Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266319973
Code sériel : 18372
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Vous n'aurez pas les enfants

Boris Cyrulnik (préface de), Serge Klarsfeld (préface de)
Date de parution : 07/10/2021
L’histoire du plus grand sauvetage d’enfants juifs entrepris en France, dans un camp, pendant la Seconde Guerre mondiale.
26 août 1942. Le gouvernement de Vichy ordonne la rafle des juifs étrangers dans la région de Lyon. Au petit matin, ils sont 1 016 à être arrêtés et rassemblés dans un camp de triage à Vénissieux.
Nuit du 28 au 29 août 1942. Des membres d’œuvres sociales présents dans l’enceinte convainquent...
26 août 1942. Le gouvernement de Vichy ordonne la rafle des juifs étrangers dans la région de Lyon. Au petit matin, ils sont 1 016 à être arrêtés et rassemblés dans un camp de triage à Vénissieux.
Nuit du 28 au 29 août 1942. Des membres d’œuvres sociales présents dans l’enceinte convainquent les parents d’abandonner leurs enfants et de les confier à l’Amitié chrétienne.
108 enfants vont être séparés de leurs parents et exfiltrés du camp quand les adultes seront conduits à Auschwitz et gazés. La police lance une chasse pour retrouver ces enfants, mais la résistance prévient : « Vous n’aurez pas les enfants. »
L’histoire inédite du plus grand sauvetage d’enfants juifs entrepris en France pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
Inclus un cahier photos
 
 
« Un travail de mémoire indispensable. » Paris Match
« Un livre formidable. » RTL
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266319973
Code sériel : 18372
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L’enfance face à la barbarie, un travail de mémoire indispensable à notre Histoire. »
Paris Match

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • YvonS Posté le 22 Novembre 2021
    Attention, ceci n'est pas un roman. C'est le récit détaillé d'une histoire vraie...  Valérie Portheret nous livre ici le résultat de 25 ans de recherches sur cet épisode méconnu de l'Occupation : le sauvetage de 108 enfants juifs destinés à la déportation. On sait ce que cela veut dire quand il s'agit d'enfants... Tout se déroule sur 5 jours, du 26 au 31 août 1942. Vichy, et surtout Pierre Laval, allant au-delà des réquisitions allemandes rafle le 26 août un millier de juifs étrangers venus travailler ou se réfugier en France à l'abri des persécutions nazies. Oui, c'est Pierre Laval QUI PROPOSE aux Allemands de leur livrer les enfants aussi. Valérie Portheret va pendant 25 années partir à la recherche des survivants, des témoignages et des documents. Elle voyage à travers le monde pour rencontrer les gens, les filmer, collecter photos et documents écrits. Et elle nous livre au travers de quelques personnages emblématiques le récit de ces 5 jours. "Vous n'aurez pas les enfants !" proclamait un tract de la résistance lyonnaise. C'est sous la protection virulente de Mgr Gerlier, archevêque de Lyon et Primat des Gaules, jointe au travail acharné de l'abbé Alexandre Glasberg, d'assistantes sociales, d'un médecin, de résistants... Attention, ceci n'est pas un roman. C'est le récit détaillé d'une histoire vraie...  Valérie Portheret nous livre ici le résultat de 25 ans de recherches sur cet épisode méconnu de l'Occupation : le sauvetage de 108 enfants juifs destinés à la déportation. On sait ce que cela veut dire quand il s'agit d'enfants... Tout se déroule sur 5 jours, du 26 au 31 août 1942. Vichy, et surtout Pierre Laval, allant au-delà des réquisitions allemandes rafle le 26 août un millier de juifs étrangers venus travailler ou se réfugier en France à l'abri des persécutions nazies. Oui, c'est Pierre Laval QUI PROPOSE aux Allemands de leur livrer les enfants aussi. Valérie Portheret va pendant 25 années partir à la recherche des survivants, des témoignages et des documents. Elle voyage à travers le monde pour rencontrer les gens, les filmer, collecter photos et documents écrits. Et elle nous livre au travers de quelques personnages emblématiques le récit de ces 5 jours. "Vous n'aurez pas les enfants !" proclamait un tract de la résistance lyonnaise. C'est sous la protection virulente de Mgr Gerlier, archevêque de Lyon et Primat des Gaules, jointe au travail acharné de l'abbé Alexandre Glasberg, d'assistantes sociales, d'un médecin, de résistants infiltrés jusque dans les services préfectoraux qu'aura lieu cet incroyable et douloureux sauvetage.  