En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dîner avec Edward

        Presses de la cité
        EAN : 9782258145078
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 130 x 200 mm
        Dîner avec Edward

        Anouk NEUHOFF (Traducteur)
        Date de parution : 05/04/2018
        La porte s’ouvrit brusquement, laissant apparaître un grand monsieur âgé, ses yeux souriant
        tandis qu’il me prenait la main et m’embrassait sur les deux joues. « Ma chérie ! Je vous attendais. »
        Afin d’apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d’aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la  quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de... Afin d’apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d’aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la  quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de son mariage. Mais ce qu’elle ignore, c’est qu’Edward possède d’époustouflants talents de cuisinier, alliés à un sens de l’humour sans faille et à une solide philosophie de l’existence. Pour son hôte, le vieil homme repasse derrière les fourneaux. Et l’invitation ponctuelle devient un rendez-vous régulier, l’occasion pour les deux âmes en peine de reprendre goût à la vie, et foi dans les bienfaits d’un verre de martini !
        Jalonné de préceptes de savoir-vivre, un petit précis d’optimisme et de gourmandise, un magnifique texte sur le pouvoir de la résilience, l’importance de la lenteur et la force de l’amitié.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258145078
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 130 x 200 mm
        Presses de la cité
        17.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • clarita92 Posté le 14 Septembre 2018
          Une amitié peut-elle nous aider à reprendre goût à la vie ? Pour rendre service à une amie installée loin de New York, Isabel qui assiste impuissante au naufrage de son mariage, accepte de diner avec le père de son amie, newyorkais nonagénaire dévasté par le décès récent de sa femme. Isabel tombe sous le charme de cet esthète de la cuisine, amateur de bon vin et de bonne chair, doté d’un sens de l’humour sans faille et d’une belle philosophie de l’existence, si bien que cette invitation deviendra un rendez-vous régulier. Le lecteur suit avec délice les repas de ces deux êtres solitaires qui ensemble vont reprendre goût à la vie autour d’un verre de martini. « Si abattue que je sois avant de frapper à sa porte, [raconte Isabel], je quittais toujours l’appartement d’Edward souriante, avec le cœur rempli d’une joie sans mélange ». On rêverait d’avoir Edward pour ami et de partager un dîner en tête à tête avec cet homme à la fois philosophe et épicurien ! Cet essai, qui se lit comme un roman, est une ode à la cuisine qui a ce singulier pouvoir de rassembler les êtres autour des plaisirs de la table. Mon seul regret... Une amitié peut-elle nous aider à reprendre goût à la vie ? Pour rendre service à une amie installée loin de New York, Isabel qui assiste impuissante au naufrage de son mariage, accepte de diner avec le père de son amie, newyorkais nonagénaire dévasté par le décès récent de sa femme. Isabel tombe sous le charme de cet esthète de la cuisine, amateur de bon vin et de bonne chair, doté d’un sens de l’humour sans faille et d’une belle philosophie de l’existence, si bien que cette invitation deviendra un rendez-vous régulier. Le lecteur suit avec délice les repas de ces deux êtres solitaires qui ensemble vont reprendre goût à la vie autour d’un verre de martini. « Si abattue que je sois avant de frapper à sa porte, [raconte Isabel], je quittais toujours l’appartement d’Edward souriante, avec le cœur rempli d’une joie sans mélange ». On rêverait d’avoir Edward pour ami et de partager un dîner en tête à tête avec cet homme à la fois philosophe et épicurien ! Cet essai, qui se lit comme un roman, est une ode à la cuisine qui a ce singulier pouvoir de rassembler les êtres autour des plaisirs de la table. Mon seul regret est l’absence de recettes détaillées. J’aurais beaucoup apprécié que l’auteur insère les recettes du livre en annexe pour pouvoir les réaliser. Je vais tout de même me lancer dans la préparation des œufs brouillés moelleux et crémeux à la « Edward ». Coup de cœur pour ce livre plein de bons sentiments. Un régal à partager !
          Lire la suite
          En lire moins
        • mariecloclo Posté le 12 Septembre 2018
          Le point de départ de ce joli roman est original : une femme travaillant au Canada charge une de ses amies de dîner de temps en temps avec son vieux père qui est veuf depuis peu afin de le distraire et veiller un peu sur lui. Le vieil homme de 92 ans est un excellent cuisinier, la femme a la cinquantaine, est journaliste et a des problèmes de couple. Le roman raconte les différents dîners entre ces deux personnes qui, a priori, n'ont rien en commun. Chaque chapître commence par le menu et le vin du dîner et cela met souvent l'eau à la bouche. Petit à petit, les deux protagonistes apprennent à mieux se connaître et s'apprécier et s'entraident mutuellement. Le style est très agréable. C'est un roman assez positif car les personnages ne se lamentent jamais sur leur sort. J'ai aimé aussi la pudeur et l'élégance de ces personnages. J'ai passé un bon moment en leur compagnie. Un petit roman sans prétention et qui fait du bien. Je le recommande !
