Lisez! icon: Search engine

Le beau monde

Plon
EAN : 9782259216586
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm
Le beau monde

Collection : Feux croisés
Date de parution : 04/10/2012

Un roman psychologique féroce, l'ascension d'une jeune femme ordinaire dans le monde des privilèges et du prestige littéraire, le suspense d'un thriller avec une héroïne à la Daphné du Maurier.

Frances Thorpe est invisible. Correctrice aux pages « Livres » d’un prestigieux journal, elle regarde briller le beau monde des lettres tandis qu’elle s’enlise dans une existence médiocre. Jusqu’au jour où un soir, elle croise une voiture accidentée sur une route de campagne et recueille les derniers mots de la...

Frances Thorpe est invisible. Correctrice aux pages « Livres » d’un prestigieux journal, elle regarde briller le beau monde des lettres tandis qu’elle s’enlise dans une existence médiocre. Jusqu’au jour où un soir, elle croise une voiture accidentée sur une route de campagne et recueille les derniers mots de la conductrice, Alys Kyte.
En rencontrant la famille d’Alys, Frances entrevoit la lumière et ne résiste pas à son attraction. Le mari, Laurence Kyte, le grand écrivain, les deux enfants, Polly et Teddy. Depuis l’ombre qui la protège, elle observe chacun, les analyse, imite leurs gestes et leurs manières.
Dans le halo qui les entoure, la jeune femme ordinaire côtoie l’exception, les privilèges qui lui sont refusés : il lui faut goûter à cette chaleur, à cette lumière. À tout prix.
Le Beau Monde est un premier roman psychologique féroce, où, suivant l’insaisissable Frances, on oscille entre le suspense d’un thriller, la peur, la fascination et l’ambition d’une héroïne troublante à la Daphné du Maurier.

« Un sens de l’observation extraordinaire… Ce roman est une prouesse de suspense et de complexité psychologique, dont la plus grande réussite est le sentiment de malaise qu’il distille à chaque page. »
The Telegraph

« Le plus crucial : surtout ne pas tout dire, envoûter le lecteur et le capturer, Harriet Lane l’a parfaitement compris. »
The Independent

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259216586
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

Pour son baptême en littérature, Harriet Lane se met dans la peau d'une arriviste. C'est une arriviste malgré elle. On n'arrive pas à la détester. On serait même catastrophé que ses plans échouent. Joli tour de force. L'auteur s'attarde avec malice sur l'ambiance des bureaux, le nez que tordent des enfants lorsque leur paternel se penche sur une étrangère, les soirs de solitude, les menus accommodements que nécessite l'ambition. Avec cela, un don pour décrire les intérieurs, les rapports de couple, les croche-pieds du destin. C'est du Ruth Rendell croisé de All about Eve. Harriet Lane connaît son monde, le beau, le plus simple, le monde tout court.

