RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Wonder

            Pocket jeunesse
            EAN : 9782266249621
            Code sériel : J2690
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Wonder

            Juliette LÊ (Traducteur)
            Collection : Wonder
            Série : Wonder
            Date de parution : 22/05/2014

            Ne jugez pas un livre sur sa couverture.
            Ne jugez pas un garçon sur son apparence.

            « Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. »
            Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses...

            Ne jugez pas un livre sur sa couverture.
            Ne jugez pas un garçon sur son apparence.

            « Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. »
            Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ?

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266249621
            Code sériel : J2690
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket jeunesse
            8.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • laliseusedebonnesaventures Posté le 19 Août 2019
              BOULEVERSANT ! J'ai adoré c'est très émouvant ET très pudique en même temps. La délicatesse des relations est belle. Il faudrait trouver des mots neufs pour rendre compte de ce que produit émotionnellement ce genre d'histoire : bouleversant, émouvant sont trop galvaudés mais je n'en ai pas trouvés de plus parlants !
            • Naissou46_books Posté le 9 Août 2019
              Je pense que la plupart des gens connaissent ce livre ou du moins en ont entendu parler lors de l'adaptation cinématographique du livre avec Julia Roberts. Pour ma part, j'ai décidé à ce moment-là de mettre Wonder sur ma wishlist et de ne pas aller au cinéma afin de découvrir en premier ce récit. Ma première réaction lors du début de ma lecture a été de penser qu'il s'agissait bien d'un livre jeunesse au vu de l'écriture et du fait que ça soit August, 10 ans, qui fasse office de narrateur. J'ai rapidement changé d'avis. Je ne me souviens pas de mon état d'esprit à 10 ans mais ça me paraît tout de même trop jeune pour lire un tel récit. Wonder m'a profondément bouleversé et m'a fait monter les larmes aux yeux à de nombreuses reprises tout au long de ma lecture. On ne peut être insensible face à August qui est un garçon au courage incroyable et qui subit quotidiennement la bêtise humaine. Premièrement, depuis sa naissance il a dû être opéré à de nombreuses reprises. Deuxièmement, il fait face tout le temps aux réactions des personnes qu'il rencontre vis-à-vis de son physique. Ainsi, je peux comprendre qu'il soit... Je pense que la plupart des gens connaissent ce livre ou du moins en ont entendu parler lors de l'adaptation cinématographique du livre avec Julia Roberts. Pour ma part, j'ai décidé à ce moment-là de mettre Wonder sur ma wishlist et de ne pas aller au cinéma afin de découvrir en premier ce récit. Ma première réaction lors du début de ma lecture a été de penser qu'il s'agissait bien d'un livre jeunesse au vu de l'écriture et du fait que ça soit August, 10 ans, qui fasse office de narrateur. J'ai rapidement changé d'avis. Je ne me souviens pas de mon état d'esprit à 10 ans mais ça me paraît tout de même trop jeune pour lire un tel récit. Wonder m'a profondément bouleversé et m'a fait monter les larmes aux yeux à de nombreuses reprises tout au long de ma lecture. On ne peut être insensible face à August qui est un garçon au courage incroyable et qui subit quotidiennement la bêtise humaine. Premièrement, depuis sa naissance il a dû être opéré à de nombreuses reprises. Deuxièmement, il fait face tout le temps aux réactions des personnes qu'il rencontre vis-à-vis de son physique. Ainsi, je peux comprendre qu'il soit contre le fait d'aller à l'école d'autant plus que le collège n'est pas une période facile. Cet âge est ingrat. Mais malheureusement les agissements de certains adultes ne valent pas mieux que celles des collégiens. On le voit d'ailleurs dans le récit. Heureusement, ce type de personne ne représente pas la majorité et cela fait chaud au cœur. Je pense principalement à Jack et Summer qui ont choisi de ne pas reproduire le comportement de la majorité des élèves de la classe (le jeu de la peste entre autres m'a vraiment chamboulé) mais plutôt de dépasser leurs a priori en allant faire la rencontre d'August. Celui-ci est un garçon jovial, ayant le sens de l'humour et qui possède vraiment le sens de l'amitié. J'ai d'ailleurs apprecie qu'August ne soit pas le seul narrateur, permettant ainsi au lecteur de connaitre les ressentis d'autres personnages. Wonder est un livre que je ne suis pas prête d'oublier et dont je recommande la lecture au plus grand nombre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • EveeAllard Posté le 5 Août 2019
              Merveilleux, c’est le mot juste. August. Auggie. Je l’adore, parce qu’au-delà de son âge, il comprend et perçois les choses tellement différemment de la majorité des gens. C’est difficile, mais il ne se laisse pas abattre et ça m’a fait adorer ce personnage. Enfin, tous les personnages. Profonds, réels et humains. Surtout humains. J’ai aimé qu’au départ, le visage du « monstre » les répugne, parce que je pense que ça me l’aurait fait aussi. Juste une seconde, juste le temps de me rappeler que ce bonhomme est un humain. L’histoire était simple, mais pleine de rebondissements, je n’ai pas su m’arrêter avant la fin. L’écriture était belle, même si parfois peu réaliste pour un enfant de dix ans, j’ai dû m’arrêter une fois pour être sûre que c’était vraiment là, une pensée qu’un enfant pouvait avoir, mais ça ne m’a pas tellement dérangé au final. Le changement de « personnage narrateur » durant les parties du roman était vraiment bien fait, elle permettait aussi de comprendre que sous les faux-airs, il y avait des humains avec leurs doutes, leurs répulsions, mais aussi leurs amitiés. J’ai beaucoup aimé ce roman.
