RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Charles le Catholique

            Plon
            EAN : 9782259212571
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 396
            Format : 154 x 240 mm
            Charles le Catholique
            De Gaulle et l'Eglise

            Date de parution : 03/11/2011

            Aucun président de la République française n'a autant été guidé que le Général de Gaulle par les enseignements de l'Évangile.

            Issu d’une famille profondément chrétienne, élevé dans le strict respect des valeurs catholiques, Charles de Gaulle a intimement associé son patriotisme et sa foi toute sa vie. Son éducation et ses engagements au service de l’Église marquèrent ses années de jeunesse avant d’imprimer chez l’officier une doctrine de comportement attachée...

            Issu d’une famille profondément chrétienne, élevé dans le strict respect des valeurs catholiques, Charles de Gaulle a intimement associé son patriotisme et sa foi toute sa vie. Son éducation et ses engagements au service de l’Église marquèrent ses années de jeunesse avant d’imprimer chez l’officier une doctrine de comportement attachée essentiellement à la dignité de l’homme. De la France libre qu’il vécut comme une croisade à la présidence de la République, où il conduisit une politique directement inspirée de la doctrine sociale du Vatican, de Gaulle respecta les principes de laïcité sans jamais cesser de redonner à la France sa place de fille aînée de l’Église.

            Ce document raconte de façon vivante et souvent inédite les événements – petits et grands – qui, tous, s’expliquent par la foi chrétienne du Général. Pour la première fois, la vie de l’homme, du soldat et du chef d’État se trouve éclairée par sa relation à Dieu : sa vie familiale, et notamment sa relation bouleversante avec sa fille Anne, née trisomique, la place laissée à Yvonne, son épouse, les hommes de Londres et les religieux qui l’entourent, ceux de la « traversée du désert » et la présidence de la République, le pardon de la réconciliation franco-allemande, ses rapports étroits avec le Vatican, son regard sur le monde… Un portrait étonnant de « Charles le Catholique », le dernier « roi chrétien ».

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259212571
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 396
            Format : 154 x 240 mm
            Plon
            22.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Bigmammy Posté le 21 Février 2012
              C’est aux Editions Plon, celles des Mémoires du Général de Gaulle, que sort ce « Charles le Catholique, De Gaulle et l’Eglise » de Gérard Bardy, ancien directeur du Pèlerin. On hésite un peu à l’acheter, car chacun sait quels catholiques fervents ont été le Général et Madame de Gaulle. Alors, que peut-on apprendre de neuf ? Beaucoup plus qu’on ne l’imaginait ; De Gaulle, fils exemplaire de l’Eglise, a sans doute trouvé dans son permanent dialogue avec Dieu un soutien essentiel, notamment quand tout allait mal, après l’échec de Dakar (1940), celui du retour au régime des Partis et de sa démission (1946), ou pendant le terrible règlement de la question algérienne (1958-1962), sans oublier le drame personnel qu’a été le handicap de sa fille. Dieu a peut être aidé De Gaulle mais l’auteur nous montre combien sa relation avec l’Eglise de France (et le Vatican) a toujours été tendue. Pas un évêque à Londres et dans la Résistance, bien sûr, et à peine quelques prêtres , tandis que Nosseigneurs les évêques de la France occupée et vichyste tonnent en chaire contre « la dissidence », certains allant même jusqu’à prescrire en 1943 aux jeunes catholiques d’accepter le Service du... C’est aux Editions Plon, celles des Mémoires du Général de Gaulle, que sort ce « Charles le Catholique, De Gaulle et l’Eglise » de Gérard Bardy, ancien directeur du Pèlerin. On hésite un peu à l’acheter, car chacun sait quels catholiques fervents ont été le Général et Madame de Gaulle. Alors, que peut-on apprendre de neuf ? Beaucoup plus qu’on ne l’imaginait ; De Gaulle, fils exemplaire de l’Eglise, a sans doute trouvé dans son permanent dialogue avec Dieu un soutien essentiel, notamment quand tout allait mal, après l’échec de Dakar (1940), celui du retour au régime des Partis et de sa démission (1946), ou pendant le terrible règlement de la question algérienne (1958-1962), sans oublier le drame personnel qu’a été le handicap de sa fille. Dieu a peut être aidé De Gaulle mais l’auteur nous montre combien sa relation avec l’Eglise de France (et le Vatican) a toujours été tendue. Pas un évêque à Londres et dans la Résistance, bien sûr, et à peine quelques prêtres , tandis que Nosseigneurs les évêques de la France occupée et vichyste tonnent en chaire contre « la dissidence », certains allant même jusqu’à prescrire en 1943 aux jeunes catholiques d’accepter le Service du travail obligatoire (STO). A la Libération, le Général, soucieux de réconciliation nationale, ne demande pas grand chose en matière d’épuration des évêques collaborationnistes , mais le Pape Pie XII, dont on connaît l’attitude controversée, se montre inflexible dans sa relation avec la France libérée. Il faudra toute l’habileté bonhomme du Nonce Roncalli, futur Jean XXIII, et la hauteur d’esprit de Jacques Maritain, ambassadeur au Saint Siège, pour renouer de bonnes relations. Dans les années 50, l’Eglise de France, avec le MRP , joue contre De Gaulle et son RPF, qui s’inspire pourtant de la Doctrine sociale de l’Eglise. Dans les années 60, quand le Général est revenu aux affaires, l’Eglise, dans un de ces virages dont elle a le secret, est passée du pétainisme au socialisme, et fustige le Pouvoir gaulliste à longueur de lettres pastorales. En bon fidèle, il ne se lassera pas de ces attitudes, et c’est sur un thème issu du christianisme social, la participation des salariés, qu’il ira à l’échec en 1969, parce que les Français sont libéraux ou socialistes, ce qui ne laisse pas de place à une troisième voie. On notera, à propos du drame algérien, le pessimisme profond du Général sur la capacité de la société française à intégrer les populations musulmanes (qui fondait, à l’époque, son refus de « l’Algérie française », et prend aujourd’hui un sens inquiétant).
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…