En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Secret des orphelins

            Presses de la cité
            EAN : 9782258133693
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            Le Secret des orphelins

            Hélène COLOMBEAU (Traducteur)
            Collection : Sang d'Encre
            Date de parution : 07/09/2017
            Encore un os à ronger pour Ruth Galloway !
            Un squelette d’enfant décapité est retrouvé sous la porte d’une vieille bâtisse victorienne à Norwich. S’agit-il d’un sacrifice datant de la période romaine ou de la dépouille d’un petit pensionnaire échappé de l’orphelinat qui occupait les lieux dans les années 1970 ? Experte en datation, l’archéologue Ruth Galloway rejoint l’équipe... Un squelette d’enfant décapité est retrouvé sous la porte d’une vieille bâtisse victorienne à Norwich. S’agit-il d’un sacrifice datant de la période romaine ou de la dépouille d’un petit pensionnaire échappé de l’orphelinat qui occupait les lieux dans les années 1970 ? Experte en datation, l’archéologue Ruth Galloway rejoint l’équipe de l’inspecteur Harry Nelson, partenaire d’investigation – et parfois plus dans l’intimité. Tandis que Ruth remonte la piste du drame et croise le chemin de prêtres retraités, magnats de l’immobilier et druides chevelus, quelqu’un semble décidé à littéralement la faire mourir de peur…
            Retour de l’universitaire la plus attachante du venteux Norfolk, intello nourrie aux chips, célibataire attendant un heureux événement, dans un thriller atmosphérique et mystique
            à déguster impérativement avec une cup of tea !
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258133693
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            Presses de la cité
            21.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Eroblin Posté le 10 Octobre 2017
              Ce roman est le deuxième tome qui met en scène une archéologue entraînée malgré elle dans des enquêtes policières. Je n’ai pas lu le précédent roman « Les disparues du marais » mais ce n’est nécessaire pour comprendre rapidement les relations qui existent entre les deux principaux protagonistes, à savoir Ruth Galloway –archéologue enceinte d’une quarantaine d’années- et Harry Nelson –inspecteur marié, bougon et père à sa grande surprise du futur bébé de Ruth. Cette fois-ci ils enquêtent sur la découverte d’un petit corps décapité dont le squelette a été retrouvé sous la porte d’une vieille bâtisse victorienne, condamnée à devenir un immeuble de grand standing. Pendant que Harry Nelson et son équipe se lancent à la recherche de l’identité du corps, Ruth devient la proie d’un mystérieux harceleur qui, bientôt, dépose devant chez elle un « faux » bébé, puis un veau à deux têtes (du moins seules les deux têtes sont déposées sur son seuil) pour ensuite tenter de lui faire du mal. Bien évidemment, la question qui se pose est la suivante : quel rapport entre ces deux faits ? Je ne vais certainement pas vous répondre ! Je vous invite à lire ce roman policier... Ce roman est le deuxième tome qui met en scène une archéologue entraînée malgré elle dans des enquêtes policières. Je n’ai pas lu le précédent roman « Les disparues du marais » mais ce n’est nécessaire pour comprendre rapidement les relations qui existent entre les deux principaux protagonistes, à savoir Ruth Galloway –archéologue enceinte d’une quarantaine d’années- et Harry Nelson –inspecteur marié, bougon et père à sa grande surprise du futur bébé de Ruth. Cette fois-ci ils enquêtent sur la découverte d’un petit corps décapité dont le squelette a été retrouvé sous la porte d’une vieille bâtisse victorienne, condamnée à devenir un immeuble de grand standing. Pendant que Harry Nelson et son équipe se lancent à la recherche de l’identité du corps, Ruth devient la proie d’un mystérieux harceleur qui, bientôt, dépose devant chez elle un « faux » bébé, puis un veau à deux têtes (du moins seules les deux têtes sont déposées sur son seuil) pour ensuite tenter de lui faire du mal. Bien évidemment, la question qui se pose est la suivante : quel rapport entre ces deux faits ? Je ne vais certainement pas vous répondre ! Je vous invite à lire ce roman policier