            • KingdomOfWords Posté le 20 Juillet 2019
              August est un jeune garçon de 10 ans né avec une importante malformation faciale. A cause de cela, il n’a jamais pu aller à l’école. Lorsqu’enfin il rentre au collège, il ne demande rien d’autre que d’être traiter comme n’importe quel élève. Mais les choses sont loins d’être simple car autour de lui, les autres ont bien dû mal à passer outre son visage peu ordinaire… Cela fait plus d’un an (voire même deux) que « Wonder » traîne dans ma PAL et franchement je me demande pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour lire ce livre parce que c’est une pépite! Je l’ai quasiment dévoré en une seule journée tellement j’ai été prise par l’histoire d’August. J’ai adoré découvrir la vie de ce jeune garçon qui à cause de sa différence, à longtemps vécu coupé des autres. On suit ses premiers pas à l’école et ses premières interactions – pas toujours faciles – avec ses camarades. J’ai trouvé cela extrêmement intéressant que le livre soit divisé en plusieurs points de vue et pas seulement celui d’August. On voit ainsi comme il est perçu par son entourage et cela passe par sa soeur, des camarades de classe, des amis de sa soeur…... August est un jeune garçon de 10 ans né avec une importante malformation faciale. A cause de cela, il n’a jamais pu aller à l’école. Lorsqu’enfin il rentre au collège, il ne demande rien d’autre que d’être traiter comme n’importe quel élève. Mais les choses sont loins d’être simple car autour de lui, les autres ont bien dû mal à passer outre son visage peu ordinaire… Cela fait plus d’un an (voire même deux) que « Wonder » traîne dans ma PAL et franchement je me demande pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour lire ce livre parce que c’est une pépite! Je l’ai quasiment dévoré en une seule journée tellement j’ai été prise par l’histoire d’August. J’ai adoré découvrir la vie de ce jeune garçon qui à cause de sa différence, à longtemps vécu coupé des autres. On suit ses premiers pas à l’école et ses premières interactions – pas toujours faciles – avec ses camarades. J’ai trouvé cela extrêmement intéressant que le livre soit divisé en plusieurs points de vue et pas seulement celui d’August. On voit ainsi comme il est perçu par son entourage et cela passe par sa soeur, des camarades de classe, des amis de sa soeur… C’est très diversifié et cela vaut vraiment le détour car l’on découvre comment les autres voient Auggie mais aussi comment son handicap peut impacter sur la vie de ses proches. J’ai adoré le personnage d’August qui ne demande rien d’autre que d’être accepté et de vivre une vie normale comme tous les enfants de son âge. A cause de son handicap il fait preuve d’une certaine maturité par rapport au monde qui l’entoure même si paradoxalement, il peut avoir un côté très enfantin, probablement dû aux conditions dans lesquelles il a grandi. J’ai aussi beaucoup aimé les autres personnages dont Jack et Via que j’ai trouvé vraiment intéressants. Leurs points de vue m’ont énormément touchée et j’ai aimé découvrir comment il percevait August et son handicap. « Wonder » est un roman magnifique sur la différence et la tolérance. Ces deux sujets sont traités de façon très juste et très touchante tout au long de l’histoire. Mais au-delà de cette différence, on suit surtout la vie d’un enfant de dix ans et de son entourage. On y découvre des moments de vie tels que les premiers amours, les disputes entre amis, la vie de famille… Tout cela est traité avec une plume très simple mais très fluide et vraiment addictive. J’ai adoré le style de R.J PALACIO et sa façon de raconter l’histoire d’August. L’écriture de ce roman le rend très accessible que ce soit pour un public jeune ou adulte et c’est toute l’importance de ce roman. Car il concerne tout le monde. Aussi bien les petits que les grands. « Wonder » est un livre à mettre entre toutes les mains car il fait beaucoup réfléchir sur sa façon de percevoir et de traiter les autres. C’est un très bon moyen de sensibiliser à la différence et au bullying. Même si concernant ce dernier point je trouve que cela aurait pû être traité de façon encore plus sérieuse. C’est d’ailleurs mon seul petit bémol car je trouve que l’autrice ne va pas assez loin sur le sujet. Mais cela reste malgré tout un très bon roman et un vrai coup de coeur que je recommande très vivement! Je pense que je n’oublierai pas August, Via, Jack et tous les autres de ci-tôt. Ce roman est ancré dans ma mémoire pour un bon moment, au même titre que « Love Simon » ou « Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers« . Un contemporain doux, touchant et plein de sensibilité avec un très beau message. En bref, un livre comme on aimerait en lire plus souvent!
