Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259278645
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 154 x 240 mm

Le lumineux destin d'Alexandra David-Néel

Date de parution : 05/09/2019
"Dans Le lumineux destin d’Alexandra David-Néel, j’ai voulu surtout respecter le rythme de ce destin galopant. C’est d’ailleurs l’un des secrets de cette vitalité alexandrine qui tient du prodige : Mme David-Néel ne s’est jamais arrêtée. Comment en aurait-elle eu le temps ? Elle s’incarna, en une seule existence, en tant... "Dans Le lumineux destin d’Alexandra David-Néel, j’ai voulu surtout respecter le rythme de ce destin galopant. C’est d’ailleurs l’un des secrets de cette vitalité alexandrine qui tient du prodige : Mme David-Néel ne s’est jamais arrêtée. Comment en aurait-elle eu le temps ? Elle s’incarna, en une seule existence, en tant de personnages,: anarchiste, bourgeois, bouddhiste, cantatrice orientaliste, exploratrice (elle fut la première parisienne à pénétrer à Lhassa en 1924), journaliste, écrivain… Comment aurait-elle pu perdre un instant alors que sa vie, sa vraie vie selon ses plus profonds désirs, ne commença qu’à 43 ans? Quelle leçon de patience et d’endurance ! Bondissant sans cesse en avant, sans cesse en mouvement, même quand on la croit imobilisée à sa table de travail, celle qui, centenaire, faisait, à l’étonnement de son entourage, renouveler son passeport, n’a consenti à se reposer qu’en consentant à mourir, en 1969. Et encore, rien ne prouve que la mort, pour Alexandra, soit un repos éternel !"
Jean Chalon
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259278645
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 154 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mickaelig Posté le 9 Juillet 2018
    Je connaissais vaguement l'histoire de cette femme et voila que je découvre cette biographie superbe, quel personnage fascinant cette Alexandra David-Neel, mais aussi quel biographe extraordinaire que ce Jean Chalon qui nous fait entrer, dès la première page, de plein pied dans l'aventure fabuleuse de cette femme extraordinaire, on ne peut aujourd'hui imaginer les conditions de tels voyages, je crois que cette femme va illuminer ma vie pour longtemps.
  • Luniver Posté le 16 Septembre 2017
    Parfois, au détour d'une discussion, il me vient l'envie de me vanter de connaître tel personnage un peu médiatisé, d'avoir croisé telle star de sport via un ami commun, ou d'avoir eu une conversation enrichissante avec un scientifique assez en vue dans le milieu. Petite manifestation d'orgueil sans doute assez ridicule, mais moyen pas trop mauvais pour rehausser provisoirement le statut social de quelqu'un qui n'est pas végan, et qui n'a pas non plus vu le dernier concert de Katy Perry. Le problème, c'est qu'après avoir lu la biographie d'Alexandra David-Néel, on n'ose plus vraiment rien dire sur soi : première fugue dans des pays étrangers à 12 ans, bouddhiste dans un monde qui ne savait pas encore ce que c'était, chanteuse d'opéra dont le talent sera célébré aux quatre coins du monde, écrivain, journaliste, féministe, première femme et première européenne à entrer au Tibet, première femme et occidentale à rencontrer Le Dalaï-Lama, voyage de 12 ans, seule, en Chine, en Inde, au Japon, au Tibet, … à l'époque où les femmes ne pouvaient même pas ouvrir un compte en banque sans l'accord de leur mari, assiste à la guerre sino-japonaise sur place, c'est bon, n'en jetez plus, je réciterai tous les... Parfois, au détour d'une discussion, il me vient l'envie de me vanter de connaître tel personnage un peu médiatisé, d'avoir croisé telle star de sport via un ami commun, ou d'avoir eu une conversation enrichissante avec un scientifique assez en vue dans le milieu. Petite manifestation d'orgueil sans doute assez ridicule, mais moyen pas trop mauvais pour rehausser provisoirement le statut social de quelqu'un qui n'est pas végan, et qui n'a pas non plus vu le dernier concert de Katy Perry. Le problème, c'est qu'après avoir lu la biographie d'Alexandra David-Néel, on n'ose plus vraiment rien dire sur soi : première fugue dans des pays étrangers à 12 ans, bouddhiste dans un monde qui ne savait pas encore ce que c'était, chanteuse d'opéra dont le talent sera célébré aux quatre coins du monde, écrivain, journaliste, féministe, première femme et première européenne à entrer au Tibet, première femme et occidentale à rencontrer Le Dalaï-Lama, voyage de 12 ans, seule, en Chine, en Inde, au Japon, au Tibet, … à l'époque où les femmes ne pouvaient même pas ouvrir un compte en banque sans l'accord de leur mari, assiste à la guerre