accrocheur à plus d’un titre. Même si le sujet (l’assassinat d’un enfant) est sombre, l’auteur ne tombe pas dans le morbide ou le répugnant, défaut souvent de ces nombreux romans dits thrillers où on nous fait basculer dans les méandres les plus noirs de l’esprit humain. Je ne dis pas que l’assassin n’est pas ignoble mais au moins son acte reste unique. Ensuite, l’atmosphère dans laquelle se déroule l’enquête est originale dans la mesure où le métier de Ruth permet des digressions sur des mythes anciens, notamment celui de Janus et c’est l’occasion pour le lecteur d’en apprendre un peu plus sur ce dieu des Portes. Enfin, le couple formé par Ruth et son improbable amant et, bientôt père, Harry, est attachant. Ils se complètent tous les deux, elle un peu lunaire et lui, le faux bougon cartésien. J’espère qu’on les retrouvera bien vite dans un prochain tome.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LePamplemousse Posté le 3 Octobre 2017
              Deuxième tome mettant en scène l’archéologue Ruth Galloway, ce volume peut toutefois se lire seul car les éléments principaux de l’intrigue précédente sont repris et l’enquête policière est indépendante. Ruth Galloway est une archéologue et une femme peu commune, cette célibataire très enrobée n’a que faire de la mode ou du regard des autres. Elle n’est pas du genre à mettre une heure pour choisir sa tenue chaque matin ni à compter les calories de ce qu’elle avale, pour elle, seul son travail a de l’importance. Pour le reste, elle vit et profite des plaisirs du quotidien sans aucune culpabilité. Elle ne ressent pas davantage de culpabilité alors qu’elle est enceinte d’un homme marié. Si vous êtes à cheval sur les valeurs traditionnelles, passez votre chemin, car dans ce roman, on croise quelques personnages aux modes de vie hors normes. En ce qui concerne l’enquête policière, Ruth va être amenée à aider la police car un squelette d’enfant a été découvert sur un site de fouilles archéologiques. J’ai été séduite par ce roman, j’ai aimé me plonger dans le travail laborieux des archéologues, j’ai appris des tas de choses sur les sites romains, j’ai aussi beaucoup apprécié cette héroïne qui sort des sentiers battus, une femme... Deuxième tome mettant en scène l’archéologue Ruth Galloway, ce volume peut toutefois se lire seul car les éléments principaux de l’intrigue précédente sont repris et l’enquête policière est indépendante. Ruth Galloway est une archéologue et une femme peu commune, cette célibataire très enrobée n’a que faire de la mode ou du regard des autres. Elle n’est pas du genre à mettre une heure pour choisir sa tenue chaque matin ni à compter les calories de ce qu’elle avale, pour elle, seul son travail a de l’importance. Pour le reste, elle vit et profite des plaisirs du quotidien sans aucune culpabilité. Elle ne ressent pas davantage de culpabilité alors qu’elle est enceinte d’un homme marié. Si vous êtes à cheval sur les valeurs traditionnelles, passez votre chemin, car dans ce roman, on croise quelques personnages aux modes de vie hors normes. En ce qui concerne l’enquête policière, Ruth va être amenée à aider la police car un squelette d’enfant a été découvert sur un site de fouilles archéologiques. J’ai été séduite par ce roman, j’ai aimé me plonger dans le travail laborieux des archéologues, j’ai appris des tas de choses sur les sites romains, j’ai aussi beaucoup apprécié cette héroïne qui sort des sentiers battus, une femme indépendante, touchante, qui n’attend rien de personne mais n’est pas froide ou insensible pour autant. J’ai relevé quelques petites incohérences dans le scénario toutefois, le squelette trouvé est censé être celui d’un enfant d’une certaine tranche d’âge, mais quand il sera finalement identifié, cela ne correspondra pas vraiment. Il est aussi question de soins dentaires très particuliers mais il semble très improbable que ces soins aient pu être effectués sur la personne concernée en raison de son milieu social qui ne cadre pas du tout. A part ces petits bugs, j’ai dévoré ce roman qui a un charme indéniable car on s’y promène dans des grands espaces, on y respire l’odeur de la mer, les personnages sont originaux et le travail des archéologues est vraiment bien expliqué.