Le Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • iris29 Posté le 15 Juin 2015
    Il existe des romans dont le mécanisme, la construction s'avère aussi précis qu'une montre Suisse, aussi ciselé qu'un bijou, et ce n'est qu'un premier roman!!! Frances croise un soir une voiture accidentée et recueille les derniers mots de la conductrice. La famille de la victime a besoin de la rencontrer pour faire son deuil. Frances , jeune femme terne , à la vie professionnelle médiocre, va être fascinée par le mari d'Alys (grand écrivain), ses enfants, leur décontraction, l'aisance financière, le prestige, les belles maisons.Elle va observer, analyser puis manipuler cette famille pour intégrer le cercle et faire partie du rêve... Harriet Lane est comparée à Daphné du Maurier, et moi en lisant son livre j'ai pensé qu'Hitchcock en aurait fait un très joli film....
  • Albertine22 Posté le 31 Mars 2015
    Réservée, effacée, transparente, tous ces qualificatifs pourraient servir à définir Frances Thorpe au sein de la rédaction du Questioner, le journal où elle travaille comme correctrice. Le lecteur, lui, sait qu'elle ne correspond pas à cette image ou du moins ne veut plus lui correspondre. Frances veut quitter son modeste milieu d'origine, son modeste appartement, son modeste train de vie et être dans la lumière. L'occasion va lui en être donné de manière fortuite. Sur le chemin qui la ramène à Londres après un week-end soporifique chez ses parents, elle aperçoit une voiture accidentée, s'arrête et s'approche du véhicule. Elle va sans le savoir accompagner les derniers instants de la conductrice blessée. Plus tard, notre anonyme correctrice apprend que la femme décédée est l'épouse d'un écrivain célèbre Laurence Kyte. La famille endeuillée demande à lui parler et Frances accepte d'évoquer les derniers instants d'Alys Kyte devant les siens. Notre effacée est dans la place : elle tombe amoureuse de la maison, du quartier, du luxe ambiant, du style de vie de ces parfaits inconnus et avec une grande subtilité, elle va observer, écouter, manoeuvrer pour se glisser dans les pas, voire dans la peau de la défunte... Réservée, effacée, transparente, tous ces qualificatifs pourraient servir à définir Frances Thorpe au sein de la rédaction du Questioner, le journal où elle travaille comme correctrice. Le lecteur, lui, sait qu'elle ne correspond pas à cette image ou du moins ne veut plus lui correspondre. Frances veut quitter son modeste milieu d'origine, son modeste appartement, son modeste train de vie et être dans la lumière. L'occasion va lui en être donné de manière fortuite. Sur le chemin qui la ramène à Londres après un week-end soporifique chez ses parents, elle aperçoit une voiture accidentée, s'arrête et s'approche du véhicule. Elle va sans le savoir accompagner les derniers instants de la conductrice blessée. Plus tard, notre anonyme correctrice apprend que la femme décédée est l'épouse d'un écrivain célèbre Laurence Kyte. La famille endeuillée demande à lui parler et Frances accepte d'évoquer les derniers instants d'Alys Kyte devant les siens. Notre effacée est dans la place : elle tombe amoureuse de la maison, du quartier, du luxe ambiant, du style de vie de ces parfaits inconnus et avec une grande subtilité, elle va observer, écouter, manoeuvrer pour se glisser dans les pas, voire dans la peau de la défunte Alys. Racontée ainsi, l'histoire apparaît comme assez cynique mais le lecteur ne peut s'empêcher d'éprouver souvent de la sympathie pour Frances, Rastignac au féminin qui utilise les faiblesses des autres pour conquérir sa part de bonheur. Ce roman, très bien écrit, ambigu à souhait est une grande réussite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • xst Posté le 19 Septembre 2013
    Pas mal .... Habituellement, ce genre d'intrigue a une fin plutôt malheureuse. Là, tout le monde y trouve son Bonheur. Intriguant....
  • Montana Posté le 18 Juillet 2013
    Un très bon roman. Un peu dérangeant car "l'héroïne" devient ce qu'elle souhaite à partir d'un mensonge...Beaucoup d'ingrédients pour un cocktail final assez réussi : Manipulation, histoire d'amour, jalousie, suspens... le tout accompagné d'une très bonne et intéressante analyse psychologique des personnages - sans que cela ne soit rébarbatif le moins du monde pour le lecteur. Je vous le conseille.
  • Theoma Posté le 10 Avril 2013
    Frances semble avoir une vie des plus ennuyeuse jusqu'à ce qu'elle soit témoin d'un accident de la route qui va changer sa vie. Un premier roman malin et agréable. J'ai aimé la subtile et graduelle transformation du personnage de Frances. L'ambition, les manipulations, les petits gestes égrainés qui formeront un véritable tsunami dans cette famille déjà bouleversée par le deuil. L'intrusion dans les coulisses d'un journal - on ressent le vécu - les failles, les dents qui rayent le parquet. Le ton est frais et enlevé. Écrit avec finesse et psychologie, j'ai eu parfois le sentiment d'avoir un thriller entre les mains, une auteure à suivre !
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…