sino-japonaise sur place, c'est bon, n'en jetez plus, je réciterai tous les pater qu'il faudra, mais par pitié laissez-moi tranquille. On ne peut qu'être impressionné par la force de caractère d'Alexandra, qui bouscule tous les préjugés de son époque, demande l'impossible et finit toujours par l'obtenir à force d'obstination. Malgré tous les dangers et les privations dues à ses aventures, elle s'éteindra à l'âge vénérable de 101 ans. Seulement voilà, malgré tous ses exploits, le monde avance très vite, et à peine 50 ans après sa mort, plus personne ne se souvient déjà de son nom. Il faut dire qu'à l'heure où on peut obtenir un hôtel à Lhassa avec parking et wifi gratuits pour 700€ la semaine, on a du mal à s'emballer pour un voyage au Tibet. Cette biographie laisse tout de même une profonde sensation de nostalgie pour une époque où les explorations étaient encore possibles, et une véritable leçon de vie pour trouver le courage de réaliser ses rêves.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Metalit Posté le 11 Juillet 2016
    Alexandra DAVID NEEL (1868-1969) est une femme époustouflante. A 43 ans, elle quitte la France pour le Tibet, alors interdit aux étrangers. Elle entre clandestinement à LHASSA en 1924, dont elle écrira son 'Voyage d'une parisienne à Lhassa'. Elle est écrivain, cantatrice et bouddhiste. Elle se marie à Philippe DAVID NEEL, ils n'ont pas d'enfant, vivent chacune de leur côté, elle en voyage en Asie, lui en Tunisie. Alors que son mari y résiste, elle adopte YONGDEN, tibétain. Fabuleux destin, mais ouvrage un peu long (plusieurs mois pour le lire).
  • Apoapo Posté le 12 Février 2016
    Cent et un ans de vie et combien d'existences ! Alexandra David-Néel (1868-1969) : anarchiste et féministe (disciple puis proche d'Elisée Reclus), curieuse de la théosophie et des "mysticismes orientalisants" fin-de-siècle (XIXe), fugueuse convertie en voyageuse, cantatrice d'opéra, bouddhiste, accidentellement mais indissolublement mariée (après une mystérieuse et pérenne union libre) au très bourgeois Philippe Néel - son ennemi de près et son excellent ami de loin -, elle ne commence à vivre sa vie d'élection, celle d'exploratrice-orientaliste savante-essayiste et romancière par laquelle elle est connue, qu'en 1911, à l'âge de quarante-trois ans. Cela lui laissera quand même cinquante-huit ans pour deux grands périples asiatiques - de 1911 à 1925, pour le premiers, entre 1937 et 1946, pour le second - et une œuvre de vingt-quatre titres, sans compter d'innombrables articles érudits, une grammaire et un dictionnaire du tibétain inédits, et une correspondance d'un volume impressionnant. Première femme occidentale à être pénétrée à Lhassa, capitale interdite du Tibet, en 1925, après une marche de quelque 2000 km., on peut tenter une synthèse de cet impressionnant parcours d'aventures en retenant une détermination, une force de caractère lumineuses et indomptables, une soif de connaissances et d'expériences inassouvie, une adaptabilité admirable, la certitude d'être investie d'une... Cent et un ans de vie et combien d'existences ! Alexandra David-Néel (1868-1969) : anarchiste et féministe (disciple puis proche d'Elisée Reclus), curieuse de la théosophie et des "mysticismes orientalisants" fin-de-siècle (XIXe), fugueuse convertie en voyageuse, cantatrice d'opéra, bouddhiste, accidentellement mais indissolublement mariée (après une mystérieuse et pérenne union libre) au très bourgeois Philippe Néel - son ennemi de près et son excellent ami de loin -, elle ne commence à vivre sa vie d'élection, celle d'exploratrice-orientaliste savante-essayiste et romancière par laquelle elle est connue, qu'en 1911, à l'âge de quarante-trois ans. Cela lui laissera quand même cinquante-huit ans pour deux grands périples asiatiques - de 1911 à 1925, pour le premiers, entre 1937 et 1946, pour le second - et une œuvre de vingt-quatre titres, sans compter d'innombrables articles érudits, une grammaire et un dictionnaire du tibétain inédits, et une correspondance d'un volume impressionnant. Première femme occidentale à être pénétrée à Lhassa, capitale interdite du Tibet, en 1925, après une marche de quelque 2000 km., on peut tenter une synthèse de cet impressionnant parcours d'aventures en retenant une détermination, une force de caractère lumineuses et indomptables, une soif de connaissances et d'expériences inassouvie, une adaptabilité admirable, la certitude d'être investie d'une mission, mais aussi, en contrepartie, une vision des rapports à ses proches d'un égoïsme, utilitarisme, despotisme suprêmes. En effet cette femme qui afficha, tout au long de sa vie, un