En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Carter contre le diable

        Super 8
        EAN : 9782370560100
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 816
        Format : 140 x 220 mm
        Carter contre le diable

        Date de parution : 17/04/2014
        Entrez dans un monde où tout est illusion.
        1920, San Francisco. Carter le Grand, l’un des prestidigitateurs les plus célèbres du pays, donne ce soir-là un spectacle exceptionnel devant le président des États-Unis, Warren G. Harding, qu’il invite sur scène pour participer à l’un de ses stupéfiants numéros. La représentation est un triomphe mais, quelques heures plus tard, le... 1920, San Francisco. Carter le Grand, l’un des prestidigitateurs les plus célèbres du pays, donne ce soir-là un spectacle exceptionnel devant le président des États-Unis, Warren G. Harding, qu’il invite sur scène pour participer à l’un de ses stupéfiants numéros. La représentation est un triomphe mais, quelques heures plus tard, le président meurt mystérieusement dans sa chambre d’hôtel. Sachant qu’il va être suspecté, Carter disparaît afin de mener sa propre enquête. Aurait-il eu des raisons de se débarrasser du locataire de la Maison Blanche ? L’agent Griffin, des services secrets, se lance alors à ses trousses. Mais affronter un génie du trompe-l’œil et de l’illusion tel que Carter ne va pas être chose aisée.
         
        Avec cette formidable histoire de manipulations basée sur des personnages ayant réellement existé, Glen David Gold nous donne à la fois un palpitant thriller historique dans lequel tous les tours sont permis, et un portrait magistral de l’Amérique des années 1920.

        Carter contre le diable a été élu meilleur livre de l’année par le Washington Post et le Los Angeles Times.
        Les droits d’adaptation ont été acquis par la Warner, Johnny Depp est pressenti pour interpréter le rôle de Carter le Grand.

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782370560100
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 816
        Format : 140 x 220 mm
        Super 8
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • pepytoh Posté le 2 Septembre 2017
          Une réussite totale si tant est que l'on aime le monde la magie. Etant passionné des arts de la scène en général, je n'ai pu qu'apprécier l'histoire que nous déroule Glen David Gold. Le roman est énorme mais on se laisse rapidement emporter par l'histoire qui nous transporte dans un autre monde. Il s'agit du premier livre de Super 8 édition que j'ai pu lire. Une bonne découverte qui m'a donné envie de suivre cette maison d'édition. De plus, chaque couverte est reconnaissable et permet de découvrir des talents oubliés.
        • sl972 Posté le 14 Octobre 2016
          Nous sommes à San Francisco en 1923. Carter le Grand exécute son spectacle devant un invité de marque, le Président des Etats-Unis, Warren Harding, en personne. Pour le magicien, la situation n’a rien d’extraordinaire ; après tout, il s’est déjà produit devant des princes, des rois et des empereurs. Qu’est-ce qu’un chef d’Etat supplémentaire face à cette liste impressionnante ? Mais cette soirée n’a rien d’ordinaire. En effet, Harding décède la nuit même, après avoir participé à l’n des numéros de Carter. Le magicien est-il en cause ? En tout cas, il est le principal suspect et l’agent Griffin du Service secret compte bien prouver sa culpabilité. Mais pourquoi Carter aurait-il tué le Président ? Est-ce lié au secret que détenait Harding et qui semblait peser sur sa conscience ? Pour un premier roman, c’est une réussite. Glen David Gold s’empare du personnage de Charles Carter, magicien du début du XX° siècle qui s’est fait connaître sous le nom de Carter le Grand, pour en faire le personnage principal d’un roman palpitant et dépourvu de temps morts. Outre l’intrigue policière, Glen David Gold nous propose une biographie romancée de Carter le Grand, au moyen de nombreux allers-retours entre l’année 1923 et la jeunesse de... Nous sommes à San Francisco en 1923. Carter le Grand exécute son spectacle devant un invité de marque, le Président des Etats-Unis, Warren Harding, en personne. Pour le magicien, la