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lunartic Posté le 10 Juillet 2019
              Nous méritons tous d'être ovationnés au moins une fois dans notre vie... Wonder fut l'une de mes premières lectures du mois, ce genre de lectures qui m'attendait depuis des années (depuis 2013 pour la version française précisément) sans jamais que je ne m'y mette. Tout cela à cause d'autres lectures qui s'enfilaient à la chaîne, de ce tourbillon d'emprunts, d'achats, de services de presse, de cadeaux, de prêts, qui m'ont tenue éloigné de cette petite merveille qui porte si bien son nom et qui me hurlait, de son œil unique me fixant sur cette couverture so blue (da ba dee da ba daa... mon enfance, bonjour #9834;), de la prendre entre mes mains et de ne pas la juger sur sa couverture. Je trouve cette dernière très charmante dans sa simplicité au passage. In fine, même si le film sorti dans nos salles en décembre n'est pas parvenu jusqu'à ma petite ville, cela m'a quand même poussé à lire une bonne fois pour toutes ce best-seller jeunesse qui me faisait envie depuis belle lurette et dont je n'ai entendu jusqu'à présent que des louanges. Eh bien, si tel est aussi le cas pour vous, je vais me permettre d'en rajouter une couche... Nous méritons tous d'être ovationnés au moins une fois dans notre vie... Wonder fut l'une de mes premières lectures du mois, ce genre de lectures qui m'attendait depuis des années (depuis 2013 pour la version française précisément) sans jamais que je ne m'y mette. Tout cela à cause d'autres lectures qui s'enfilaient à la chaîne, de ce tourbillon d'emprunts, d'achats, de services de presse, de cadeaux, de prêts, qui m'ont tenue éloigné de cette petite merveille qui porte si bien son nom et qui me hurlait, de son œil unique me fixant sur cette couverture so blue (da ba dee da ba daa... mon enfance, bonjour #9834;), de la prendre entre mes mains et de ne pas la juger sur sa couverture. Je trouve cette dernière très charmante dans sa simplicité au passage. In fine, même si le film sorti dans nos salles en décembre n'est pas parvenu jusqu'à ma petite ville, cela m'a quand même poussé à lire une bonne fois pour toutes ce best-seller jeunesse qui me faisait envie depuis belle lurette et dont je n'ai entendu jusqu'à présent que des louanges. Eh bien, si tel est aussi le cas pour vous, je vais me permettre d'en rajouter une couche et de ne rien faire de vraiment original, si ce n'est l'éloge de ce livre. Je remercie du fond du cœur R.J. Palacio d'avoir mis cette histoire sur papier, de l'avoir partagée à nous tous, de nous avoir livré son immense humanité et luminosité avec tant de justesse et de bonté, de nous avoir donné le privilège de vivre à ses côtés la première année de collège, voire même d'école de toute sa vie, du jeune August. Ce garçon nous donne une sacrée leçon de vie et de tolérance. Je me suis prise une belle baffe dans la figure, qui me laissera une marque indélébile. Désormais, avant de me plaindre, avant de larmoyer, avant de baisser les bras, je penserai à August et à son parcours du combattant dans la jungle qu'est le collège pour un grand nombre de personnes. Cela me redonnera du courage et de la force, cela me fera une piqûre de rappel que des gens beaux (et j'insiste sur cet adjectif), il en existe en ce bas monde. Bien sûr, c'est si l'on prend la peine de regarder autour de soi et surtout, surtout, d'apprendre à connaître son prochain. Je ne regrette pour rien au monde d'avoir fait la connaissance d'August. Ce petit garçon d'à peine onze ans a déjà un regard très lucide et compréhensif sur le monde cruel qui l'entoure, et notamment sur le manque de gentillesse des enfants, leur absence de tact et leur franchise implacable. Cette dernière est parfois tellement désarmante qu'elle vous coupe la chique et vous donne juste envie de vous rouler en boule et de fondre en larmes. Ce roman a fait naître en moi ce besoin presque obsessionnel de me réfugier dans ma carapace de tortue à bien