Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221094204
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 153 x 240 mm

L'épopée de la croisière jaune - NE

Date de parution : 11/04/2002

«Une épopée de légende. Avec suspense garanti.» Le Nouvel Observateur

Dans les années 30, l'automobile est dans sa période héroïque, le grand constructeur André Citroën lance un raid d'autochenilles à travers tout le continent asiatique, de Beyrouth à Pékin. Un parcours invraisemblable: plusieurs déserts, les hauts cols de l'Himalaya, la Chine en proie aux «seigneurs de la guerre»… Hommes et...

Dans les années 30, l'automobile est dans sa période héroïque, le grand constructeur André Citroën lance un raid d'autochenilles à travers tout le continent asiatique, de Beyrouth à Pékin. Un parcours invraisemblable: plusieurs déserts, les hauts cols de l'Himalaya, la Chine en proie aux «seigneurs de la guerre»… Hommes et machines sont soumis à d'extraordinaires épreuves. Pour progresser de quelques kilomètres, mécaniciens et savants (parmi lesquels le père Teilhard de Chardin) accomplissent de fabuleux exploits. Toujours plus loin, encore plus haut… chaque geste est une victoire, chaque effort un record.À partir de documents de première main et des témoignages des membres de l'expédition, l'auteur raconte cette épopée qui passionna le monde et fait date dans l'histoire de l'automobile.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221094204
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 153 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Samousse Posté le 12 Novembre 2016
    Une agréable surprise. Mon père se passionnait pour les rallyes automobiles, et donc ça m'ennuyait profondément. Je m'attendais donc à décrocher au bout de quelques pages et c'est tout le contraire qui s'est produit. J'ai été tout de suite captivée par le récit. Tout commence in medias res. « le général ne répond pas. Strictement sanglé, presque trop, dans sa sobre vareuse militaire, le crâne rasé à la prussienne, les yeux, à peine bridés, vifs au-dessus du nez droit, la lèvre inférieure proéminente lui donnant comme un air de bouder, le général ne répond pas. Impassible, derrière son bureau, il signe des papiers. » On apprend aussitôt qu'il s'agit de rien moins que Tchang Kaï-Chek , avec qui les responsables de l'expédition Citroën doivent négocier des autorisations pour leur projet de rallier Beyrouth à Pékin en autochenille en 1930. Le récit est court (un peu plus de 200 pages) mais incroyablement dense et efficace. Tout part d'une histoire vraie, documentée par des participants à l'expédition (qui comprend des mécaniciens, mais aussi des journalistes, scientifiques, artistes, le médecin, l'archéologue, ...). le groupe est scindé en deux : l'un (groupe Pamir), part de Beyrouth, l'autre de Pékin (groupe Chine), et les 12 chapitres... Une agréable surprise. Mon père se passionnait pour les rallyes automobiles, et donc ça m'ennuyait profondément. Je m'attendais donc à décrocher au bout de quelques pages et c'est tout le contraire qui s'est produit. J'ai été tout de suite captivée par le récit. Tout commence in medias res. « le général ne répond pas. Strictement sanglé, presque trop, dans sa sobre vareuse militaire, le crâne rasé à la prussienne, les yeux, à peine bridés, vifs au-dessus du nez droit, la lèvre inférieure proéminente lui donnant comme un air de bouder, le général ne répond pas. Impassible, derrière son bureau, il signe des papiers. » On apprend aussitôt qu'il s'agit de rien moins que Tchang Kaï-Chek , avec qui les responsables de l'expédition Citroën doivent négocier des autorisations pour leur projet de rallier Beyrouth à Pékin en autochenille en 1930. Le récit est court (un peu plus de 200 pages) mais incroyablement dense et efficace. Tout part d'une histoire vraie, documentée par des participants à l'expédition (qui comprend des mécaniciens, mais aussi des journalistes, scientifiques, artistes, le médecin, l'archéologue, ...). le groupe est scindé en deux : l'un (groupe Pamir), part de Beyrouth, l'autre de Pékin (groupe Chine), et les 12 chapitres