RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Dîner avec Edward

            Presses de la cité
            EAN : 9782258145078
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 130 x 200 mm
            Dîner avec Edward

            Anouk NEUHOFF (Traducteur)
            Date de parution : 05/04/2018
            La porte s’ouvrit brusquement, laissant apparaître un grand monsieur âgé, ses yeux souriant
            tandis qu’il me prenait la main et m’embrassait sur les deux joues. « Ma chérie ! Je vous attendais. »
            Afin d’apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d’aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la  quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de... Afin d’apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d’aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la  quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de son mariage. Mais ce qu’elle ignore, c’est qu’Edward possède d’époustouflants talents de cuisinier, alliés à un sens de l’humour sans faille et à une solide philosophie de l’existence. Pour son hôte, le vieil homme repasse derrière les fourneaux. Et l’invitation ponctuelle devient un rendez-vous régulier, l’occasion pour les deux âmes en peine de reprendre goût à la vie, et foi dans les bienfaits d’un verre de martini !
            Jalonné de préceptes de savoir-vivre, un petit précis d’optimisme et de gourmandise, un magnifique texte sur le pouvoir de la résilience, l’importance de la lenteur et la force de l’amitié.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258145078
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 130 x 200 mm
            Presses de la cité
            17.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "A cette belle histoire s'ajoute une balade dans un New York métissé et un hymne à la tolérance et aux mélanges parfois épicés... Comme en cuisine, et la recette est excellente."
             
            Marie France

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • soazickcl Posté le 21 Mars 2019
              Un régal..au propre comme au figuré ! Surtout une bouffée d'oxygène après le Rwanda, la Syrie à deux reprises et autres joyeusetés du même genre ! Rien que le titre, sobre et sans fioritures nous invite à dîner..avec Edward.. orthographe britannique, âgé de 90 ans et seul depuis le décès de son épouse Paula, malgré la présence intermittente de ses deux filles qui lui envoient une de leurs amies quadragénaire, Isabel, l'auteur, journaliste mal dans sa peau et au bord du divorce.. Edward cuisine divinement et invite sa nouvelle amie..régulièrement et lui prépare de délicieux repas tout en distillant, outre l'alcool et les martinis particulièrement..des conseils de vie pour sa jeune invitée. Entre souvenirs de sa propre vie et analyses fines des situations des uns et des autres, il se prend au jeu et revit !! écrit des lettres qu'il lui envoie, des poèmes aussi qu'il tente de publier et même des sculptures modernes.. plus modernes parfois que ses conseils qui datent des années 60, quand la place de la femme était.. à la maison, prête à tout pour charmer son mari et le garder. Les recettes s’enchaînent, franchement succulentes rien qu'à les lire, goûteuses à souhait et revigorantes au sens propre du terme. Ils... Un régal..au propre comme au figuré ! Surtout une bouffée d'oxygène après le Rwanda, la Syrie à deux reprises et autres joyeusetés du même genre ! Rien que le titre, sobre et sans fioritures nous invite à dîner..avec Edward.. orthographe britannique, âgé de 90 ans et seul depuis le décès de son épouse Paula, malgré la présence intermittente de ses deux filles qui lui envoient une de leurs amies quadragénaire, Isabel, l'auteur, journaliste mal dans sa peau et au bord du divorce.. Edward cuisine divinement et invite sa nouvelle amie..régulièrement et lui prépare de délicieux repas tout en distillant, outre l'alcool et les martinis particulièrement..des conseils de vie pour sa jeune invitée. Entre souvenirs de sa propre vie et analyses fines des situations des uns et des autres, il se prend au jeu et revit !! écrit des lettres qu'il lui envoie, des poèmes aussi qu'il tente de publier et même des sculptures modernes.. plus modernes parfois que ses conseils qui datent des années 60, quand la place de la femme était.. à la maison, prête à tout pour charmer son mari et le garder. Les recettes s’enchaînent, franchement succulentes rien qu'à les lire, goûteuses à souhait et revigorantes au sens propre du terme. Ils vont ainsi passer plusieurs années de «  survie » , le temps pour Isabel de trouver un autre amour, une autre vie et pour Edward de disparaître, sans chichi ni mélo, dignement comme il a vécu. Très beau document, sensible et chaleureux à la fois, goutu et revigorant, à la limite du roman par sa construction, sans faille car l’auteur, bien que protagoniste également ne prend jamais toute la place, laissant la priorité à Edward et sa cuisine ! Quelques maladresses de traduction au début.. puis tout rentre dans l'ordre ! Bon appétit, allez y de bon cœur !
