En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Ces psychopathes qui nous gouvernent

            Plon
            EAN : 9782259265096
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 140 x 225 mm
            Ces psychopathes qui nous gouvernent

            Date de parution : 06/09/2018
            Ils sont psychopathes, sociopathes, névropathes… : ce sont certains des Chefs d’Etat gouvernant le monde qui les regardent œuvrer, souvent sans réagir. Jean Luc Hees enquête sur ces monstres au pouvoir.
            Ils sont psychopathes, sociopathes, névropathes… Ils règnent sur les pays du Caucase ou d’Amérique Latine, sur la Corée du Nord ou sur les Philippines. Ils régissent de façon extravagante la vie de la Maison Blanche ou du  Kremlin. Ils violentent et massacrent leur propre peuple comme en Syrie. Ils abaissent... Ils sont psychopathes, sociopathes, névropathes… Ils règnent sur les pays du Caucase ou d’Amérique Latine, sur la Corée du Nord ou sur les Philippines. Ils régissent de façon extravagante la vie de la Maison Blanche ou du  Kremlin. Ils violentent et massacrent leur propre peuple comme en Syrie. Ils abaissent leur fonction comme en Thaïlande, tourmentent leurs opposants comme aux Maldives.
            Ce sont les Princes qui nous gouvernent, des Princes de l’immoralité, du dérèglement, du narcissisme, de l’aberration, parfois de la démence, de la violence et de son corollaire, la cruauté. Certains sont catalogués par l’ONU comme « criminels de guerre », ou encore ils sont accusés de « génocide ». Le monde les regarde oeuvrer, souvent sans réagir. Tous n’ont pas commis les mêmes atrocités. Le Président Philippin se vante d’avoir, à plusieurs reprises, tué de ses mains. Donald Trump n’a jamais pointé son revolver sur un passant New Yorkais. Mais tous ces personnages affichent certaines caractéristiques troublantes. Et ils présentent un risque pour la planète. Bachar al-Assad, avec un demi million de morts sur la conscience, peut mettre le Proche Orient à feu et à sang. Kim un-Jung peut rayer de la carte une ville américaine ou japonaise. Et Donald Trump qui demande souvent à ses conseillers militaires à quoi peut bien être utile une bombe atomique si on ne peut pas s’en servir n’est guère rassurant. En dépit des tragédies du XXe siècle, la longue lignée des monstres se renouvelle dans un monde globalisé, où jamais l’information n’a autant circulé.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259265096
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 140 x 225 mm
            Plon
            19.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • kielosa Posté le 27 Octobre 2018
              Parmi les 16 psychopathes sélectionnés par Jean-Luc Hees, 3 ont déjà fait l'objet de plusieurs de mes billets sur Babelio, à savoir le sinistre Oncle Picsou, Vladimir Poutine, le raté "showman" Donald Trump et le "criminel de guerre bien élevé" Bachar el-Assad de Syrie. Aussi bien que j'ai décidé de ne pas leur faire l'honneur d'un nouveau commentaire. En post-scriptum, veuillez trouvez les références de mes billets sur ces 3 présidents humanistes, pacifistes et éclairés. Parmi les 13 restants, il y a Sa Majesté Rama X, roi de Thaïlande ; le cruel Ramzan Kadyrov, pote de Poutine de Tchétchénie ; le despote Noursoultan Nazarbaïev de Kazakhstan ; son voisin et tyran turkmène Gurbanguly Berdimuhamedow ; le "Père de la Nation" de ce pauvre Turkménistan, Saparmyrat Nyýazow ; juste à côté, en Ouzbékistan, l'homme qui se considère le nouveau Tamerlan, Islam Karimov ; l'inamovible dictateur de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, qui a proscrit l'oeuvre littéraire de la Nobel Svetlana Alexievitch dans son royaume ; le grand agronome José Eduardo dos Santos d'Angola ; le génocidaire Omar el-Béchir du Soudan ; le "Dirty Harry" des Philippines, Rodrigo Duterte ; le khalife auto-proclamé Abou Bakr al-Baghdadi de Daech ; Nicolás... Parmi les 16 psychopathes sélectionnés par Jean-Luc Hees, 3 ont déjà fait l'objet de plusieurs de mes billets sur Babelio, à savoir le sinistre Oncle Picsou, Vladimir Poutine, le raté "showman" Donald Trump et le "criminel de guerre bien élevé" Bachar el-Assad de Syrie. Aussi