situation n’a rien d’extraordinaire ; après tout, il s’est déjà produit devant des princes, des rois et des empereurs. Qu’est-ce qu’un chef d’Etat supplémentaire face à cette liste impressionnante ? Mais cette soirée n’a rien d’ordinaire. En effet, Harding décède la nuit même, après avoir participé à l’n des numéros de Carter. Le magicien est-il en cause ? En tout cas, il est le principal suspect et l’agent Griffin du Service secret compte bien prouver sa culpabilité. Mais pourquoi Carter aurait-il tué le Président ? Est-ce lié au secret que détenait Harding et qui semblait peser sur sa conscience ? Pour un premier roman, c’est une réussite. Glen David Gold s’empare du personnage de Charles Carter, magicien du début du XX° siècle qui s’est fait connaître sous le nom de Carter le Grand, pour en faire le personnage principal d’un roman palpitant et dépourvu de temps morts. Outre l’intrigue policière, Glen David Gold nous propose une biographie romancée de Carter le Grand, au moyen de nombreux allers-retours entre l’année 1923 et la jeunesse de Carter. C’est l’occasion de découvrir ce qui l’a poussé vers la magie et ce qui l’a amené à sa situation au moment où se passe l’histoire. Le rythme de ce roman est entraînant, le style fluide et plaisant à lire. On se laisse porter par la plume de l’auteur d’un chapitre à l’autre et on ne s’ennuie à aucun moment. L’histoire est intéressante, à la fois roman policier, biographie romancée, roman historique et chronique sociale. Le maître-mot à retenir : magie ! Car c’est bien de magie qu’il s’agit. Attendez-vous à des surprises…
          Lire la suite
          En lire moins
        • chroniquesdurenard Posté le 4 Avril 2016
          Carter contre le diable est une œuvre magique, ingénieuse et malicieuse qui nous plonge dans le passé et l’univers d’un célèbre magicien, Charles Joseph Carter dit « Carter le Grand ». Ce récit biographique est avant tout une fresque épique romancée, peinte par Glen David Gold, auteur en or, qui prend indubitablement des libertés avec la réalité. Le premier acte plante durablement le décor car il s’ouvre sur un meurtre, celui du président des États-Unis, Sir Warren G. Harding. Le cachotier s’est éteint peu après avoir assisté à une représentation du célèbre illusionniste à San Francisco. Ce scandale national, qui va naturellement mener les enquêteurs à soupçonner l’illustre magicien, apparait comme la toile de fond de l’histoire. Dès le début, le lecteur émerveillé est plongé dans la vie du jeune Charles, qui se découvre rapidement une passion pour la magie et l’extraordinaire. Engagé dans une troupe d’artistes en tout genre contre l’avis de ses parents, il y fera ses gammes avant de devenir un brillant magicien, tantôt fragile et copieur, tantôt fort et créateur. Au fur et à mesure, la vie de cet homme nous devient familière et on s’attache à lui mais aussi aux autres personnages qui peuplent ses souvenirs et... Carter contre le diable est une œuvre magique, ingénieuse et malicieuse qui nous plonge dans le passé et l’univers d’un célèbre magicien, Charles Joseph Carter dit « Carter le Grand ». Ce récit biographique est avant tout une fresque épique romancée, peinte par Glen David Gold, auteur en or, qui prend indubitablement des libertés avec la réalité. Le premier acte plante durablement le décor car il s’ouvre sur un meurtre, celui du président des États-Unis, Sir Warren G. Harding. Le cachotier s’est éteint peu après avoir assisté à une représentation du célèbre illusionniste à San Francisco. Ce scandale national, qui va naturellement mener les enquêteurs à soupçonner l’illustre magicien, apparait comme la toile de fond de l’histoire. Dès le début, le lecteur émerveillé est plongé dans la vie du jeune Charles, qui se découvre rapidement une passion pour la magie et l’extraordinaire. Engagé dans une troupe d’artistes en tout genre contre l’avis de ses parents, il y fera ses gammes avant de devenir un brillant magicien, tantôt fragile et copieur, tantôt fort et créateur. Au fur et à mesure, la vie de cet homme nous devient familière et on s’attache à lui mais aussi aux autres personnages qui peuplent ses souvenirs et les différentes étapes de son histoire. En