En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        David Bowie n'est pas mort

        Robert Laffont
        EAN : 9782221200285
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 180
        Format : 135 x 215 mm
        David Bowie n'est pas mort

        Date de parution : 24/08/2017

        « Ma mère est morte. Mon père est mort. David Bowie est mort. Ce ne sont pas uniquement de mauvaises nouvelles. »
        À un an d’intervalle, Anne, Hélène et Émilie perdent leur mère, puis leur père. Entre les deux, David Bowie lui aussi disparaît. Dans l’enfance d’Hélène, la « soeur...

        « Ma mère est morte. Mon père est mort. David Bowie est mort. Ce ne sont pas uniquement de mauvaises nouvelles. »
        À un an d’intervalle, Anne, Hélène et Émilie perdent leur mère, puis leur père. Entre les deux, David Bowie lui aussi disparaît. Dans l’enfance d’Hélène, la « soeur du milieu », le chanteur a eu une importance toute particulière, dont le souvenir soudain ressurgit. Alors, elle commence à raconter… Sur les thèmes inépuisables de la force et de la complexité des liens familiaux, de la place de chaque enfant dans sa fratrie, voici un roman d’une déconcertante et magnifique sincérité.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221200285
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 180
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        17.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mumuboc Posté le 3 Juillet 2018
          Hélène, la narratrice, perd à un an d'intervalle sa mère d'abord, avec laquelle elle a une relation fluctuante, puis son père avec qui la relation est plus douce. Mais entre ces deux deuils familiaux, la mort de David Bowie va s'immiscer comme un chant de la jeunesse qui s'enfuit. Avec ses deux sœurs : Anne et Emilie elles vont devoir prendre en mains les deuils et leurs gestions. 3 sœurs, 3 couleurs, 3 caractères. Deux parents si différents que le couple volera en éclats. C'est l'occasion pour Hélène de se souvenir de son enfance, des relations des trois sœurs entre elles mais aussi avec leurs parents, son ressenti à l'enfant du milieu. Difficile de trouver sa place auprès d'elles, auprès d'une mère qu'elle ne comprend pas, ce qui entraînera chez Hélène une dépression dans les années de la vingtaine et jusqu'à un séjour en hôpital. De nous-mêmes, nous avons compris le bénéfice de ces douleurs, pouce, on fait une pause, on sort de la compétition, nous voilà lovées dans une parenthèse de faiblesse, protégées des jugements, des tribunaux, de la conditionnelle, le temps de réclamer un supplément d'attention, de l'indulgence et, bien sûr, un peu de préférence. (p163) Dans une famille comme dans... Hélène, la narratrice, perd à un an d'intervalle sa mère d'abord, avec laquelle elle a une relation fluctuante, puis son père avec qui la relation est plus douce. Mais entre ces deux deuils familiaux, la mort de David Bowie va s'immiscer comme un chant de la jeunesse qui s'enfuit. Avec ses deux sœurs : Anne et Emilie elles vont devoir prendre en mains les deuils et leurs gestions. 