              Lire la suite
              En lire moins
            • croc1706 Posté le 24 Septembre 2017
              Etant lectrice assidue d'Elizabeth George, je n'ai pas laissé l'occasion de découvrir Elly Griffiths, qui prétend au titre de nouvelle dame du polar britannique . Alors j'ai plongé ! Dans ce polar, nous découvrons (pour moi) ou retrouvons Ruth Galloway. Cette héroïne accro à la malbouffe et aux vêtements amples , éminente archéologue judiciaire est appelée sur un chantier de fouilles, où le squelette d'un enfant décapité a été découvert. Elle viendra en aide, au rustique et rugueux, inspecteur Nelson, connu pour son mauvais caractère. Mais ces deux-là ont un passé, qui ne va pas tarder à leur sauter à la figure. Ce qui frappe dans ce roman ce sont ces personnages. Les deux héros sont extras, notamment Ruth , parfait mélange de Tempérance Brennan et de Barbara Havers . Le druide Cathbad est lui aussi quelqu'un de haut en couleurs , qui apporte à ce récit très sombre, une bonne dose d'humour britannique, duquel on se délecte au fil des pages. Et le grizzly Nelson, nous attendrit quand il parle de ses enfants. En ce qui concerne le récit, il est très bien construit. L'histoire est tortueuse, le suspense est là, sous forme de présences suggérées et de souffles... Etant lectrice assidue d'Elizabeth George, je n'ai pas laissé l'occasion de découvrir Elly Griffiths, qui prétend au titre de nouvelle dame du polar britannique . Alors j'ai plongé ! Dans ce polar, nous découvrons (pour moi) ou retrouvons Ruth Galloway. Cette héroïne accro à la malbouffe et aux vêtements amples , éminente archéologue judiciaire est appelée sur un chantier de fouilles, où le squelette d'un enfant décapité a été découvert. Elle viendra en aide, au rustique et rugueux, inspecteur Nelson, connu pour son mauvais caractère. Mais ces deux-là ont un passé, qui ne va pas tarder à leur sauter à la figure. Ce qui frappe dans ce roman ce sont ces personnages. Les deux héros sont extras, notamment Ruth , parfait mélange de Tempérance Brennan et de Barbara Havers . Le druide Cathbad est lui aussi quelqu'un de haut en couleurs , qui apporte à ce récit très sombre, une bonne dose d'humour britannique, duquel on se délecte au fil des pages. Et le grizzly Nelson, nous attendrit quand il parle de ses enfants. En ce qui concerne le récit, il est très bien construit. L'histoire est tortueuse, le suspense est là, sous forme de présences suggérées et de souffles mystérieux, qui nous font passer de retournement de situation et en retournement de situation. Le twist final très prenant donne une scène grandiose où la brume , connue dans cette région du Norfolk, vient jouer son rôle et donner une sensation d'étouffement qui jaillit des pages, et nous enveloppe. Une bonne intrigue, des personnages fascinants dans leur humanité, une ambiance toute anglaise , donne un roman à déguster avec un bon thé, cet automne. En tout cas pour moi pari gagné, Elly Griffiths se situera désormais dans ma bibliothèque à côté d'Elizabeth George.
              Lire la suite
              En lire moins
            • angelita.manchado Posté le 22 Septembre 2017
              Avis Le secret des orphelins d’Elly Griffiths C’est avec un très grand plaisir que j’ai retrouvé les personnages de la première aventure signée Elly Griffiths. Quelques mois ont passé, les uns et les autres ont continué leur vie, même s’ils sont restés amis. Mais Ruth se rend compte qu’elle est enceinte et elle veut cacher, le plus longtemps possible, son état. Elle sait qui est le père et elle ne veut pas briser la famille qu’il forme avec sa femme et ses enfants. Surtout qu’il n’y a eu qu’une seule nuit. Quant à Harry, il se rend très vite compte de l’état de Ruth. Il ne joue pas l’autruche mais s’interroge. Sa réaction, à l’annonce, est prévisible. Mais, il est ami avec Ruth. Il a besoin d’elle pour ses enquêtes, surtout de son professionnalisme. Dans ce roman, on retrouve des personnages du premier qui ont tous leur grain de folie. Mais ils jouent un rôle très important, surtout pour aider Ruth qui est encore aux prises avec un tueur. La grossesse va ajouter une autre dimension puisqu’elle va vouloir sauver son bébé. Cette deuxième aventure est réussie et chapeau à l’auteur, car