parallèle, on suit l’avancement de l’enquête à travers les yeux de notre brave Griffin, inspecteur mal-aimé mais tenace, qui compte bien prouver que ce magicien ayant pris la fuite à la mort du président, est le coupable de cet odieux meurtre. En définitif, on adore ce livre qui nous emporte dans un univers méconnu et singulier. Qui n’a jamais voulu connaitre les secrets de certains tours de magie, qu’il s’agisse d’un simple tour de cartes ou de la disparation inexpliquée d’un éléphant sur scène ? Notre âme d’enfant en redemande ! L’auteur nous fait également côtoyer le majestueux Houdini, des artistes peu scrupuleux ou encore des inventeurs de génie. Mais plus important encore, Glen David Gold nous tient en haleine tout au long du roman ! On va de rebondissements en boniments. Le style de l’auteur réussit à nous passionner et même si certains passages sont plus calmes, ils participent à la compréhension du personnage et du tout. Très bien ficelée, l’histoire m’a fascinée et la fin m’a littéralement laissée bouche bée. On sent que rien n’a été laissé au hasard et que tous les éléments finissent par s’imbriquer. Rien ni personne n’est oublié et c’est cela qui fait la beauté de cette merveilleuse œuvre littéraire, au doux parfum de mystère. Vous l’aurez compris, vous serez – abracadabra – conquis !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Folfaerie Posté le 4 Mars 2016
          D’abord, il y a eu Garcimore. Celui qui ratait un peu ses tours en deux crises de fou rire. Et puis, un grand bond plus tard, David Copperfield et ses spectacles de magie à la scénographie impeccable. Entre les deux, Mandrake, que je lisais quand j’étais ado, Harry Houdini, découvert en regardant le téléfilm avec Paul Michael Glazer et oui, tout ceci ne nous rajeunit guère…), Robert-Houdin le plus grand magicien de tous les temps (parait-il), le magnifique Prestige de Christopher Nolan, dont je ne suis pas totalement remise, L’illusionniste avec Edward Norton, et même, je l’avoue, Les insaisissables, au scénario improbable, mais que j’ai bien aimé quand même. Tout ça pour dire que si on me parle magie, j’accroche tout de suite. Et là, avec ce gros pavé, j’ai été gâtée. « Puisque toutes les créatures sont au fond des frères. Il faut traiter vos bêtes comme vous traitez vos amis ». Carter le Grand est un magicien dans l’âme. Il découvre sa vocation très tôt, alors qu’il est encore un enfant, et ne dévie jamais de sa route. Ce magicien a réellement existé, il a marqué le début du XXème siècle, réalisant des numéros époustouflants, rivalisant avec... D’abord, il y a eu Garcimore. Celui qui ratait un peu ses tours en deux crises de fou rire. Et puis, un grand bond plus tard, David Copperfield et ses spectacles de magie à la scénographie impeccable. Entre les deux, Mandrake, que je lisais quand j’étais ado, Harry Houdini, découvert en regardant le téléfilm avec Paul Michael Glazer et oui, tout ceci ne nous rajeunit guère…), Robert-Houdin le plus grand magicien de tous les temps (parait-il), le magnifique Prestige de Christopher Nolan, dont je ne suis pas totalement remise, L’illusionniste avec Edward Norton, et même, je l’avoue, Les insaisissables, au scénario improbable, mais que j’ai bien aimé quand même. Tout ça pour dire que si on me parle magie, j’accroche tout de suite. Et là, avec ce gros pavé, j’ai été gâtée. « Puisque toutes les créatures sont au fond des frères. Il faut traiter vos bêtes comme vous traitez vos amis ». Carter le Grand est un magicien dans l’âme. Il découvre sa vocation très tôt, alors qu’il est encore un enfant, et ne dévie jamais de sa route. Ce magicien a réellement existé, il a marqué le début du XXème siècle, réalisant des numéros époustouflants, rivalisant avec les meilleurs prestidigitateurs de son époque. Le foisonnant roman de Glen Davig Gold prend évidemment des libertés avec la biographie de l’artiste mais on s’en moque bien tant le récit, plein d’intrigues, d’humour et de suspense, laisse pantois. L’auteur a dû recevoir un coup de baguette magique pour envoûter le lecteur à ce point, car à l’image de Carter le Grand, ne vous fiez pas aux apparences, à ce que vous voyez, tout n’est qu’illusion et vous serez