Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259264594
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 132 x 201 mm

Dictionnaire amoureux de la voile

Date de parution : 29/10/2020
Loïck Peyron, navigateur au palmarès parmi les plus étoffés de ces 40 dernières années, nous embarque avec passion vers le grand large. Sportif, compétiteur, mais aussi remarquable conteur, vulgarisateur hors pair des dernières avancées technologiques, il nous fait découvrir avec amour le monde de la Voile qui est toute sa vie.
Loïck Peyron s’est attaché à dérouler pendant deux ans, à travers ce dictionnaire, les fils de sa carrière mais aussi à recoudre des destins oubliés ou passés sous silence. Peyron n’a jamais travaillé ni navigué en circuit fermé. Dès lors sa réputation, ses victoires, ses idées ont essaimé. Il est... Loïck Peyron s’est attaché à dérouler pendant deux ans, à travers ce dictionnaire, les fils de sa carrière mais aussi à recoudre des destins oubliés ou passés sous silence. Peyron n’a jamais travaillé ni navigué en circuit fermé. Dès lors sa réputation, ses victoires, ses idées ont essaimé. Il est donc l’un des marins français dont la réputation a depuis longtemps dépassé les frontières hexagonales. Respecté tant en Nouvelle-Zélande, Australie, Suède, Grande-Bretagne que sur les côtes Est ou Ouest des États-Unis, il a couru sur tout ce qui flotte, des unités les plus lentes aux plus véloces. Il a connu le temps des pionniers des multicoques à la fin des années 70, les traversées en solitaire et les tours du monde en équipages. Ce dictionnaire amoureux est aussi un acte de foi d’un homme envers le large. Celle d’un ambassadeur accrédité auprès du large qui, après 42 ans, prendrait le soin de proposer au lecteur son appareil de vérité. Celui qui lui indique le nord magnétique.
Remarquable conteur, doublé d’un vulgarisateur hors pair, Loïck Peyron est capable de contextualiser les dernières avancées technologiques, les rendre compréhensibles à tous, et en même temps, avec ses mots durcis par l’expérience, d’une manière déliée, de raconter les permanences d’une vie passée sur l’eau et toujours sous-tendue par l’objectif de la compétition.
Ainsi à la fois sportif, certes, mais aussi remarquable récitant capable de faire reposer tout au long de ses 42 ans de carrière les grandes figures marquantes du large, telles Isabelle Autissier, Jean Maurel, Jean-Yves Terlain, Eric Tabarly, Mike Birch, Olivier de Kersauson et les auteurs qui l’ont marqué, notamment les Britanniques comme Cecil Scott Forester et Patrick O'Brian.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259264594
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 132 x 201 mm

