Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259221863
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 800
Format : 155 x 240 mm

Le Chardonneret

Edith SOONCKINDT (Traducteur)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 09/01/2014

Dix ans après le succès mondial du Petit copain, et vingt après celui du Maître des illusions, Donna Tartt fait son grand retour avec Le Chardonneret, une odyssée hantée dans l'Amérique d'aujourd'hui.

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu’est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie...

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu’est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ? D’où vient cette toile de maître, Le Chardonneret, qu’il transporte partout avec lui ?

À la fois roman d’initiation à la Dickens et thriller éminemment moderne, fouillant les angoisses, les peurs et les vices de l’Amérique contemporaine, Le Chardonneret laisse le lecteur essoufflé, ébloui et encore une fois conquis par le talent hors du commun de Donna Tartt.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259221863
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 800
Format : 155 x 240 mm
Plon

Ils en parlent

Comment survivre à ceux qu'on aime ? Donna Tartt effectue un retour magistral avec cet ample roman, où s'entrechoquent le bien et le mal.
Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • siouxie Posté le 4 Janvier 2020
    Un pavé lu d'une traite, avec une petite réserve sur les dernières pages un peu longues, confuses, ésotériques. On est emporté par le récit, celui de Théo Decker, 13 ans, victime d'un attentat dans un musée à NY, sa mère meurt et il se retrouve en possession d'un tableau Le Chardonneret de Carel Fabritius. A partir de là, sa vie va être riche de péripéties et le conduire à Las Vegas, Amsterdam et bien sûr NY. le tableau est une sorte de métaphore de sa condition, il est un oiseau qui rêve de s'envoler pour maintes raisons, il y parvient par les drogues ingurgitées, mais il est retenu par de entraves comme l'oiseau sur le tableau, celle de son père, son amour malheureux, ses malversations entachées de culpabilité à l'égard de son mentor, le restaurateur de meubles de qualité. Sans doute que son amour pour sa mère qui plane autour de lui est un frein, la possession du tableau aussi. Les autres figures sont attachantes comme celle de Boris, grandiose. Le récit colle aux personnages, Théo scrute les visages et gestes des autres avec une acuité qui les rend présents et avec une finesse et une justesse impressionnantes, je... Un pavé lu d'une traite, avec une petite réserve sur les dernières pages un peu longues, confuses, ésotériques. On est emporté par le récit, celui de Théo Decker, 13 ans, victime d'un attentat dans un musée à NY, sa mère meurt et il se retrouve en possession d'un tableau Le Chardonneret de Carel Fabritius. A partir de là, sa vie va être riche de péripéties et le conduire à Las Vegas, Amsterdam et bien sûr NY. le tableau est une sorte de métaphore de sa condition, il est un oiseau qui rêve de s'envoler pour maintes raisons, il y parvient par les drogues ingurgitées, mais il est retenu par de entraves comme l'oiseau sur le tableau, celle de son père, son amour malheureux, ses malversations entachées de culpabilité à l'égard de son mentor, le restaurateur de meubles de qualité. Sans doute que son amour pour sa mère qui plane autour de lui est un frein, la possession du tableau aussi. Les autres figures sont attachantes comme celle de Boris, grandiose. Le récit colle aux personnages, Théo scrute les visages et gestes des autres avec une acuité qui les rend présents et avec une finesse et une justesse impressionnantes, je pense aux attitudes de Mme Barbour, la mère de son ami qui va l'héberger. Une fresque à découvrir absolument.
    Lire la suite
    En lire moins
  • isabellemoulinier Posté le 11 Novembre 2019
