Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368528761
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 128 x 182 mm

Crime et Châtiment

Julie SETA (Traducteur)
Collection : KUROSAVOIR
Date de parution : 12/09/2019
Une fabuleuse adaptation manga du grand classique Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski !
À cause de la situation de pauvreté dans laquelle il vit, l’étudiant Raskolnikov finit par assassiner une vieille usurière pour lui voler son argent. Brillant, il est convaincu que sa théorie du génie lui permettra d’atteindre des sommets. Mais c’était sans compter sur les soupçons du juge d’instruction à son encontre, sa rencontre avec Sonia et ses propre remords...
EAN : 9782368528761
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 128 x 182 mm

Ils en parlent

Étonnante, intéressante et ambitieuse, la collection KuroSavoir se lance le 12 septembre 2019.
Erwan Lafleuriel / IGN

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pipojo Posté le 16 Janvier 2020
    La collection KuroSavoir rend accessible les oeuvres littéraires tout en mettant en avant les concepts philosophiques. Pari réussi avec l'adaptation de Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski par Hiromi Iwashita. Le cheminement du personnage Raskolnikov est bien mis en avant : de la conviction au doute, la culpabilité finira par gagner l'assassin. La problématique de la pauvreté, de l'exploitation de l'homme par l'homme, est également développée. Le récit pose la question du droit et de la justice : Raskolnikov ne supporte pas les inégalités et défend l’idée que les hommes extraordinaires ont le droit de tuer au nom d’un idéal. En ce qui le concerne, c’est la pauvreté qui l’a poussé au crime. Ce manga est une réussite, une très bonne entrée en littérature et philosophie pour les jeunes lecteurs. L'esthétique manga sied à merveille à Dostoïevski !
  • candou42 Posté le 13 Décembre 2019
    Il y a quelques années de cela, j'avais pris énormément de plaisir à lire et découvrir Crime et Châtiment. J'avais donc hâte de me lancer dans la lecture de la version manga même si j'avais un petit peu d'appréhension également. Il faut avoir à l'esprit que cette collection de Kurokawa a pour objectif de rendre accessible de grandes oeuvres et les théories, souvent philosophiques, qu'elles véhiculent aux plus jeunes. A l'issue de la lecture de ce manga, je peux affirmer que le pari est plutôt réussi car j'ai retrouvé l'essence de l'oeuvre originale qui a l'avantage, ici, d'être sublimée par le crayon du mangaka. De plus, cet aspect graphique permet de renforcer les émotions et atermoiements des personnages sans pour autant tomber dans l'exubérance propre au manga à ce niveau-là. Je pense cependant que cette adaptation ne peut remplacer la lecture de l'oeuvre originale car la première n'a pas la force littéraire de la seconde, mais ce manga constitue une excellente porte d'entrée pour amener ses lecteurs à s'intéresser au roman. En effet, il a l'avantage de poser efficacement les personnages, leur situation et leurs relations tout en identifiant clairement les premiers, ce qui est parfois difficile lorsque l'on se lance... Il y a quelques années de cela, j'avais pris énormément de plaisir à lire et découvrir Crime et Châtiment. J'avais donc hâte de me lancer dans la lecture de la version manga même si j'avais un petit peu d'appréhension également. Il faut avoir à l'esprit que cette collection de Kurokawa a pour objectif de rendre accessible de grandes oeuvres et les théories, souvent philosophiques, qu'elles véhiculent aux plus jeunes. A l'issue de la lecture de ce manga, je peux affirmer que le pari est plutôt réussi car j'ai retrouvé l'essence de l'oeuvre originale qui a l'avantage, ici, d'être sublimée par le crayon du mangaka. De plus, cet aspect graphique permet de renforcer les émotions et atermoiements des personnages sans pour autant tomber dans l'exubérance propre au manga à ce niveau-là. Je pense cependant que cette adaptation ne peut remplacer la lecture de l'oeuvre originale car la première n'a pas la force littéraire de la seconde, mais ce manga constitue une excellente