En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Eleanor Oliphant va très bien

        Fleuve éditions
        EAN : 9782265116511
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 210 mm
        Eleanor Oliphant va très bien

        Aline AZOULAY-PACVON (Traducteur)
        Date de parution : 28/09/2017
        Eleanor Oliphant est un peu spéciale.
        Dotée d’une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu’elle les pense, sans fard, sans ambages.
        Fidèle à sa devise « Mieux vaut être seule que mal accompagnée », Eleanor évite ses semblables et préfère...
        Eleanor Oliphant est un peu spéciale.
        Dotée d’une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu’elle les pense, sans fard, sans ambages.
        Fidèle à sa devise « Mieux vaut être seule que mal accompagnée », Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d’une bouteille de vodka.
        Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec « maman ».
        Mais tout change le jour où elle s’éprend du chanteur d’un groupe de rock à la mode.
        Décidée à conquérir de l’objet de son désir, Eleanor se lance dans un véritable marathon de transformations. Sur son chemin, elle croise aussi Raymond, un collègue qui sous des airs négligés, va lui faire repousser ses limites.
        Car en naviguant sur les eaux tumultueuses de son obsession amoureuse et de sa relation à distance avec « maman », Eleanor découvre que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d’un ami…
                                           
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782265116511
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 210 mm
        Fleuve éditions
        19.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BlackKat Posté le 27 Janvier 2018
          Eleanor navigue entre son boulot, la semaine, et une bouteille de vodka, le week-end. Seule. Ne recherchant pas le contact.  Mais un soir, elle craque pour un inconnu, un rockeur qu'elle voit pour la première fois sur scène.  Et tout change. Et Raymond, un collègue de travail, glisse son grain de sel pour bouleverser l'existence de la jeune femme. Mais à part cela, Eleanor Oliphant va très bien. Really!  Ce roman est doté d'un titre qui clame d'Eleanor Oliphant va très bien. Mais juste en surface, hein, ne grattez pas! Et lorsqu'on écaille le vernis social, en fait, Eleanor s'est dotée de tout un arsenal de garde-fous pour préserver une image de bien-être mais elle ne va pas bien. Depuis trop longtemps... Animal social inadapté, handicapée émotionnelle, Eleanor a développé des comportements quasi autistiques  pour se protéger, ce qui engendre des situations cocasses à aberrantes tout au long du roman. Se protéger des autres, d'elle-même. Ce roman parle de résilience face à un traumatisme d'enfance. Et s'il est question de solitude au quotidien, c'est le thème du rapport à la mère qui est abordé en filigrane. Un enfant est une éponge et absorbe l'amour et l'attention de ses parents pour asseoir une future vie d'adulte saine et équilibrée. Mais quand... Eleanor navigue entre son boulot, la semaine, et une bouteille de vodka, le week-end. Seule. Ne recherchant pas le contact.  Mais un soir, elle craque pour un inconnu, un rockeur qu'elle voit pour la première fois sur scène.  Et tout change. Et Raymond, un collègue de travail, glisse son grain de sel pour bouleverser l'existence de la jeune femme. Mais à part cela, Eleanor Oliphant va très bien. Really!  Ce roman est doté d'un titre qui clame d'Eleanor Oliphant va très bien. Mais juste en surface, hein, ne grattez pas! Et lorsqu'on écaille le vernis social, en fait, Eleanor s'est dotée de tout un arsenal de garde-fous pour préserver une image de bien-être mais elle ne va pas bien. Depuis trop longtemps... Animal social inadapté, handicapée émotionnelle, Eleanor a développé des comportements quasi autistiques  pour se protéger, ce qui engendre des situations cocasses à aberrantes tout au long du roman. Se protéger des autres, d'elle-même. Ce roman parle de résilience face à un traumatisme d'enfance. Et s'il est question de solitude au quotidien, c'est le thème du rapport à la mère qui est abordé en filigrane. Un enfant est une éponge et absorbe l'amour et l'attention de ses parents pour asseoir une future vie d'adulte saine et équilibrée. Mais quand l'un ou l'autre n'a pas été présent, les séquelles sont dramatiques. Eleanor en subit chaque jour les conséquences. Et ce roman, je l'ai vécu comme les étapes d'un deuil. La réponse à un traumatisme, c'est le repli sur soi, l'accumulation de carapaces pour se rendre hermétique à tout autre assaut toxique. Et la solitude choisie, voire vitale pour ne pas sombrer davantage, devient subie quand on n'a pas acquis les codes de la vie en société. On devient un animal qu'on ignore au mieux, qu'on regarde avec curiosité ou mépris au pire. Mais Eleanor, inconsciemment, évolue et éprouve le désir de vivre réellement, en tombant amoureuse d'un inconnu. L'élément déclencheur d'un changement de vie. La vie lui apprend douloureusement que mettre des pansements sur une plaie sanglante est inefficace, ne fera que retarder la guérison qui ne peut se faire qu'une fois le membre gangrené, amputé. Et il faut parfois toucher le fond, frôler la mort, pour réagir profondément, rebondir et se réinventer, se défaire définitivement du schéma modelé par la mère. S'ouvrir de nouveau aux autres, c'est prendre le risque de s'ouvrir. Eleanor le sait. Mais c'est aussi trouver des personnes formidables sur son chemin, pour peu qu'on leur offre une petite place. Raymond est ce genre de personne qui, l'air de rien, s'impose et ne lui laisse pas le choix du repli. Il n'a l'air de rien ce Raymond mais j'ai adoré sa manière de soutenir Eleanor, sans jugement ni grand discours moralisateur et culpabilisant.  J'ai beaucoup aimé la référence à ce gros pachyderme de la Terre du Milieu de l'univers de Tolkien, l'oliphant. Quatre défenses, un physique pas très gracieux. Joli symbole pour l'Eleanor du début du roman!  Beaucoup d'émotions avec cette lecture. Du rire aux larmes, Eleanor est attachante. Attachante et émouvante si on ne s'arrête pas à sa froideur apparente.  Ce roman est beaucoup plus profond que la simple succession de scènes de la vie quotidienne car ce sont ces petits riens qui marquent la "renaissance" d'Eleanor. Et cette histoire est belle. Elle a mis du temps, le temps de son cheminement vers la liberté, mais elle est enfin sortie de sa chrysalide... Alors bon vent, Eleanor, même les oliphants peuvent se transformer en papillon!
