RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Livre noir du communisme

            Robert Laffont
            EAN : 9782221088616
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 930
            Le Livre noir du communisme
            Crimes, terreur, répression

            , , , , ,

            Collection : Bouquins
            Date de parution : 12/11/1998

            Comment un idéal d'émancipation, de fraternité universelle, se retourna-t-il au lendemain même d'octobre 1917 en doctrine de la toute-puissance de l'Etat, pratiquant la discrimination systématique de groupes sociaux ou nationaux entiers, recourant aux déportations de masse et trop souvent aux massacres gigantesques ?
            Quatre-vingts ans après le coup d'Etat bolchevique, une...

            Comment un idéal d'émancipation, de fraternité universelle, se retourna-t-il au lendemain même d'octobre 1917 en doctrine de la toute-puissance de l'Etat, pratiquant la discrimination systématique de groupes sociaux ou nationaux entiers, recourant aux déportations de masse et trop souvent aux massacres gigantesques ?
            Quatre-vingts ans après le coup d'Etat bolchevique, une équipe d'historiens et d'universitaires a entrepris, continent par continent, pays par pays, de dresser le bilan le plus complet possible des méfaits commis sous l'enseigne du communisme : les lieux, les dates, les faits, les bourreaux, les victimes.
            Le Livre noir du communisme a suscité dès sa parution un débat qui a traversé nos frontières. C'est, sur une tragédie planétaire, le premier livre de référence.

            «C'est pour la première fois en un seul volume un panorama international complet du communisme dans toute son étendue géographique et chronologique.» Jean-François Revel, Le Point.
            «Le Livre noir [...] éclaire d'une lumière noire le totalitarisme le plus durable de notre siècle. C'est une lecture éprouvante et nécessaire.» Bruno Frappat, La Croix.
            «Lisons-le en silence, en imaginant la réalité de ce qu'il nous dit [...] sur la réalité engendrée par une utopie mortifère qui a exploité le meilleur et le pire de l'être humain.» Jacques Amalric, Libération.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221088616
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 930
            Robert Laffont
            27.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • DocIdoine Posté le 5 Janvier 2019
              "Notre idéologie est la seule correcte, car c'est la seule généreuse. Nous tuons par amour de notre prochain. Confiez-nous le gouvernement et vous serez tous égaux... puisque vous serez tous morts!" Voici cinquante ans que la pavlovisation des masses par le politiquement correct, c'est-à-dire le marxisme culturel bas de gamme (formatage par la télévision) et haut de gamme (formatage par l'"instruction" obligatoire et l'enseignement "supérieur") a conditionné les Français à un certain nombre de choses bien pratiques pour ceux qui les gouvernent. Rien de tel qu'une masse qui hurle "fasciste!" "préjugés!" "nauséabond!" - bref tous les mots-gâchettes qu'on lui inculque pour la faire saliver au déclic, à chaque fois qu'on s'oppose à la volonté de la haute finance (ah, j'oubliais! Il manquait: "Conspirationniste"!) La vanité est un puissant ressort de ce mécanisme, car c'est une des rares occasions où l'imbécile peut se persuader qu'il est "culturé": sous ce régime béni, crier au fascisme dispense d'administrer quelque autre preuve de son "intelligence". Oui, comme Noam Chomsky l'a brillamment montré dès les années 1970, marxisme culturel et mondialisation financière sont les deux faces de la même monnaie unique. C'est ce qui explique que les régimes les plus criminels de l'histoire, les régimes communistes,... "Notre idéologie est la seule correcte, car c'est la seule généreuse. Nous tuons par amour de notre prochain. Confiez-nous le gouvernement et vous serez tous égaux... puisque vous serez tous morts!" Voici cinquante ans que la pavlovisation des masses par le politiquement correct, c'est-à-dire le marxisme culturel bas de gamme (formatage par la télévision) et haut de gamme (formatage par l'"instruction" obligatoire et l'enseignement "supérieur") a conditionné les Français à un certain nombre de choses bien pratiques pour ceux qui les gouvernent. Rien de tel qu'une masse qui hurle "fasciste!" "préjugés!" "nauséabond!" - bref tous les mots-gâchettes qu'on lui inculque pour la faire saliver au déclic, à chaque fois qu'on s'oppose à la volonté de la haute finance (ah, j'oubliais! Il manquait: "Conspirationniste"!) La vanité est un puissant ressort de ce mécanisme, car c'est une des rares occasions où l'imbécile peut se persuader qu'il est "culturé": sous ce régime béni, crier au fascisme dispense d'administrer quelque autre preuve de son "intelligence". Oui, comme Noam Chomsky l'a brillamment montré dès les années 1970, marxisme culturel et mondialisation financière sont les deux faces de la même monnaie unique. C'est ce qui explique que les régimes les plus criminels de l'histoire, les régimes communistes, responsables d'un nombre incalculable d'atrocités inhumaines (Holodomor, Grande Terreur, Katyn, procès staliniens, Khmers rouges, Révolution culturelle... mais stop! ce serait in-ter-mi-nable!) - c'est ce qui explique, disais-je, que ces régimes soient absous de tout a priori. Oui, oui, je sais: "Fasciste"!! "Préjugés"!!! "Nauséabond"!! "Conspirationniste"!! C'est bien, tu l'auras, ta carotte. En fait, même pas, mouton de la farce. C'est fini, les allocs. Tes maîtres t'ont trahi. A moins que tu ne sois un bobo-coco? Oui, le communisme pratiqué en imagination du fond d'un pouf sous les lambris Louis-XV d'un appartement dans un arrondissement à un chiffre, c'est plus confortable pour effacer qu'on vient de faire dégager le sdf qui crevait de froid devant la porte. Ce que je reproche à ce livre? D'être incomplet.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Xiep Posté le 23 Juin 2016
              Rien de nouveau dans ce livre un peu décevant. Pour ceux qui avaient l'habitude de lire la presse et les livres des opposants du système, tout y était déjà écris. Mais la qualité de ce livre est d'avoir permis d'atteindre des gens qui en temps ordinaires auraient refusé de lire les ouvrages "impurs" parlant du sujet.
            • JADIN Posté le 7 Décembre 2014
              j'ai lu ce livre et franchement on nous cache beaucoup de choses sur l'URSS et ses révolutions, les famines des années 20 et 31, les tortures, les déportations, ce livre est sans conteste NOIR
            • Woland Posté le 30 Décembre 2007
              Compte tenu de la longueur de cette fiche, merci de la visionner ici :

              http://notabene.forumactif.com/histoire-biographies-documents-f10/le-livre-noir-du-communisme-collectif-t3716.htm
              Compte tenu de la longueur de cette fiche, merci de la visionner ici :

              http://notabene.forumactif.com/histoire-biographies-documents-f10/le-livre-noir-du-communisme-collectif-t3716.htm
              Lire la suite
              En lire moins
            Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
            Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.