Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221096239
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 688
Format : 153 x 240 mm

Echec et mat

Collection : Best-sellers
Date de parution : 10/04/2003

Stephen Carter fait une entrée fracassante en littérature, entre Tom Wolfe (peinture au vitriol de la bourgeoisie noire américaine) et John Grisham («legal thriller» qu'on ne lâche pas).

Vendu à plus de 500 000 exemplaires aux États-Unis, bientôt adapté par Hollywood, best-seller international publié dans dix-sept pays, «Échec et mat» est un phénomène éditorial… Le juge noir ultraconservateur Oliver Garland était un fin joueur d'échecs, comme son fils Talcott. La mort du juge et l'énigme qu'elle pose (crise...

Vendu à plus de 500 000 exemplaires aux États-Unis, bientôt adapté par Hollywood, best-seller international publié dans dix-sept pays, «Échec et mat» est un phénomène éditorial… Le juge noir ultraconservateur Oliver Garland était un fin joueur d'échecs, comme son fils Talcott. La mort du juge et l'énigme qu'elle pose (crise cardiaque ou assassinat?…) vont contraindre Talcott à assembler pion par pion chaque élément de la vie et de la personnalité complexes de son père, de sa carrière, du scandale qui l'a ruiné… Servie par un suspense dosé au mot près, une dangereuse quête de la vérité qui entraîne le lecteur à travers un dédale de hautes ambitions politiques, de secrets de famille et de pratiques judiciaires corrompues. Mêlant, avec des accents de journal intime, la ténébreuse généalogie des Garland (emblématique de ces vieilles familles noires américaines qui se targuent d'avoir été affranchies avant les autres) à l'échec conjugal de Talcott (dont la femme, brillante avocate métisse, brigue un poste à la Cour suprême), Stephen Carter esquisse la première fresque sociale de l'«upper class» africaine-américaine. Rythmée par une intrigue au cordeau, cette saga, foisonnante par ses thèmes, intimiste par son écriture, est non seulement un thriller captivant mais, tout simplement, un grand roman.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221096239
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 688
Format : 153 x 240 mm
Robert Laffont

Ils en parlent

«D’une part, Carter est un universitaire noir et de renom et, d’autre part, l’intrigue adroitement ficelée touche à des questions identitaires restées jusqu’ici largement inexplorées dans la littérature américaine. La combinaison est détonante: depuis sa parution le 2 juin, «Échec et mat» ne quitte plus la liste des best-sellers du «New York Times». Il faut dire qu’avant la publication de son roman, Carter jouissait déjà d’une notoriété qui s’étendait bien au-delà de Yale. Conseiller sporadique de Bill Clinton, Stephen Carter s’est distingué en prenant parti pour une plus grande présence du religieux dans le discours civique. Et, chose rare chez un intellectuel noir outre-Atlantique, Carter critique dans une certaine mesure le politique américaine des quotas visant à favoriser les minorités ethniques. Depuis 1991, il a ainsi publié sept ouvrages socio-politiques destinés au grand public. Mais avec «Échec et mat», Carter se lance sur un terrain tout à fait neuf: le “legal thriller”, un roman policier avec pour toile de fond le milieu politico-judiciaire de Washington et l’univers des prestigieuses law schools américaines. (…)» «Le Monde des livres», 30 août 2002 «Les États-Unis sont dirigés par des juristes, et chaque génération produit au moins un romancier-juriste qui a une histoire passionnante à raconter sur un aspect négligé de la vie juridique américaine. Scott Turow, un procureur de Chicago, l’a fait dans les années quatre-vingt avec «Présumé Innocent». La dernière recrue du genre est Stephen Carter, professeur de droit à Yale, et auteur de nombreux essais remarqués. S’il est un best-seller dont nous entendrons parler ce printemps, ce sera forcément «Échec et mat», acheté par Alfred A. Knopf et Jonathan Cape au terme d’enchères comme on en a rarement vues à Manhattan. Il faut dire que les éditeurs sont tombés sous le charme de ce roman qui associe magistralement le rythme d’un thriller juridique à la finesse d’un roman littéraire. (…)  Un livre passionnant, dont le ressort est un cocktail détonant d’intrigues et de personnages. Hollywood s’est déjà emparé du roman et on a avancé de nombreux noms pour le rôle principal. Il y aura bien d’autres romans à la mode publiés l’année prochaine à New York et à Londres, mais peu pourront rivaliser avec cette analyse subtile d’un aspect méconnu de la société américaine, et peu exerceront la même emprise irrésistible sur l’imagination du lecteur.» Robert McCrum, «The Observer», 30 décembre 2001

