En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dîner avec Edward

        Presses de la cité
        EAN : 9782258145078
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 130 x 200 mm
        Dîner avec Edward

        Anouk NEUHOFF (Traducteur)
        Date de parution : 05/04/2018
        La porte s’ouvrit brusquement, laissant apparaître un grand monsieur âgé, ses yeux souriant
        tandis qu’il me prenait la main et m’embrassait sur les deux joues. « Ma chérie ! Je vous attendais. »
        Afin d’apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d’aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la  quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de... Afin d’apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d’aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la  quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de son mariage. Mais ce qu’elle ignore, c’est qu’Edward possède d’époustouflants talents de cuisinier, alliés à un sens de l’humour sans faille et à une solide philosophie de l’existence. Pour son hôte, le vieil homme repasse derrière les fourneaux. Et l’invitation ponctuelle devient un rendez-vous régulier, l’occasion pour les deux âmes en peine de reprendre goût à la vie, et foi dans les bienfaits d’un verre de martini !
        Jalonné de préceptes de savoir-vivre, un petit précis d’optimisme et de gourmandise, un magnifique texte sur le pouvoir de la résilience, l’importance de la lenteur et la force de l’amitié.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258145078
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 130 x 200 mm
        Presses de la cité
        17.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Stemilou Posté le 7 Juin 2018
          Edward est un homme de plus de quatre-vingt dix ans qui vient littéralement de perdre sa raison de vivre: sa femme Paula qui lui apportait la force de dépenser les aléas de la vie, de leur amours sont nées deux filles l'une vit au Canada, l'autre en Grèce. Isabel la cinquantaine, ancienne correspondante de guerre, qui après de nombreux déménagement dans divers pays s'installe à Roosevelt Island avec son mari photographe de guerre rencontré en ex-Yougoslavie et leur fille. Le mari d'Isabel ne se plaît guère à New York et lui fait bien comprendre, ce dernier déménagement loin de ressouder le couple va le faire éclater irrémédiablement. Ce sont donc deux âmes en peine qui se rencontre grâce à l'entremise d'une des filles d'Edward. Des dîners thérapie qui s'organisent régulièrement et permettent à ces deux êtres d'échanger: Edward sur son passé et son amour pour Paula, Isabel sur son mariage ruiné et bien plus tard sur sa renaissance (due aux bons soins d'Edward). Ces dîner sont aussi l'occasion pour Edward de montrer tout son talent pour la cuisine, des menus élaborés avec finesse et des astuces de cuisines qu'il partage avec parcimonie. Une relation intimiste se crée entre ce vieil homme aux... Edward est un homme de plus de quatre-vingt dix ans qui vient littéralement de perdre sa raison de vivre: sa femme Paula qui lui apportait la force de dépenser les aléas de la vie, de leur amours sont nées deux filles l'une vit au Canada, l'autre en Grèce. Isabel la cinquantaine, ancienne correspondante de guerre, qui après de nombreux déménagement dans divers pays s'installe à Roosevelt Island avec son mari photographe de guerre rencontré en ex-Yougoslavie et leur fille. Le mari d'Isabel ne se plaît guère à New York et lui fait bien comprendre, ce dernier déménagement loin de ressouder le couple va le faire éclater irrémédiablement. Ce sont donc deux âmes en peine qui se rencontre grâce à l'entremise d'une des filles d'Edward. Des dîners thérapie qui s'organisent régulièrement et permettent à ces deux êtres d'échanger: Edward sur son passé et son amour pour Paula, Isabel sur son mariage ruiné et bien plus tard sur sa renaissance (due aux bons soins d'Edward). Ces dîner sont aussi l'occasion pour Edward de montrer tout son talent pour la cuisine, des menus élaborés avec finesse et des astuces de cuisines qu'il partage avec parcimonie. Une relation intimiste se crée entre ce vieil homme aux goûts certains pour les mets délicats et toutes les personnes que le destin met sur son chemin, Edward nous explique très bien l'importance des rencontres et le fait de garder le contact avec ceux qu'on apprécie: "Il [Edward] savait que le paradis n’est pas un lieu, mais les personnes qui peuplent votre existence." C'est un bel échange que l'auteure nous confie mêlant la délicatesse et l'art de la cuisine à l'importance de s'intéresser aux autres. Pour Edward les invitations à dîner sont surtout l'occasion de ne pas rester seul et ainsi d'éloigner pour quelques heures le manque de Paula. Celui qui souhaitait tant rejoindre sa femme dans la mort se retrouve à apporter aux autres une raison de vivre. Un bel hommage à l'amitié qui fait fi de la barrière de l'âge.