porte d'entrée pour amener ses lecteurs à s'intéresser au roman. En effet, il a l'avantage de poser efficacement les personnages, leur situation et leurs relations tout en identifiant clairement les premiers, ce qui est parfois difficile lorsque l'on se lance dans une oeuvre de la littérature russe parsemée de surnoms et de noms aux consonances qui nous semblent similaires . En conclusion, j'ai passé un excellent moment et cette lecture a tenu toutes ses promesses. Elle est notamment parvenue à raviver mon amour pour le roman de Dostoïevski tout en mettant en lumière de manière efficace et compréhensible les théories exposées par l'auteur russe dans son roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • pommerouge Posté le 10 Octobre 2019
    Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. J’apprécie toujours autant la vulgarisation qui est faite des grandes œuvres abordant divers principes philosophiques à travers la collection Kurosavoir. Ici, c’est, crime et châtiment de Fiodor Dostoeisvski qui est abordé. On se retrouve en 1865, à suivre Raskilnikov. C’est un homme qui souffre beaucoup du manque d’argent, des difficultés de la vie. Une idée lui traverse alors l’esprit. Une usurière du nom de Aliona prend énormément d’argent à beaucoup de monde. Elle est cruelle et profite du malheur des autres. Sa mort serait une juste chose si elle pouvait faire le bonheur des autres. C’est ce que pense Raskilnikov. Sauf qu’entre la penser et l’acte il y a un gouffre. Pourtant, un jour, une occasion s’offre à lui. Si finalement, il la tuait réellement ? C’est ainsi qu’il va, poussé par ses propres convictions, tuer cette femme. Raskilnikov est persuadé d’être un surhomme. Pour lui, les surhommes ont le droit de commettre des crimes pour le bien de l’humanité. Il se compare d’ailleurs souvent à Napoléon. Ce qui est mis en avant ici, est la culpabilité de Raskilnikov. Dans un premier temps, il est aveuglé par ses illusions, pensant bien faire. De ce fait, il... Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. J’apprécie toujours autant la vulgarisation qui est faite des grandes œuvres abordant divers principes philosophiques à travers la collection Kurosavoir. Ici, c’est, crime et châtiment de Fiodor Dostoeisvski qui est abordé. On se retrouve en 1865, à suivre Raskilnikov. C’est un homme qui souffre beaucoup du manque d’argent, des difficultés de la vie. Une idée lui traverse alors l’esprit. Une usurière du nom de Aliona prend énormément d’argent à beaucoup de monde. Elle est cruelle et profite du malheur des autres. Sa mort serait une juste chose si elle pouvait faire le bonheur des autres. C’est ce que pense Raskilnikov. Sauf qu’entre la penser et l’acte il y a un gouffre. Pourtant, un jour, une occasion s’offre à lui. Si finalement, il la tuait réellement ? C’est ainsi qu’il va, poussé par ses propres convictions, tuer cette femme. Raskilnikov est persuadé d’être un surhomme. Pour lui, les surhommes ont le droit de commettre des crimes pour le bien de l’humanité. Il se compare d’ailleurs souvent à Napoléon. Ce qui est mis en avant ici, est la culpabilité de Raskilnikov. Dans un premier temps, il est aveuglé par ses illusions, pensant bien faire. De ce fait, il passe à l’acte, sans ressentir la moindre culpabilité, pensant son crime juste. Mais petit à petit le poids de son crime va le rendre malade, le faire déliré. C’est une histoire qui pendant tout le long nous montre le chemin vers la conscience morale et l’acceptation de ses crimes. Il y a beaucoup de forte signification ici. Bien sûr, le manga n’équivaut en rien à l’œuvre originale, mais il arrive à montrer l’essentiel du message qui est transmis dans crime et châtiment. Il nous apporte le message principal qui doit en être retenu. En bref, il est question ici d’acceptation, de conscience morale et de culpabilité. Un homme tuant, se persuadant bien faire de par l’illusion que lui apporte ses convictions. Pour finalement amener à une forte culpabilité, qui ne pourra partir, qu’une fois qu’il aura accepté le poids de ses crimes.
    Lire la suite
    En lire moins
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.