sont consacrés alternativement à l'un ou à l'autre. L'histoire comprend tous les ingrédients d'un récit passionnant : de l'humour, notamment dans les portraits des dignitaires orientaux, dans les confrontations ubuesques avec les autorités chinoises ou le fameux maréchal King, gouverneur du Sinkiang et son émissaire au chapeau melon, tournés en dérision par la gouaille des mécaniciens. On a aussi de l'action avec des attaques (nous sommes en pleine rébellion des minorités musulmanes contre les autorités chinoises), des évasions rocambolesques, une lutte incessante contre les éléments : chaleur torride, hiver glacial, chutes de pierres, tempêtes de sables, traversées de fleuves, opération de l'appendicite dans un temple … Les personnages sont attachants, notamment Gumbo, le guide mongol capable de retrouver son chemin n'importe où dans le désert de Gobi, les chefs et les hommes héroïques, acharnés, courageux qui ne renoncent jamais. Cette lecture fait penser au film le salaire de la peur. Les deux histoires n'ont pas grand chose à voir, à part un parcours à accomplir en conduisant, mais les deux sont aussi palpitants, bien que les personnages soient bien plus nombreux dans la croisière jaune. Malgré tout, on suit cette aventure collective comme si l'on s'identifiait à un seul homme. D'ailleurs, les chefs, Haardt et Point, font figure de héros individuels, au même titre que leurs hommes. Et puis, dernier ingrédient, le dépaysement. En quelques lignes, Jacques Wolgensinger a l'art de restituer l'ambiance pittoresque d'une ville orientale ou de nous faire imaginer une plaine peuplée de chevaux et de yourtes aux pieds d'une citadelle. En suivant la route de la soie et des caravanes, les traces d'Alexandre et de Gengis Khan, on découvre un peu de Perse, d'Inde, d'Afghanistan, de Chine, la vallée de Bamyan et ses statues bouddhistes (celles que les Talibans ont détruites en 2001), l'oasis de Tourfan, la vallée des tombeaux des empereurs Ming, la grande Muraille. J'allais oublier une certaine émotion, retenue, qui se manifeste dans le dévouement de chacun, et que l'on ressent à la fin, dans le récit sobre de l'issue de l'expédition. Je n'en dirai pas plus… Donc, même si BMR a raison de souligner que ce livre est tout entier à la gloire de Citroën et que l'auteur est ensuite entré au service communication de l'entreprise et de rappeler le complexe de supériorité des occidentaux, courant à l'époque, qui imprègne le récit, cela n'ôte rien à ses qualités littéraires. J'ignorais tout de l'expédition avant la lecture de ce livre, et ce fut pour moi une vraie découverte. Et il est tout à fait juste de dire qu'à notre époque désenchantée, ce genre d'épopée peut faire rêver. Pas étonnant qu'elle ait été publiée en Folio junior, car elle se lit très facilement, et peut émerveiller et instruire de jeunes lecteurs, même s'il faut ensuite leur donner un peu de recul.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BMR Posté le 27 Avril 2011
    Cette Croisière Jaune aura bercé notre imaginaire durant de jeunes années ... Tout comme celles de l'auteur : Jacques Wolgensinger, devenu ensuite chargé de comm' chez Citroën. Forcément il a écrit le bouquin. À la gloire de son employeur. Mais bon, il a su garder un peu de réserve et ne pas sombrer dans le dithyrambe. Reste donc l'épopée, l'histoire. L'Histoire de ces quelques hommes et de ces drôles d'autos à chenilles partis vers 1931 sur la Route de la Soie à la conquête de l'Asie. Un premier groupe (le groupe Pamir) part de Beyrouth à l'assaut de l'Iran, de l'Afghanistan puis des Himalayas. L'autre équipage (le groupe Chine) part de Pékin dans l'autre sens. Enfin, tente de partir de Pékin : c'est pas gagné et la Chine est en bisbille avec ... ses minorités ethniques. Et oui, les Ouïgours étaient déjà sur la brèche, c'était il y a plus de 80 ans ! Le groupe Pamir connaîtra les pires difficultés techniques dans les montagnes orientales, parfois obligé de démonter les voitures pièce à pièce pour les remonter de l'autre côté. Le groupe Chine connaîtra les pires difficultés politiques dans les déserts chinois au point