mépris absolu de l'amour, se ventant même de ne pas avoir de cœur, cultiva des rapports privés très étranges : d'une remarquable ingratitude envers ses parents - même pour son père à qui son éducation intellectuelle devait tant - ; d'une mystérieuse nature envers Jean Haustont, premier compagnon jamais vraiment aimé, jamais complètement quitté ; d'un égoïsme monstrueux à l'égard de Philippe Néel - à propos du mariage avec lequel elle note : "[...] nous nous sommes épousés plus par méchanceté que par tendresse" (cit. p. 134) -, qui était un homme au caractère à tous égards opposé au sien, avec lequel la vie conjugale fut une torture pour les deux, mais dont le salut vint non par le divorce mais par les pérégrinations d'Alexandra, toujours financées (encore que parfois difficilement, mais toujours très généreusement...) par un époux qui les détestait ; d'une invraisemblable tyrannie pour son fils adoptif, le Tibétain lama Yongden, ("Océan de Compassion"...) rencontré alors qu'il avait quatorze ans, et qui la suivit partout, au prix de grands sacrifices partagés, jusqu'à son décès prématuré à l'âge de cinquante-six ans, à qui elle interdit de fumer, de boire et de "connaître une femme" ; d'une grande exigence assortie d'irascibilité enfin envers ses assistantes de passage, sa traductrice anglaise Violette Sidney et sa dame de compagnie des dix dernières années, Marie-Madeleine Peyronnet ; on pourrait évoquer aussi la circonstance que, dans son deuxième tour asiatique, son maître spirituel, le Gomchen de Lachen, avait probablement attendu une visite de sa disciple, qu'à un certain moment n'eût pas été impossible, peut-être juste avant la mort du Maître, mais qu'elle ne lui rendit pas. Mais ces considérations sur les étranges rapports humains d'Alexandra "Lampe de Sagesse" m'appartiennent entièrement ; le biographe n'a que de l'admiration pour son objet d'études, cette exploratrice "tout cerveau" qui, de ce fait, ainsi que par ses aventures, ne peut que susciter un infini désir projectif...
    Lire la suite
    En lire moins
  • gill Posté le 28 Février 2013
    Femme d'aventure et écrivain, Alexandra David-Néel vécut plus de cent ans. Enfant, elle connut Victor Hugo, sautant sur ses genoux. Plus tard, elle connut le géographe anarchiste Elysée Reclus, devint première chanteuse à l'opéra d'Hanoï, rencontra, à Aden, un négociant nommé Rimbaud et se passionna, à la fin de son existence, pour la révolte de mai 68 et les exploits des premiers astronautes sur la lune. Mais la grande aventure de sa vie fut sa rencontre avec le bouddhisme. Elle fut la première femme à pénétrer dans la ville sainte de Lhassa et laissa une quarantaine d'ouvrages consacrés à cette religion ou traitant des différents aspects de la vie asiatique. Jean Chalon consacre un livre à ce destin fabuleux, celui d'une aventurière qui, ne voulant pas d'enfant, laissa son mari derrière elle, pour suivre un chemin qui la mènera au milieu des tourments d'une Chine alors déchirée entre les troupes communistes, les seigneurs de la guerre et les armées japonaises. Accompagnée du lama Yongden, son fils adoptif, elle parvint à 56 ans sur le toit du monde, dans la cité mythique de Lhassa... Cet ouvrage, paru aux éditions de la librairie académique Perrin en 1985, se lit comme un véritable roman d'aventure.... Femme d'aventure et écrivain, Alexandra David-Néel vécut plus de cent ans. Enfant, elle connut Victor Hugo, sautant sur ses genoux. Plus tard, elle connut le géographe anarchiste Elysée Reclus, devint première chanteuse à l'opéra d'Hanoï, rencontra, à Aden, un négociant nommé Rimbaud et se passionna, à la fin de son existence, pour la révolte de mai 68 et les exploits des premiers astronautes sur la lune. Mais la grande aventure de sa vie fut sa rencontre avec le bouddhisme. Elle fut la première femme à pénétrer dans la ville sainte de Lhassa et laissa une quarantaine d'ouvrages consacrés à cette religion ou traitant des différents aspects de la vie asiatique. Jean Chalon consacre un livre à ce destin fabuleux, celui d'une aventurière qui, ne voulant pas d'enfant, laissa son mari derrière elle, pour suivre un chemin qui la mènera au milieu des tourments d'une Chine alors déchirée entre les troupes communistes, les seigneurs de la guerre et les armées japonaises. Accompagnée du lama Yongden, son fils adoptif, elle parvint à 56 ans sur le toit du monde, dans la cité mythique de Lhassa... Cet ouvrage, paru aux éditions de la librairie académique Perrin en 1985, se lit comme un véritable roman d'aventure. Il est littéralement passionnant.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…