          Lire la suite
          En lire moins
        • yogo Posté le 26 Janvier 2018
          Nous suivons le long de ce récit Eleanor Oliphant, une comptable d'une trentaine d'années, seule, vodka-dépendante dont la vie est d'une routine déconcertante. Sans amis, avec comme seule compagnie une plante verte, sa vie se réduit à son boulot. Ses contacts avec sa famille se limitent au coup de fil hebdomadaire de sa mère, Personnage asocial, elle se réfugie dans sa solitude, ce qui ne l’empêche pas de porter un regard décalé et acerbe sur le monde extérieur. Sa rencontre avec un musicien va changer ses habitudes, sa vie et rouvrir les plaies du passé. Entre rires et larmes, on découvre petit à petit le drame qui s'est joué durant l'enfance d'Eleanor. Ce roman est un véritable page-turner. Avec une écriture fluide, l'auteure nous raconte une histoire simple et émouvante. Plein de bons sentiments, à la fin heureuse, avec beaucoup d'espoir et d'optimisme, ce récit marque quand même par sa dureté et sa complexité. Au final, j'ai passé un très bon moment en compagnie d'Eleanor Oliphant, roman à la fois drôle et émouvant, acerbe et tendre. Un personnage et une histoire que je ne suis pas prêt d'oublier.
        • iris29 Posté le 21 Janvier 2018
          Un vrai délice ! Eleanor Oliphant va très bien , c'est vite dit... Sa vie n'est que solitude et routine ... Les semaines s'écoulent identiques . Un boulot de comptable dans une agence de design, des collègues qui la trouvent tellement bizarre qu'ils ne savent pas par quel bout la prendre et d'ailleurs ils l'ignorent la plupart du temps, le reste , ils préfèrent se foutre de sa gueule . C'est qu'elle est particulière , Eleanor... cash et sans filtre , dotée d'une grande érudition . Tous les vendredi, après une visite au supermarché , elle trouve du réconfort dans une bouteille de vodka , de quoi affronter le week-end , et passer le temps jusqu'au lundi matin , jour béni où elle pourra enfin s'occuper l'esprit toute la semaine . Niveau compagnie, elle peut compter sur une plante verte , seul vestige de son enfance et sur le coup de fil hebdomadaire de " maman" , d'excellente compagnie ... C'est dans cette routine toute "routinière" que le changement va survenir: Eleanor va faire plusieurs rencontres masculines ... Oh , dit comme ça , ce n'est pas grand chose ,... Un vrai délice ! Eleanor Oliphant va très bien , c'est vite dit... Sa vie n'est que solitude et routine ... Les semaines s'écoulent identiques . Un boulot de comptable dans une agence de design, des collègues qui la trouvent tellement bizarre qu'ils ne savent pas par quel bout la prendre et d'ailleurs ils l'ignorent la plupart du temps, le reste , ils préfèrent se foutre de sa gueule . C'est qu'elle est particulière , Eleanor... cash et sans filtre , dotée d'une grande érudition . Tous les vendredi, après une visite au supermarché , elle trouve du réconfort dans une bouteille de vodka , de quoi affronter le week-end , et passer le temps jusqu'au lundi matin , jour béni où elle pourra enfin s'occuper l'esprit toute la semaine . Niveau compagnie, elle peut compter sur une plante verte , seul vestige de son enfance et sur le coup de fil hebdomadaire de " maman" , d'excellente compagnie ... C'est dans cette routine toute "routinière" que le changement va survenir: Eleanor va faire plusieurs rencontres masculines ... Oh , dit comme ça , ce n'est pas grand chose , ce qui compte au final c'est la façon dont c'est raconté... Eleanor est complétement décalée et sa façon de voir le monde est savoureuse . On sourit intérieurement de ses réflexions si originales et pertinentes .On a peur pour elle, si seule et si fragile dans ce monde de brutes. On est émus, bouleversés quand surviennent des indices sur son passé . Entre suspens, émotion et "loufoqueries ", on en prend doucement plein la figure . Par petites touches subtiles , toutes nos certitudes , nos à-priori sur les gens différents volent en éclats... Oh, à la fin, c'est sûr , Eleanor va bien. Très bien , même , mais nous, on a les larmes au bord des yeux ... Sensible, amusant, et délicatement puissant, Eleanor ,pourrait bien devenir votre nouvelle meilleure amie !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Rose1912 Posté le 16 Janvier 2018
          Eleanor est en apparence une jeune fille ordinaire avec une vie ordinaire. Elle est comptable dans une société de Design, vit dans un petit logement social et sa seule compagnie est une plante verte qu'elle considère presque comme une personne. Eleanor a beaucoup de mal avec les codes de bonne conduite en société et avec les relations humaines en général. Oui, sa vie nous semble banale sauf qu'aux fil des pages, on se rend compte que c'est tout le contraire. Eleanor est une survivante dans tous les sens du terme, cette jeune trentenaire va découvrir au hasard de différents petits événements qui vont modifier sa triste vie ce que c'est d'être amoureuse, d'avoir un ami, de se faire coiffer, de se maquiller...elle va tout simplement renaître de ses cendres tel le Phoenix. J'ai adoré ce roman et cette héroïne hors du commun, la subtilité avec laquelle l'auteur nous livre les indices avec parcimonie et l'humour omniprésent malgré la souffrance.
        • Melo Posté le 6 Janvier 2018
          COUP DE COEUR

