Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782259221863
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 800
Format : 155 x 240 mm
Le Chardonneret
Édith Soonckindt (traduit par)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 09/01/2014
Éditeurs :
Plon

Le Chardonneret

Édith Soonckindt (traduit par)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 09/01/2014

Dix ans après le succès mondial du Petit copain, et vingt après celui du Maître des illusions, Donna Tartt fait son grand retour avec Le Chardonneret, une odyssée hantée dans l'Amérique d'aujourd'hui.

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée...

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu’est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie...

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu’est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ? D’où vient cette toile de maître, Le Chardonneret, qu’il transporte partout avec lui ?

À la fois roman d’initiation à la Dickens et thriller éminemment moderne, fouillant les angoisses, les peurs et les vices de l’Amérique contemporaine, Le Chardonneret laisse le lecteur essoufflé, ébloui et encore une fois conquis par le talent hors du commun de Donna Tartt.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259221863
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 800
Format : 155 x 240 mm

Ils en parlent

Comment survivre à ceux qu'on aime ? Donna Tartt effectue un retour magistral avec cet ample roman, où s'entrechoquent le bien et le mal.
Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mlecornec Posté le 8 Avril 2022
    J’ai découvert ce livre en lisant « La dame au manteau bleu » de Deon Meyer. J’aime rebondir d’un livre à l’autre quand un auteur s’inspire d’un autre roman. Il s’agit toujours de Fabritius, peintre du 17ème siècle, mais Donna Tartt utilise dans son roman, une œuvre réelle, le chardonneret, également titre du livre. J’ai tapé Donna Tartt sur Babelio (c’est toujours ce que je fais quand je découvre un nouvel auteur !) et je me suis aperçue que ce livre est un best-seller avec lequel Donna Tartt a reçu le prix Pulitzer en 2014. Comment suis-je passée complètement à côté ? J’ai pris ce livre à la bibliothèque et là, surprise : c’est un énorme pavé… moi qui ai pris la résolution de faire des critiques sur Babelio… Dans un musée d’art de New York, un attentat est perpétré. La mère de Théo meurt et lui s’en sort avec un tableau du 17eme siècle sous le bras. Nous suivrons alors cet enfant de 13 ans jusqu’à sa vie d’adulte. L’autrice prend son temps pour développer les caractères et les situations. C’est bien écrit, facile à lire et pourtant assez complexe. Les personnages ne sont pas lisses, ils... J’ai découvert ce livre en lisant « La dame au manteau bleu » de Deon Meyer. J’aime rebondir d’un livre à l’autre quand un auteur s’inspire d’un autre roman. Il s’agit toujours de Fabritius, peintre du 17ème siècle, mais Donna Tartt utilise dans son roman, une œuvre réelle, le chardonneret, également titre du livre. J’ai tapé Donna Tartt sur Babelio (c’est toujours ce que je fais quand je découvre un nouvel auteur !) et je me suis aperçue que ce livre est un best-seller avec lequel Donna Tartt a reçu le prix Pulitzer en 2014. Comment suis-je passée complètement à côté ? J’ai pris ce livre à la bibliothèque et là, surprise : c’est un énorme pavé… moi qui ai pris la résolution de faire des critiques sur Babelio… Dans un musée d’art de New York, un attentat est perpétré. La mère de Théo meurt et lui s’en sort avec un tableau du 17eme siècle sous le bras. Nous suivrons alors cet enfant de 13 ans jusqu’à sa vie d’adulte. L’autrice prend son temps pour développer les caractères et les situations. C’est bien écrit, facile à lire et pourtant assez complexe. Les personnages ne sont pas lisses, ils évoluent selon le contexte et n’ont pas toujours une moralité attendue. La dépendance à l’alcool, au jeu, aux drogues, aux médicaments de certains les amènent à des comportements déviants. L’intrigue est menée avec souffle, le lecteur est en haleine, on ne s’ennuie jamais. Nous voyageons de Manhattan à Las Vegas puis aux canaux d’Amsterdam. Plusieurs lectures sont imbriquées. Les tribulations du tableau donnent du souffle au roman, nous sommes dans un polar. Nous suivons Théo jusqu’à l’âge d’adulte, c’est un roman d’apprentissage avec tous les thèmes associés : l’amour, la mort, l’amitié, la haine. Théo ressent un mal de vivre, une souffrance post traumatique de celui qui a survécu. Le rapport au passé, la solitude sont des thèmes récurrents « répéter le passé et faire en sorte qu’il soit différent ». Seul, le passage aux Pays-Bas avec truands, armes et règlements de comptes semble embrouillé et peu crédible selon moi. Si vous n’avez pas lu ce livre, vous avez de la chance. Vous pouvez prévoir de vous y mettre dès que vous avez le temps …et vous allez passer un très long moment, un très bon moment…jusqu’à la fin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mireine Posté le 3 Avril 2022
    Le Chardonneret de Donna Tartt (Pocket N° 16041 - 1099 pages) Il y a des petits livres où l'histoire est résumée et nous restons sur notre soif. Les personnages sont pâles, de vrais fantômes qui passent et disparaissent. Dans ce superbe roman sur 1099 pages, nous vivons avec eux, nous souffrons avec eux. Nous sommes ballotés entre le meilleur et le pire " l'enfer de la drogue, de l'alcool". Le héros est un petit tableau de Fabritius de 1654 Le Chardonneret . (voir sur internet) Théo à 13 ans et vit seul avec sa mère à New York. Ce jour là, ils sont convoqués par le proviseur de l'école qui doit peut être le renvoyer . Ayant du temps avant le rendez-vous, ils partent au musée . Il va y rencontrer Pippa, Welty et son destin. Un terrible attentat a lieu. Je suis restée scotchée aux malheurs de ce gamin jusqu'aux dernières pages. J'ai été intéressée par la documentation sur la restauration des meubles d'époque, sur les tableaux etc... L'auteur en profite pour philosopher sur la vie, la mort etc... Vous allez comprendre ce que le stress post-traumatique fait subir aux victimes des attentats. Un roman, c'est certain... Le Chardonneret de Donna Tartt (Pocket N° 16041 - 1099 pages) Il y a des petits livres où l'histoire est résumée et nous restons sur notre soif. Les personnages sont pâles, de vrais fantômes qui passent et disparaissent. Dans ce superbe roman sur 1099 pages, nous vivons avec eux, nous souffrons avec eux. Nous sommes ballotés entre le meilleur et le pire " l'enfer de la drogue, de l'alcool". Le héros est un petit tableau de Fabritius de 1654 Le Chardonneret . (voir sur internet) Théo à 13 ans et vit seul avec sa mère à New York. Ce jour là, ils sont convoqués par le proviseur de l'école qui doit peut être le renvoyer . Ayant du temps avant le rendez-vous, ils partent au musée . Il va y rencontrer Pippa, Welty et son destin. Un terrible attentat a lieu. Je suis restée scotchée aux malheurs de ce gamin jusqu'aux dernières pages. J'ai été intéressée par la documentation sur la restauration des meubles d'époque, sur les tableaux etc... L'auteur en profite pour philosopher sur la vie, la mort etc... Vous allez comprendre ce que le stress post-traumatique fait subir aux victimes des attentats. Un roman, c'est certain mais pas que ! Vous allez vivre avec une famille riche de New-York, les Barbour, à Las Vegas dans le jeu et la drogue, les Pays Bas et ses canaux, découvrir la mafia des oeuvres d'art et surtout les amis de Théo, Boris, un ukrainien, Hobie et ses meubles, Andy, copain d'école etc.. Théo va t-il se reconstruire ? Par moment il faut un peu de courage pour lire ce gros pavé. Impossible de le lire d'une traite car il y a des passages qui vous heurtent et vous avez besoin de refermer le livre pour respirer et reprendre votre vie normale. Vous ne pourrez pas oublier Théo, Boris, Hobie, Pippa ... Un conseil : Lisez ce roman. Mireine
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaMinuteMAD Posté le 6 Mars 2022
    Après avoir lu ce roman, j’ai découvert qu’il avait eu le prix Pulitzer en 2014, et je vous garantis qu’il le mérite absolument ! Ce roman tient son titre d’un tout petit tableau de Carel Fabritius, tableau plus ou moins volé par le jeune Théo Decker, alors qu’il fait partie des rares survivants d’un attentat dans un musée. Sa mère y est morte et il ne le sait pas encore, il emporte le tableau sur ordre d’un vieux monsieur mourant, et le gardera anxieusement toute sa vie, même quand son père, qui les avait abandonnés lui et sa mère, revient le chercher pour l’emmener à l’autre bout des États-Unis. Là, il rencontre Boris qui devient son meilleur ami, mais qui a sur lui une influence désastreuse… Je m’arrête là, mais le roman lui continue bien loin encore et je me dois de vous laisser le découvrir par vous-mêmes, tant il est beau, soigneusement travaillé, un véritable travail d’artiste, une fresque dont l’intrigue sous-jacente se dévoile quand on ne s’y attend pas. J’ai vraiment aimé accompagner Théo tout au long de sa vie, même si ce n’est pas un personnage toujours intègre, il n’en paraît que plus réel.