              Lire la suite
              En lire moins
            • barbotine57 Posté le 25 Janvier 2019
              Que dire de ce roman sinon que c'est un pur délice...chaque chapitre débute avec le menu du repas,on en a l'eau à la bouche... Tout au long de la lecture Isabelle Vincent nous conte une amitié entre Edward nonagénaire,veuf de puis peu et Isabel jeune journaliste qui vit des moments difficiles... Ils ont tous les deux perdus un être cher et ont convenu de se voir chaque semaine... Edward aime cuisiner ...mais pas n'importe quelle cuisine . Edward aime la grande cuisine,la vraie cuisine...celle élaborée avec soin, avec des bons produits du terroirs et il n'hésite pas à aller à l'autre bout de la ville pour acheter ses produits... Lors des déplacements d'Edward Isabelle Vincent nous promène dans les rue de Manathan et nous fait découvrir l'histoire de Roosevelt Island, où vit Edward. J'ai adoré les descriptions des plats préparés par Edward, j'ai bavé, j'ai saliver, j'ai eu comme une envie d'une petite gorgée de Martini,de velouté de chou-fleur à l'huile de truffe, de viande mijotées dans des sauces épaisses et goûteuses élaborée avec soin, de pommes de terre sautées à l'ail et au persil, j'aurais adoré goûter les fameux soufflets au grand Marnier, j'étais frustrée de ne pas pouvoir tester les cocktails... Que dire de ce roman sinon que c'est un pur délice...chaque chapitre débute avec le menu du repas,on en a l'eau à la bouche... Tout au long de la lecture Isabelle Vincent nous conte une amitié entre Edward nonagénaire,veuf de puis peu et Isabel jeune journaliste qui vit des moments difficiles... Ils ont tous les deux perdus un être cher et ont convenu de se voir chaque semaine... Edward aime cuisiner ...mais pas n'importe quelle cuisine . Edward aime la grande cuisine,la vraie cuisine...celle élaborée avec soin, avec des bons produits du terroirs et il n'hésite pas à aller à l'autre bout de la ville pour acheter ses produits... Lors des déplacements d'Edward Isabelle Vincent nous promène dans les rue de Manathan et nous fait découvrir l'histoire de Roosevelt Island, où vit Edward. J'ai adoré les descriptions des plats préparés par Edward, j'ai bavé, j'ai saliver, j'ai eu comme une envie d'une petite gorgée de Martini,de velouté de chou-fleur à l'huile de truffe, de viande mijotées dans des sauces épaisses et goûteuses élaborée avec soin, de pommes de terre sautées à l'ail et au persil, j'aurais adoré goûter les fameux soufflets au grand Marnier, j'étais frustrée de ne pas pouvoir tester les cocktails glacés, les tartines croustillantes de pâté de foie maison, les mousses aériennes aux abricots…je n'ai pas pu m'empêcher de tester les œufs brouillés qui se font en deux étapes ...dur dur de résister... Dîner avec Edward est un roman original , qui met en scène deux êtres cabossés, qui ont su s'apprivoiser, s'écouter, s'apporter du réconfort et de l'affection. Les moments qu'ils passent ensemble sont des moments doux ,riches et sincères,ils sont chargés d'émotions positives, Edward sait observer,écouter et surtout soigner...
