Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749135274
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 220 mm

L'amour (fou) pour un criminel

Collection : Documents
Date de parution : 30/04/2015
Tout plaquer par amour pour un... criminel.
Elles sont âgées de 20 à 50 ans, elles ont des projets, un mari, une carrière, parfois même la fortune. Pourtant, un jour, sur un coup de tête, elles vont tout plaquer par amour pour un criminel, le plus souvent un tueur en série.
 
Les condamnés à perpétuité et les pensionnaires des...
Elles sont âgées de 20 à 50 ans, elles ont des projets, un mari, une carrière, parfois même la fortune. Pourtant, un jour, sur un coup de tête, elles vont tout plaquer par amour pour un criminel, le plus souvent un tueur en série.
 
Les condamnés à perpétuité et les pensionnaires des « couloirs de la mort » jouissent d’une aura stupéfiante. La plupart des femmes qui leur écrivent ou les demandent en mariage ne les connaissent même pas, elles ne les ont vus qu’à la télévision ! Mais cela a suffi à provoquer leurs battements de cœur. Comment est-ce possible ? Il existe plusieurs réponses. Chaque liaison est différemment motivée. Voici leurs histoires si singulières…
 
Elles se prénomment Monique, Béatrice, Stéphanie, Sandrine, Laurence, Patricia, Doreen, Anna… Et, souvent, quand elles évoquent leur attachement, leur expérience, le romanesque l’emporte sur l’apparente absurdité de leur condition.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749135274
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Via des dizaines d'exemples et d'entretiens recueillis aux Etats-Unis et en France, L'Amour (fou) pour un criminel décortique un phénomène aussi étrange que fascinant, face auquel la premiere reaction est souvent de s'exclamer « II faut être folle! »"
Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • vero01 Posté le 23 Juin 2015
    Comment expliquer que certaines femmes puissent tomber amoureuses de "Serial Killer" en ne les connaissant parfois qu'à travers le petit écran lors de lors procès. Il est difficile de comprendre ces coups de foudre pour des Fourniret, Dutroux, Manson et autres. Qui sont ces femmes mariées, mères au foyer, belles ou laides, introverties, cadre supérieur qui quittent tout pour des meurtriers qui ne sortiront jamais de prison. Ce documentaire d'Isabelle Horlans a je trouve un côté effrayant en voyant toutes les groupies que peuvent attirer certains "montres" qui arrivent à les manipuler en comptant sur leur fragilité et cela même derrière les barreaux. Toutes n'ont pas un profil de "sainte" certaines en profitent aussi pour se créer une starisation et sortir de l'anonymat. Ces histoires pointent également le doigt sur le manque de formation des gardiens qui peuvent franchir la ligne rouge avec une relation sans avenir en dehors des murs.. Il y a heureusement de vraies histoires d'amour dans ce documentaire, sans manipulation, ni arrière pensée. Deux petit bémols : un peu de redondance et il aurait été intéressant de plus approfondir le profil de ces femmes.
  • eireannyvon Posté le 21 Juin 2015
    Au-delà du raisonnable. Essai sur un thème dont on parle peu ou alors seulement à l’occasion de faits divers faisant les gros titres de la télévision ou de la presse. L’auteur est ce que l’on peut appeler une journaliste chevronnée ayant derrière elle plus de trente ans de carrière et quelques livres. La question principale de cet essai est la suivante : Pourquoi certaines femmes (et plus rarement des hommes) vont remettre leur vie en question en succombant aux charmes de personnages sulfureux ayant commis des actes très graves et répétés ? On peut considérer certains exemples donnés dans ce livre comme consternants : comment est-il possible de convoler en justes noces maintenant avec Charles Manson (qui est l’un des prisonniers les plus populaires des États-Unis, si l’on s’en réfère au nombre de lettres reçues !) que l’auteur décrit ainsi : - Octogénaire édenté à barbe grise dont le front n’a pas pris assez de rides pour cacher le svastika qu’il y a tatoué. Cela ne l’a pas empêché d’épouser en prison une jeune groupie de 26 ans ! Prenons aussi le cas d’un des plus grands tueurs (et ils sont pourtant nombreux) des U.S.A., Ted Bundy ; pour beaucoup de femmes qui l’ont côtoyé,... Au-delà du raisonnable. Essai sur un thème dont on parle peu ou alors seulement