ce n’est pas souvent le cas. Elle mêle toujours ses dimensions... Avis Le secret des orphelins d’Elly Griffiths C’est avec un très grand plaisir que j’ai retrouvé les personnages de la première aventure signée Elly Griffiths. Quelques mois ont passé, les uns et les autres ont continué leur vie, même s’ils sont restés amis. Mais Ruth se rend compte qu’elle est enceinte et elle veut cacher, le plus longtemps possible, son état. Elle sait qui est le père et elle ne veut pas briser la famille qu’il forme avec sa femme et ses enfants. Surtout qu’il n’y a eu qu’une seule nuit. Quant à Harry, il se rend très vite compte de l’état de Ruth. Il ne joue pas l’autruche mais s’interroge. Sa réaction, à l’annonce, est prévisible. Mais, il est ami avec Ruth. Il a besoin d’elle pour ses enquêtes, surtout de son professionnalisme. Dans ce roman, on retrouve des personnages du premier qui ont tous leur grain de folie. Mais ils jouent un rôle très important, surtout pour aider Ruth qui est encore aux prises avec un tueur. La grossesse va ajouter une autre dimension puisqu’elle va vouloir sauver son bébé. Cette deuxième aventure est réussie et chapeau à l’auteur, car ce n’est pas souvent le cas. Elle mêle toujours ses dimensions archéologiques ce qui permet au lecteur d’en apprendre toujours plus. De plus, il y a les rites, la religion qui prennent énormément de place. Si Ruth et Harry ne sont pas trop portés dessus, les parents de celle-ci, oui, très vieille école avec leurs principes réactionnaires. Outre cette dimension archéologique, le lecteur en apprend plus sur ces temps qui ont fait le monde, avec les Romains et aussi cette culture celtique. Le roman est très bien construit avec ces passages en italique qui font avancer l’histoire. L’auteur nous démontre bien que même si les morts datent, il est toujours possible de retrouver un assassin grâce à la science, les enquêtes et les interrogatoires. Personnellement, je n’avais pas vu venir l’assassin. Le rythme est bien ficelé mais ce n’est pas un polar, ni un thriller. Je n’ai pas eu froid dans le dos mais j’ai apprécié ces avancées. Le lecteur sent très bien la peur de Ruth qui s’installe au fur et à mesure. Mais la vie quotidienne, ses relations, son travail reprennent vite leurs droits. Le rythme est très enlevé, surtout lorsque le lecteur arrive aux 3/4 du roman. Les passages se font plus précis, plus concis et plus courts pour ajouter de la dimension à la personne qui doit être sauvée. Je remercie les Editions Presses de la Cité pour m’avoir permis de lire cette deuxième aventure.. Résumé Le secret des orphelins d’Elly Griffiths Ruth est enceinte. Harry Nelson est heureux de la retrouver car il ne l’a pas vue depuis trois mois. Il s’interroge sur son état de santé. Des restes humains ont été découverts sur un chantier de construction d’appartements de grand standing.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sharon Posté le 16 Septembre 2017
              Je vais vous parler aujourd'hui d'un roman policier qui m'a vraiment énormément plu, au point qu'à peine fini, j'allais chercher le premier tome de la série à la bibliothèque. Qu'est-ce qui m'a donc tant plu dans cette lecture ? Les personnages, tout d'abord. Nous trouvons un duo classique, l'archéologue spécialiste en datation Ruth Galloway, dont le nom fleure bon la Grande Bretagne et l'inspecteur Harry Nelson, qui n'est pas sans rappeler un autre inspecteur, américain celui-ci, et aussi un célèbre amiral. Classique, oui, sauf dans leur portrait. J'en ai plus qu'assez de ces livres dans lequel des personnages féminins ont des physiques parfaits, des hanches "minces", des ventres "plats" ou alors des "courbes pulpeuses". Ruth, et bien, est une femme qui ne rentre pas dans cette injonction littéraire et sociétal, elle a une silhouette un peu ronde, banale, porte des vêtements confortables, pratiques et ne fait rien pour modifier sa silhouette. Célibataire, athée convaincue ayant du mal avec ses parents "born again", elle est passionnée par son métier et adore son chat, qui le lui rend bien. Elle a des amis, très différents d'elle parfois. Je pense à Shona, la femme fatale splendide et flamboyante ou Cathbad, l'excentrique sur qui elle... Je vais vous parler aujourd'hui d'un roman policier