bien que j'ai décidé de ne pas leur faire l'honneur d'un nouveau commentaire. En post-scriptum, veuillez trouvez les références de mes billets sur ces 3 présidents humanistes, pacifistes et éclairés. Parmi les 13 restants, il y a Sa Majesté Rama X, roi de Thaïlande ; le cruel Ramzan Kadyrov, pote de Poutine de Tchétchénie ; le despote Noursoultan Nazarbaïev de Kazakhstan ; son voisin et tyran turkmène Gurbanguly Berdimuhamedow ; le "Père de la Nation" de ce pauvre Turkménistan, Saparmyrat Nyýazow ; juste à côté, en Ouzbékistan, l'homme qui se considère le nouveau Tamerlan, Islam Karimov ; l'inamovible dictateur de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, qui a proscrit l'oeuvre littéraire de la Nobel Svetlana Alexievitch dans son royaume ; le grand agronome José Eduardo dos Santos d'Angola ; le génocidaire Omar el-Béchir du Soudan ; le "Dirty Harry" des Philippines, Rodrigo Duterte ; le khalife auto-proclamé Abou Bakr al-Baghdadi de Daech ; Nicolás Maduro du Venezuela et pour finir en beauté le séduisant Kim Jong-un de la Corée du Nord. Sûrement une galerie de rêve, hélas, ces gentlemen sont un peu nombreux pour le cadre d'une critique sur Babelio, qui risque d'être trop longue. C'est dommage, mais j'en suis réduit à opérer un choix, qui comme toute sélection est par définition malheureusement arbitraire. Parmi ces honorables "élus", pas une seule femme, tous des bonshommes ! Pas vraiment surprenant, en fait, mais il reste donc du travail sur la planche des féministes modernes. Jean-Luc Hees, né à Évreux en 1951, est président du groupe Radio France, ancien envoyé aux États-Unis et l'auteur de "La saga de la Maison-Blanche" (2006), "Le roman de Mai 68" (2008), "Hillary Clinton. Une certaine idée de l'Amérique" (2016) et tout récemment "Trump Fiction", paru le 3 octobre dernier. Je vais me limiter ici à 3 seigneurs : Kadyrov de Tchétchénie, Kim Jong-un et le roi de Thaïlande. N'étant pas psychiatre, j'étais un peu étonné de trouver parmi les psychopathes de service le roi Rama X. Que l'actuel souverain de l'ancien Siam a un grain ne fait pas de doutes, à n'en juger que par sa garde-robe très personnelle, en particulier sa prédilection, à 66 ans, pour des "crop tops" (brassières), qui, à mon humble avis, le rendent plutôt ridicule qu'autre chose. Qu'il fait jeter en taule les malheureux Thaïlandais qui osent passer des photos et clips de son auguste personne ainsi déguisée sur Facebook, Instagram et co, est déjà plus inquiétant. Sa vie familiale est un tantinet compliquée et difficile à saisir entre épouses, concubines et filles de passage (dans le sens très large du terme : hôtesses de l'air, soubrettes d'hôtel, nénettes de night-club...) mais au moins l'occupation du trône est assurée avec ses nombreux rejetons, dont 5 princes officiels. Qu'il ait escamoté 420 millions d'euros à son État, les Thaïlandais de bonne volonté comprendront que son train de vie exige de sérieux investissements ne fût-ce que pour l'image de marque de son pays à l'étranger. Qu'il ait nommé son caniche Foo Foo, maréchal de l'armée de l'air, et qu'à sa mort, Rama ait proclamé 4 jours de funérailles nationales, prouve tout bêtement qu'il a bon coeur et adore les animaux. Comparé à son père, Bhumibol (1927-2016), qui comme Rama IX a régné pendant 66 ans, il y a, bien entendu quelques différences de style ! Ramzan Kadyrov, né en 1976 et depuis 11 ans seigneur et maître de la Tchétchénie éprouvée, est avant tout une grosse brute, qui ne brille pas par son intelligence. Ses potes : le grand acteur dramatique belge américain Jean-Claude Van Damme, le boxeur intellectuel Mike Tyson et le franco-russe (depuis 2013) Gérard Depardieu. Avec ce dernier, le Rambo de Grozny a même exécuté quelques pas de danse fort remarqué il y a 6 ans. L'idole de ce rustre ? Poutine, qui le subventionne, quoiqu'il estime que son protégé en fait un peu trop dans la violence. Exactement ce que l'éminente journaliste Anna Politkovskaïa avait prédit : "Le Kremlin a élevé un petit dragon et doit maintenant le nourrir régulièrement pour qu'il ne crache pas de feu". Extrait de son "Douloureuse Russie : Journal d'une femme en colère". La pauvre a été exécutée, il y a déjà 12 