RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Jacques à la guerre

            Plon
            EAN : 9782259263641
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 135 x 210 mm
            Jacques à la guerre

            Date de parution : 23/08/2018
            Le chant d'amour d'un fils pour son père.
            « Mon père me manquait, mais à voir la silhouette de ma mère s’attardant sur le quai sans un bras pour la soutenir, sans une main caressante qui écrit sur la toile grise de son dos qu’il ne faut pas s’en faire, que le fiston va revenir vite, je lui... « Mon père me manquait, mais à voir la silhouette de ma mère s’attardant sur le quai sans un bras pour la soutenir, sans une main caressante qui écrit sur la toile grise de son dos qu’il ne faut pas s’en faire, que le fiston va revenir vite, je lui aurais bien souhaité de retrouver un homme. S’il y avait une peine perdue d’avance, c’était celle-là ; elle allait s’accrocher à son deuil comme la misère sur le monde, maintenant qu’il était mort, son mari elle l’avait pour elle, rien que pour elle.
            Et puis, dans son monde on ne s’épousaille qu’une fois, on ne divorce pas et quand la mort vient rebattre les cartes, on continue de jouer avec la mise d’avant, une chaise vide en face de soi. Je suis parti en la plaignant un peu. Finalement l’armée avait du bon : en la voyant s’éloigner, immobile sur ce quai, j’avais de la peine pour elle. Au moins, ces départs étaient l’occasion de recueillir un brin d’affection. J’allais lui manquer ; je comptais.
            »

            Jacques, enfant, a subi la guerre en Normandie. Envoyé en Indochine, l’absurdité du monde lui saute aux yeux. Comment vit-on la violence lorsqu’on est un homme simple aspirant à une vie calme ? Plein d’humanité et d’émotion, porté par une écriture enflammée unique, ce livre de Philippe Torreton est dans la lignée de son bestseller Mémé. Jacques à la guerre ou le roman de son père.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259263641
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 135 x 210 mm
            Plon
            19.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Par la magie du roman, le comédien-écrivain prend la voix de son père pour raconter une enfance à Rouen, sous les bombes allemandes, la guerre d'Indochine, l'amour, la vie quotidienne... Et à travers cette voix, on entend le désir de Philippe de comprendre, de redonner vie. Quelle tendresse ! »
            Psychologies Magazine

