Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262080655
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 154 x 240 mm

Charles Martel

Collection : Biographies
Date de parution : 12/11/2020
Le vainqueur des Arabes à Poitiers, en 732.
Sa victoire contre les arabo-musulmans à Poitiers, en 732, est à peu près tout ce qui reste de Charles Martel dans la mémoire collective, qui le considère avant tout comme le « marteau des Sarrasins ». L’enjeu de cette fameuse bataille connaît d’ailleurs un regain d’intérêt dans le contexte actuel, et fait... Sa victoire contre les arabo-musulmans à Poitiers, en 732, est à peu près tout ce qui reste de Charles Martel dans la mémoire collective, qui le considère avant tout comme le « marteau des Sarrasins ». L’enjeu de cette fameuse bataille connaît d’ailleurs un regain d’intérêt dans le contexte actuel, et fait l’objet de vifs débats : simple escarmouche, ou choc des civilisations qui a sauvé l’Europe de l’islamisation ? Cependant, Charles Martel ne se réduit pas à cette seule date, aussi célèbre soit-elle. Grand-père de Charlemagne, il assure la transition entre la dynastie moribonde des Mérovingiens et celle des Carolingiens. Guerrier avant tout, il est devenu, par ses nombreuses victoires, mais aussi par sa collaboration avec les missionnaires et par son entente avec le pape, le prince le plus puissant de son époque, le sauveur de l’unité du monde franc, et le rempart de la chrétienté. Maître d’un immense territoire, tout en restant simplement « maire du palais », il prépare l’accession au trône de son fils Pépin le Bref. Si Charles Martel reste pourtant mal connu, en raison du caractère lacunaire et laconique des chroniques de cette époque, de nombreux documents, privés et publics, sur la société franque permettent de lever en partie le voile sur cet étonnant personnage, et de mieux comprendre l’homme et son œuvre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262080655
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

« Georges Minois livre ici une biographie fouillée sur Charles Martel, le fameux vainqueur des Arabes à Poitiers en 732. Il n'élude pas les questions voire les polémiques qui existent autour de ce personnage sulfureux et se sert des sources historiques pour retracer son existence dans un monde sombre et violent. »
Emmanuel Languille / Fnac de Nantes
"Une biographie riche et exhaustive."
Le Figaro Histoire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ecarlate Posté le 11 Août 2021
    J’avais découvert Georges Minois à travers son Charlemagne, et je constate d’ailleurs que je n’avais pas pris le temps d’en faire la critique, mea culpa. Alors quand il a sorti une biographie de Charles Martel, je me suis jeté dessus. Comme l’explique très bien l’auteur, il y a eu peu d’études fouillées sur ce personnage qui revient pourtant dans les débats pour un fait majeur, la fameuse bataille de Poitiers de 732. Accessoirement, il revenait aussi longtemps dans les débats pour son rapport ambigu avec l’Eglise, mais ce n’est plus actuellement un sujet en vogue. Car, et c’est ce que j’avais apprécié dans Charlemagne, Georges Minois prend bien le temps de nous faire comprendre que notre perception de ces hommes des temps lointains, si lointains, est souvent embrumée par les contes et légendes. L’auteur explique bien la difficulté de trouver des sources fiables, et pose bien le contexte pour faire comprendre, autant que possible, ce qui n’était ni plus ni moins qu’un autre monde. De Charles Martel, on sait de source sûre peu de choses, mais par la connaissance, lacunaire, que nous avons de son époque, on peut esquisser les contours de celui qui fut roi sans être roi, et... J’avais découvert Georges Minois à travers son Charlemagne, et je constate d’ailleurs que je n’avais pas pris le temps d’en faire la critique, mea culpa. Alors quand il a sorti une biographie de Charles Martel, je me suis jeté dessus. Comme l’explique très bien l’auteur, il y a eu peu d’études fouillées sur ce personnage qui revient pourtant dans les débats pour un fait majeur, la fameuse