Ils en parlent

" Le truculent skipper confirme une fois encore qu’il est un formidable raconteur d'histoires, capable de gagner mais aussi de faire aimer la voile à ceux qui ont déjà la nausée à l'idée de poser un pied sur un pont de bateau. "
Les titres du matin Le Figaro / Gilles Festor
" En ces temps de confinement, rien de plus précieux que ce dictionnaire amoureux du grand large. Loïck Peyron connaît son sujet, qui a bourlingué sur toutes les mers, couru toutes les courses, remporté la Transat anglaise, la Route du rhum, le Trophée Jules-Verne, et on en passe, à la barre de mono et multicoques. Il a la modestie d’avoir embarqué avec lui dans l’aventure de son dictionnaire une plume du journalisme sportif, Jean-Louis Le Touzet, qui rend la lecture plus que plaisante. "
J.-M. Th / Le Canard Enchaîné
" Erudit, passionné, passionnant, il nous livre sans en avoir l'air les secrets d'une victoire et les principes d'une vie passée sur l'eau avec la curiosité et l'enthousiasme pour moteurs." 
Voile Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Charybde2 Posté le 2 Janvier 2021
    Par l’un des navigateurs sportifs actuels les expérimentés et les plus diversifiés qui soient, un attachant dictionnaire de la voile, de compétition avant tout. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/01/02/note-de-lecture-dictionnaire-amoureux-de-la-voile-loick-peyron/ C’est toujours un grand plaisir de retrouver le verbe et la plume de Loïck Peyron, figure incontournable de la voile de compétition, à la française certes, mais au rayonnement assurément mondial, figure qui a su, en « bon client » médiatique (ce dont il est parfaitement conscient, avec humour comme toujours, et dont on trouvera des traces dans les articles x, x ou x de ce dictionnaire), trouver précocement une niche expressive, bien qu’il ait été leur cadet de respectivement 15 et 28 ans, entre le vrai-faux taciturne Éric Tabarly et le créateur de bons mots et d’emportements fougueux Olivier de Kersauson, auprès du grand public ne ressortant pas des médias spécialisés de cet univers technique et mythique. Dans ce « Dictionnaire amoureux de la voile », publié en octobre 2020 chez Plon, on retrouvera quelques éléments, récits ou anecdotes déjà narrées ailleurs préalablement, mais aussi une belle vue d’ensemble, en forme de pré-bilan, comme l’indique le mot liminaire ci-dessus, d’une carrière prestigieuse, tout entière consacrée, ou presque, à la compétition... Par l’un des navigateurs sportifs actuels les expérimentés et les plus diversifiés qui soient, un attachant dictionnaire de la voile, de compétition avant tout. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/01/02/note-de-lecture-dictionnaire-amoureux-de-la-voile-loick-peyron/ C’est toujours un grand plaisir de retrouver le verbe et la plume de Loïck Peyron, figure incontournable de la voile de compétition, à la française certes, mais au rayonnement assurément mondial, figure qui a su, en « bon client » médiatique (ce dont il est parfaitement conscient, avec humour comme toujours, et dont on trouvera des traces dans les articles x, x ou x de ce dictionnaire), trouver précocement une niche expressive, bien qu’il ait été leur cadet de respectivement 15 et 28 ans, entre le vrai-faux taciturne Éric Tabarly et le créateur de bons mots et d’emportements fougueux Olivier de Kersauson, auprès du grand public ne ressortant pas des médias spécialisés de cet univers technique et mythique. Dans ce « Dictionnaire amoureux de la voile », publié en octobre 2020 chez Plon, on retrouvera quelques éléments, récits ou anecdotes déjà narrées ailleurs préalablement, mais aussi une belle vue d’ensemble, en forme de pré-bilan, comme l’indique le mot liminaire ci-dessus, d’une carrière prestigieuse, tout entière consacrée, ou presque, à la compétition hauturière, à la voile. On constatera rapidement que le titre du dictionnaire est, légèrement et logiquement, mensonger, puisque – peut-être soucieux de se démarquer du « Dictionnaire amoureux de la mer » de Yann Queffélec, publié dans la même collection en 2018, et au-delà des réflexes naturels de l’auteur – il s’agit ici, avant tout, de voile de compétition ; certains éléments proprement marins, ou ressortant de la voile de croisière et de loisir, seront bien évoqués, mais toujours ou presque de manière accessoire ou secondaire : Loïck Peyron nous parle avant tout d’un métier, celui de la course au large, de sa composante sport de haut niveau (on pensera aux articles sur les consœurs et confrères, « Autissier, Isabelle », « Bidégorry, Pascal », « Birch, Mike », « Bourgnon, Laurent » – historiquement, le meilleur adversaire de l’auteur -, « Dame Ellen Mac Arthur », « Dick, Jean-Pierre », « Florence Arthaud », « Gautier, Alain » ou « Terlain, Jean-Yves ») comme de sa composante technique et architecturale (dont témoignent par exemple les articles « Architecture », « Ballasts », « Carbone », « Étrave », « Foils », « Irens, Nigel », « Juan K. (Juan Kouyoumdjian) », « Maurel, Jean », ou encore « VPLP Design (Van Peteghem Lauriot-Prévost) »). Sous la parfaite éducation de ce navigateur qui s’est toujours distingué, dans un milieu parfois exagérément bourru ou rugueux, par son sens de la mesure et son verbe policé (il évoque bien entendu déjà, dans son « Course au large » de 1993 et son « Mes bateaux » de 2002, le rôle de ses parents, et notamment du commandant Peyron, de la marine marchande, dans la touche particulière de cette fratrie de féroces voileux que sont Bruno, Loïck et Stéphane – on songera sûrement au formidable « Face au vent » de Jim Lynch), il pointe néanmoins périodiquement deux constantes tacites, voire doucement dissimulées : celle d’une fierté d’autodidacte là où règnent désormais souvent des ingénieurs hautement diplômés – l’évocation du « Sextant », par exemple, et pas uniquement dans l’article qui lui est dédié, est toujours hilarante – et celle d’une fierté différente, liée à la participation au Graal anglo-saxon que représente la Coupe de l’America, pour un Français venu de la navigation hauturière, principalement en solitaire – et avant tout sur multicoque. On devine beaucoup d’émotion sous les mots d’apparence technique, et une tristesse profonde, aussi, lorsqu’il s’agit de la mort tragique d’un équipier en baie de San Francisco, dans un chavirage brutal – lui, qui, en solitaire et sur des mers autrement démontées, put toujours se targuer de n’avoir jamais chaviré. Paradoxalement, c’est peut-être lorsqu’il délaisse le pur terrain de la voile de compétition, pour retrouver des envies de jeunesse ayant évolué (« Apprentissage », « Aventure », « Cartes » ou « Mini-Transat », par exemple), des oscillations au bord de la nostalgie bien tempérée (les articles à propos de « BLU » ou de « Saint-Lys Radio », par exemple) ou des lectures fondamentales (ses mentions des éditions Arthaud, du « Navigateur en solitaire » de Joshua Slocum, du« Kurun » de Jacques-Yves Le Toumelin, des « Horatio Hornblower » de Cecil Scott Forester, ou encore de Bernard Moitessier, sont de toute beauté), que Loïck Peyron m’aura le plus touché, ici. C’est que derrière le sportif de haut niveau, encore et toujours, se tiennent le voileux, le marin, et, oui, le rêveur, même si ce n’était pas à eux, sans doute, de s’exprimer principalement dans cet ouvrage.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…