3 sœurs, 3 couleurs, 3 caractères. Deux parents si différents que le couple volera en éclats. C'est l'occasion pour Hélène de se souvenir de son enfance, des relations des trois sœurs entre elles mais aussi avec leurs parents, son ressenti à l'enfant du milieu. Difficile de trouver sa place auprès d'elles, auprès d'une mère qu'elle ne comprend pas, ce qui entraînera chez Hélène une dépression dans les années de la vingtaine et jusqu'à un séjour en hôpital. De nous-mêmes, nous avons compris le bénéfice de ces douleurs, pouce, on fait une pause, on sort de la compétition, nous voilà lovées dans une parenthèse de faiblesse, protégées des jugements, des tribunaux, de la conditionnelle, le temps de réclamer un supplément d'attention, de l'indulgence et, bien sûr, un peu de préférence. (p163) Dans une famille comme dans tout clan, il faut trouver sa place : une mère que l'on a pas aimé, un père vivant dans un autre foyer, deux sœurs si différentes de soi, être l'enfant du milieu au milieu d'un clan. La perte d'un membre de la famille entraîne la fermeture d'un dossier familial où certains questionnements resteront sans réponse, définitivement. On cherche une trace, une lettre, un mot, un signe de l'attachement que nous portait l'être perdu, y avait-il des raisons, ce que je ressens le ressentait-il aussi, pourquoi, comment .... Sonia David rend parfaitement les questionnements, les situations, les interprétations de cette famille, d'une famille, de notre famille : chacun y trouvera une petite part de lui-même comme moi je l'ai trouvée. Il y a beaucoup de sincérité, du vécu sûrement car nous pouvons tous y retrouver une partie de nous-mêmes. Qui n'a pas un jour ou l'autre replongé dans ses souvenirs à l'occasion d'un deuil ou d'un mariage, d'une réunion de famille.... mais la perte d'un membre du clan familial a le pouvoir de mettre les choses à plat : on vide les armoires et les tiroirs, on jette, on trie et ce travail fait remonter une foule de pensées : jeux, disputes, jalousies, relations conflictuelles avec les parents, les frères et  sœurs (sœurs uniquement dans le cas présent). C'est le bilan d'une partie de vie : il n'y aura sûrement plus de possibilité d'obtenir des réponses à part celles que nous pensons détenir. La perte d'un membre : oui voilà la bonne expression : le corps est bancal, des questions resteront sans réponse et l'on devra vivre avec mais cela peut aussi permettre de clore le dossier définitivement et de commencer une reconstruction. Chacun réagit comme il peut, avec son vécu, ses rancoeurs, son contentieux : certains affrontent d'autres préfèrent fuir, certains se soutiennent d'autres affrontent seuls le vide. On est jamais prêt à affronter cela mais les circonstances ne vous laissent pas le choix. Je me suis plongée dans cette lecture avec bonheur, elle fait remonter nos propres souvenirs, notre propre vécu familial, par bribes, un souvenir évoqué en fait remonter un personnel. L'écriture est sensible, vivante, on assiste au cheminement de la narratrice dans ses sentiments : amour, colère, incompréhension parfois mais malgré tout j'ai trouvé que le lien familial reste présent, fort à sa manière : caractères et personnalités différentes mais unis dans la perte.  Le décès du père a été pour moi le plus émouvant : le lien avec ses filles, sa relation fusionnelle avec sa deuxième épouse Kirstin et leur fille Juliette même si Anne, la fille aînée n'a jamais accepté ce re-mariage. Cette deuxième union représente l'image familiale parfaite : amour, entente, douceur et respect de chacun. Le roman se découpe en trois époques : la perte de la mère, du père et de David Bowie, celui qui était le symbole à lui seul des différentes facettes d'une famille, d'une personne. Nous avons tous et toutes des artistes qui ont symbolisé notre jeunesse, les moments importants de nos vies et leurs pertes provoquent un manque : on pleure leur disparition comme on pleure nos jeunes années, comme si une partie de nous disparaissait avec lui (ou elle). Heureusement leurs musiques restent et à chaque écoute, les images affluent, les émotions et les souvenirs aussi.