1016 personnes arrêtées, 545 personnes  déportées dont la presque totalité gazés à l'arrivée à Auschwitz... mais 471 libérées avant le départ vers la Pologne grâce au travail sans relâche des bénévoles de l'Amitié Chrétienne qui se démènent pour faire passer au travers des mailles du filet ceux qui correspondent aux critères d'exemption (quitte à trafiquer quelques dates de naissance). Et sur ces 471 sauvés,  il y a 108 enfants de 2 à 16 ans. Douloureux, ai-je dit. Monstrueux est le mot exact. Les parents (juifs réfugiés Ils savent ce qui les attend) devront abandonner leurs enfants dans un monde en folie aux bons soins de l'association Amitié Chrétienne qui se chargera de les cacher. Dans des familles juives ou pas, chez des catholiques, des protestants (qui savent ce que persécution veut dire), des citadins, des paysans, des résistants ou de simples citoyens révoltés qu'on s'en prenne aux enfants. Il faudra la détermination farouche de Mgr Gerlier face aux menaces et à la colère de l'infâme préfet Angéli pour, de justesse, faire "s'évaporer" 108 enfants en moins de 24h. Scènes atroces de pères et de mères abandonnant leurs enfants sans même un adieu pour ne pas les paniquer, puisque c'est le seul moyen de leur sauver la vie. Ce livre est non seulement indispensable à votre culture, mais c'est aussi un livre où on a la gorge serrée à chaque page, les larmes aux yeux plus d'une fois. Puis Valérie Portheret, après une série de courts chapitres terribles, conclut par l'énumération des destins : les 3 pauvres petits repris et gazés, les 90/105 qu'elle a retrouvés, les très très rares qui ont retrouvé un parent après la guerre, ceux qui ont été protégés, aimés, choyés même après le conflit mais aussi ceux qui les ont cachés religieux, bénévoles et familles, et les "collabos" (on est effaré devant la légèreté des sanctions). Un important cahier photographique au centre du volume permet de mettre un visage sur les noms : Mgr Gerlier, l'abbé Glasberg, et Rachel, et Justus, et Lili, et les 4 soeurs Fixler, Paul et Hélène, Marcel, Jean... et tant d'autres. Ceux qui vivent encore, ceux qui ont émigré, ceux qui ont fondé une famille, ceux qui n'ont jamais oublié leurs protecteurs.  Vous verrez comment une paire de boucles d'oreilles peut vous mettre les larmes aux yeux, comment ce terrible sacrifice a rendu fous certains parents, ou les a poussés au suicide. Vous verrez l'inconscience abyssale de certains fonctionnaires  ( "Mais pourquoi les parents pleurent-ils ?"). Effrayant.  Un livre absolument essentiel au travail de mémoire.  Tous ne furent pas récompensés.  Tous ne furent pas punis. Tous ne furent pas sauvés.  Aucun ne doit être oublié....
    Lire la suite
    En lire moins
  • MMrtn Posté le 16 Novembre 2021
    Ce livre, écrit par une historienne, retrace l'histoire du sauvetage de 108 enfants juifs raflés en 1942 avec leurs parents et internés dans le camp de Vénissieux. Les adultes ont signé des actes d'abandon de leurs petits afin qu'ils puissent être exfiltrés du camp. Pourtant passionnée par la Seconde Guerre Mondiale et lectrice assidue de livres sur ce sujet, je n'avais jamais entendu parler de ce sauvetage avant de visiter le musée de la Résistance de Lyon. L'auteur a fait un long travail de recherche afin de retrouver les enfants et de découvrir par qui ils ont été protégés à la suite du sauvetage. La description des différentes étapes de celui-ci est très détaillée ce qui permet de comprendre aisément les rôles de chacun et de se rendre compte de la place qu'avait la Résistance à Lyon. J'ai réellement apprécie ce livre mais regrette néanmoins que certains passages fassent "catalogues" : les enfants et leurs sauveteurs sont évoqués les uns à la suite des autres de manière trés rapide. Le livre s'arrête rapidement, j'aurais aimé en apprendre plus sur la vie après la guerre de ces enfants. Cela reste un livre touchant, agréable à lire, dont les données sont historiques... Ce livre, écrit par une historienne, retrace l'histoire du sauvetage de 108 enfants juifs raflés en 1942 avec leurs parents et internés dans le camp de Vénissieux. Les adultes ont signé des actes d'abandon de leurs petits afin qu'ils puissent être exfiltrés du camp. Pourtant passionnée par la Seconde Guerre Mondiale et lectrice assidue de livres sur ce sujet, je n'avais jamais entendu parler de ce sauvetage avant de visiter le musée de la Résistance de Lyon. L'auteur a fait un long travail de recherche afin de retrouver les enfants et de découvrir par qui ils ont été protégés à la suite du sauvetage. La description des différentes étapes de celui-ci est très détaillée ce qui permet de comprendre aisément les rôles de chacun et de se rendre compte de la place qu'avait la Résistance à Lyon. J'ai réellement apprécie ce livre mais regrette néanmoins que certains passages fassent "catalogues" : les enfants et leurs sauveteurs sont évoqués les uns à la suite des autres de manière trés rapide. Le livre s'arrête rapidement, j'aurais aimé en apprendre plus sur la vie après la guerre de ces enfants. Cela reste un livre touchant, agréable à lire, dont les données sont historiques (l'auteur étant historienne, les faits ne sont pas "impactés" par les sentiments des protagonistes comme dans les témoignages). Ce livre mériterait d'être plus connu et devrait être lu dans les établissements scolaires.
