr es mi destino Por no llevar papel Perdido en el corazón de la grande Babylon Me dicen el clandestino Yo soy el quiebra ley Un premier roman dont j'ai apprécié la justesse de ton, l'humour et le fait que l'on ne sombre jamais dans le pathos même quand les choses se gâtent. Challenge pavé Challenge multi-défis
    Lire la suite
    En lire moins
  • Streala Posté le 28 Juin 2020
    Les rêveurs ? Qui sont ils ? Le titre fait référence à un décret d Obama (que Trump a voulu supprimer ou amender ,c est toujours en cours je crois )Aidant les immigrés San papiers ,arrivés enfants sur le sol américain ,et ayant de bonnes performances scolaires ou s étant engagés dans l armée à obtenir l asile et un droit de travailler :les spécialistes de la politique américaine me corrigeront )Connu à la base sous l acronyme de DACA (deferred action of childhood arrival ) Voilà pour le contexte et très beau titre Mais ceci est Avant tout un beau roman ,emmené de main de maître par une jeune auteure camerounaise Vivant aux États Unis dont c est le premier roman ,écrit en anglais . Premier roman et vraie réussite on ne lâche pas cet ouvrage ! Jende ,jeune homme ambitieux part rejoindre un cousin qui a « réussi « ,un visa touristique En poche et ayant juré les grands dieux devant les officiers d immigration qu il ne comptait pas rester au pays de l oncle Sam. Il est bien vite rejoint par sa compagne et de son jeune fils Rêvant de devenir pharmacienne Et D avoir une belle maison ,elle... Les rêveurs ? Qui sont ils ? Le titre fait référence à un décret d Obama (que Trump a voulu supprimer ou amender ,c est toujours en cours je crois )Aidant les immigrés San papiers ,arrivés enfants sur le sol américain ,et ayant de bonnes performances scolaires ou s étant engagés dans l armée à obtenir l asile et un droit de travailler :les spécialistes de la politique américaine me corrigeront )Connu à la base sous l acronyme de DACA (deferred action of childhood arrival ) Voilà pour le contexte et très beau titre Mais ceci est Avant tout un beau roman ,emmené de main de maître par une jeune auteure camerounaise Vivant aux États Unis dont c est le premier roman ,écrit en anglais . Premier roman et vraie réussite on ne lâche pas cet ouvrage ! Jende ,jeune homme ambitieux part rejoindre un cousin qui a « réussi « ,un visa touristique En poche et ayant juré les grands dieux devant les officiers d immigration qu il ne comptait pas rester au pays de l oncle Sam. Il est bien vite rejoint par sa compagne et de son jeune fils Rêvant de devenir pharmacienne Et D avoir une belle maison ,elle a un visa d étudiante. Contaminés par le syndrome de l ‘American DreamIte,vivant de petits boulots et logeant dans un appartement miteux infesté de cancrelats de Harlem ,ils essaient d obtenir un titre de séjour Nous sommes en 2008 , en pleine crise des subprimes et de la dépression Économique qui s’ensuivit Ils découvriront que tout n est pas rose ,loin s en faut, Dans ce pays idéalisé Je vous laisse lire leur parcours tracé avec brio par l auteure (À mon sens qq invraisemblances au début vite rattrapées par l autre moitié du roman ) Encore une jeune auteure à suivre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Givry Posté le 16 Janvier 2020
    Jende part en Amérique pour gagner de l'argent. Ce camerounais étant issu d'une famille moins riche que la famille de la femme qu'il aime, il doit devenir riche pour être digne de l'épouser. Par relation, il trouve un emploi de chauffeur pour un cadre supérieur de Lehman Brothers, entreprise phare de Wall Street. Nous sommes en 2007. Les discussions entre Clark et Jende sont savoureuses car le décalage est immense entre eux. Jende apprend vite et bien, se conforme aux besoins et ne perd pas une miette des conversations téléphoniques de Clark. Neni, la bien-aimée, et Liomi leur petit garçon rejoignent Jende à New-York. Pour Jende et Neni, l'américain (ou l'américaine) a toujours raison. Etant étrangers, ils doivent s'adapter en acceptant les règles et en se taisant. Cela va loin parfois, quand, par exemple, la femme de Clark explique à Neni avoir souffert de la misère. Tout au long de ce roman, émaillé de scènes joyeuses et tendres, on a peur pour cette famille candide qui risque l'expulsion d'un jour à l'autre. On devine aussi ce dont la famille Edwards est capable, contrairement à Neni et Jende. Quand les ennuis commencent, il est impossible de lâcher ce livre : vont-ils pouvoir rester ? Diront-ils ce... Jende part en Amérique pour gagner de l'argent. Ce camerounais étant issu d'une famille moins riche que la famille de la femme qu'il aime, il doit devenir riche pour être digne de l'épouser. Par relation, il trouve un emploi de chauffeur pour un cadre supérieur de Lehman Brothers, entreprise phare de Wall Street. Nous sommes en 2007. Les discussions entre Clark et Jende sont savoureuses car le décalage est immense entre eux. Jende apprend vite et bien, se conforme aux besoins et ne perd pas une miette des conversations téléphoniques de Clark. Neni, la bien-aimée, et Liomi leur petit garçon rejoignent Jende à New-York. Pour Jende et Neni, l'américain (ou l'américaine) a toujours raison. Etant étrangers, ils doivent s'adapter en acceptant les règles et en se taisant. Cela va loin parfois, quand, par exemple, la femme de Clark explique à Neni avoir souffert de la misère. Tout au long de ce roman, émaillé de scènes joyeuses et tendres, on a peur pour cette famille candide qui risque l'expulsion d'un jour à l'autre. On devine aussi ce dont la famille Edwards est capable, contrairement à Neni et Jende. Quand les ennuis commencent, il est impossible de lâcher ce livre : vont-ils pouvoir rester ? Diront-ils ce qu'ils endurent ? Est-ce que la vie américaine aura raison de leurs valeurs ? Jende et Neni font tout ce qu'ils peuvent et sont presque parfaits. Malgré tous leurs efforts, les dangers surgissent et les obstacles s'accumulent. J'ai adoré ce très beau roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jolliyaya Posté le 14 Octobre 2019
    Ah ! Le rêve américain, l'idée selon laquelle n'importe quelle personne vivant aux États-Unis, par son travail, son courage et sa détermination, peut devenir prospère. C'est cela qui a poussé Jende à quitter sa ville de Limbé au Cameroun pour s'installer à New York puis faire venir Neni sa fiancée et leur fils Liomi. Voici venir les rêveurs nous raconte ce rêve américain. Il nous plonge dans la vie de ces migrants qui espèrent obtenir le graal, la Green Card. Il nous fait vivre le quotidien de Jende et Neni leur découverte de l'Amérique et leur intégration en gardant un lien avec leurs compatriotes, leurs espoirs et leurs déceptions. C'est un formidable récit naviguant entre le quotidien, ici et les flashbacks, là-bas, permettant d'apprécier d'autant plus leurs attentes et leurs choix. Les personnages sont attachants, et la relation entre les patrons blancs, adultes et enfants, et leurs employés noirs est décrite tout en subtilité. J'ai beaucoup aimé la voir se construire et s'exprimer. C'est aussi une véritable déclaration d'amour à la ville de New York. J'ai trouvé l'auteur un peu moins inspiré dans la seconde partie du roman [masquer] une fois la demande d'asile rejetée et surtout la décision du retour prise [/masquer]. Le comportement... Ah ! Le rêve américain, l'idée selon laquelle n'importe quelle personne vivant aux États-Unis, par son travail, son courage et sa détermination, peut devenir prospère. C'est cela qui a poussé Jende à quitter sa ville de Limbé au Cameroun pour s'installer à New York puis faire venir Neni sa fiancée et leur fils Liomi. Voici venir les rêveurs nous raconte ce rêve américain. Il nous plonge dans la vie de ces migrants qui espèrent obtenir le graal, la Green Card. Il nous fait vivre le quotidien de Jende et Neni leur découverte de l'Amérique et leur intégration en gardant un lien avec leurs compatriotes, leurs espoirs et leurs déceptions. C'est un formidable récit naviguant entre le quotidien, ici et les flashbacks, là-bas, permettant d'apprécier d'autant plus leurs attentes et leurs choix. Les personnages sont attachants, et la relation entre les patrons blancs, adultes et enfants, et leurs employés noirs est décrite tout en subtilité. J'ai beaucoup aimé la voir se construire et s'exprimer. C'est aussi une véritable déclaration d'amour à la ville de New York. J'ai trouvé l'auteur un peu moins inspiré dans la seconde partie du roman [masquer] une fois la demande d'asile rejetée et surtout la décision du retour prise [/masquer]. Le comportement de Jende et de Neni m'a semblé moins crédible car moins nuancé. Il n'en reste que cette lecture à été fort agréable et pleine de saveur.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.