              Lire la suite
              En lire moins
            • lelivredapres Posté le 26 Décembre 2018
              La narratrice est une journaliste canadienne qui se sent bien seule à New York où elle vit depuis quelques années. Son mariage bat de l’aile et elle se confie à une amie, Valérie, qui lui suggère, pour se distraire, d’aller dîner avec son père Edward, quatre-vingt-dix ans. Valérie s’inquiète en fait pour son père qui vit seul depuis le décès de sa mère quelques semaines auparavant, d’autant qu’elle doit rentrer au Canada. C’est surtout pour tranquilliser Valérie que la narratrice accepte la proposition : elle se rend chez Edward, qui lui a préparé un délicieux dîner. Outre un fabuleux cuisinier, la narratrice, dont on devine qu’il s’agit de l’auteur, découvre un vieil homme alerte, cultivé, plein d’humour et de sensibilité. Sa conversation n’a d’égal que les plats qu’il prépare et, au fil des chapitres qui retracent autant de dîners et leurs préparatifs, une amitié naît et se développe jusqu’à devenir indispensable aux deux protagonistes qui reprennent ainsi rapidement goût à la vie. Le roman que nous propose Isabel Vincent est très plaisant : les amateurs de cuisine apprécieront les rendez-vous ponctuels entre les deux convives, les autres, dont je fais partie, ne seront pas lassés par les recettes évoquées, car elles sont... La narratrice est une journaliste canadienne qui se sent bien seule à New York où elle vit depuis quelques années. Son mariage bat de l’aile et elle se confie à une amie, Valérie, qui lui suggère, pour se distraire, d’aller dîner avec son père Edward, quatre-vingt-dix ans. Valérie s’inquiète en fait pour son père qui vit seul depuis le décès de sa mère quelques semaines auparavant, d’autant qu’elle doit rentrer au Canada. C’est surtout pour tranquilliser Valérie que la narratrice accepte la proposition : elle se rend chez Edward, qui lui a préparé un délicieux dîner. Outre un fabuleux cuisinier, la narratrice, dont on devine qu’il s’agit de l’auteur, découvre un vieil homme alerte, cultivé, plein d’humour et de sensibilité. Sa conversation n’a d’égal que les plats qu’il prépare et, au fil des chapitres qui retracent autant de dîners et leurs préparatifs, une amitié naît et se développe jusqu’à devenir indispensable aux deux protagonistes qui reprennent ainsi rapidement goût à la vie. Le roman que nous propose Isabel Vincent est très plaisant : les amateurs de cuisine apprécieront les rendez-vous ponctuels entre les deux convives, les autres, dont je fais partie, ne seront pas lassés par les recettes évoquées, car elles sont surtout prétextes à parler d’amitié ou à évoquer le passé. Edward est nostalgique, on s’en doute, lui qui a vécu une grande histoire d’amour avec Paula, l’unique femme de sa vie. Il en tire quelques leçons qu’il essaie de transmettre à Isabel, empêtrée dans des relations difficiles ; pour autant, Edward n’est jamais moralisateur. La vie lui a enseigné qu’il valait mieux être pragmatique et comme tout ce qu’il veut, c’est le bonheur d’Isabel, il essaie de lui communiquer avant tout son amour de la vie. « J’avais toujours vécu avec l’idée que le paradis se trouvait ailleurs. Mais Edward n’était pas dupe. Il savait que le paradis n’est pas un lieu mais les personnes qui peuplent votre existence. Combien de fois m’avait-il répété : « Le paradis, c’était Paula et moi » ? » (p163) Le roman nous transporte à New York dont il évoque certains quartiers et plus particulièrement Roosevelt Island et son téléphérique vers Manhattan. L’atmosphère des lieux est très bien restituée, celle de l’appartement d’Edward également, tellement chaleureuse. L’écriture d’Isabel Vincent est douce et pudique. Le deuil, omniprésent, est toujours évoqué avec délicatesse, en filigranes, comme la vieillesse à laquelle Edward essaie de s’habituer depuis qu’il vit seul. Si « Dîner avec Edward » apparaît d’abord comme un « feel-good book », il est servi par une belle écriture et par une certaine subtilité qui en font un livre sur l’amitié à la fois agréable à lire et intéressant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • musemania Posté le 15 Octobre 2018
              C’est l’histoire d’une belle amitié qui se tisse entre deux amateurs de bonne cuisine : d’une part, Isabel, dont le mariage bat de l’aile à la suite de son emménagement à New York et d’autre part, Edward, nonagénaire qui, après avoir perdu son grand Amour, perd également le goût à la vie. Voulant simplement rendre un petit service à une amie en changeant les idées à son père, Isabel était loin d’imaginer le pouvoir qu’aurait cette rencontre sur son destin. La grande originalité de ce livre : les titres des chapitres sont en fait les menus partagés par les héros principaux de ce roman doux et tendre. Chacun des chapitres est un repas qu’Isabel et Edward vont partager depuis leur rencontre. Pour les amoureux de gastronomie, des petits conseils de cuisine sont égrenés au fil des pages, sans que cela ne se transforme pour autant en manuel de cuisine. J’ai aimé parcourir Roosevelt Island car malgré plusieurs voyages dans la Grande Pomme, il s’agit d’un endroit que je ne connaissais absolument pas de visu. J’ai aimé m’y promener et y découvrir son passé carcéral et psychiatrique et ce, dans les grandes lignes. C’est un roman assez court mais qui garde un regard... C’est l’histoire d’une belle amitié qui se tisse entre deux amateurs de bonne cuisine : d’une part, Isabel, dont le mariage bat de l’aile à la suite de son emménagement à New York et d’autre part, Edward, nonagénaire qui, après avoir perdu son grand Amour, perd également le goût à la vie. Voulant simplement rendre un petit service à une amie en changeant les idées à son père, Isabel était loin d’imaginer le pouvoir qu’aurait cette rencontre sur son destin. La grande originalité de ce livre : les titres des chapitres sont en fait les menus partagés par les héros principaux de ce roman doux et tendre. Chacun des chapitres est un repas qu’Isabel et Edward vont partager depuis leur rencontre. Pour les amoureux de gastronomie, des petits conseils de cuisine sont égrenés au fil des pages, sans que cela ne se transforme pour autant en manuel de cuisine. J’ai aimé parcourir Roosevelt Island car malgré plusieurs voyages dans la Grande Pomme, il s’agit d’un endroit que je ne connaissais absolument pas de visu. J’ai aimé m’y promener et y découvrir son passé carcéral et psychiatrique et ce, dans les grandes lignes. C’est un roman assez court mais qui garde un regard assez optimiste sur la vie. Même si dans notre parcours de vie nous subissons des épreuves, il faut savoir apprécier le bonheur là où il est, dans les petites choses du quotidien. L’auteure place le rôle de l’amitié au centre de son livre, amitié belle même si pas conventionnelle aux premiers abords. En savourant ce récit, j’ai quand même une déception assez conséquente quant à sa fin. Sans la dévoiler (bien entendu ;), je suis restée sur ma faim, si je puis me permettre cette expression vu le titre du roman :-D Mon esprit assez cartésien m’empêche d’apprécier les fins d’histoire ouvertes, laissant le lecteur s’imaginer celle qu'il souhaiterait. Si je devais donc retenir un point négatif, cela serait celui-ci car c’était comme si pour moi, il manquait les toutes dernières pages de la fin. C’est dommage car c’est une des choses qu’on retient le plus le «final», mais j’ai quand même passé un délicieux (pour rester dans le sujet) moment en compagnie d’Isabel et d’Edward.