    Lire la suite
    En lire moins
  • DETHYREPatricia Posté le 26 Octobre 2021
    Pourtant lectrice assidue des livres sur la Shoah, je méconnaissais ce triste épisode de la rafle des Juifs durant la seconde guerre mondiale et j'ai été particulièrement intéressée par le travail d'historienne de l'auteure sur les circonstances du sauvetage de 108 enfants juifs qui, en août 1942, de Vénissieux où ils étaient parqués, devaient partir en déportation avec leurs parents. C'était sans compter l'abnégation de diverses associations caritatives de la région lyonnaise et de la résistance locale. Ces M. et Mme Toulemonde, mais aussi certains responsables religieux qui, au péril de leurs vies, ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour en sauver le maximum. Mais, pour cela, les parents devaient abandonner leurs droits de parents et confier leurs enfants au Primat des Gaules de l'époque, sans trop savoir ce qu'il adviendrait d'eux. Autant dire, un déchirement pour ces mères et ces pères qui, pourtant, firent ce sacrifice sachant pertinemment qu'ils ne reviendraient pas de là où ils partaient. A la lecture, on ne peut s'empêcher de penser : l'aurais-je fait ? en tant que maman, en tant que sauveteur... Et puis, ce qui est intéressant aussi, c'est que non contente de relater les circonstances de ce sauvetage,... Pourtant lectrice assidue des livres sur la Shoah, je méconnaissais ce triste épisode de la rafle des Juifs durant la seconde guerre mondiale et j'ai été particulièrement intéressée par le travail d'historienne de l'auteure sur les circonstances du sauvetage de 108 enfants juifs qui, en août 1942, de Vénissieux où ils étaient parqués, devaient partir en déportation avec leurs parents. C'était sans compter l'abnégation de diverses associations caritatives de la région lyonnaise et de la résistance locale. Ces M. et Mme Toulemonde, mais aussi certains responsables religieux qui, au péril de leurs vies, ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour en sauver le maximum. Mais, pour cela, les parents devaient abandonner leurs droits de parents et confier leurs enfants au Primat des Gaules de l'époque, sans trop savoir ce qu'il adviendrait d'eux. Autant dire, un déchirement pour ces mères et ces pères qui, pourtant, firent ce sacrifice sachant pertinemment qu'ils ne reviendraient pas de là où ils partaient. A la lecture, on ne peut s'empêcher de penser : l'aurais-je fait ? en tant que maman, en tant que sauveteur... Et puis, ce qui est intéressant aussi, c'est que non contente de relater les circonstances de ce sauvetage, l'auteure a fait, pendant de nombreuses années, des recherches pour savoir ce qu'étaient devenus ces 108 enfants sauvés... Un livre riche des paroles des survivants et des sauveteurs avec des photos exclusives du camp de Vénissieux. D'autant dire, un travail de mémoire très précieux pour la postérité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AMR_La_Pirate Posté le 19 Mars 2021
    Un grand merci à XO Éditions et à NetGalley pour l'envoi de ce livre de Valérie Portheret, Vous n'aurez pas les enfants. Ce livre témoignage est une émanation de la thèse de doctorat d'histoire contemporaine de l'auteure, sur le sauvetage des enfants juifs du camp de Vénissieux, en août 1942, qu'elle a soutenue en décembre 2017. Elle met ainsi à la disposition d'un très large lectorat le fruit de ses travaux de recherches. Une page sombre de notre histoire nationale : pour répondre aux exigences des nazis, le gouvernement de Vichy a ordonné la rafle des juifs étrangers dans la région de Lyon. le 26 août 1942, au petit matin, ils sont 1#8202;016 à être arrêtés et rassemblés dans un camp de « triage » à Vénissieux. Une magnifique chaine de solidarité : des hommes et des femmes de tous horizons et niveaux sociaux, sous la protection du cardinal Gerlier, primat des Gaules, avaient compris que ces juifs, vieillards, hommes, femmes, jeunes et enfants allaient être envoyés à la mort ; ils ont alors entrepris le plus grand sauvetage d'enfants juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale. L'horreur à l'état pur, l'amour maternel et paternel poussé dans ses derniers retranchements : dans la... Un grand merci à XO Éditions et à NetGalley pour l'envoi de ce livre de Valérie Portheret, Vous n'aurez pas les enfants. Ce livre témoignage est une émanation de la thèse de doctorat d'histoire contemporaine de l'auteure, sur le sauvetage des enfants juifs du camp de Vénissieux, en août 1942, qu'elle a soutenue en décembre 2017. Elle met ainsi à la disposition d'un très large lectorat le fruit de ses travaux de recherches. Une page sombre de notre histoire nationale : pour répondre aux exigences des nazis, le gouvernement de Vichy a ordonné la rafle des juifs étrangers dans la région de Lyon. le 26 août 1942, au petit matin, ils sont 1#8202;016 à être arrêtés et rassemblés dans un camp de « triage » à Vénissieux. Une magnifique chaine de solidarité : des hommes et des femmes de tous horizons et niveaux sociaux, sous la protection du cardinal Gerlier, primat des Gaules, avaient compris que ces juifs, vieillards, hommes, femmes, jeunes et enfants allaient être envoyés à la mort ; ils ont alors entrepris le plus grand sauvetage d'enfants juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale. L'horreur à l'état pur, l'amour maternel et paternel poussé dans ses derniers retranchements : dans la nuit du 28 au 29 août 1942, des membres d'oeuvres sociales présents dans l'enceinte du Camp de Vénissieux, réussissent à convaincre les parents d'abandonner leurs enfants et de les confier à une association, « L'Amitié chrétienne », seule façon de les sauver de la déportation. 108 enfants vont ainsi être séparés de leurs parents et exfiltrés du camp… Un travail monumental : historienne, Valérie Portheret a consacré 25 ans pour retracer chaque étape du sauvetage des enfants du camp de Vénissieux, recueillant, partout dans le monde, la parole d'un très grand nombre d'entre eux. Elle est parvenue à en retrouver 90 sur 108… J'ai trouvé l'écriture d'une redoutable efficacité… Le récit, s'il ne relatait pas des faits réels, pourrait même s'apparenter à un thriller particulièrement tragique : urgence, danger, course poursuite et choix cornélien… Ce livre raconte quelques jours de tensions, de prises de risques pour les justes qui mettent tout en oeuvre pour obtenir des dispenses pour les juifs internés au camp, qui falsifient des documents pour en changer les dates de naissances ou les nationalités, qui font évader quelques prisonniers, etc… Dans les heures qui suivent l'exfiltration des enfants, la police lance une chasse pour les retrouver ; ils sont cachés dans un ancien couvent où, le plus discrètement possible, les familles d'accueil viennent les chercher. Valérie Portheret évoque aussi les cris, les pleurs, les tentatives de suicide… Que dire des parents confrontés à la nécessité d'abandonner leurs enfants ? 545 adultes vont être conduits en autocar par les gendarmes à la gare de Saint-Priest, direction Drancy, puis Auschwitz où la grande majorité d'entre eux sera gazée. Les faits, les chiffres encadrent la narration avec un terrible réalisme. Certes, il y a des passages un peu longs, des énumérations de noms par exemple ; personnellement, j'ai lu chacun de ces patronymes, avec un profond respect. Le titre vient des tracts distribués par la Résistance pour mettre en lumière l'odieuse collaboration du gouvernement de Vichy avec l'occupant nazi : « vous n'aurez pas les enfants… ». Une telle rafle n'a pu avoir lieu qu'avec la complicité de l'administration et le conformisme de la population ; la Résistance en appelle aux consciences individuelles. Cela aura le mérite de bouleverser l'opinion, poussant Vichy à refuser les nouvelles demandes de déportation des juifs formulées par les nazis. Ému par le sort de ces familles juives anéanties, le peuple français va progressivement perdre confiance dans le gouvernement de Vichy. Voilà un livre dont, au vu de son sujet, on ne peut pas dire décemment qu'on l'a aimé ou pas aimé… Il est ici question de transmission et de mémoire contre l'oubli et la barbarie. Un livre à recommander, vraiment. #Vousnaurezpaslesenfants #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • nathavh Posté le 13 Septembre 2020
