Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221248188
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 96
Format : 130 x 197 mm

Les Fables de la Fontanel

À quoi riment nos vies sexuelles ?

Date de parution : 04/06/2020
À quoi riment nos vies sexuelles ?
 
 

La fable de la femme qui voulait que sa bouche ait du génie.
La fable de l’homme qui savait simuler aussi bien qu’une femme.
La fable de la peau de vache qui était cruelle sur Tinder.
La fable du producteur qui croyait vraiment tout possible.
La fable de la femme qui rêvait d’un peu...

La fable de la femme qui voulait que sa bouche ait du génie.
La fable de l’homme qui savait simuler aussi bien qu’une femme.
La fable de la peau de vache qui était cruelle sur Tinder.
La fable du producteur qui croyait vraiment tout possible.
La fable de la femme qui rêvait d’un peu de douceur.
La fable de l’homme qui saoulait tout le monde avec ses clichés.
La fable de la fille qui n’aimait pas qu’on lui présente des garçons.
La fable de l’homme mené par son imprévisible engin.
La fable de la femme qui en avait par-dessus la tête des fantasmes des autres.
La fable de l’homme qui voulait changer ses habitudes.
La fable de la jeune doublée par une vieille.
La fable de l’homme qui se trompait sur les femmes.
La fable de la femme qui voulait rire même au lit.
& autres histoires

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221248188
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 96
Format : 130 x 197 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Emilyvalentine Posté le 9 Septembre 2020
    Des fables ayant comme thème "A quoi riment nos vies sexuelles?". Drôle, léger, coquin, taquin, à lire au second degré même si certaines fables ont des accents de vérité. Celle-ci passe souvent mieux quand elle est exprimée sur le ton de l'humour. Une lecture détente et je n'ai pas boudé mon plaisir ;-). Et, à la manière de Jean de la Fontaine, une morale clôt la plupart des fables: "Un a priori, C'est mixte, comme la connerie" ou encore, "Quand on change d'avis, Il faut parfois changer d'amis" Quelques fables "sans prétention", à lire pour ce qu'elles sont et non pour ce qu'elles devraient être. Belle lecture!
  • unbrindesyboulette Posté le 16 Août 2020
    Nous connaissons tous les fables de La Fontaine avec ses morales. Au 21e#768;me sie#768;cle, nous avons « Les fables de la Fontanel » qui posent la question: a#768; quoi riment nos vies sexuelles? Sophie Fontanel avec strophes, mots, rimes, humour, le#769;ge#768;rete#769;, since#769;rite#769;, ve#769;rite#769; y re#769;pond. Attention, Sophie reste Sophie et sous les airs d’une certaine le#769;ge#768;rete#769;, elle nous fable des ve#769;rite#769;s. Des ve#769;rite#769;s sur les hommes, les femmes, leurs relations, leurs attentes. Et tout y passe de l’homme qui ne tardait a#768; re#769;pondre a#768; la femme qui e#769;tait cruelle sur Tinder. Sophie Fontanel s’est approprie#769;e les fables avec ses rimes et sa morale, et elle le fait avec brio. Depuis toujours, nous savons que Sophie sait manier les mots pour nous livrer des ve#769;rite#769;s en douceur. C’est sa plume et elle a eu l’audace de la prendre, de prendre exemple sur La Fontaine pour nous de#769;lecter d’un petit livre aux couleurs acidule#769;es et douces a#768; la fois comme « Les Fables de la Fontanel »!!!
  • Irenoux Posté le 1 Août 2020
    N'est pas Lafontaine qui veut, mais il faut reconnaître que La Fontanel, S'en sort à merveille, Malgré un sujet épineux. De strophe en strophe De sexe il est question Mais ce n'est pas une catastrophe En compagnie de dame dérision. J'ai passé un bon moment À rire de ces amants. Si vous voulez du bon temps C'est mieux que certains romans.
  • sandraboop Posté le 1 Août 2020
    J'ai souri parfois, certains propos étaient familiers et drôles. Je regrette parfois la "facilité" du style. Certes nous sommes dans la fable et non dans la poésie mais d'autres auteurs ont fait merveille sur la thématique du sexe. Ici c'est gentillet. En tout cas pour une lecture estivale et de courte durée, c'est adapté
  • Josephine2 Posté le 11 Juillet 2020
    Irrévencieux, Malicieux, Espiègle, Coquin, Fables autour du « zizi », Sous toutes ses formes Surtout sur ses performances ou non. Affûter comme un fleuret, Un plaisir folâtre et cocasse. Jubilatoire ! « Tout tout tout, vous saurez tout sur le zizi … » (Pierre PERRET) Extrait : La fable de l’homme qui tardait à répondre En amour parfois il arrive Que l’on use en vain sa salive. Un escargot se savait lent, Il en avait fait une ruse. Dès qu’il fallait être galant, Il avait toujours une excuse Pour expliquer ses manquements. « Moi, je ne suis qu’un escargot… J’ai ma coquille sur le dos… Je suis lent… c’est dans ma nature ! C’est pas de la désinvolture, Je ne le fais pas méchamment ! » Disait à telle camarade Ce grand amateur de salades. Il avançait cet argument, Prenant un peu pour une conne La si câlinante licorne Qu’un Dieu lui avait envoyée. Or, il aurait dû se méfier : Un dieu envoie aux escargots Exactement ce qu’il leur faut, Mais s’ils prennent un peu trop leur temps, Le dieu leur en retire autant. Un jour, celle qui attendait, Qui toute mignonne tendait Sa corne, n’a plus souvenir D’avoir aimé cet escargot : « Pardon, mais nous nous connaissons ? » Ce qu’on appelle une leçon. Et lui : « j’étais ton Hidalgo ! Tu voulais que je te féconde ! » Elle, en réponse : « C’est dur à croire… » Toute la salive du monde Ne rafraîchit pas la mémoire. La morale : Avec... Irrévencieux, Malicieux, Espiègle, Coquin, Fables autour du « zizi », Sous toutes ses formes Surtout sur ses performances ou non. Affûter comme un fleuret, Un plaisir folâtre et cocasse. Jubilatoire ! « Tout tout tout, vous saurez tout sur le zizi … » (Pierre PERRET) Extrait : La fable de l’homme qui tardait à répondre En amour parfois il arrive Que l’on use en vain sa salive. Un escargot se savait lent, Il en avait fait une ruse. Dès qu’il fallait être galant, Il avait toujours une excuse Pour expliquer ses manquements. « Moi, je ne suis qu’un escargot… J’ai ma coquille sur le dos… Je suis lent… c’est dans ma nature ! C’est pas de la désinvolture, Je ne le fais pas méchamment ! » Disait à telle camarade Ce grand amateur de salades. Il avançait cet argument, Prenant un peu pour une conne La si câlinante licorne Qu’un Dieu lui avait envoyée. Or, il aurait dû se méfier : Un dieu envoie aux escargots Exactement ce qu’il leur faut, Mais s’ils prennent un peu trop leur temps, Le dieu leur en retire autant. Un jour, celle qui attendait, Qui toute mignonne tendait Sa corne, n’a plus souvenir D’avoir aimé cet escargot : « Pardon, mais nous nous connaissons ? » Ce qu’on appelle une leçon. Et lui : « j’étais ton Hidalgo ! Tu voulais que je te féconde ! » Elle, en réponse : « C’est dur à croire… » Toute la salive du monde Ne rafraîchit pas la mémoire. La morale : Avec les licornes, Ne jamais dépasser les bornes.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !