En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Calvin et Hobbes - T17 petit format

        Hors collection
        EAN : 9782258094963
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 128
        Format : 170 x 222 mm
        Calvin et Hobbes - T17 petit format
        volume double

        Collection : Calvin & Hobbes
        Date de parution : 08/11/2012

        Le tome 17 est un volume double et entièrement en couleurs ! (128 pages au lieu de 68 pages pour les autres tomes)

        Les aventures de Calvin, le petit garçon râleur à l’imagination débordante, et de son ours en peluche Hobbes ont fait le tour du monde : une amitié imaginaire, teintée d’absurde, d’humour et de philosophie… 

        « L’effet d’un mot de la fin peut être éphémère, mais il y a quelque chose dans...

        Les aventures de Calvin, le petit garçon râleur à l’imagination débordante, et de son ours en peluche Hobbes ont fait le tour du monde : une amitié imaginaire, teintée d’absurde, d’humour et de philosophie… 

        « L’effet d’un mot de la fin peut être éphémère, mais il y a quelque chose dans l’amitié entre Calvin et Hobbes qui recèle une petite parcelle de vérité. Exprimer quelque chose de réel et d’honnnête, c’est là pour moi toute la joie de la bande dessinée, et toute son importance. »
        Bill Watterson, 2001 

        Cette grande série indémodable de la bande dessinée d’humour se décline aujourd’hui au plus petit format, broché, confortable à la lecture et économique, pour réjouir ses nombreux fans et toucher une nouvelle génération de lecteurs. 


        Toute la presse en parle :
        ”Culte : sacré Hobbes-session. D’une drôlerie et d’une poésie inégalée.”
        Elle, 17 sept 2010
        ”Intemporel monument de la BD humouristique américaine.”
        Zoo, sept-oct 2010
        ”Le dessin de Watterson ne perd pas grand chose à être rétréci à ce point, et le petit prix des albums ne peut que vous décider à enfin investir dans ces tendres recueils.”
        Bodoï, 07 sept 2010
        ”Un beau cadeau à faire ou à se faire offrir.”
        DBD, octobre 2010

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258094963
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 128
        Format : 170 x 222 mm
        Hors collection
        9.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • yvantilleuil Posté le 12 Mars 2017
          Ceux qui connaissent Calvin, savent qu’il a souvent la flemme le dimanche soir, pour la simple et bonne raison que le lendemain il doit aller à l’école. « Comment vraiment apprécier les dimanches, quand on sait qu’il faut aller à l’école le lendemain ? » Pourtant, ce dix-septième volume, beaucoup plus volumineux que les précédents, ne démarre pas à l’école, mais en compagnie de Spiff le Spationaute, mon personnage préféré de Bill Watterson. Je suis en effet grand fan des passages où l’imagination débordante du petit Calvin lui permet de se transformer en plein de choses. Le lecteur a même droit à plusieurs transformations en Spiff le Spationaute, que ce soit lorsque la prof l’interroge, à l’heure du bain, à table ou afin d’agresser son père qui dort. Hyperman est également de la partie lorsqu’il est temps d’aller dormir ou de faire ses devoirs de math. Calvin s’imagine également en fourmi quand il doit ranger sa chambre, en mouche lors d’un pique-nique, en tyrannosaure lors du repas familial et même en Dieu Suprême… « Dans son cachot pourri puant, Spiff le spationaute prépare un piège sournois pour le roi Naggon qui approche ! Bientôt notre... Ceux qui connaissent Calvin, savent qu’il a souvent la flemme le dimanche soir, pour la simple et bonne raison que le lendemain il doit aller à l’école. « Comment vraiment apprécier les dimanches, quand on sait qu’il faut aller à l’école le lendemain ? » Pourtant, ce dix-septième volume, beaucoup plus volumineux que les précédents, ne démarre pas à l’école, mais en compagnie de Spiff le Spationaute, mon personnage préféré de Bill Watterson. Je suis en effet grand fan des passages où l’imagination débordante du petit Calvin lui permet de se transformer en plein de choses. Le lecteur a même droit à plusieurs transformations en Spiff le Spationaute, que ce soit lorsque la prof l’interroge, à l’heure du bain, à table ou afin d’agresser son père qui dort. Hyperman est également de la partie lorsqu’il est temps d’aller dormir ou de faire ses devoirs de math. Calvin s’imagine également en fourmi quand il doit ranger sa chambre, en mouche lors d’un pique-nique, en tyrannosaure lors du repas familial et même en Dieu Suprême… « Dans son cachot pourri puant, Spiff le spationaute prépare un piège sournois pour le roi Naggon qui approche ! Bientôt notre héros sans peur sera à nouveau libre ! » Si la baby-sitter Rosaline est la grande absente de cet album, Calvin peut néanmoins compter sur la présence de Susie Derkins, sa petite voisine et souffre-douleur attitrée. Entre les ballons d’eau en été et les boules de neige en hiver, voire même en plein mois de juin car notre ami en a conservé une belle au freezer (excellent), la pauvre continue d’en voir de toutes les couleurs. « Si tu veux MON avis, un jeu sans pompes, ni coups, ni brûlures, ni pinçons, c’est pour les filles. » Au menu de ce dix-septième volet, il y a bien évidemment aussi les gags récurrents concernant les monstres sous le lit, les histoires qui font peur, le bond de Hobbes en rentrant de l’école, les descentes vertigineuses à la recherche d’une poussée d’adrénaline et les jeux (croquet, base-ball, Monopoly) qui terminent inévitablement en disputes. C’est vraiment marrant de voir comme l’auteur parvient à se renouveler tout en continuant d’aborder les mêmes sujets ! « Attendre quelque chose est plus amusant que de l’avoir… » À l’instar des tomes précédents, celui-ci reprend des histoires de différentes longueurs. Chacune offre un plongeon mélancolique dans le monde de l’enfance et invite à découvrir les fantasmes, les rêves et le regard critique de ce petit bonhomme sur le monde des adultes et sur la société en général. Si la puissance comique de ces strips atteint des sommets, l’humour est également souvent d’une telle sophistication que plusieurs niveaux de lecture sont possibles. Au-delà de la simplicité apparente de ces gags burlesques se cache en effet un autre niveau de lecture, plus adulte, qui mêle critiques acerbes, réflexions intelligentes et cynisme ravageur. Les noms des personnages faisant respectivement référence à Jean Calvin et à Thomas Hobbes, le lecteur ne s’étonnera d’ailleurs pas de croiser quelques considérations philosophiques. Notre ami se livre ainsi à quelques réflexions sur l’environnement, pointant notamment du doigt cette vilaine tendance qu’ont les humains à jeter leurs déchets n’importe où et à ainsi détruire la planète. « Sapristi, quand les gens n’enterrent pas leurs déchets toxiques ou n’essayent pas leurs armes nucléaires, ils jettent leurs ordures n’importe où ! » Parlons finalement de l’empathie inévitable envers ce duo éminemment sympathique. Ce gamin doté d’un sens de la répartie incroyable est particulièrement attachant et l’idée de donner vie à une peluche dans son imaginaire est tout bonnement brillante. Cela résulte non seulement en une complicité incroyable entre les deux, mais permet surtout de donner vie à l’imaginaire de l’enfant. Ensemble, ils vivent des aventures mêlant absurdité, tendresse, drôlerie, nostalgie et justesse. Le lecteur a également droit à quelques récits centrés sur la famille, qui donnent parfois lieu à des scènes attendrissantes comme lorsque sa maman lui prépare du chocolat chaud et des tartines. Calvin ne manquera pas non plus de juger le travail de son père dans son rôle de « Papa », notamment à travers cette histoire qu’il a écrite sur un méchant papa qui obligea son fils à manger des petits pois. « Sans petit bisou les rêves sont flous ! » « Les plus beaux cadeaux ne sont pas dans les boîtes ! » Visuellement, le dessin de Bill Watterson est d’une grande simplicité, mais ces visuels aux décors quasi inexistants permettent de mettre l’accent sur les personnages et sur des textes d’une finesse rare. Il faut un talent énorme pour parvenir à partager des tranches de vie en seulement trois cases et pour pondre des gags purement visuels sur base de postures ou d’expressions. La grosse surprise de ce tome vient également du fait que le lecteur a droit à une version colorisée. L’auteur se permet également quelques « folies » artistiques, notamment lors de ce récit où les lois de la perspective ont été abolies où lorsque Calvin a été transféré sur un négatif couleur le temps d’une photo. Une double dose de gags déjà parus et d’histoires inédites, le tout dans une version en couleurs !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Melisende Posté le 6 Septembre 2015
          Si j’avais déjà pu lire quelques planches des aventures de Calvin Hobbes grâce à quelques magazines, je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher dans une volume complet. Afin de continuer à lire en vo, j’ai emprunté ce Lazy Sunday Book. Pourquoi celui-ci et pas un des nombreux autres volumes en anglais présents dans le fonds de la bibliothèque ? Pourquoi pas ? Apparemment c’est le tome 17 mais ils peuvent tous se lire aléatoirement. J’emprunterai certainement un autre volume quand l’occasion se présentera. Contrairement à la bd précédente (Young Lovecraft), j’ai parfois eu un peu plus de mal à saisir toutes les petites blagues en anglais. Il faut dire aussi qu’il y a beaucoup plus de texte dans ce titre et que lorsque Calvin part dans ses délires extraterrestres, le vocabulaire devient assez spécifique et donc plus difficile à appréhender. Malgré tout, et souvent grâce aux illustrations, il n’y a pas vraiment besoin de comprendre chaque mot de chaque phrase pour saisir le sens général. Je ne me suis jamais complètement sentie perdue. Calvin est un petit garçon très attachant. Fils unique, il brave souvent les ordres de ses parents en s’inventant des aventures extraordinaires. Il possède une imagination hors... Si j’avais déjà pu lire quelques planches des aventures de Calvin Hobbes grâce à quelques magazines, je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher dans une volume complet. Afin de continuer à lire en vo, j’ai emprunté ce Lazy Sunday Book. Pourquoi celui-ci et pas un des nombreux autres volumes en anglais présents dans le fonds de la bibliothèque ? Pourquoi pas ? Apparemment c’est le tome 17 mais ils peuvent tous se lire aléatoirement. J’emprunterai certainement un autre volume quand l’occasion se présentera. Contrairement à la bd précédente (Young Lovecraft), j’ai parfois eu un peu plus de mal à saisir toutes les petites blagues en anglais. Il faut dire aussi qu’il y a beaucoup plus de texte dans ce titre et que lorsque Calvin part dans ses délires extraterrestres, le vocabulaire devient assez spécifique et donc plus difficile à appréhender. Malgré tout, et souvent grâce aux illustrations, il n’y a pas vraiment besoin de comprendre chaque mot de chaque phrase pour saisir le sens général. Je ne me suis jamais complètement sentie perdue. Calvin est un petit garçon très attachant. Fils unique, il brave souvent les ordres de ses parents en s’inventant des aventures extraordinaires. Il possède une imagination hors du commun et cela commence par son meilleur ami Hobbes, un tigre bienveillant… qui est une petite peluche, à la base. Extraterrestres, dinosaures, vols dans l’espace, voilà les principaux thèmes explorés par le petit garçon. J’avoue que c’est parfois un peu répétitif… il vaut peut-être mieux lire une planche de temps en temps plutôt que parcourir tout le volume d’un coup ? La plupart des aventures ne dépassent pas la planche unique (à part un ou deux qui s’étendent sur 4 ou 5 pages). En quelques vignettes seulement, Bill Watterson nous offre une situation de base, un cheminement et une chute, généralement amusante. C’est très souvent réussi. J’ai bien aimé parcourir les pages et retrouver les deux petits héros au fil des saisons. Le dessin et la colorisation sont agréables, un peu dans la veine de Boule et Bill (en tout cas, moi ça me rappelle cette bd que je lisais gamine). Je n’ai pas ri aux éclats mais j’ai souvent souri face aux aventures de ce petit garçon et de son ami tigre. Ce n’est pas extraordinaire mais ça reste efficace et divertissant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Crazynath Posté le 21 Juillet 2015
          La flemme du dimanche soir est le tome 17 des aventures de Calvin et Hobbes. Cet album est un " best-off" en couleurs. On y retrouve des gags déjà parus dans les numéros précédents plus quelques inédits. Voir cette petite teigne en couleur est amusant, et même si j'avais déjà lu plusieurs fois la plupart de ses péripéties, je n'ai pu empercher de sourire une énième fois à la lecture de certaines planches. C'est une bande dessinée dont je ne me lasse pas et puis c'est tout !
        • clounette2014 Posté le 15 Octobre 2014
          il est super drôle Calvin avec son monde à lui!
        • manU17 Posté le 3 Avril 2013
          Calvin est un gamin un peu remuant mais débordant d’imagination qui passe son temps à s’amuser et à inventer toutes sortes de bêtises avec son compagnon de jeu, un tigre appelé Hobbes. Juste un petit détail mais qui a son importance, Hobbes est un tigre mais en peluche ! Et c’est bien là le trait de génie de l’auteur de cette bande dessinée, nous découvrons l’univers de Calvin à travers ses yeux d’enfants. En clair, nous voyons sa réalité fantasmée. Calvin joue avec son tigre en peluche mais le considère comme un véritable tigre, il s’adresse à lui comme il s’adresse aux personnes de son entourage. On le voit donc, à travers ses yeux, comme un gentil tigre qui a la particularité de parler. Là où c’est drôle, c’est que quand sa mère vient le border le soir, le tigre apparaît comme la peluche qu’il est, nous avons là le regard adulte, extérieur. Je trouve l’idée vraiment amusante. De la même manière, lorsqu’il s’amuse et qu’il se prend pour « Spiff le spationaute, l’extraordinaire voyageur intergalactique », on le voit dans son vaisseau spatial survolant des terres encore inexplorées, subissant les attaques de terrifiantes créatures extra-terrestres qui s’avèrent au final souvent être... Calvin est un gamin un peu remuant mais débordant d’imagination qui passe son temps à s’amuser et à inventer toutes sortes de bêtises avec son compagnon de jeu, un tigre appelé Hobbes. Juste un petit détail mais qui a son importance, Hobbes est un tigre mais en peluche ! Et c’est bien là le trait de génie de l’auteur de cette bande dessinée, nous découvrons l’univers de Calvin à travers ses yeux d’enfants. En clair, nous voyons sa réalité fantasmée. Calvin joue avec son tigre en peluche mais le considère comme un véritable tigre, il s’adresse à lui comme il s’adresse aux personnes de son entourage. On le voit donc, à travers ses yeux, comme un gentil tigre qui a la particularité de parler. Là où c’est drôle, c’est que quand sa mère vient le border le soir, le tigre apparaît comme la peluche qu’il est, nous avons là le regard adulte, extérieur. Je trouve l’idée vraiment amusante. De la même manière, lorsqu’il s’amuse et qu’il se prend pour « Spiff le spationaute, l’extraordinaire voyageur intergalactique », on le voit dans son vaisseau spatial survolant des terres encore inexplorées, subissant les attaques de terrifiantes créatures extra-terrestres qui s’avèrent au final souvent être ses parents, sa maitresse d’école ou ses petits camarades. Comme tous les enfants de son âge, et même des plus grands (si, si, j’en connais), il n’aime pas beaucoup le dimanche soir qui annonce le funeste retour à l’école le lendemain. Ecole où il retrouve son amie Susie qui est bien souvent la première victime de ses manigances, pièges, bombes à eau ou batailles de boules de neige. Hormis toutes ses bêtises, ce qui m’a notamment séduit, c’est le travail de l’auteur sur les expressions du visage de Calvin, qui passe par toute sorte d’émotions. Il apparait aussi bien enfantin, doux, naïf, tendre, penaud, qu’effronté, diabolique, machiavélique ou teigneux. Une véritable palette de sentiments qui contribue à rendre ce bout de choux réellement authentique et attachant. Une lecture commencée un peu dubitativement et qui s’est rapidement avérée être amusante, attendrissante et pertinente. Ne faites pas comme moi, n’hésitez surtout pas à découvrir Calvin, Hobbes, et leur petit monde imaginaire qui a vraiment tout pour vous plaire !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « […] Les aventures acidulées et surréalistes d’un gamin très curieux et de son tigre en peluche, qu’il n’est pas exagéré de considérer comme le meilleur strip depuis les Peanuts »

        J.B. / LIRE
        Toute l'actualité des éditions Hors Collection
        Amateur de culture décalée, découvrez chaque mois les parutions insolites des éditions Hors Collection.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.