        • bookworm23 Posté le 13 Juillet 2018
          Ce roman est une jolie histoire d’une amitié inattendue voir improbable. Isabel journaliste d’une quarantaine d’année habitant à New-York, tente de sauver son mariage qui prend désespérément l’eau. Malgré ce contexte, une de ses amies la sollicite pour qu’elle aille régulièrement dîner à son père Edward octogénaire qui vient tout juste de perdre sa femme. Alors que peu de choses les unit, ces deux écorchés de la vie vont apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, s’épaulant l’un l’autre dans leurs épreuves respectives. Ces dîners deviennent une occasion de se retrouver et de partager un bon repas concocté par Edward fin gastronome, érudit et féru de cuisine contrairement à Isabel qui ne connait la gastronomie qu’à travers les écrits de la célèbre écrivaine MFK Fisher. Au détour des chapitres qui se présentent comme le menu de chacun des repas, le lecteur découvre cette amitié naissante avec émotions et les mets délicats préparés par Edward : poulet rôti aux herbes et ses petits légumes, faux-filet sauce bourguignonne, soufflé à l’abricot et bien d’autres réjouissances qui vous mettront l’eau à la bouche. Sous les yeux des lecteurs, une alchimie se crée, l’un et l’autre reprenant leurs vies en main sachant qu’ils... Ce roman est une jolie histoire d’une amitié inattendue voir improbable. Isabel journaliste d’une quarantaine d’année habitant à New-York, tente de sauver son mariage qui prend désespérément l’eau. Malgré ce contexte, une de ses amies la sollicite pour qu’elle aille régulièrement dîner à son père Edward octogénaire qui vient tout juste de perdre sa femme. Alors que peu de choses les unit, ces deux écorchés de la vie vont apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, s’épaulant l’un l’autre dans leurs épreuves respectives. Ces dîners deviennent une occasion de se retrouver et de partager un bon repas concocté par Edward fin gastronome, érudit et féru de cuisine contrairement à Isabel qui ne connait la gastronomie qu’à travers les écrits de la célèbre écrivaine MFK Fisher. Au détour des chapitres qui se présentent comme le menu de chacun des repas, le lecteur découvre cette amitié naissante avec émotions et les mets délicats préparés par Edward : poulet rôti aux herbes et ses petits légumes, faux-filet sauce bourguignonne, soufflé à l’abricot et bien d’autres réjouissances qui vous mettront l’eau à la bouche. Sous les yeux des lecteurs, une alchimie se crée, l’un et l’autre reprenant leurs vies en main sachant qu’ils ne seront plus jamais seuls. Une savoureuse histoire d’amitié intergénérationnelle à lire sans attendre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • ninachevalier Posté le 13 Juin 2018
          Isabel Vincent , journaliste qui vient de s'installer à New-York, relate sa rencontre avec le père d'une de ses amies, Edward, 93 ans. Tous deux ont perdu un être cher. Edward cultive le souvenir de sa femme, Paula, converse avec elle par lettres. Il exhorte d'ailleurs fortement à Isabel d’écrire aussi à sa mère. Une façon de tromper l'absence, le vide. Ils ont convenu d’un rendez-vous hebdomadaire, ce qui nous fait sillonner New-York, emprunter le téléphérique, et découvrir l’historique de Roosevelt Island, où vit Edward. Chaque chapitre ouvre l'appétit puisqu’il débute par un menu, concocté avec amour par Edward. La cuisine n’est -elle pas la pièce la plus jouissive d'une maison ? La plus intime et conviviale. Les repas , sur fond sonore de Fitzgerald sont les moments où ils vont s'épancher et convoquer leur passé. Une parenthèse salvatrice pour Isabel qui se livre aux confidences sur son stress au travail, la pression subie, le harcèlement du boss, ce qu'elle n'avait pas connu à Montréal. Elle ne lui cache pas le naufrage de son mariage. On voit se nouer leur amitié hors norme, qui s'est cimentée avec la maladie de son protecteur, Edward. Lui qui a... Isabel Vincent , journaliste qui vient de s'installer à New-York, relate sa rencontre avec le père d'une de ses amies, Edward, 93 ans. Tous deux ont perdu un être cher. Edward cultive le souvenir de sa femme, Paula, converse avec elle par lettres. Il exhorte d'ailleurs fortement à Isabel d’écrire aussi à sa mère. Une façon de tromper l'absence, le vide. Ils ont convenu d’un rendez-vous hebdomadaire, ce qui nous fait sillonner New-York, emprunter le téléphérique, et découvrir l’historique de Roosevelt Island, où vit Edward. Chaque chapitre ouvre l'appétit puisqu’il débute par un menu, concocté avec amour par Edward. La cuisine n’est -elle pas la pièce la plus jouissive d'une maison ? La plus intime et conviviale. Les repas , sur fond sonore de Fitzgerald sont les moments où ils vont s'épancher et convoquer leur passé. Une parenthèse salvatrice pour Isabel qui se livre aux