bataille de Poitiers de 732. Accessoirement, il revenait aussi longtemps dans les débats pour son rapport ambigu avec l’Eglise, mais ce n’est plus actuellement un sujet en vogue. Car, et c’est ce que j’avais apprécié dans Charlemagne, Georges Minois prend bien le temps de nous faire comprendre que notre perception de ces hommes des temps lointains, si lointains, est souvent embrumée par les contes et légendes. L’auteur explique bien la difficulté de trouver des sources fiables, et pose bien le contexte pour faire comprendre, autant que possible, ce qui n’était ni plus ni moins qu’un autre monde. De Charles Martel, on sait de source sûre peu de choses, mais par la connaissance, lacunaire, que nous avons de son époque, on peut esquisser les contours de celui qui fut roi sans être roi, et sans contestation possible le plus grand chef de guerre de son temps. Et c’est en tant que chef de guerre protégeant un royaume qu’il va rester dans l’histoire, en repoussant la dernière grande attaque d’envergure des Arabes de Cordoue, en 732, donc. Après, l’auteur rappelle tout le débat autour de l’envergure ou non de la campagne d’Abd al-Rahmân, et si on pouvait supposer si Charles Martel avait conscience de l’importance, à plusieurs niveaux, de cette fameuse bataille. Pour avoir une réponse à cela, je vous laisse lire le livre, qui a pour atout majeur de nous replonger dans un passé aussi terre à terre qu’incroyable, tout en détaillant les faits, leur délicate interprétation, et la richesse des mythes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BazaR Posté le 28 Avril 2021
    Votre mission, si vous l’acceptez : écrire la biographie d’un gars dont on ne connait pas grand chose. Georges Minois annonce d’emblée la couleur : les sources sur lesquelles s’appuyer pour écrire la vie de Charles Martel sont très pauvres et très orientées. La chronique du continuateur de Frédégaire (c’est son frérot Childebrand, en fait), des vies de saints, quelques rares sources arabes. Du coup l’auteur emploie des techniques qui ont fait leurs preuves dans ces cas-là : il élargit le sujet. Il va par exemple nous relater tous les Mérovingiens sur 250 ans à la vitesse d’un cheval au galop ; on dirait un film qui passe en accéléré. Il remplit plusieurs pages avec les listes de dons de terre aux monastères ou celles des spoliations. Vu sous un autre angle, cela montre le soin que l’auteur a pris à décrypter en détail ses sources. Si j’ai trouvé certaines parties lassantes à la lecture, le temps pris pour établir le cadre socio-religio-économique du temps de Charles Martel laisse son empreinte et permet de bien appréhender les événements historiques proprement dits, d’en rendre le cadre confortable. Je n’avais pas réalisé à quel point les monastères et leurs abbés étaient à l’époque impliqués dans... Votre mission, si vous l’acceptez : écrire la biographie d’un gars dont on ne connait pas grand chose. Georges Minois annonce d’emblée la couleur : les sources sur lesquelles s’appuyer pour écrire la vie de Charles Martel sont très pauvres et très orientées. La chronique du continuateur de Frédégaire (c’est son frérot Childebrand, en fait), des vies de saints, quelques rares sources arabes. Du coup l’auteur emploie des techniques qui ont fait leurs preuves dans ces cas-là : il élargit le sujet. Il va par exemple nous relater tous les Mérovingiens sur 250 ans à la vitesse d’un cheval au galop ; on dirait un film qui passe en accéléré. Il remplit plusieurs pages avec les listes de dons de terre aux monastères ou celles des spoliations. Vu sous un autre angle, cela montre le soin que l’auteur a pris à décrypter en détail ses sources. Si j’ai trouvé certaines parties lassantes à la lecture, le temps pris pour établir le cadre socio-religio-économique du temps de Charles Martel laisse son empreinte et permet de bien appréhender les événements historiques proprement dits, d’en rendre le cadre confortable. Je n’avais pas réalisé à quel point les monastères et leurs abbés étaient à l’époque impliqués dans le siècle, en tant que conseillers ou comme fournisseurs d’éradicateurs du paganisme. Créer des monastères, supporter l’expansion du christianisme sont des atout politique de très grand poids qu’exploitent à fond la famille des Pippinides (mais aussi leurs rivaux). Pippinides car le nom le plus « fort » dans la famille est Pépin : Pépin de Landen, Pépin de Herstal (le papa de Charles) et Pépin le Bref (le fiston, à noter que les terres ancestrales des Pippinides sont en Belgique). La famille deviendra « carolingienne » à partir de Charlemagne. Au temps de Martel, le prénom Charles est pour les seconds couteaux comme lui, fils d’une seconde épouse. Des hasards de l’Histoire – son grand-frère Carloman qui préfère le monastère au pouvoir sans qu’on l’y pousse à la pointe de l’épée – et quelques victoires sur le terrain, le chemin s’éclaircit devant lui et il unifie Neustrie et Austrasie). Il passera sa vie à guerroyer pour soumettre les grandes provinces frontalières – Bourgogne et surtout Aquitaine – et les pays encore païens et agités, Frisons et surtout Saxons (un travail de Sisyphe pour ces derniers, dit l’auteur), en s’appuyant sur des moines comme Willibrord et Boniface qui n’y vont pas de main morte pour les convertir au christianisme. Évidemment, de nos jours Charles Martel est surtout connu pour la bataille de Poitiers. Georges Minois passe en revue les conquêtes fulgurantes Arabes du siècle passé et précise que, si côté musulman il s’agit d’une guerre sainte, d’un djihad destiné à étendre l’Islam au monde entier, le monde Francs n’y voit qu’une guerre de plus contre des Barbares, des envahisseurs. Il connaît peu la religion musulmane qui, chez certains auteurs, est même confondu avec l’arianisme. La notion de guerre sainte contre l’islam attendra les croisades. L’auteur rappelle aussi que les Arabes restèrent installés longtemps encore en Septimanie et firent des incursions en Provence et même en Bourgogne que Charles Martel repoussera sans pitié. Élément choc, il s’appuie aussi sur le livre de Dario Fernandez-Morena « Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus » pour casser le beau mythe de la coexistence quasi paradisiaque des trois religions dans ce pays, sur lequel se sont appuyés de nombreux romanciers. Non, l’Islam n’a jamais été très tendre avec ceux qui refusaient de se convertir. La dernière partie du livre est consacrée à la façon dont l’image de Charles Martel a été présentée à travers les siècles ; une véritable balle de squash. Parfois très dénigrée – au Moyen-Âge par exemple où on ne lui pardonne pas d’avoir spolié l’Église ; saint Eucher d’Orléans l’imagine même en Enfer à cause de cela – et parfois mise en avant comme sauveur de l’Occident ou de l’Europe. Martel apparaît et disparaît de l’Histoire en fonction de ce qu’on veut faire dire à cette dernière. L’auteur tente d’être le plus objectif possible mais laisse percer parfois son opinion qui ont l’air très fermes. Celle qui m’a le plus choqué est sa certitude que « Tout ce qui arrive, arrive nécessairement, et l’Histoire est une suite de faits inévitables ». Donc pas vraiment de libre arbitre, aucune possibilité pour un individu de détourner le flot de l’Histoire. L’auteur tient l’uchronie en horreur. Une vision presque mystique. Georges Minois fustige aussi le roman historique : « Mais comme toujours quand les romanciers s’emparent d’épisodes historiques, ils prennent des libertés avec les faits, et par là sèment la confusion dans l’esprit des lecteurs ». Sur l’éducation historique, il parle de « régression catastrophique de la culture générale » et regrette la vision moderne du politiquement correct qui incite les historiens à s’autocensurer. La longueur de ce billet montre que ce livre est très intéressant à lire, même si son intention d’origine est un peu détournée vu la petitesse des sources sur Charles Martel. Il est peut-être un peu long, mais vous pouvez faire comme moi et interrompre votre lecture de temps en temps pour passer à des textes plus romancés (ne serait-ce que pour faire rager Georges Minois, lol).
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…