          Lire la suite
          En lire moins
        • SabiSab28 Posté le 14 Mai 2018
          Diner avec Edward est un petit roman où l'on hume de bonnes recettes et ressens des sentiments d'amour, d'amitié, de reconstruction. Ces deux personnes, Edward et Isabel apprennent à vivre après le décès de sa femme pour l'un et la mort d'un mariage pour l'autre. Même si on se rend compte dès le début que Edward apporte beaucoup à Isabel dans sa vie de femme, de construction personnelle, on comprend petit à petit que cet apport est à double sens. L'auteur reste pudique car il y a un fond d'autobiographie mais elle a eu un rôle très important pour Edward notamment lorsqu'il raconte le décès de sa femme et comment il se sentait perdu et démuni, Isabel lui a donné une raison de s'habiller pour diner, de sortir pour chercher les meilleurs produits... C'est une belle histoire d'amitié qui donne du baume au cœur, un livre d'espoir au delà de l'estampillage "feel-good"
        • AMR Posté le 14 Mai 2018
          Je remercie Babelio et les Presses de la Cité pour cette opération Masse Critique privilégiée qui me permet de recevoir Dîner avec Edward d’Isabel Vincent. L’éditeur présente ce livre comme un roman « jalonné de préceptes de savoir-vivre, un petit précis d'optimisme et de gourmandise, un magnifique texte sur le pouvoir de la résilience, l'importance de la lenteur et la force de l'amitié ». C’est l’histoire d’une rencontre, d’un duo improbable entre une femme mal dans sa vie et un veuf qui a promis de survivre… Mais l’un pourrait être le grand-père de l’autre. L’intrigue est très simple et peut se résumer ainsi : afin de rendre service à une amie installée loin de New York et inquiète pour son père, Isabel accepte de dîner avec Edward, Le récit est à la première personne ; rien ne dit si cette Isabel quarantenaire qui prend la parole pour nous raconter son amitié avec Edward le nonagénaire représente le JE de l’auteure mais les nombreux points de concordance ne laissent aucun doute sur le caractère non totalement fictionnel de ce roman… L’auteure nous propose un parcours humain, gastronomique et culturel. Le sous-titre « une amitié inattendue » souligne cependant le nœud thématique principal à ne jamais... Je remercie Babelio et les Presses de la Cité pour cette opération Masse Critique privilégiée qui me permet de recevoir Dîner avec Edward d’Isabel Vincent. L’éditeur présente ce livre comme un roman « jalonné de préceptes de savoir-vivre, un petit précis d'optimisme et de gourmandise, un magnifique texte sur le pouvoir de la résilience, l'importance de la lenteur et la force de l'amitié ». C’est l’histoire d’une rencontre, d’un duo improbable entre une femme mal dans sa vie et un veuf qui a promis de survivre… Mais l’un pourrait être le grand-père de l’autre. L’intrigue est très simple et peut se résumer ainsi : afin de rendre service à une amie installée loin de New York et inquiète pour son père, Isabel accepte de dîner avec Edward, Le récit est à la première personne ; rien ne dit si cette Isabel quarantenaire qui prend la parole pour nous raconter son amitié avec Edward le nonagénaire représente le JE de l’auteure mais les nombreux points de concordance ne laissent aucun doute sur le caractère non totalement fictionnel de ce roman… L’auteure nous propose un parcours humain, gastronomique et culturel. Le sous-titre « une amitié inattendue » souligne cependant le nœud thématique principal à ne jamais perdre de vue. L’amour d’Edward pour Paula, son épouse récemment décédée, est à la fois exemplaire, touchant, profondément romantique et porteur des valeurs de concessions mutuelles propres à leur génération. Entre promesse faite à sa femme mourante, correspondance posthume, souvenirs et mémoire, Edward est une métaphore de l’amour inconditionnel et éternel. Les déboires d’Isabel meublent sa vie, le raccrochent à l’existence, l’obligent à continuer à penser aux autres ; elle devient « sa mission spéciale », un but pour aller de l’avant. Le talent culinaire d’Edward et les parfums de ses plats ainsi que ses cocktails raffinés font de son appartement un véritable « sanctuaire » où vont se ritualiser les dîners qu’il prépare pour Isabel. Le chapitrage sous forme de menus devient pour le lecteur une suite de rendez-vous privilégiés ; parfois même, selon l’humeur du moment, ce roman prend la tournure d’un livre de recettes ou d’un relevé de trucs et astuces « secrets » utiles en cuisine. Sous la plume d’Isabel Vincent, le récit se fait historique, relate l’évolution urbaine de certaines îles de Manhattan et même « artistico-littéraire » à l’instar du salon d’Edward et de ses réceptions éclectiques. La narration se veut très descriptive, avec un rythme assez lent, cadencée sur la peinture de la ville, de certains quartiers de Manhattan avec ses restaurants, ses commerces, les saisons, la vie quotidienne et sociale d’une certaine société de bobos newyorkais… C’est un véritable dépaysement littéraire et touristique. Je réalise que j’ai davantage été attirée par le personnage d’Edward, même si ses postures conventionnelles m’ont parfois irritée. C’est un ressenti très personnel : mon père a le même âge, veuf également, anéanti par le décès de ma mère et reprenant malgré tout goût à la vie, véritable guerrier du quotidien. Comme lui, Edward ne mâche pas ses mots quand il a un message à faire passer, une réflexion à dire, une idée fixe à mettre en œuvre, toujours « direct et sans préambule », évoquant de plus en plus souvent sa mort prochaine et inéluctable ; il a ses mystères, ses amies, des choses qu’il ne faut pas me dire… Il des moments très dignes et d’autres vraiment pathétiques, pleins de colère et de frustration… La comparaison cependant s’arrête là car Edward a vraiment un côté « too much », parfois très moderne et éclairé, apte à déclencher les confidences intimes, à influencer la vie d’autrui. C’est un poète, un conteur émérite, un phénomène. Le personnage d’Isabel est plus convenu, entre ses difficultés conjugales et professionnelles, l’éducation de sa fille, ses amies et ses relations avec les hommes, ses inquiétudes sur son pouvoir de séduction… Elle ne m’a pas vraiment touchée, à la fois prévisible et naturellement résiliente, puisqu’accompagnée par Edward. Je suis rentrée assez laborieusement dans Dîner avec Edward… J’étais sensible à la beauté de l’écriture, mais l’intérêt s’arrêtait là. Il suffisait en fait de fractionner la lecture, de savourer un dîner à la fois, au rythme de la démarche et du calendrier du vieux monsieur… Je vais garder en mémoire l’idée de cuire les œufs en deux fois : ce sera ma manière de penser à Edward une fois le roman rangé dans la bibliothèque… Un bon livre sur l’amitié, traitée de manière originale.
          Lire la suite
          En lire moins
        • cats26 Posté le 14 Mai 2018
          C'est le roman d'une amitié entre une quadragénaire new yorkaise et un délicieux nonagénaire, amitié centrée autour de la gastronomie. Le résumé me semblait alléchant et je remercie les éditions Presse de la Cité et Babelio de m'avoir donné l'occasion de déguster ce petit roman. Au point de départ du récit, sur la suggestion d'une amie, Isabel récemment installée sur Roosevelt Island et déprimée à cause de ses problèmes conjugaux accepte d'aller dîner en compagnie du père de son amie qui vient de perdre sa femme. Ce premier repas vespéral sera suivi d'autres car Isabel découvre la gastronomie "façon Edward" mais elle écoute aussi ses histoires, surtout celles sur son épouse décédée avec laquelle il a partagé un amour passionné et durable. Le tout sur un fond sonore qui contribue à faire du moment un intermède magique dans la vie de la quadragénaire. Au début de chaque chapitre, comme en-tête, se trouve le menu des plats dégustés, vin y compris. Le roman est donc un hymne à la bonne chère, à l'attention portée aux produits du terroir et à la confection d'agapes entre amis. Il donne envie de se mettre aux fourneaux pour essayer les trucs d'Edward. Ce dernier ne suit pas de recette... C'est le roman d'une amitié entre une quadragénaire new yorkaise et un délicieux nonagénaire, amitié centrée autour de la gastronomie. Le résumé me semblait alléchant et je remercie les éditions Presse de la Cité et Babelio de m'avoir donné l'occasion de déguster ce petit roman. Au point de départ du récit, sur la suggestion d'une amie, Isabel récemment installée sur Roosevelt Island et déprimée à cause de ses problèmes conjugaux accepte d'aller dîner en compagnie du père de son amie qui vient de perdre sa femme. Ce premier repas vespéral sera suivi d'autres car Isabel découvre la gastronomie "façon Edward" mais elle écoute aussi ses histoires, surtout celles sur son épouse décédée avec laquelle il a partagé un amour passionné et durable. Le tout sur un fond sonore qui contribue à faire du moment un intermède magique dans la vie de la quadragénaire. Au début de chaque chapitre, comme en-tête, se trouve le menu des plats dégustés, vin y compris. Le roman est donc un hymne à la bonne chère, à l'attention portée aux produits du terroir et à la confection d'agapes entre amis. Il donne envie de se mettre aux fourneaux pour essayer les trucs