Lisez! icon: Search engine
Devenir Gardiens de la Nature - Manifeste pour la défense du vivant, des générations futures et la reconnaissance du crime d'écocide en droit
Date de parution : 15/03/2021
Éditeurs :
Tana

Devenir Gardiens de la Nature - Manifeste pour la défense du vivant, des générations futures et la reconnaissance du crime d'écocide en droit

Date de parution : 15/03/2021
Protéger et défendre notre lien à la Terre pour former une nouvelle communauté du vivant.
Piller, polluer, déforester... L’humain est devenu la plus grande menace pour la nature. Lancé dans une course à l’accaparement des richesses naturelles, le monde industriel dépasse toujours plus les limites... Piller, polluer, déforester... L’humain est devenu la plus grande menace pour la nature. Lancé dans une course à l’accaparement des richesses naturelles, le monde industriel dépasse toujours plus les limites biologiques de notre planète. Ce livre est le récit d’un engagement. Après trois années de mobilisation en Guyane française contre... Piller, polluer, déforester... L’humain est devenu la plus grande menace pour la nature. Lancé dans une course à l’accaparement des richesses naturelles, le monde industriel dépasse toujours plus les limites biologiques de notre planète. Ce livre est le récit d’un engagement. Après trois années de mobilisation en Guyane française contre le projet de mine industrielle Montagne d’or et les forages offshore de Total, la juriste Marine Calmet témoigne des carences de notre société et de nos lois pour protéger la nature. Face aux appétits des industriels et à la duplicité de l’État, contre le pillage de la Terre et des peuples colonisés, sa réponse est celle d’une désobéissance créatrice et constructive. Elle enjoint à sortir de l’Anthropocène, à écouter et apprendre des Premières Nations, à créer de nouvelles normes respectueuses des processus biologiques de notre planète, à accomplir en somme une transformation majeure en enracinant la communauté humaine dans la communauté du Vivant. Le mouvement pour une jurisprudence de la Terre s’impose comme une évidence émancipatrice. Véritable manifeste, ce récit convaincra celles et ceux qui, lassés des pétitions, des pancartes et des écogestes, souhaitent s’investir du rôle de gardienne ou de gardien de la nature.