à l’occasion de faits divers faisant les gros titres de la télévision ou de la presse. L’auteur est ce que l’on peut appeler une journaliste chevronnée ayant derrière elle plus de trente ans de carrière et quelques livres. La question principale de cet essai est la suivante : Pourquoi certaines femmes (et plus rarement des hommes) vont remettre leur vie en question en succombant aux charmes de personnages sulfureux ayant commis des actes très graves et répétés ? On peut considérer certains exemples donnés dans ce livre comme consternants : comment est-il possible de convoler en justes noces maintenant avec Charles Manson (qui est l’un des prisonniers les plus populaires des États-Unis, si l’on s’en réfère au nombre de lettres reçues !) que l’auteur décrit ainsi : - Octogénaire édenté à barbe grise dont le front n’a pas pris assez de rides pour cacher le svastika qu’il y a tatoué. Cela ne l’a pas empêché d’épouser en prison une jeune groupie de 26 ans ! Prenons aussi le cas d’un des plus grands tueurs (et ils sont pourtant nombreux) des U.S.A., Ted Bundy ; pour beaucoup de femmes qui l’ont côtoyé, c’était un homme charmant ! Vingt-six ans après son exécution il a toujours de nombreuses admiratrices qui sont persuadées qu’il est innocent ! En France, un cas moins connu : Éric Lung, condamné à perpétuité pour le meurtre d’un gardien de la paix, séduit deux gardiennes de la prison des Murets où il était enfermé. Parlons de deux cas d’école, pourrait t'on-dire. Fourniret est un de ceux-là ! Il rencontre sa compagne et complice par l’intermédiaire d’une petite annonce dans « Le Pèlerin ». Libéré pour bonne conduite, il l’épouse, et elle deviendra sa « rabatteuse » pour lui procurer de jeunes vierges qu’il viole, puis assassine. On peut se poser la question des motifs qui font que cette femme, mère de famille, puisse participer à de telles horreurs ? Peur, sadisme, obéissance aveugle ? Les trois à la fois sûrement. Ces interrogations sont aussi valables dans le cas de Dutroux dont la femme Michèle Martin est pour le moins restée étrangement passive. Ils se marieront en prison. Il y a aussi des femmes admirables dans ces circonstances très lourdes à porter et très certainement à vivre pour elles. Je pense à Sandrine Ageorges-Skinner qui a épousé le Texan, Hank Skinner, condamné à mort et qui se bat pour prouver son innocence plus que probable. Un mot sur Béatrice Leprince qui, elle aussi, a beaucoup œuvré pour Dany Leprince et qui l’a épousé, même si son rôle n’est pas apprécié par tout le monde. Les hommes, mais c’est plus rare, peuvent aussi se faire piéger comme c’est le cas pour Florent Gonçalves, directeur de la maison d’arrêt de Versailles. Parmi les détenues, Emma A. qui, malgré son jeune âge, a participé activement à un des faits-divers les plus horribles de l’époque, elle a en effet été « l'appât » qui a permis au Gang des barbares de kidnapper Illan Halimi. Pourtant cet homme de 40 ans, marié et père de famille, perdra la tête et tout le reste pour une liaison qui fit grand bruit à l’époque ! Des hommes et des femmes dont la plupart semblent bien sous tous rapports mais qui, malgré cela, un jour perdent la tête et tous leurs repaires souvent familiaux. Certains effectivement ont une carence affective ou autre. Ce problème, et ce livre le démontre, concerne très souvent des femmes, mais chaque cas est un cas différent. Un peu d’humour, l’auteur nous apprend ainsi que Landru dans le fond de sa prison recevait des lettres… enflammées de nombreuses femmes ! Sinon c’est un livre qui interpelle… La somme de recherches pour l’écrire a dû être énorme mais le résultat est pour le moins très enrichissant et m’a donné envie d’aller plus loin, me documenter sur ces femmes hors-normes et sur ces hommes sérial-killers ou violeurs multi-récidivistes. Après avoir lu ce superbe essai, il est évident que pour des esprits soi-disant normaux, comme vous et moi, il est très difficile de comprendre ! Mais y a-t-il la nécessité de comprendre ? De même avons-nous le droit de juger ? Je rejoints l’auteur, et je pense que nous n’avons aucun droit sur ces gens qui, pour la plupart, sont majeurs et vaccinés comme on dit et pratiquement tous consentants ! J’ai beaucoup apprécié ce livre et j’ai durant sa lecture fait de nombreuses recherches sur cet outil merveilleux qu’est Internet !
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !