Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259219310
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 204
Format : 140 x 225 mm

Guide du loser amoureux

Collection : Feux croisés
Date de parution : 29/08/2013

"Junot Díaz met le feu aux poudres. Prix Pulitzer avec son premier roman, il prouve une fois encore son incroyable talent pour créer de grands événements et de grandes oeuvres littéraires." Los Angeles Times

Le centre de gravitation de ces histoires, c’est Yunior : jeune tête brûlée, aussi coeur d’artichaut qu’incorrigible désinvolte.
Dans chaque histoire, une femme, des femmes – mère, épouse, maîtresse, petite amie – extraordinaires et sans cesse perdues. Et en point de mire : l’amour – l’obsessionnel, l’illicite, le léger,...

Le centre de gravitation de ces histoires, c’est Yunior : jeune tête brûlée, aussi coeur d’artichaut qu’incorrigible désinvolte.
Dans chaque histoire, une femme, des femmes – mère, épouse, maîtresse, petite amie – extraordinaires et sans cesse perdues. Et en point de mire : l’amour – l’obsessionnel, l’illicite, le léger, le fou, le périssable, l’éternel amour.
Et tandis que Yunior court après les filles, les fantasme, les largue, les adore ou les maudit, ces histoires dessinent peu à peu une radiographie du coeur humain, mettant à nu sa soif infinie et sa faiblesse inexorable. Toujours la passion semble l’emporter sur l’expérience, et l’amour, même échoué, même avorté, même Sali ou raillé, reste irréductible.

Déferlante langagière, bourrée d’inventions, tendre et drôle à la fois, la prose de Díaz électrise tout sur son passage.

Meilleur livre 2012 du New York Times

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259219310
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 204
Format : 140 x 225 mm
Plon

Ils en parlent

Ce Guide du loser amoureux n'est pas seulement la chronique drolatique de minables déboires sentimentaux. C'est d'abord et surtout un fascinant ovni littéraire. Comme Yunior, Diaz a la langue verte et bien pendue. Son spanglish, un alliage incroyablement comique et corrosif d'espagnol et d'anglais (admirablement traduit), est un feu d'artifice d'images et de néologismes, un crépitement d'argot improbable, de jurons pleins de sève...

Le Monde

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • momotombo Posté le 30 Décembre 2017
    Un fatalisme truculent
  • LadyOsoleil Posté le 14 Août 2016
    Un ensemble de petites histoires sur la vie et les femmes de Yunior, grand perdant des relations amoureuses. L'histoire en elle-même n'est pas extraordinaire mais c'est la plume de l'écrivain qui fait la différence. Blasé, imagé et intelligente, c'est un vrai plaisir. Je tenterai donc d'autres Junot Diaz.
  • frandj Posté le 16 Décembre 2015
    Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler de Junot Díaz. Wikipedia m’a appris qu’il s’agit d’un écrivain américain originaire de République Dominicaine. Il semble reconnu outre-Atlantique. Le titre a attiré mon attention sur ce livre et, ayant un désir de découverte, je l’ai emprunté à la médiathèque. Je suis on ne plus éloigné des personnages qui peuplent les nouvelles publiées. J’ignore tout de la mentalité et du mode de vie des immigrés latinos aux USA. De plus, je ne me sens pas du tout proche du personnage principal, Yunior, qui est un homme jeune plutôt instable et fantasque. Pourtant, ces textes présentent un intérêt. D’une part, ils mettent en scène les mœurs d’une communauté restée bien identifiable dans le melting-pot américain; d’ailleurs, elles ne sont sans doute pas très différentes de celles d’autres jeunes, ici ou là-bas. D’autre part, j’ai beaucoup apprécié le style vif et même nerveux de l’auteur. Junot Diaz maîtrise l’art de la narration, à la fois vigoureuse et joyeuse, même quand Yunior se laisse entraîner dans des situations un peu scabreuses où il n’a pas le beau rôle. Voici un recueil de nouvelles un peu grinçantes, marquées par l’auto-dérision et aussi par une certaine tendresse... Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler de Junot Díaz. Wikipedia m’a appris qu’il s’agit d’un écrivain américain originaire de République Dominicaine. Il semble reconnu outre-Atlantique. Le titre a attiré mon attention sur ce livre et, ayant un désir de découverte, je l’ai emprunté à la médiathèque. Je suis on ne plus éloigné des personnages qui peuplent les nouvelles publiées. J’ignore tout de la mentalité et du mode de vie des immigrés latinos aux USA. De plus, je ne me sens pas du tout proche du personnage principal, Yunior, qui est un homme jeune plutôt instable et fantasque. Pourtant, ces textes présentent un intérêt. D’une part, ils mettent en scène les mœurs d’une communauté restée bien identifiable dans le melting-pot américain; d’ailleurs, elles ne sont sans doute pas très différentes de celles d’autres jeunes, ici ou là-bas. D’autre part, j’ai beaucoup apprécié le style vif et même nerveux de l’auteur. Junot Diaz maîtrise l’art de la narration, à la fois vigoureuse et joyeuse, même quand Yunior se laisse entraîner dans des situations un peu scabreuses où il n’a pas le beau rôle. Voici un recueil de nouvelles un peu grinçantes, marquées par l’auto-dérision et aussi par une certaine tendresse pour l’homme tel qu’il est (et non comme il devrait l’être). C’est une œuvre mineure mais qui, à mon avis, mérite d’être découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • aekiq Posté le 21 Juin 2015
    Yunior raconte sa vie amoureuse, souvent désastreuse de jeune noir dominicain. Il raconte sa vie avec sa mère et son frère. Sa vie quand son frère tombe malade. Sa vie quand sa famille est arrivée aux Etats-Unis. Leurs premiers mois et la rupture entre son père et sa mère. Yunior raconte pêle mêle son histoire, les filles qu’il a aimé, blanches ou latinos
  • Maxrice Posté le 18 Août 2014
    Guide du loser amoureux est un recueil de huit nouvelles qui traite des sujets humains et donc, qui parle de la vie. Acheté un peu par hasard (à cause de la couverture que je trouvais sympathique - ce cœur à moitié tracé), j'ai, dès la première histoire, compris que j'avais ici affaire à l'oeuvre d'un grand auteur. Ce Junot Diaz a quelque chose d'unique, de très recherché, et en même temps de très simple dans le meilleur sens du terme. Il nous parle d’obsessions, de racisme, de maladies psychismes avec un talent de conteur hors du commun. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que ce Guide du loser amoureux a été élu meilleur livre de l'année en 2012 par le New York Times. Et comme eux, je vous invite à le découvrir.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…