Protéger et défendre notre lien à la Terre pour former une nouvelle communauté du vivant.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791030103649
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 145 x 220 mm
EAN : 9791030103649
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 145 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Charybde2 20/11/2021
    Humble, ouvert et intelligent, le récit d’une initiation combative à la défense de la nature et du commun, par le droit et la mobilisation. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/11/20/note-de-lecture-devenir-gardiens-de-la-nature-marine-calmet/ Publié en mars 2021 chez Tana, ce premier ouvrage de Marine Calmet est de ceux qui peuvent subtilement changer votre regard sur le monde, sur son présent comme sur son futur. Écrit selon les modalités du récit personnel, mais usant discrètement de bon nombre de mécanismes de géo-anthropologie (ce n’est sans doute pas par hasard que ce « Devenir gardiens de la nature » s’inscrit dans la collection Le Temps des Imaginaires dirigée par Damien Deville, justement), ce texte raconte avec un curieux mélange d’humilité, de détermination et de sagesse précoce, le parcours d’engagement d’une toute jeune avocate aux côtés des amérindiens de Guyane, en luttes successives contre les projets miniers absurdes incarnés par l’énorme « Montagne d’Or » des multinationales canadienne Columbus Gold et russe Norgold, fortement soutenu par les élus du département d’outremer, puis contre les explorations pétrolières et gazières (qui se transformeraient automatiquement en mise en production – en offshore profond) conduites par Total à 150 kilomètres des côtes, précisément sur le récif corallien de l’Amazone, parcours initiatique et... Humble, ouvert et intelligent, le récit d’une initiation combative à la défense de la nature et du commun, par le droit et la mobilisation. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/11/20/note-de-lecture-devenir-gardiens-de-la-nature-marine-calmet/ Publié en mars 2021 chez Tana, ce premier ouvrage de Marine Calmet est de ceux qui peuvent subtilement changer votre regard sur le monde, sur son présent comme sur son futur. Écrit selon les modalités du récit personnel, mais usant discrètement de bon nombre de mécanismes de géo-anthropologie (ce n’est sans doute pas par hasard que ce « Devenir gardiens de la nature » s’inscrit dans la collection Le Temps des Imaginaires dirigée par Damien Deville, justement), ce texte raconte avec un curieux mélange d’humilité, de détermination et de sagesse précoce, le parcours d’engagement d’une toute jeune avocate aux côtés des amérindiens de Guyane, en luttes successives contre les projets miniers absurdes incarnés par l’énorme « Montagne d’Or » des multinationales canadienne Columbus Gold et russe Norgold, fortement soutenu par les élus du département d’outremer, puis contre les explorations pétrolières et gazières (qui se transformeraient automatiquement en mise en production – en offshore profond) conduites par Total à 150 kilomètres des côtes, précisément sur le récif corallien de l’Amazone, parcours initiatique et remarquable d’un engagement qui conduira ensuite à l’insertion dans le collectif associatif Wild Legal, qui s’efforce, en défendant les droits de la nature, de retourner autant que possible les armes du droit national et international contre ses bénéficiaires habituels, les entreprises capitalistes opérant au bénéfice principal des déjà nantis et au mépris du collectif et de la nature (quel que soit le pourcentage de « retombées économiques » et de greenwashing désormais introduit dans les projets, la plupart du temps – mais même pas toujours, tant l’impavidité de certains acteurs continue à pouvoir stupéfier). Récit passionnant en soi, par la foule d’observations à chaud, dans plusieurs domaines, qu’il nous propose, « Devenir gardiens de la Nature » se distingue notamment par deux partis pris particulièrement intéressants. Tout d’abord, très loin du redoutable « syndrome du sauveur blanc » vis-à-vis des peuples autochtones, jadis souvent dévastateur en Amérique, du Sud comme du Nord, et davantage encore en Afrique, Marine Calmet propose tout au long de son récit (et de son initiation personnelle, donc) une position d’humilité apprenante : si elle apporte dans la corbeille commune de la défense d’un commun fondamental incluant pleinement la Nature beaucoup d’énergie, pas mal de connaissances juridiques et une véritable détermination imaginative en la matière, elle est là avant tout – et sa sincérité éclatante dans nombre de situations délicates en témoigne joliment – pour recevoir, pour découvrir et évaluer les analogies possibles entre des savoirs ancestraux (et résilients) et nos mondes « occidentaux » déconnectés du commun et du vivant par des dizaines de décennies d’individualisme productiviste et consumériste, pour détourner des connaissances longtemps ignorées de leur terrain d’ancrage en les adaptant à la construction de voies de survie pour nos propres urgences, climatique et socio-politique. Moins rare qu’il y a quelques dizaines d’années, cette posture d’action et de réflexion demeure suffisamment peu répandue encore pour être pleinement soulignée. Ensuite, « Devenir gardiens de la Nature » démontre sur le terrain, à travers les succès décrits mais aussi et peut-être surtout à travers les échecs rencontrés, à quel point le droit contemporain, sous sa fausse neutralité apparente, est depuis le XIXème siècle patiemment construit et renforcé avant tout au bénéfice des puissances économiques, dans ses concepts fondamentaux de propriété et d’exclusion comme dans les milliards dépensés au fil du temps pour orchestrer de savantes backdoors dans les dispositifs de protection les mieux intentionnés. Disposant de la puissance de feu grassement rémunérée des meilleurs conseils juridiques pour faire établir d’abord puis le moment venu interpréter à leur profit les textes souvent contraignants en apparence et étonnamment bénins en réalité (que l’on pense par exemple aux innombrables atermoiements en matière d’interdiction des pesticides les plus mortifères, depuis le « Printemps silencieux » de Rachel Carson, jusqu’à la tentative – pour l’instant – avortée de conquête d’une pleine autonomie territoriale avec l’AMI de 1995-1997, si brillamment anticipée dans l’imaginaire par le Serge Lehman de la « Trilogie F.A.U.S.T. »), les acteurs économiques dominent les vies à travers le droit de propriété individuelle et ses inscriptions dans chaque détail de nos vies (Marine Calmet en remonte d’ailleurs avec brio quelques-unes des pistes généalogiques). Contre ce droit patiemment façonné pour les puissants, sous couvert de démocratie, ce récit initiatique nous rappelle intimement que, quand bien même la lutte du pot de terre contre le pot de fer – ou de David contre Goliath – ne serait pas loin, des armes existent, et qu’une refonte du commun incluant le vivant est jouable, par les pouvoirs de l’imaginaire partagé et par ceux de la maîtrise juridique, assortie d’une volonté collective de ne plus se laisser faire. C’est dire combien cet ouvrage, captivant, est salutaire.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Tana
Mettez un souffle de green dans votre vie !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Semaine européenne du développement durable : nos lectures indispensables

    Du 17 septembre au 8 octobre a lieu la semaine européenne du développement durable. L'occasion pour chacun de se sensibiliser aux petits gestes du quotidien qui peuvent faire la différence. Puisque chaque action compte et que chacun peut agir à son échelle, découvrez notre sélection spéciale semaine européenne du développement durable. Découvrez, comprenez, agissez !

    Lire l'article
  • Prix littéraire
    Tana

    Les éditions Tana récompensées pour leur engagement écologique

    Depuis plusieurs années, les éditions Tana s’engagent dans une démarche écologique et responsable. Cette volonté se manifeste par ses publications engagées, mais aussi par les conditions de fabrication de ses ouvrages (imprimés en France avec des encres d’origine végétale).

    Lire l'article