des instants, juste pour ne plus voir et entendre les horreurs qu'on peut proférer les uns sur les autres quand on est jeune, insouciant et surtout stupide. Et malheureusement, R.J. Palacio nous rappelle aussi que certains adultes ne guérissent pas de cette stupidité et la transmettent même dans l'éducation et l'exemple qu'ils procurent à leurs enfants. Déplorable. Malgré le fait qu'August est conscient de la façon dont on le regarde, avec sa difformité faciale, tout particulièrement la première fois qu'une personne pose ses yeux sur lui, ou même après, lorsqu'il y a un temps d'adaptation à traverser afin de prendre l'habitude du "spectacle" qu'offre le visage d'August, oui, malgré cela, et c'est déjà fort admirable de sa part, August voudrait juste être accepté comme il est et qu'on ne le regarde ni le traite plus comme une bête de foire. Ce qui est la moindre des choses à espérer pour un être humain normal. Sauf qu'August est tout sauf normal : il est extraordinaire à sa manière, et je ne parle pas de son apparence physique. Non, non, non, je parle de ce qu'il va apporter au charmant petit collège de Beecher, de la façon dont il va faire évoluer, grandir et rayonner chacune des personnes qu'il va rencontrer au quotidien, que ce soit ses camarades de classe ou bien ses professeurs et même le principal, le formidable à tous les niveaux Mr Bocu (et je ne veux pas entendre de rires étouffés, ça ne doit pas être facile à porter comme nom de famille !). Cependant, ce cheminement vers le cœur et l'âme des personnes qui cohabitent avec notre adorable Auggie dans son petit environnement sera semé d'embûches, de rage, de chagrin, de désarroi. A bien des moments, j'avais envie de pénétrer dans le roman afin de serrer ce petit garçon dans mes bras et de l'assurer de mon amitié et de mon affection inconditionnelles. Heureusement, R.J. Palacio lui a donné des êtres, merveilleux eux aussi, d'encre et de papier, pour le faire à ma place. Par ailleurs, en parlant de ces divers personnages qui gravitent autour de l'astre qu'est Auggie Doggie d'amour (bon, ce dernier ne veut plus qu'on le surnomme comme ça mais chut), j'ai été dans un premier temps surprise que la narration ne soit pas toujours assurée par notre héros chéri. Enfin, la superbe Audrey de la chaîne Booktube Le Souffle des Mots (qui, elle aussi, a droit à mes remerciements les plus chaleureux pour avoir achevé de me convaincre de lire ce roman) nous avait prévenus mais, tant qu'on ne l'a pas vécu en live, stéréo, surround, impossible de vraiment s'y préparer. Et comme elle l'avait expliqué dans l'un de ces derniers J'AI LU, moi aussi dans un premier temps je n'avais pas envie de quitter le point de vue d'August afin de me plonger dans la petite tête de ses proches, famille ou amis. Mais force est de constater que, loin de me freiner dans ma lecture, je n'en ai enchaîné les pages que plus vite tant je me suis fortement attachée aussi à ceux qu'Auggie aime, et qui sont là pour lui qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige. Ce changement fréquent et rapide de points de vue de toutes les couleurs peut à première vue sembler déroutant, mais il n'en est rien : cela n'en apporte que d'autant plus de pertinence, de densité, de réalisme, de crédibilité, de puissance, de solidité et d'efficacité à ce récit à la diversité émotionnelle assez exceptionnelle et dingue pour qu'on puisse se sentir proche de l'ensemble des personnages et se sentir proche d'eux. Même de ceux dont on réprouve souvent le comportement. R.J. Palacio arrive à nous faire comprendre comment leur vécu, leurs racines, ont influencé leur mentalité de palourde et leur façon, désormais étriquée, de voir le monde. Je n'ai pas réussi à leur jeter la première pierre malgré mon aberration, qui répond à l'ordre de l'habitude et de la normalité, ce qui est d'une tristesse... Faites-le si cela vous chante. Pour ma part, je prends exemple sur August : je tolère, je pardonne et, malgré mon cœur lourd comme une pierre, je ne me laisse pas atteindre par des personnes qui n'en valent pas la peine. Qu'elles restent dans leur noirceur et leur méchanceté si elles s'y complaisent, ce n'est pas à moi de juger de toute façon. Je ne vais pas aller plus loin dans mon avis dithyrambique de Wonder afin de ne pas vous gâcher la surprise de l'ampleur émotionnelle que ce roman aura sur vous dès l'instant où vous déciderez de vous y immerger. La violence avec laquelle votre petit cœur sera frappé sera rude mais c'est pour la bonne cause. J'étais tellement prise dans ma lecture qui s'annonçait d'ores et déjà mémorable que je me suis amusée à prendre mon carnet bien-aimé et à le gribouiller des dessins représentants les différents personnages et illustrant chaque début de nouvelle narration. J'ai également pris en notes beaucoup de citations. Vous ne voudrez plus, après cette expérience livresque exceptionnelle, quitter la magnifique famille des Pullman, avec ces deux parents qui sont les parangons de l'Amour universel, de la bienveillance, de la sagesse et de la tendresse à profusion, une grande sœur de choc à la maturité impressionnante et qui a ses moments de fragilité comme vous et moi, c'est bien normal, la meilleure des chiennes du monde à câliner et à couvrir d'amour dès que votre cœur est à la traîne, tel un gros coussin vivant et qui a tant à vous apporter, bien plus que les hommes ne le peuvent souvent, une grande sœur de cœur qui garde une photo de vous avec un casque d'astronaute dans son porte-monnaie depuis toujours, et avec en prime deux meilleurs amis qui vous feront rire aux éclats, qui vous donneront du baume au cœur et qui vous feront mal parfois, mais la bêtise est elle aussi humaine (presque trop) et tout finira par s'arranger, même si la vie vous réserve encore bien des épreuves comme celles d'August.Bref, ce petit cocon gravitationnel familial est très rare parmi tous les livres que j'ai pu lire jusqu'à ce jour et cela fait un bien immense de le découvrir ici et de s'y intégrer comme on s'enfoncerait dans le fauteuil le plus moelleux et agréable qu'il soit (oui, je compare des personnages d'exception à un fauteuil, tout va bien). Et même le petit ami de votre grande sœur en vaudra le coup ! Ne le jugez pas trop vite car il fera irruption dans votre famille sans crier gare et il en sera un élément indispensable avant même que vous ne disiez « Ouf ! ». Mais ce qui m'a saisie au plus profond de moi, c'est qu'on a tous notre croix à porter, comme August son visage, et ce roman nous le démontre bien au vu de sa palette impressionnante de personnage plus vrais que nature. Je n'ai pas vécu les mêmes expériences de vie qu'August mais, moi aussi, à un moment donné de mon existence, je me suis dis à voix claire et haute que j'étais un monstre physiquement parlant et que c'était bien normal si les autres ne voulaient accepter ni de me voir, ni ma compagnie ou simplement le fait que j'existe. Je suis sûre que nous sommes des milliards à nous être insulté de cette façon et, si je dois bien retenir une chose de cette histoire inspirante et vibrante de vérité, c'est qu'on a tous le pouvoir de faire du bien autour de nous et que, sans nous sur cette planète Terre, celle-ci serait bien triste et il lui manquerait définitivement quelque chose. Alors ne sous-estimez jamais ce que vous êtes, l'influence et l'importance que vous pouvez avoir, la force de vos actions. C'est plus simple à dire qu'à faire, mais aimez-vous, de la façon dont une mère aime à vous couvrir le visage de baisers ou un père à le contempler à chaque instant, chaque seconde, même quand vous le trouvez moche. Votre Beauté sera toujours là, irradiante, ne l'oubliez jamais. Merci à ce roman de me l'avoir appris une fois de plus, j'ai retenu ma leçon. A vous de prendre la vôtre-! COUP DE FOUDRE #991; ... car nous triomphons du monde chaque jour.
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
            À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.