              Lire la suite
              En lire moins
            • secondo Posté le 23 Septembre 2018
              Pour Ki Koi Kan : hum, miam, à table : " Faux-filet grillé sauce bourguignonne Pommes de terre nouvelles Soufflé au chocolat Malbec " Récit tout en finesse, simplicité et élégance dans lequel Isabel VINCENT raconte avec délicatesse et pudeur une tranche un peu salée de sa vie conjugale fort heureusement agrémentée d'une rencontre légère comme une mousse, acidulée comme un zeste d’orange, relevée par un poivre subtil : la rencontre savoureuse et nourricière avec Edward. Edward est un vieux monsieur qui a connu l’amour, le vrai, la cuisine, la vraie, le bonheur, le seul et le vrai et il sait transmettre ses connaissances et ses expériences sans avoir l’air de donner des leçons. Isabel, journaliste à New York va aller dîner régulièrement avec Edward à la demande de l'une de ses amies (pour soutenir Edward qui vient de perdre sa femme) et ces rencontres gastronomiques deviendront des respirations indispensables à sa vie, des intermèdes philosophiques essentiels et décisifs. A l'instar des "Délices de Tokyo" de Durian Sukegawa, le hasard de la rencontre et la préparation des plats seront des éléments déterminants pour prendre conscience du sens de la vie. Chaque chapitre démarre par une... Pour Ki Koi Kan : hum, miam, à table : " Faux-filet grillé sauce bourguignonne Pommes de terre nouvelles Soufflé au chocolat Malbec " Récit tout en finesse, simplicité et élégance dans lequel Isabel VINCENT raconte avec délicatesse et pudeur une tranche un peu salée de sa vie conjugale fort heureusement agrémentée d'une rencontre légère comme une mousse, acidulée comme un zeste d’orange, relevée par un poivre subtil : la rencontre savoureuse et nourricière avec Edward. Edward est un vieux monsieur qui a connu l’amour, le vrai, la cuisine, la vraie, le bonheur, le seul et le vrai et il sait transmettre ses connaissances et ses expériences sans avoir l’air de donner des leçons. Isabel, journaliste à New York va aller dîner régulièrement avec Edward à la demande de l'une de ses amies (pour soutenir Edward qui vient de perdre sa femme) et ces rencontres gastronomiques deviendront des respirations indispensables à sa vie, des intermèdes philosophiques essentiels et décisifs. A l'instar des "Délices de Tokyo" de Durian Sukegawa, le hasard de la rencontre et la préparation des plats seront des éléments déterminants pour prendre conscience du sens de la vie. Chaque chapitre démarre par une recette qui donne l'eau à la bouche, comme dans un restaurant haut de gamme mais délicieusement accessible, recette déclinée sous forme de poésie culinaire qui ainsi prépare le lecteur à ce qui va arriver, comme un papier cadeau scintillant qui enrobe une découverte, une idée, un enseignement. Chaque recette inclut une viande ou un poisson, un ou plusieurs accompagnements, un dessert, un vin et quelquefois un apéritif : " Moruette à la Sauce tomate San Marzano Salade aux zestes d'orange Galette aux pommes, glace vanille Pinot Grigio" Chaque chapitre se solde par un apprentissage comme la définition de ce "repos de l'âme" : "trouver un coin dans sa tête où l'on soit en paix avec sa vie et avec ses décisions" Et bien sûr Edward demande toujours une contribution à Isabel car il a 93 ans tout de même et il vit en sage au rythme d'une existence faite de souvenirs heureux et de bonne chère, de savoir recevoir chez soi, de donner pour recevoir. Cette contribution c'est la confidence que fera Isabel à chaque passage chez Edward, confidence sur sa vie sentimentale qui part à vau-l'eau. Et comme Edward "reçoit", il donne en retour de l'apaisement, de la réflexion, de l'incitation à l'introspection. Même l’endroit où vit d'Edward porte à la contemplation, Roosevelt Island, ex île des "criminels, indigents et aliénés" et chaque dîner mènera Isabel à prendre conscience que "le paradis n'est pas un lieu mais les personnes qui peuplent notre vie" Dommage que le récit semble comme inachevé, abrupt, coupé et que que les recettes ne soient pas toutes décrites précisément car vraiment on reste très légèrement sur notre faim !
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.