    C'est un essai, un livre devoir de mémoire préfacé par Serge Klarsfeld et Boris Cyrulnik que nous propose Valérie Portheret. C'est un travail de fourmi de plus de 20 ans concernant la plus grande entreprise de la Shoah. Nous sommes en août 42, les 16 et 17 juillet, c'était la rafle du Vél d'Hiv , 13 000 personnes dont 3000 enfants. Nous sommes en France Libre à Lyon mais le gouvernement de Vichy avec l'appui de la police et gendarmerie française, a accepté de livrer 10 000 juifs étrangers en zone libre, et Laval a proposé de livrer les enfants nés en France; pour lui un juif étranger est un déchet... Gilbert Lesage est le chef du service des étrangers mais il est aussi résistant. Il va transmettre l'information que la rafle se prépare mais aussi jouer sur des exemptions pour les enfants en omettant de transmettre un télégramme qui annule ces modalités. Le 26 août 1942, 1016 juifs sont emmenés au camp de Vénissieux, le centre devient un centre de ciblage. L'administration de Vichy est très pointilleuse sur les formes et l'administration, c'est ce qui va permettre à Lesage et les équipes de l'Amitié Chrétienne de s'organiser et... C'est un essai, un livre devoir de mémoire préfacé par Serge Klarsfeld et Boris Cyrulnik que nous propose Valérie Portheret. C'est un travail de fourmi de plus de 20 ans concernant la plus grande entreprise de la Shoah. Nous sommes en août 42, les 16 et 17 juillet, c'était la rafle du Vél d'Hiv , 13 000 personnes dont 3000 enfants. Nous sommes en France Libre à Lyon mais le gouvernement de Vichy avec l'appui de la police et gendarmerie française, a accepté de livrer 10 000 juifs étrangers en zone libre, et Laval a proposé de livrer les enfants nés en France; pour lui un juif étranger est un déchet... Gilbert Lesage est le chef du service des étrangers mais il est aussi résistant. Il va transmettre l'information que la rafle se prépare mais aussi jouer sur des exemptions pour les enfants en omettant de transmettre un télégramme qui annule ces modalités. Le 26 août 1942, 1016 juifs sont emmenés au camp de Vénissieux, le centre devient un centre de ciblage. L'administration de Vichy est très pointilleuse sur les formes et l'administration, c'est ce qui va permettre à Lesage et les équipes de l'Amitié Chrétienne de s'organiser et sauver 108 enfants, enfin presque car trois ont malheureusement été repris et envoyés à Auschwitz. Ce qui rend ce livre bouleversant, c'est que Valérie Portheret par son travail de longue haleine a pu identifier et retrouver 90 des 108 enfants. On suit avec beaucoup d'émotions le parcours de Rachel et son violon, Justus, Lili et bien d'autres ainsi que celui de Jean Adam jeune médecin à l'époque qui a lui aussi contribué au sauvetage en rendant certain inaptes à se déplacer. Elle met en avant la solidarité du peuple français, les liens créés avec les familles d'accueil, le travail remarquable de l'Amitié Chrétienne, de l'Abbé Glasberg, le prêtre Chaillet, George Garel, Jean-Marie Soutou, Joseph Weill, le cardinal Gerlier et tant d'autres. C'est en signant un abandon de leur enfant à la tutelle de l'Amitié Chrétienne que ces enfants doivent leur salut. Ce document est un devoir de mémoire contre l'oubli et la barbarie. N'oublions pas que 75 % des Juifs vivant en France échapperont à la Shoah grâce au courage et à la solidarité du peuple français. Ma note : #9829;#9829;#9829;#9829;#9829;
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Notre top liste de livres à offrir aux férus d'Histoire

    Vous vous prenez la tête à trouver un cadeau lié à l'Histoire car il/elle est passionné(e), mais vous ne vous y retrouvez pas parmi une multitude de choix ? Lisez vous a conconté une short liste (pas si short) pour faire plaisir à coup sûr aux férus d'Histoire !

    Lire l'article