d'Edward. Ce dernier ne suit pas de recette mais suit son intuition culinaire ou s'inspire de tours de main transmis par d'autres. C'est également un roman sur la vie newyorkaise branchée, sur une élite intellectuelle ou bohème qui arrive à se payer des produits de qualité, souvent importés, qui a le temps de se lancer dans de grandes préparations alimentaires (sauf Edward qui est à la retraite). Les amoureux de la Grosse Pomme y trouvent leur compte avec la description de différents endroits typiques de la ville et de la diversité multiculturelle qui influence la cuisine du vieux monsieur. L'amitié entre Edward et Isabelle se construit au fil de ces repas réguliers, des anecdotes puis des confidences échangées. Edward s'épanche sur son amour disparu, à qui il écrit encore des lettres pour lui raconter sa vie sans elle; il encadre et met au mur ses photos et s'immerge à nouveau dans toutes les traces qu'il a conservées de leur vie commune, des cartes de vœux aux tickets de transport ou aux reçus; tout ce qui documente et témoigne de plus de 60 ans de bonheur. Parallèlement à l'histoire d'amitié entre Isabel et Edward se lisent en filigrane d'autres histoires d'amour, symboles d'espoir pour Isabel. Au début du roman, on sent le mal être d'Isabel, reporter international et globe-trotter qui s'habitue difficilement à travailler pour un tabloïd. A cela s'ajoutent ses relations de plus en plus distantes avec son mari. Grâce à l'influence de son ami, elle évolue et reprend le goût de vivre et de décider de sa vie. En résumé, un roman optimiste et gourmand qui n'a pas été malgré toutes ces qualités un coup de cœur pour moi du fait de son style trop journalistique qui ne m'a pas permis d'être touchée par les personnages et de les trouver attachants. J'ai néanmoins passé un excellent moment.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sylvaine Posté le 13 Mai 2018
          Diner avec Edward d'Isabel Vincent est un surprenant roman ! Empruntant beaucoup à sa propre vie Isabel Vincent nous offre un roman touchant où l'émotion affleure au fil des pages, masquée le plus souvent par une grande pudeur . Notre héroïne est journaliste . Elle a quitté Toronto avec fille et époux pour venir s'installer à New-York. Très vite ils s'installent à Roosevelt Island au plus près de la communauté serbe .. Bientôt le couple bat de l'aile . Isabel se sent de plus en plus mal . Heureusement elle va faire la connaissance du père de son amie Laura , Edward, veuf de fraiche date et complètement déboussolé depuis la mort de Paula après plus de 60 ans de mariage . S'installe alors un rituel . Edward est un fin cuisinier et pour Isabel il se remet aux fourneaux .Leur diner devient hebdomadaire et une tendre complicité s'installe entre ce nonagénaire et Isabel . J'ai été très touchée par ce "couple "improbable , ravie pour l'un et l'autre . J'ai à de multiples occasions senti la salive me monter à la bouche à l'évocation de ces mets appétissants concoctés par Edward .Mon seul regret qu'il n'y ai pas... Diner avec Edward d'Isabel Vincent est un surprenant roman ! Empruntant beaucoup à sa propre vie Isabel Vincent nous offre un roman touchant où l'émotion affleure au fil des pages, masquée le plus souvent par une grande pudeur . Notre héroïne est journaliste . Elle a quitté Toronto avec fille et époux pour venir s'installer à New-York. Très vite ils s'installent à Roosevelt Island au plus près de la communauté serbe .. Bientôt le couple bat de l'aile . Isabel se sent de plus en plus mal . Heureusement elle va faire la connaissance du père de son amie Laura , Edward, veuf de fraiche date et complètement déboussolé depuis la mort de Paula après plus de 60 ans de mariage . S'installe alors un rituel . Edward est un fin cuisinier et pour Isabel il se remet aux fourneaux .Leur diner devient hebdomadaire et une tendre complicité s'installe entre ce nonagénaire et Isabel . J'ai été très touchée par ce "couple "improbable , ravie pour l'un et l'autre . J'ai à de multiples occasions senti la salive me monter à la bouche à l'évocation de ces mets appétissants concoctés par Edward .Mon seul regret qu'il n'y ai pas eu à la fin du livre un récapitulatif des diverses recettes. Un grand merci aux Editions Les Presses de la Cité pour cette lecture gourmande .
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "A cette belle histoire s'ajoute une balade dans un New York métissé et un hymne à la tolérance et aux mélanges parfois épicés... Comme en cuisine, et la recette est excellente."
         
        Marie France
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com