        Ils en parlent

        Le coup de coeur de la rentrée des libraires : 
        « Une lecture réjouissante, émouvante, poignante. » Bénédicte Cadoux, librairie le Failler à Rennes
        « Le carton assuré de cet automne ! Tellement décalée, tellement attachante, Eleanor va tout balayer sur son passage. » Guillaume Le Tirilly, Furet du Nord à Arcueil
        « Ce livre est juste à tomber par terre. » Sandrine Dantard, Fnac de Grenoble
        « Elle est drôle, intelligente, singulière, et vous découvrirez avec elle qu'il n'est jamais trop tard pour apprendre à vivre. La friandise de la rentrée ! » Olga Philonenko, librairie Kléber à Strasbourg

        « Eleanor Oliphant va très bien est une pure merveille littéraire. C’est drôle, touchant, et imprévisible. Son parcours pour se débarrasser de ses démons est savamment tissé et absolument saisissant. » Jojo Moyes, auteur bestseller du New York Times avec Avant toi.
        « Puissant... J’ai totalement adoré Eleanor Oliphant va très bien. » Fiona Barton, auteur du New York Times bestseller La Veuve.
        « Je me suis épris de cette histoire étrangement belle et triste en quelques pages, et en suis tombé profondément et irrévocablement amoureux à la fin. J’espère que tous les lecteurs tomberont pour Eleanor Oliphant autant que moi. » Stylist
        « Comme une Jane Eyre contemporaine, la Eleanor Oliphant de Gail Honeyman est une femme marquée par une profonde solitude et l’ombre d’une enfance déchirante […] votre cœur battra pour Eleanor à chaque page tournée. J’ai adoré cette histoire.  » Paula McClain, auteur New York Times bestseller Madame Hemingway
        « Eleanor Oliphant va très bien est de ces romans à part, entre textes littéraires et fictions plus commerciales : tout à fait accessible mais très bien écrit, aussi lucide et intelligent que drôle et émouvant. » The Guardian
         
        « Un livre puissamment addictif, brillant et bouleversant. »
        Héléna Voillovitch / Elle
        Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
        Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.