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Ludoyelle Posté le 23 Mars 2019
              Ce livre est curieux, il m'a emballé sur la première partie qui relate Rouen pendant la guerre et est empreint d'une émotion pure et délicate. Ensuite on se perd un peu comme jacques en Indochine, récit incertain d'une guerre sans intérêt pour se retrouver à Rouen ou entre en scène l'auteur sous l'identité de Benjamin qui nous livre sa relation avec son père, par petites touches jusqu'à l'adieu d'un homme simple mais droit à la vie. J'ai aimé la simplicité de l'écriture très imagée et qui nous entraîne dans cette intimité avec pudeur. J'ai regretté des longueurs inutiles au milieu du livre. Je retiens la volonté du témoignage pour continuer encore un peu à faire exister ce père tant aimé.
            • Biblioroz Posté le 13 Décembre 2018
              En comblant les non-dits de son père Jacques plutôt taiseux, Philippe Torreton lui rend un bel hommage en lui donnant la parole. Jacques nous raconte alors son enfance à Rouen, l’admiration qu’il voue à son père, représentant en vêtements pour hommes, qui sillonnait les routes de Normandie dans sa Renault fièrement acquise. La mère, stricte et morose, élève ses quatre enfants et se réfugie trop souvent derrière ses prières. Effacé devant son frère et ses deux sœurs, Jacques tente d’attirer la fierté de ses parents mais ce n’est pas chose aisée lorsqu’on est dyslexique de briller à l’école et à la maison : « mes sœurs étaient l’horizon en dentelle de ma mère, mon frère aîné avait la permission de minuit et moi je m’accrochais au siège en remettant mes syllabes en ordre. » Et la guerre occupe tout avec sa brutalité qui envahit les rues de Rouen et lui rafle son enfance. Au sortir de cette guerre, lorsque l’heure est à la reconstruction de la ville, il fuit Rouen où il n’arrive pas à envisager un avenir. Sans avoir l’âme d’un combattant, il s’engage pourtant dans l’armée et part pour l’Indochine. Avec son franc-parler direct et percutant mais également empli de sensibilité et d’amour filial,... En comblant les non-dits de son père Jacques plutôt taiseux, Philippe Torreton lui rend un bel hommage en lui donnant la parole. Jacques nous raconte alors son enfance à Rouen, l’admiration qu’il voue à son père, représentant en vêtements pour hommes, qui sillonnait les routes de Normandie dans sa Renault fièrement acquise. La mère, stricte et morose, élève ses quatre enfants et se réfugie trop souvent derrière ses prières. Effacé devant son frère et ses deux sœurs, Jacques tente d’attirer la fierté de ses parents mais ce n’est pas chose aisée lorsqu’on est dyslexique de briller à l’école et à la maison : « mes sœurs étaient l’horizon en dentelle de ma mère, mon frère aîné avait la permission de minuit et moi je m’accrochais au siège en remettant mes syllabes en ordre. » Et la guerre occupe tout avec sa brutalité qui envahit les rues de Rouen et lui rafle son enfance. Au sortir de cette guerre, lorsque l’heure est à la reconstruction de la ville, il fuit Rouen où il n’arrive pas à envisager un avenir. Sans avoir l’âme d’un combattant, il s’engage pourtant dans l’armée et part pour l’Indochine. Avec son franc-parler direct et percutant mais également empli de sensibilité et d’amour filial, l’auteur nous délivre le portrait de ce père avec des allers-retours entre son enfance, son rôle dans la guerre d’Indochine et lors de ses derniers instants alors qu’il fait ses adieux à sa famille. Au-delà du conflit en lui-même, de manière fougueuse et mordante, il dénonce le vide laissé par la Seconde Guerre, le manque de cette vie d’avant qui ne reviendra plus et la difficulté de s’imaginer un avenir. Nombreux et magnifiques sont les passages dans lesquels, résigné, Jacques évoque son enfance en ruines et son impossibilité à construire sa vie. Pour la guerre d’Indochine, son côté imprévisible est mis en avant et démontre une fois de plus l’absurdité de tous les conflits qui jalonnent l’Histoire. C’est aussi une très belle lecture sur la force des liens familiaux qu’ils soient distants ou bien profonds. Philippe Torreton a dit « J’ai un mal de chien avec le roman, juste parce que ce n’est pas vrai. » Ici, son talent fictionnel est tellement empreint de réalisme qu’on en oublie que c’est un roman !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Franka13 Posté le 2 Décembre 2018
              Dans ce roman-témoignage, Philippe Torreton explore la grotte de ses souvenirs pour ressusciter son enfance et plus particulièrement la vie de son père, les évènements qui ont jalonné la vie de famille, guerre, bien entendu, mais aussi tout le petit monde qui a forgé sa personnalité. Le tout est raconté avec tendresse, respect et pudeur, mais avec la verve et les phrases qui font mouche et peuvent, au détour d'un mot, faire jaillir les larmes et palpiter le coeur. Un bel hommage à celui qui n'est plus et qui vivra à jamais, à travers la mémoire de ceux qui l'ont aimé....
            • mpierre76 Posté le 26 Novembre 2018
              En écrivant l'histoire de son père qui aura connu la guerre à Rouen et ensuite en Indochine, Philippe TORRETON fait partager le sort de cette génération traumatisée par les guerres. Bel hommage rendu à son père en imaginant ses joies et ses peines. Très belle plume , et une grande sensibilité.
            • VivianeB Posté le 7 Octobre 2018
              Dans la même lignée que Mémé, ce livre est un florilège d'amour, de tendresse, d'hommages à un père, d'images fixées par la rétine d'un enfant vis-à-vis d'un homme aimé, aimant et admiré : un homme simple, qui ne cherchait qu'à vivre au jour le jour parce que la vie, c'est comme ça : on est un fils, un homme, un mari et un père. C'est très bien écrit avec de belles expressions littéraires. Un magnifique portrait-hommage. Philippe Torreton sait écrire et il nous le prouve cette fois encore. Je recommande.
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Plon

              6 romans à offrir pour Noël

              Il n’est pas toujours aisé de trouver le roman idéal à offrir pour Noël. Pour faciliter vos choix, nous vous proposons une sélection de 6 romans historiques. D’une épopée au temps des croisades à une fresque foisonnante de la révolution de 1830, embarquez vos proches pour un voyage à travers le temps.

              Lire l'article
            • Par Lisez

              "Jacques à la guerre" : Philippe Torreton se raconte dans un podcast saisissant

              Alors que vient d’être publié Jacques à la guerre, déclaration d’amour à son père sous forme de roman, Philippe Torreton s’est prêté au jeu du podcast pour Vincent Malone. Un moment de grâce à glisser d’urgence dans ses écouteurs.

              Lire l'article