  • Lucrese1 Posté le 5 Mars 2022
    Encore un long livre que j'ai eu beaucoup de mal à quitter, j'ai adoré ce livre (comme les deux autres) de Donna Tartt. Contrairement à certains lecteurs qui l'ont trouvé trop long, je tournais les pages de plus en plus lentement en approchant de la fin de l'histoire de Theo Decker. L'histoire: Gravement malade dans un hôtel d'Amsterdam, l'Américain Theo Decker (27 ans) repense à la visite qu'il a faite il y a quatorze ans avec sa mère, historienne de l'art, de l'exposition "Chefs-d'oeuvre du Nord de l'âge d'or" dans un musée de New York. Elle montre ce qu'elle considère comme le clou du spectacle : le tableau "Le Chardonneret" de Carel Fabritius. Puis un attentat a lieu, Théo est blessé, sa mère meurt. Une personne gravement blessée lui demande de protéger "Le Chardonneret" en le mettant dans son sac à dos, ce que Theo va faire. Seul, il rentre et attend sa maman et apprend la terrible nouvelle. Theo s'installe alors chez les riches parents d'un camarade de classe, jusqu'à ce qu'il doive vivre avec son père et sa petite amie à Las Vegas. À l'école, il rencontre Boris, un jeune homme qui va jouer un rôle très important... Encore un long livre que j'ai eu beaucoup de mal à quitter, j'ai adoré ce livre (comme les deux autres) de Donna Tartt. Contrairement à certains lecteurs qui l'ont trouvé trop long, je tournais les pages de plus en plus lentement en approchant de la fin de l'histoire de Theo Decker. L'histoire: Gravement malade dans un hôtel d'Amsterdam, l'Américain Theo Decker (27 ans) repense à la visite qu'il a faite il y a quatorze ans avec sa mère, historienne de l'art, de l'exposition "Chefs-d'oeuvre du Nord de l'âge d'or" dans un musée de New York. Elle montre ce qu'elle considère comme le clou du spectacle : le tableau "Le Chardonneret" de Carel Fabritius. Puis un attentat a lieu, Théo est blessé, sa mère meurt. Une personne gravement blessée lui demande de protéger "Le Chardonneret" en le mettant dans son sac à dos, ce que Theo va faire. Seul, il rentre et attend sa maman et apprend la terrible nouvelle. Theo s'installe alors chez les riches parents d'un camarade de classe, jusqu'à ce qu'il doive vivre avec son père et sa petite amie à Las Vegas. À l'école, il rencontre Boris, un jeune homme qui va jouer un rôle très important dans les années qui vont suivre et qui réapparaît lorsque Theo retourne à New York après la mort de son père, lui aussi. L'auteure américaine s'est fait connaître grâce à son roman à succès mondial, un roman que je ne peux que vous recommander "Le maitre des illusions". Ce troisième roman est tout aussi excellent, l'histoire magistralement racontée, écrite dans un excellent style, vous tient en haleine pendant plus de 900 pages. Donna Tartt fait partie des écrivain(e)s que j'adore. Je pourrais parler de ce livre pendant des heures, de l'attachement pour Theo, pour celui qui va devenir "son tuteur" à New-York, de ce tableau que l'on peut voir sur la pochette du livre, ce petit oiseau peint par Fabritius, autour duquel toute l'histoire va se construire. J'ai rarement autant aimé un livre, et écrire une chronique objective sans en dire trop, sans déborder, est une chose extrêmement difficile pour moi, c'est pour cela que je n'ai pas encore rien écrit au sujet de ce livre après plus de 8 ans. C'est un livre que je n'ai pas simplement lu, c'est un livre que j'ai vécu, je me souviens de tant de détails et pourtant, je sais que je le relirai!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Augustoievski Posté le 8 Février 2022
    Début très intéressant et original, haletant et dramatique. On se perd un peu au milieu et avec quelques longueurs, mais l'auteure nous emmène vers des territoires inconnus. Elle décrit notamment l'addiction et la salvation de l'art ou comme un obsession. Très bonne analyse psychologique du personnage principal.
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…