bien malin si vous devinez comment un lion, la mort d’un président et le diable peuvent influencer la vie d’un homme aussi peu ordinaire que Charles Carter. N’allez pas croire cependant que le roman est un catalogue des tours les plus extraordinaires. Oh que non. On y parle de tragédies, d’amour avec un grand A, de sombres mystères à travers un magnifique portrait de la jeune Amérique, en ses années les plus folles. Vous finirez probablement comme moi, scotchée à votre fauteuil, dans l’attente du final d’un spectacle digne d’un génie de la manipulation. J’en profite pour signaler que l’on trouve ce roman en poche mais qu’il est aussi paru chez Super 8 éditions dont le catalogue ne cesse de m’étonner.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BooksnPics Posté le 16 Avril 2015
          Nous sommes à San Francisco, en 1923. Lorsque le président Warren G. Harding décède peu de temps après avoir participé à un numéro d’illusion mis en scène par le magicien Charles Carter, mieux connu sous le nom de Carter le Grand, les enquêteurs ne tardent pas à orienter leurs investigations vers le célèbre illusionniste. Désireux de mener son enquête, Carter, en un tour de main, orchestrera sa propre disparition…. “Carter contre le Diable”…. Un titre bien énigmatique…. Comme cela m’arrive souvent dans le choix de mes lectures, je me suis laissée guidée par ma curiosité. Curiosité vis-à-vis de cette maison d’édition, Super 8, que je découvrais avec ce roman, mais aussi par rapport à la couverture. Qui était donc ce mystérieux Carter et quel mystère entourait donc ce titre? Mêlant une bonne dose de magie, d’aventure, d’enquête, d’histoire d’amour, cette fiction (car il s’agit bien d’une fiction) nous emmène au cœur des Etats-Unis des années 20 qui virent l’heure de gloire de magiciens tel Harry Houdini, peut être le plus célèbre d’entre eux. Bien loin d’être un roman biographique, “Carter contre le Diable” s’inspire de la vie de Charles Joseph Carter, magicien, lui-même natif de San Francisco, quasi inconnu me semble-t-il de ce... Nous sommes à San Francisco, en 1923. Lorsque le président Warren G. Harding décède peu de temps après avoir participé à un numéro d’illusion mis en scène par le magicien Charles Carter, mieux connu sous le nom de Carter le Grand, les enquêteurs ne tardent pas à orienter leurs investigations vers le célèbre illusionniste. Désireux de mener son enquête, Carter, en un tour de main, orchestrera sa propre disparition…. “Carter contre le Diable”…. Un titre bien énigmatique…. Comme cela m’arrive souvent dans le choix de mes lectures, je me suis laissée guidée par ma curiosité. Curiosité vis-à-vis de cette maison d’édition, Super 8, que je découvrais avec ce roman, mais aussi par rapport à la couverture. Qui était donc ce mystérieux Carter et quel mystère entourait donc ce titre? Mêlant une bonne dose de magie, d’aventure, d’enquête, d’histoire d’amour, cette fiction (car il s’agit bien d’une fiction) nous emmène au cœur des Etats-Unis des années 20 qui virent l’heure de gloire de magiciens tel Harry Houdini, peut être le plus célèbre d’entre eux. Bien loin d’être un roman biographique, “Carter contre le Diable” s’inspire de la vie de Charles Joseph Carter, magicien, lui-même natif de San Francisco, quasi inconnu me semble-t-il de ce côté-ci de l’Atlantique pour les non initiés (dont je fais partie). Charles Carter est ici dépeint comme un personnage attachant et très ambitieux qui a su évoluer et se faire un nom dans ce milieu très fermé malgré les nombreux obstacles rencontrés. Peu impressionnée par cette “petite” brique de plus de 800 pages, je me suis laissée guidée au fil de cette lecture par la maîtrise de l’auteur à nous faire revivre les illusions comme si nous étions présents à chaque représentation. Chaque page en vaut le détour. Glen David Gold est lui même un magicien, qui en un tour de passe passe, nous fait plonger au cœur de son roman. L’auteur sait y faire et maîtrise bien son sujet. Comme dans un spectacle de magie, rien n’est laissé au hasard. Chaque geste, chaque détail est calculé. Un très bon moment de lecture donc pour cette double découverte!
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.