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • petitepom Posté le 2 Mai 2020
    Une lecture intéressante mais aussi fastidieuse : on est pris par l'intrigue, on veut connaitre les " dispositions" que le juge à laisser à son fils, intrigué surtout car Talcott sera suivi et même agressé. Toutefois, si l'auteur a une belle plume, chaque personnage ou situation est détaillé et expliqué, ce fut parfois un peu long à lire, j'ai fini par m'y perdre un peu car il y a beaucoup de personnage et cet précision m'a embrouillé et une fois fini, je suis déçue car je n'ai pas toutes les réponses que j'attendais où je n'ai pas compris...
  • collectifpolar Posté le 27 Février 2020
    Talcott enquête sur la mort de son père, Oliver Garland, le juge ultra-conservateur. Comme celui-ci, Talcott est un fin joueur d'échecs. Pour découvrir la vérité, il doit assembler pion par pion chaque élément de la vie et de la complexe personnalité de son père, de sa carrière, du scandale qui l'a ruiné. En mettant à jour les zones d'ombres, il va découvrir l'horreur. Que voilà une somme. Aux Etats-Unis on appel cela un legal thriller, vous savez un peu à la John Grisham, celui de l'associé, de l'affaire Pélican, ou encore de la firme. Mais ici Carter nous offre en plus un roman sur les liens entre père et fils, le sens de l'honneur et la force du pardon. Un thriller qui explore aussi les coulisses du monde politique, il nous montre une Amérique puissante, cynique et avide. Il dénonce ici la partialité raciale, l'incompétence, la corruption politique et surtout la violence, toute légale qu'elle soit, du système judiciaire. Il nous montre une Amérique à deux visages, balançant entre deux mondes avec son racisme ordinaire, une Amérique profonde, conservatrice, mais aussi celle des droits civiques, des combats contre la ségrégation avec sa galerie de héros et de lâches voire de héros manqués.... Talcott enquête sur la mort de son père, Oliver Garland, le juge ultra-conservateur. Comme celui-ci, Talcott est un fin joueur d'échecs. Pour découvrir la vérité, il doit assembler pion par pion chaque élément de la vie et de la complexe personnalité de son père, de sa carrière, du scandale qui l'a ruiné. En mettant à jour les zones d'ombres, il va découvrir l'horreur. Que voilà une somme. Aux Etats-Unis on appel cela un legal thriller, vous savez un peu à la John Grisham, celui de l'associé, de l'affaire Pélican, ou encore de la firme. Mais ici Carter nous offre en plus un roman sur les liens entre père et fils, le sens de l'honneur et la force du pardon. Un thriller qui explore aussi les coulisses du monde politique, il nous montre une Amérique puissante, cynique et avide. Il dénonce ici la partialité raciale, l'incompétence, la corruption politique et surtout la violence, toute légale qu'elle soit, du système judiciaire. Il nous montre une Amérique à deux visages, balançant entre deux mondes avec son racisme ordinaire, une Amérique profonde, conservatrice, mais aussi celle des droits civiques, des combats contre la ségrégation avec sa galerie de héros et de lâches voire de héros manqués. Un roman où il est questions d'exclusion et d'appartenance. Un roman complexe tel une partie d'échec où les pièces du puzzle serait la Mafia, la police et le FBI mais aussi intimidation, crime et corruption. Une intrigue brillante voire éblouissante dont le suspense nous tient en haleine, page après page. Un thriller déconcertant qui oscille entre thriller juridique et saga familiale. Un roman original tissé comme un véritable jeu de dupe.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bookaddict02 Posté le 15 Mai 2019