de rester plusieurs mois prisonnier de tel ou tel seigneur de guerre... Cette Croisière Jaune aura bercé notre imaginaire durant de jeunes années ... Tout comme celles de l'auteur : Jacques Wolgensinger, devenu ensuite chargé de comm' chez Citroën. Forcément il a écrit le bouquin. À la gloire de son employeur. Mais bon, il a su garder un peu de réserve et ne pas sombrer dans le dithyrambe. Reste donc l'épopée, l'histoire. L'Histoire de ces quelques hommes et de ces drôles d'autos à chenilles partis vers 1931 sur la Route de la Soie à la conquête de l'Asie. Un premier groupe (le groupe Pamir) part de Beyrouth à l'assaut de l'Iran, de l'Afghanistan puis des Himalayas. L'autre équipage (le groupe Chine) part de Pékin dans l'autre sens. Enfin, tente de partir de Pékin : c'est pas gagné et la Chine est en bisbille avec ... ses minorités ethniques. Et oui, les Ouïgours étaient déjà sur la brèche, c'était il y a plus de 80 ans ! Le groupe Pamir connaîtra les pires difficultés techniques dans les montagnes orientales, parfois obligé de démonter les voitures pièce à pièce pour les remonter de l'autre côté. Le groupe Chine connaîtra les pires difficultés politiques dans les déserts chinois au point de rester plusieurs mois prisonnier de tel ou tel seigneur de guerre local ! Il y a tout juste ce qu'il faut d'enthousiasme naïf dans ce bouquin. Juste le style qui convient à cette folle équipée. Ça se lit très facilement et rapidement, sans trop de détails techniques (ouais, la mécanique c'est pas not' truc, alors). Non, pile poil le ton qui convient à cette aventure. Il y avait eu d'autres raids auparavant (la Croisière Noire en Afrique notamment) mais c'était "avant". Celle-ci est tombée juste au moment où il fallait, entre deux guerres, à l'aube de temps nouveaux. Papa Citroën avait peaufiné ses techniques de comm' pour en tirer un maximum de retombées. Surtout que si l'on veut bien s'arrêter un instant sur les faits réels, force est de constater qu'aucune des voitures engagées n'aura traversé l'Asie ! Pour de multiples, bonnes et excellentes raisons, la jonction entre les groupes Pamir et Chine a eu lieu ... à cheval ! Voilà de quoi méditer sur la façon dont l'Histoire s'écrit ! Ça alors ! J'en suis resté sur le flanc, moi qui aurait juré avoir pratiquement vu les autos traverser l'Himalaya quand j'étais petit ! Bon, ça c'était pour le volet intello : on lit, mais voyez, on réfléchit quand même. Et puis cela n'enlève rien à la gloire de cette équipée, à la folie de ces hommes, à la grandeur de leur(s) exploit(s). À l'obstination franchement arrogante de leur leader, Georges-Marie Haardt. À l'entêtement très discipliné de cet équipage. À l'obéissance quasi militaire de ces hommes. Gentiment racistes, façon Tintin et Hergé, c'était l'époque. Chapeau mou et cravate pour traverser désert de Gobi ou haute-vallée de l'Hindus. Une époque où, même après des mois d'efforts et de promiscuité, on s'appelait toujours par son nom (et non le prénom), une époque où la dame qui cause dans le GPS n'avait pas encore remplacé le sextant. Et oui, il fallait bien tout cela pour réaliser cet exploit, façon : tout le monde disait que c'était impossible, une équipe d'imbéciles qui ne voulait pas l'entendre a pris le volant et y est arrivée. Mine de rien, le bouquin arrive à fort bien rendre tout cela. La gloire de l'épopée tout comme son irréaliste idéalisme. À notre époque où le Paris-Dakar n'a plus rien de Dakar et où le pari ne fait plus rêver personne, où l'homme ne va plus sur la Lune parce que son porte-monnaie est vide, à notre époque on aime bien rêver à une autre époque, celle où l'on n'avait pas encore tout vu tout fait tout visité. Et puis tiens, puisque les autos Citroën n'ont finalement pas vraiment franchi les ultimes montagnes c'est qu'il reste donc encore aujourd'hui quelques sommets invaincus ! Hardi ! L'épilogue est également une étrange leçon : G-M. Haardt meurt d'une pneumonie à peine arrivé en Chine. Bientôt Citroën sera terrassé par un cancer et les répercussions de la crise de 29. Sic transit ...
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.