ans. Tout comme la journaliste Natalia Estemirova, 3 ans plus tard, après avoir reçu des menaces de Kadyrov. Après sa mort le génie du Caucase a déclaré qu'elle ne racontait que des bêtises ! La Tchétchénie compte environ 1,4 million d'habitants et grâce à leur barbe-bleue de président cela fait pratiquement le même nombre qui vit dans la peur, s'ils ne se sont pas résolus à l'exil. Sur le territoire de l'UE, ce truand est frappé d'un interdit d'accès. Kim Jong-il, le dernier de la seule dynastie communiste de l'histoire depuis 70 ans, est surtout célèbre pour sa coiffure et son arsenal nucléaire. Contrairement à l'auteur, je ne crois pas qu'il soit psychopathe, au contraire, comme il sort gagnant des confrontations avec le Donald Trump qui ne le réalisé même pas, il me paraît relativement intelligent. Que ses 20 millions de Nord-Coréens mènent une vie que je ne leur envie nullement, est évidemment carrément honteux. Mais la misère de son peuple et sa fâcheuse tendance à éliminer ceux qui le gênent, ne relèvent, à mon avis, pas de la psychopathologie, mais de choix délibérés pour continuer l'existence de cette glorieuse dynastie des Kim, qui ont réduit leur pays à ce qui ressemble à "un gigantesque hôpital psychiatrique" (page 249). Et ce n'est pas fini, puisqu'il n'a que 34 ou 36 ans (personne ne semble savoir au juste), et sa douce moitié, la camarade Ri Sol-ju, ex-chanteuse, lui a déjà donné 3 descendants ! Ce que Jean-Luc Hees avance n'est peut-être pas entièrement "waterproof "du point de vue historique , mais il le fait avec tant d'ironie et d'humour - en dépit de la dimension dramatique du sujet - que la lecture en devient fort agréable. Je n'ai pas pu résister à la tentation d'en rajouter quelques remarques de mon cru, qui vont dans le même sens. Si jamais Jean-Luc Hees actualise son ouvrage, il ne faudrait surtout pas qu'il oublie d'y ajouter le dauphin royal d'Arabie saoudite, l'honorable prince Mohammad ben Salmane (MBS pour les amis), l'homme fort à 33 ans de ce pays médiéval et ami du beau-fils de Trump, le mercantile Jared Kushner, grand spécialiste lui d'Israël et du monde arabe, comme nous avons pu le constater ! En même pas un an, ce génial MBS a réussi à intensifier la guerre au Yémen, proclamer un blocus du Qatar et rompre les relations diplomatiques avec le Canada. Mais il est, bien entendu, totalement ignorant du triste sort réservé récemment à l'opposant Jamal Khashoggi. Que Khashoggi fut torturé en son ambassade à Istanbul par ses sbires envoyés spécialement en Turquie en jet privé pour une visite éclaire et munis d'une scie pour couper le corps du journaliste en petits morceaux, comment cet auguste prince aurait-il pu le savoir ? Heureusement que le scandale a été tel que de nombreux pays, à l'instar de l'Allemagne, ont décidé d'arrêter leurs livraisons d'armes à ce royaume pourri. Si MBS continue à multiplier les gaffes, peut-être que bientôt son sang royal coulera, d'autant plus que la décapitation y est toujours pratiquée et que la famille royale est très nombreuse, avec ... une kyrielle de princes ambitieux. PS : Billets sur Poutine, Trump et Assad : - Karen Dawisha, "Putin's Kleptocracy" (01-03-2018), - Nadine Marie-Schwartzenberg, "La Russie du crime" (06-04-2018), - Édouard Moradpour, "Les dix plaies de la Russie" (02-09-2018), - Anton Shekhovtsov, "Tango Noir : Russia and the Western Far Right" (08-05-2018), - Brandy X. Lee et autres, "Le cas dangereux de Donald Trump" (02-01-2018), - Craig Unger, "House of Trump, House of Putin" (16-09-2018), - Garence Le Caisne, "Opération César" (09-05-2017), - Régis Le Sommier, "Assad" (14-03-2018).
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            « En refermant ce livre, on savoure un instant la chance d'être dirigés par des êtres raisonnables mais on comprend que "la banalité du mal" n'est jamais loin et oblige à la vigilance. »
            François Clemenceau / Le Journal du Dimanche
            « Fin connaisseur des relations internationales, le journaliste livre ici une étrange galerie de portraits. »
            Le Parisien
            Lisez! La newsletter qui vous inspire !
            Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com