          Lire la suite
          En lire moins
        • ManouB Posté le 17 Mai 2018
          Au lendemain de la mort de leur mère, trois sœurs se retrouvent pour préparer les obsèques. Cela fait des années qu'elles n'ont plus grand chose à se dire, malgré le repas annuel durant lequel elles tentent de se retrouver. Vider l'appartement, se partager des objets, trier, jeter, entrer dans l'intimité de cette mère inconnue et finalement, faire ce qui était défendu jusque-là : ouvrir les tiroirs, les armoires, les lettres... Ce sont des moments très éprouvants pour les trois sœurs qui réagissent chacune à leur manière ! Anne, Hélène (la narratrice) et Emilie ne peuvent se soustraire à la présence pesante de cette mère qui n'a pas su leur manifester l'amour qu'elle leur portait. C'était une mère tyrannique et égoïste, fantasque même par moment, une mère despote et cruelle parfois. Elle leur avait imposé à chacune une couleur fétiche pour leur habillement. Le bleu...c'était pour Anne, l'aînée. Est-ce pour cela qu'elle est devenue froide et distante en grandissant, a toujours su garder ses émotions et ressentis pour elle, et s'est enfuie pour vivre aux Etats-Unis sans jamais pour autant renier ses responsabilités ? Le marron...c'était pour Emilie, la plus petite. Est-ce pour cela qu'elle est devenue triste et dépressive, fragile et mal dans sa peau. Elle a toujours... Au lendemain de la mort de leur mère, trois sœurs se retrouvent pour préparer les obsèques. Cela fait des années qu'elles n'ont plus grand chose à se dire, malgré le repas annuel durant lequel elles tentent de se retrouver. Vider l'appartement, se partager des objets, trier, jeter, entrer dans l'intimité de cette mère inconnue et finalement, faire ce qui était défendu jusque-là : ouvrir les tiroirs, les armoires, les lettres... Ce sont des moments très éprouvants pour les trois sœurs qui réagissent chacune à leur manière ! Anne, Hélène (la narratrice) et Emilie ne peuvent se soustraire à la présence pesante de cette mère qui n'a pas su leur manifester l'amour qu'elle leur portait. C'était une mère tyrannique et égoïste, fantasque même par moment, une mère despote et cruelle parfois. Elle leur avait imposé à chacune une couleur fétiche pour leur habillement. Le bleu...c'était pour Anne, l'aînée. Est-ce pour cela qu'elle est devenue froide et distante en grandissant, a toujours su garder ses émotions et ressentis pour elle, et s'est enfuie pour vivre aux Etats-Unis sans jamais pour autant renier ses responsabilités ? Le marron...c'était pour Emilie, la plus petite. Est-ce pour cela qu'elle est devenue triste et dépressive, fragile et mal dans sa peau. Elle a toujours pensé (et cru) que personne ne l'aimait ! Pourtant c'était une enfant très gaie. Maintenant, devenue adulte, elle pleure pour un rien, et a une sensibilité à fleur de peau. Quant à Hélène, elle a eu la chance d'hériter d'une couleur chatoyante et changeante...le violet. Ces couleurs imposées par leur mère ont-elles changé leur caractère ? Hélène est persuadée que oui... Mais cette mère qu'Hélène a surnommé méchamment "ma connasse de mère" quand elle en parle à ses connaissances, évitant ainsi d'entrer dans les détails de sa vie et de ses problèmes, et surtout de parler de son enfance, elle a su leur donner envie de construire leur vie, de devenir indépendantes. Hélène la croyait increvable. C'est bien connu, la "méchanceté ça conserve" disait-elle à qui voulait l'entendre, mais le jour où elle n'est plus là...plus rien n'est pareil et les trois sœurs malgré leur cinquantaine passée, sont totalement perdues. C'est seulement à la mort de David Bowie quelques temps avant la mort du père qui les quittera un an tout juste après leur mère, que les souvenirs d'une enfance heureuse, de moments partagés entre sœurs, et d'une complicité tombée dans l'oubli, referont surface. Pourquoi David Bowie ? Vous le découvrirez en le lisant... Voilà un roman très intimiste qui est forcément, d'après moi, en partie autobiographique. Il montre bien la complexité des liens familiaux. Beaucoup de fratries se délitent au fil du temps même lorsque les différents membres ont des souvenirs d'enfance communs heureux, et en particulier quand les parents ne sont plus là. Personne n'est obligé d'aimer ses parents, ce qui ne nous empêche en rien de nous construire et d’honorer leur disparition. Enfin, ce roman montre qu'il n'est pas facile de s'aimer, de se parler, de se comprendre car tous les membres d'une famille sont des êtres différents, même s'ils ont reçu la même éducation et ont les mêmes parents. Je ne suis pas arrivée à entrer complètement dans ce roman pourtant écrit avec des mots simples et beaucoup de justesse. Je me suis trouvée un peu en-dehors, non pas en position de voyeur, mais plutôt comme si j'écoutais une amie me parler de son enfance, de ses parents et de sa famille avec des mots très durs, crus voire choquants, que moi-même je n'ai jamais employés pour parler de ma propre mère, ni même jamais seulement songé à employer. Du coup en restant au-dehors, j'ai été peu touché par les personnages et davantage par certaines situations qui ont pour moi un petit air de vécu. Heureusement, il y a des moments drôles dans ce roman, d'autres très réalistes comme par exemple les différentes réactions de chacune des sœurs au moment des obsèques et du tri de l'appartement, et devant cette impression de violer un interdit quand on ouvre les armoires ou les tiroirs. Qui n'a pas vécu cette sensation en vidant la maison de ses parents ? Mais malgré ses côtés positifs et les sujets qu'il aborde avec réalisme, je ne crois pas que je garderai un souvenir impérissable de ce roman. Il a cependant un intérêt indéniable à mes yeux : il peut aider des personnes à faire leur deuil de leurs propres parents et ça c'est important.