    Un livre impressionnant à prendre en main, et pourtant on se laisse guider au fil des années de la vie de Théo. J'ai aimé la dimension temporelle du livre, les périodes choisies par l'auteur, certaines étirées et explorées, d'autres compressées ou tues. J'ai aimé les personnages, leurs profondeurs et leurs humanité, le fait qu'ils restent liés à Théo durant toutes ces années, J'ai aimé les détails géographiques, historiques, artistiques, l'univers ultra réaliste et contemporain Cependant, j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs, des redondances, des passages qui auraient pu être écourtés sans que l'histoire ou la profondeur des personnages en souffrent (par exemple les soirées de Théo et Boris à Las Vegas, ou certaines divagations philosophiques de Théo). Le dénouement est bien amené et plutôt plaisant mais j'aurais aimé en savoir plus sur ce que deviennent tous ces personnages côtoyés sur 1100 pages. Heureusement la plume de Donna Tartt et son habilité à glisser des rebondissements nous permettent de rester en haleine jusqu'à la fin du livre.
  • Judith63 Posté le 11 Novembre 2019
    Juste magique, si ce n'est magnifique. Rien à redire sur cette pépite signée Donna Tartt. J'avais été déjà convaincue, séduite par Le Maître des illusions mais ici c'est encore plus fort. C'est l'histoire de Théo, jeune garçon qui a pour adoration sa mère, une vie centrée sur elle depuis toujours. Malheureusement Théo n'est pas toujours là au bon moment et le jour où sa vie bascule, cela ne va pas déroger à la règle. On va suivre Théo sur plusieurs années, ses aventures, ses déboires, beaucoup de déboires, mais aussi la conclusion d'un échec. L'échec des adultes sur un adolescent ayant vécu un traumatisme et qui n'ont pas réussi à lui venir réellement en aide. Le passage avec Boris, le jeune Russe, va alors occasionner à la vie de Théo un virage à 90 degrés. Une amitié comme seul deux adolescents livrés à eux même peut exister. C'est plus de 1100 pages centrée sur une œuvre d'art, Le Chardonneret, ou plutôt son vol. Avec une série de péripéties parfois comique, mais aussi stressante, me faisant penser à un jeu de domino où les événements s’enchaînent avec un final auquel je ne m'étais absolument pas attendu. Un livre qui se lit... Juste magique, si ce n'est magnifique. Rien à redire sur cette pépite signée Donna Tartt. J'avais été déjà convaincue, séduite par Le Maître des illusions mais ici c'est encore plus fort. C'est l'histoire de Théo, jeune garçon qui a pour adoration sa mère, une vie centrée sur elle depuis toujours. Malheureusement Théo n'est pas toujours là au bon moment et le jour où sa vie bascule, cela ne va pas déroger à la règle. On va suivre Théo sur plusieurs années, ses aventures, ses déboires, beaucoup de déboires, mais aussi la conclusion d'un échec. L'échec des adultes sur un adolescent ayant vécu un traumatisme et qui n'ont pas réussi à lui venir réellement en aide. Le passage avec Boris, le jeune Russe, va alors occasionner à la vie de Théo un virage à 90 degrés. Une amitié comme seul deux adolescents livrés à eux même peut exister. C'est plus de 1100 pages centrée sur une œuvre d'art, Le Chardonneret, ou plutôt son vol. Avec une série de péripéties parfois comique, mais aussi stressante, me faisant penser à un jeu de domino où les événements s’enchaînent avec un final auquel je ne m'étais absolument pas attendu. Un livre qui se lit d'une traite malgré le nombre de pages, et que j'ai particulièrement adoré et que je ne peux que conseiller.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jprathle Posté le 6 Novembre 2019
    Si Le chardonneret raconte encore la trajectoire d'un enfant devenu grand, Donna Tartt ne choisit pas, ici, au contraire de ses deux premiers romans, la forme du thriller pour raconter son histoire. Ou plutôt le fil narratif de l'intrigue policière n'est pas vraiment primordial. Certes on garde en tête durant la lecture ce tableau mystérieux caché, mais ce qui motive l'avancée de la narration est plutôt la destinée de cet adolescent ballotté entre plusieurs milieux, entre plusieurs familles de raison ou de cœur, et qui se construit petit à petit une identité. L'auteure prouve une fois de plus combien elle a de talent à se mettre dans la peau d'un jeune personnage, et à nous tenir en haleine durant près de 800 pages avec des histoires quasiment banales. Certes les aventures que vit Théo dépassent l'ordinaire, mais on n'est pas non plus dans un roman d'aventure où les péripéties s'accumulent. Ce qui est passionnant avec Le chardonneret, c'est avant tout le portrait des figures qui vont émailler l'intrigue au fil des pages. Et là où Donna Tartt ne manque pas d'originalité, c'est qu'elle rend les personnages secondaires encore plus fascinants que le protagoniste du récit, qui lui-même ne manque pas... Si Le chardonneret raconte encore la trajectoire d'un enfant devenu grand, Donna Tartt ne choisit pas, ici, au contraire de ses deux premiers romans, la forme du thriller pour raconter son histoire. Ou plutôt le fil narratif de l'intrigue policière n'est pas vraiment primordial. Certes on garde en tête durant la lecture ce tableau mystérieux caché, mais ce qui motive l'avancée de la narration est plutôt la destinée de cet adolescent ballotté entre plusieurs milieux, entre plusieurs familles de raison ou de cœur, et qui se construit petit à petit une identité. L'auteure prouve une fois de plus combien elle a de talent à se mettre dans la peau d'un jeune personnage, et à nous tenir en haleine durant près de 800 pages avec des histoires quasiment banales. Certes les aventures que vit Théo dépassent l'ordinaire, mais on n'est pas non plus dans un roman d'aventure où les péripéties s'accumulent. Ce qui est passionnant avec Le chardonneret, c'est avant tout le portrait des figures qui vont émailler l'intrigue au fil des pages. Et là où Donna Tartt ne manque pas d'originalité, c'est qu'elle rend les personnages secondaires encore plus fascinants que le protagoniste du récit, qui lui-même ne manque pas de piquant. La mère de Théo, nimbé de tout son amour et de la nostalgie qui entoure sa mort prématurée, possède déjà un aura non négligeable. Et puis Mrs Barbour bien sûr, marque le lecteur par sa présence magnétique, aussi bien attirante que repoussante. Le vieil antiquaire Hobie, tout comme l'ami fidèle complètement fantasque, Boris, ne manqueront pas de piquer notre attention. Et puis il y a bien entendu la jeune Pippa, dont l'autrice se garde bien de ne pas trop en dire mais suffisamment pour nous faire comprendre l'attirance qu'éprouve le jeune homme à son égard. Au milieu d'eux se situe donc ce Théodore Decker, que l'on va voir progressivement mûrir. Du jeune garçon un peu effacé qui suit sa mère au début du roman, va bientôt naître un homme dont les expériences lui font comprendre combien la frontière entre le bien et le mal est difficile à tracer. Ainsi, sans jamais être pompeux, Le chardonneret contient de nombreux passages assez profonds sur l'art et sur l'existence, et l'on pense à cette fin tout à fait magnifique, qui nous font dire que l'on n'est pas simplement en train de lire un roman divertissant. Les critiques ne s'y sont pas trompés, à lui décerner le prix Pullitzer : Donna Tartt n'est certainement pas une écrivaine de second rang, et elle mérite tout à fait ce genre d'encouragement. Si son troisième roman est moins sauvage, moins brut que ses deux premiers, il n'en est que plus mature et demeure un petit bijou de littérature ; on aurait tort de s'en dispenser.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Claforiane Posté le 28 Octobre 2019
    Voilà un livre que l'on m'a prêté depuis quelques années, l'épaisseur, le nombre de page me faisait fuir. Après avoir pris mon courage à deux mains, je me suis plongée avec grand enthousiasme dans la vie de Théo, ses galères, ses espoirs. Le style, l'histoire, les personnages en font un très très bon roman, addictif. Plus qu'à aller au ciné pour voir l'adaptation.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…