confidences sur son stress au travail, la pression subie, le harcèlement du boss, ce qu'elle n'avait pas connu à Montréal. Elle ne lui cache pas le naufrage de son mariage. On voit se nouer leur amitié hors norme, qui s'est cimentée avec la maladie de son protecteur, Edward. Lui qui a su transcender le quotidien de la narratrice. Portés par leur bienveillance réciproque, ils réussissent à faire face aux aléas. Pour Isabel son divorce. Serge Joncour souligne dans son roman " Repose-toi sur moi" qu' «  Ils sont rares ceux qui donnent vraiment, ceux qui écoutent vraiment ». Et bien Edward est de cette trempe là. Il déplore cette époque super connectée, sait communiquer avec Isabel, «  traiter ses invités comme la famille ». Quoi de plus gratifiant de la voir repartir «  souriante, avec le coeur rempli d'une joie sans mélange ». Et nous lecteur, on quitte à regrets ce personnage attachant qu'est Edward : un Pygmalion, « une bonne fée », qui a métamorphosé Isabel, la narratrice, lui a fait retrouver sa féminité. Un roman, original dans sa présentation, qui met en scène deux êtres cabossés, qui ont su s’apprivoiser, s’écouter, s’apporter du réconfort et de l’affection. Une résilience exemplaire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Stemilou Posté le 7 Juin 2018
          Edward est un homme de plus de quatre-vingt dix ans qui vient littéralement de perdre sa raison de vivre: sa femme Paula qui lui apportait la force de dépenser les aléas de la vie, de leur amours sont nées deux filles l'une vit au Canada, l'autre en Grèce. Isabel la cinquantaine, ancienne correspondante de guerre, qui après de nombreux déménagement dans divers pays s'installe à Roosevelt Island avec son mari photographe de guerre rencontré en ex-Yougoslavie et leur fille. Le mari d'Isabel ne se plaît guère à New York et lui fait bien comprendre, ce dernier déménagement loin de ressouder le couple va le faire éclater irrémédiablement. Ce sont donc deux âmes en peine qui se rencontre grâce à l'entremise d'une des filles d'Edward. Des dîners thérapie qui s'organisent régulièrement et permettent à ces deux êtres d'échanger: Edward sur son passé et son amour pour Paula, Isabel sur son mariage ruiné et bien plus tard sur sa renaissance (due aux bons soins d'Edward). Ces dîner sont aussi l'occasion pour Edward de montrer tout son talent pour la cuisine, des menus élaborés avec finesse et des astuces de cuisines qu'il partage avec parcimonie. Une relation intimiste se crée entre ce vieil homme aux... Edward est un homme de plus de quatre-vingt dix ans qui vient littéralement de perdre sa raison de vivre: sa femme Paula qui lui apportait la force de dépenser les aléas de la vie, de leur amours sont nées deux filles l'une vit au Canada, l'autre en Grèce. Isabel la cinquantaine, ancienne correspondante de guerre, qui après de nombreux déménagement dans divers pays s'installe à Roosevelt Island avec son mari photographe de guerre rencontré en ex-Yougoslavie et leur fille. Le mari d'Isabel ne se plaît guère à New York et lui fait bien comprendre, ce dernier déménagement loin de ressouder le couple va le faire éclater irrémédiablement. Ce sont donc deux âmes en peine qui se rencontre grâce à l'entremise d'une des filles d'Edward. Des dîners thérapie qui s'organisent régulièrement et permettent à ces deux êtres d'échanger: Edward sur son passé et son amour pour Paula, Isabel sur son mariage ruiné et bien plus tard sur sa renaissance (due aux bons soins d'Edward). Ces dîner sont aussi l'occasion pour Edward de montrer tout son talent pour la cuisine, des menus élaborés avec finesse et des astuces de cuisines qu'il partage avec parcimonie. Une relation intimiste se crée entre ce vieil homme aux goûts certains pour les mets délicats et toutes les personnes que le destin met sur son chemin, Edward nous explique très bien l'importance des rencontres et le fait de garder le contact avec ceux qu'on apprécie: "Il [Edward] savait que le paradis n’est pas un lieu, mais les personnes qui peuplent votre existence." C'est un bel échange que l'auteure nous confie mêlant la délicatesse et l'art de la cuisine à l'importance de s'intéresser aux autres. Pour Edward les invitations à dîner sont surtout l'occasion de ne pas rester seul et ainsi d'éloigner pour quelques heures le manque de Paula. Celui qui souhaitait tant rejoindre sa femme dans la mort se retrouve à apporter aux autres une raison de vivre. Un bel hommage à l'amitié qui fait fi de la barrière de l'âge.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "A cette belle histoire s'ajoute une balade dans un New York métissé et un hymne à la tolérance et aux mélanges parfois épicés... Comme en cuisine, et la recette est excellente."
         
        Marie France
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com