          Lire la suite
          En lire moins
        • DOMS Posté le 23 Mars 2018
          Hélène est la deuxième d’une fratrie de trois sœurs. Leur mère vient de mourir, une mère détestée par Hélène, cinquante ans passés. A cet âge on pourrait penser qu’une mère n’a plus la même importance, qu’on peut avancer sans elle dans sa vie. Et pourtant la découverte de ce qu’était sa mère vient perturber les idées préconçues, le manque et le refus d’amour. Chacune des trois sœurs parle à sa façon de cette mère qu’elle abhorre, dénigre, cette mère qui a vécu sans savoir donner d’amour à ses filles. Elles se sont construites non pas avec mais contre leur mère. Et chacune a sa vision de sa relation avec sa mère. L’une est froide et distante, l’autre solitaire et éternellement victime d’une société qui ne pourra jamais la comprendre, Hélène a suivi longtemps un traitement en psychiatrie pour se dégager de l’influence de cette mère toxique. A la mort de leur père, les filles se retrouvent et retrouvent la demi-sœur et la nouvelle femme de leur père. Le deuil maternel ayant fait son chemin, c’est le moment de revivre l’enfance et de comprendre, de mettre enfin un nom sur les fêlures et les blessures qui les ont construites. Hélène et ses... Hélène est la deuxième d’une fratrie de trois sœurs. Leur mère vient de mourir, une mère détestée par Hélène, cinquante ans passés. A cet âge on pourrait penser qu’une mère n’a plus la même importance, qu’on peut avancer sans elle dans sa vie. Et pourtant la découverte de ce qu’était sa mère vient perturber les idées préconçues, le manque et le refus d’amour. Chacune des trois sœurs parle à sa façon de cette mère qu’elle abhorre, dénigre, cette mère qui a vécu sans savoir donner d’amour à ses filles. Elles se sont construites non pas avec mais contre leur mère. Et chacune a sa vision de sa relation avec sa mère. L’une est froide et distante, l’autre solitaire et éternellement victime d’une société qui ne pourra jamais la comprendre, Hélène a suivi longtemps un traitement en psychiatrie pour se dégager de l’influence de cette mère toxique. A la mort de leur père, les filles se retrouvent et retrouvent la demi-sœur et la nouvelle femme de leur père. Le deuil maternel ayant fait son chemin, c’est le moment de revivre l’enfance et de comprendre, de mettre enfin un nom sur les fêlures et les blessures qui les ont construites. Hélène et ses sœurs vont peu à peu parcourir leur difficile chemin de deuil. Ce qui m’a intéressé, c’est la place que chacun s’attribue ou refuse de prendre dans la famille. Certains préfèrent s’isoler pour ne pas avoir à combattre ou à réclamer un amour qui ne viendra jamais. Egalement intéressant de comprendre les effets d’un décès, y compris d’un parent que l’on n’aime pas. Car la perte d’un parent, quel qu’il soit, remet en cause notre vision intime de la vie et de la mort. Dernier rempart face à l’oubli, à la mort, la perte d’une mère, d’un père, nous place face à l’inéluctable fin. Et cette mort, ces morts, sont parfois le ciment des relations d’une fratrie, ou au contraire l’élément perturbateur qui fera tout voler en éclats. chronique complète ici https://domiclire.wordpress.com/2018/03/01/david-bowie-nest-pas-mort-sonia-david/
          Lire la suite
          En lire moins
        • PhilMoskito Posté le 22 Décembre 2017
          Une belle découverte... on se laisse complètement prendre dans la ronde des émotions, on s'y abandonne même. A faire partager, sincèrement.