    j'ai trouvé ce livre très complexe et tres difficile à lire.
  • Errant Posté le 30 Novembre 2018
    Ce thriller est également une excursion dans un pan de la société américaine et les deux volets sont aussi réussis l'un que l'autre. L'intrigue suscite beaucoup de suppositions car elle est alambiquée à souhait tout en restant plausible. Voguant allègrement entre les diktats de la mafia, les cachotteries du FBI et les magouilles d'une faculté de droit, l'auteur, dont c'était le premier roman, a su monter une histoire compliquée, pimentée de nombreux rebondissements et bien malin qui devinera le dénouement. Les fervents d'action rapide et haletante risquent par contre d'être déçus puisque le rythme ralentit souvent pour laisser place, entre autres, à la vie de couple tourmentée de Talcott, le fils du défunt juge qui écope bien malgré lui d'une position centrale dans ce jeu d'échec hallucinant. Et pour qui s'intéresse le moindrement aux bizarres mœurs américaines, ce livre est une mine de renseignements sur le monde juridique, l'auteur étant lui-même professeur de droit à Yale, et sur l'omniprésent racisme, l'auteur est Noir. Les observations et considérations sur la classe aisée des Afro-Américains, les nombreuses références, historiquement exactes, aux luttes pour l'émancipation, la finesse des propos concernant les relations Blancs-Noirs, confèrent un statut à ce livre qui dépasse le simple divertissement... Ce thriller est également une excursion dans un pan de la société américaine et les deux volets sont aussi réussis l'un que l'autre. L'intrigue suscite beaucoup de suppositions car elle est alambiquée à souhait tout en restant plausible. Voguant allègrement entre les diktats de la mafia, les cachotteries du FBI et les magouilles d'une faculté de droit, l'auteur, dont c'était le premier roman, a su monter une histoire compliquée, pimentée de nombreux rebondissements et bien malin qui devinera le dénouement. Les fervents d'action rapide et haletante risquent par contre d'être déçus puisque le rythme ralentit souvent pour laisser place, entre autres, à la vie de couple tourmentée de Talcott, le fils du défunt juge qui écope bien malgré lui d'une position centrale dans ce jeu d'échec hallucinant. Et pour qui s'intéresse le moindrement aux bizarres mœurs américaines, ce livre est une mine de renseignements sur le monde juridique, l'auteur étant lui-même professeur de droit à Yale, et sur l'omniprésent racisme, l'auteur est Noir. Les observations et considérations sur la classe aisée des Afro-Américains, les nombreuses références, historiquement exactes, aux luttes pour l'émancipation, la finesse des propos concernant les relations Blancs-Noirs, confèrent un statut à ce livre qui dépasse le simple divertissement bien que de ce coté-là, l'objectif soit amplement atteint aussi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Labibliogirly Posté le 24 Mars 2016
    Stephen Carter fait partie de ces auteurs que l'on voudrait voir publier plus souvent. Ces romans sont des pavés que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire. L'auteur est un homme très intelligent et qui prend énormément de temps pour faire les recherches nécessaires à la rédaction d'une histoire plus vraie que nature. J'ai toujours été fascinée par le mécanisme de la justice américaine. Cela me permet de la comparer à la justice française, que je pratique tous les jours. Stephen Carter nous emmène dans un monde complexe, entre autre celui des échecs, et de celui plus discret des relations familiales avec un patriarche aussi présent physiquement que mentalement. Chapeau bas à l'auteur.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.