qui m'a vraiment énormément plu, au point qu'à peine fini, j'allais chercher le premier tome de la série à la bibliothèque. Qu'est-ce qui m'a donc tant plu dans cette lecture ? Les personnages, tout d'abord. Nous trouvons un duo classique, l'archéologue spécialiste en datation Ruth Galloway, dont le nom fleure bon la Grande Bretagne et l'inspecteur Harry Nelson, qui n'est pas sans rappeler un autre inspecteur, américain celui-ci, et aussi un célèbre amiral. Classique, oui, sauf dans leur portrait. J'en ai plus qu'assez de ces livres dans lequel des personnages féminins ont des physiques parfaits, des hanches "minces", des ventres "plats" ou alors des "courbes pulpeuses". Ruth, et bien, est une femme qui ne rentre pas dans cette injonction littéraire et sociétal, elle a une silhouette un peu ronde, banale, porte des vêtements confortables, pratiques et ne fait rien pour modifier sa silhouette. Célibataire, athée convaincue ayant du mal avec ses parents "born again", elle est passionnée par son métier et adore son chat, qui le lui rend bien. Elle a des amis, très différents d'elle parfois. Je pense à Shona, la femme fatale splendide et flamboyante ou Cathbad, l'excentrique sur qui elle peut toujours compter. L'inspecteur Harry Nelson est un enquêteur survolté. Le flegme anglais ? Vous le trouverez dans un autre roman, sans doute, mais là, non. Homme de terrain, Nelson ne ménage pas sa peine, utilise au mieux les capacités de ses enquêteurs, et va au bout des pistes qui se présentent à lui, sans rien négliger. Côté vie privée, il ne se ménage pas non plus. Marié, deux filles, il essaie de mener une vie de famille, une vie de couple presque sereine. Oui, tout est dans le presque, comme souvent, mais Nelson aime les siens, personne ne peut dire le contraire. Pour ces deux personnages singuliers, pour des personnages secondaires qui le sont tout autant, et qui se découvriront peu à peu au cours de la lecture, il fallait une intrigue qui l'est tout autant. La découverte du squelette d'un enfant décapité n'est pas une affaire banale. Pas de faux suspens : le lecteur sait le plus vite que la technique le permet que nous ne sommes pas face à une tombe médiéval. Comme le lieu a été il y a quelques décennies un orphelinat, le lecteur a forcément des références, des clichés qui lui viennent, surtout quand il apprend que deux enfants, frère et soeur, ont disparu et que nul, en dépit des recherches effectuées, ne sait ce qu'il est advenu d'eux. Cold case ? Oui, presque, parce que Nelson va aussi relancer cette enquête, retrouver des personnes qui ont vécu dans cet orphelinat. Le prêtre, d'abord, qui, à prêt de 80 ans, semble avoir conservé la même bienveillance. Un ancien pensionnaire, qui garde un bon souvenir de lui et de cet époque. Une soeur, tourmentée par l'âge et la maladie. Les propriétaires aussi, dont la volonté de transformer les lieux a conduit à retrouver le corps, ainsi que celui d'un chat décapité. Nelson retrouve aussi un des policiers qui a enquêté pendant les années 70 et se souvient de l'énergie déployée à l'époque. Energie, oui, c'est le mot qui domine vraiment parce qu'à la force déployée par les enquêteurs pour découvrir la vérité s'oppose une autre force qui fait tout pour nuire à l'enquête. Pas les traditionnels bâtons dans les roues des puissants pour que l'on ne sache rien, non - bien trop classique. C'est à la fois plus subtil et plus violent.  Si vous aimez les romans policiers, la mythologie, si vous savez que l'homme est capable du meilleur mais aussi du pire, si vous êtes capable de regarder en face sa cruauté et sa violence, alors vous aimerez lire ce livre.
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            "Si vous aimez les romans policiers, la mythologie, si vous savez que l’homme est capable du meilleur mais aussi du pire, si vous êtes capable de regarder en face sa cruauté et sa violence, alors vous aimerez lire ce livre."
            Des livres et Sharon
            "Des druides, des affaires immobilières, des prêtres retraités, l'atmosphère est aussi venteuse que mystique."
            24 heures
            " Voici la 2ème aventure d'un tandem improblable, mais attachant. "
            Télépro
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com