        • LeClos Posté le 5 Novembre 2017
          C’est d’abord le titre qui m’a attiré, le même que celui de plusieurs articles ou éditos parus le lendemain du décés de l’artiste. Leurs auteurs voulaient alors nous convaincre de l’immortalité de David Bowie est immortel… Ici, il ne s’agit pas tant de David Bowie que d’une vision émouvante et positive du deuil auquel nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre… Et pourtant, ne sortez pas vos mouchoirs, le roman réussira à vous faire sourire plus d’une fois… Le récit est organisé en trois parties : le décès de la mère, morte « Sans crier gare. »; puis celui du père « un malade immortel » presque un an après et, celui de David Bowie six mois après la mère. Hélène l’une des trois filles du couple raconte, ces trois pénibles journées avec un humour à toute épreuve. Elle doit avec ses trois sœurs gérer sa souffrance et les détails matériels, mais surtout elle se souvient et nous entraine avec elle dans l’intimité de sa famille…. J’ai été captivée par le portrait de la mère « froide, avare de gestes tendres, toujours critique » mais qui pourtant a gardé toutes les lettres et tous les... C’est d’abord le titre qui m’a attiré, le même que celui de plusieurs articles ou éditos parus le lendemain du décés de l’artiste. Leurs auteurs voulaient alors nous convaincre de l’immortalité de David Bowie est immortel… Ici, il ne s’agit pas tant de David Bowie que d’une vision émouvante et positive du deuil auquel nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre… Et pourtant, ne sortez pas vos mouchoirs, le roman réussira à vous faire sourire plus d’une fois… Le récit est organisé en trois parties : le décès de la mère, morte « Sans crier gare. »; puis celui du père « un malade immortel » presque un an après et, celui de David Bowie six mois après la mère. Hélène l’une des trois filles du couple raconte, ces trois pénibles journées avec un humour à toute épreuve. Elle doit avec ses trois sœurs gérer sa souffrance et les détails matériels, mais surtout elle se souvient et nous entraine avec elle dans l’intimité de sa famille…. J’ai été captivée par le portrait de la mère « froide, avare de gestes tendres, toujours critique » mais qui pourtant a gardé toutes les lettres et tous les petits mots envoyés par ses filles. Une mère avec laquelle il est difficile de tisser des liens sauf quand elle est affaiblie par une maladie « Je viens d’avoir cinquante ans et ne conserve aucun souvenir de tendresse exprimée, de si clémente relation entre Maman et moi ». Une mère que l’on croit détester et pourtant…. « Je suis désarçonnée, complètement, de découvrir que l’on peut tout de même aimer quelqu’un que l’on aime pas» Dans la deuxième partie, je ne me suis pas attachée à ce père dont la personnalité semblait bien terne, écrasée par celle de son propre père puis par celle de sa femme, puis par la maladie. Un homme fantasque cependant, et qui a toujours su par de petits gestes manifester son amour à ses filles, même après avoir refait sa vie avec leur baby-sitter… J’ai été un peu désarçonnée par la troisième partie. Pourquoi mêler David Bowie à cette histoire familiale ? Pourquoi en parler « le troisième jour » alors qu’il est mort six mois après la mère, donc avant le père?... Mais après l’avoir lue, je trouve que c’est une belle conclusion au roman : elle nous éclaire un peu plus sur les relations difficiles entre les trois sœurs. Et elle permet à l’auteur de conforter sa vision du deuil : comme la voix de David Bowie continue à se faire entendre, les défunts sont encore parmi nous grâce à ce qu’ils nous ont transmis et aux souvenirs accumulés. A la douleur de l’absence succède une douce nostalgie comme le suggère d’ailleurs la photo de la couverture.. Finalement j’ai apprécié ce roman, où je me suis parfois retrouvée, qui met en évidence toute la complexité des liens familiaux, l’amour certes, mais aussi les incompréhensions qui génèrent de lourdes tensions. Il donne une autre vision du deuil qui certes est une grande souffrance face au vide, mais permet de revisiter son passé, de renouer des liens familiaux distendus par de vieilles rancunes, et de guérir de vieilles plaies. Une belle découverte de cette rentrée littéraire.
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com