Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259205238
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 250
Format : 165 x 250 mm

Les propos sur la peinture du moine Citrouille-Amère

Shitao (traduit par)
Date de parution : 25/01/2007

A la fois manuel de peinture et ouvrage philosophique, ce traité représente une des expressions les plus hautes et les plus complètes de la pensée esthétique chinoise.

En Chine, les peintres se sont principalement recrutés parmi l’élite lettrée ; tout naturellement donc ils ont eux-même beaucoup écrit sur leur art. Le traité sur la peinture dû à Shitao (début du XVIIIe siècle) est apparu presque au terme de cette millénaire tradition de théorie picturale, dont il constitue...

En Chine, les peintres se sont principalement recrutés parmi l’élite lettrée ; tout naturellement donc ils ont eux-même beaucoup écrit sur leur art. Le traité sur la peinture dû à Shitao (début du XVIIIe siècle) est apparu presque au terme de cette millénaire tradition de théorie picturale, dont il constitue tout à la fois une sorte de synthèse et un prodigieux sommet. Ce texte est dense et riche, car il tire sa substance des sources les plus diverses -d’une part, la vaste littérature des peintres, et de l’autre, les classiques de la pensée taoïste, confucéenne et bouddhique- mais il use d’un langage extrêmement précis et rigoureux, comme Pierre Ryckmans le montre dans les commentaires dont il accompagne chacun des dix-huit chapitres de sa traduction. Le traité de Shitao n’offre pas seulement la meilleure des introductions à l’esthétique picturale chinoise ; il présente aussi la méditation originale d’un peintre de génie qui, appuyé sur l’expérience d’une vie, se pose les questions fondamentales : pourquoi peindre ? comment peindre ? Sa réponse éclaire les liens qui unissent la création picturale à la création cosmique, et après avoir inspiré artistes et esthètes chinois, la pensée de Shitao est venue maintenant stimuler la réflexion d’un nombre croissant de lecteurs occidentaux – comme en témoigne l’accueil fait aux premières éditions (maintenant épuisées ) du présent ouvrage.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259205238
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 250
Format : 165 x 250 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bobby_The_Rasta_Lama Posté le 18 Juin 2021
    "L'encre que je pose sur la soie ce matin sent déjà le givre..." (Shitao) L'auteur de ces "Propos sur la peinture", moine, peintre et poète Shitao, est né en 1640 en Chine, comme l'un des nobles descendants de la dynastie Ming, alors encore au pouvoir. Peu après la dynastie est tombée, ses membres en partie assassinés, en partie dispersés par les Mandchous aux quatre coins du pays ; le dernier empereur s'est pendu sur la colline derrière le palais de Pékin. le futur peintre a perdu sa famille, sa carrière, et enfin et surtout son nom, Zhu Ruoji. Depuis, il en a pris plein d'autres... Avec son grand frère, il s'est réfugié dans la sécurité relative d'un monastère bouddhiste, pour devenir moine de la secte zen. Mais c'était un garçon sociable qui aimait la vie, étranger à toutes sortes d'ascétisme. Il disait de lui-même : "l'enseignement ne me parle guère, je ne fais point de quête, je peins et je vends des images". C'était un drôle de moine. Il rencontrait sa grande expérience intérieure et son satori dans des paysages à l'encre de Chine, pour les restituer plus tard dans ce traité sur la peinture. Ces textes datent de la période où il se faisait appeler "moine Citrouille-Amère"... "L'encre que je pose sur la soie ce matin sent déjà le givre..." (Shitao) L'auteur de ces "Propos sur la peinture", moine, peintre et poète Shitao, est né en 1640 en Chine, comme l'un des nobles descendants de la dynastie Ming, alors encore au pouvoir. Peu après la dynastie est tombée, ses membres en partie assassinés, en partie dispersés par les Mandchous aux quatre coins du pays ; le dernier empereur s'est pendu sur la colline derrière le palais de Pékin. le futur peintre a perdu sa famille, sa carrière, et enfin et surtout son nom, Zhu Ruoji. Depuis, il en a pris plein d'autres... Avec son grand frère, il s'est réfugié dans la sécurité relative d'un monastère bouddhiste, pour devenir moine de la secte zen. Mais c'était un garçon sociable qui aimait la vie, étranger à toutes sortes d'ascétisme. Il disait de lui-même : "l'enseignement ne me parle guère, je ne fais point de quête, je peins et je vends des images". C'était un drôle de moine. Il rencontrait sa grande expérience intérieure et son satori dans des paysages à l'encre de Chine, pour les restituer plus tard dans ce traité sur la peinture. Ces textes datent de la période où il se faisait appeler "moine Citrouille-Amère" (il s'agit en fait d'un fruit nommé margose, une sorte de concombre d'un jaune lumineux qui éclate à la maturité pour s'ouvrir sur des graines rouge sang aux multiples vertus, mais très amères). On ne connaît pas leur date exacte (autour de 1670 ?), ils ont été peut-être complétés au fur et à mesure, jusqu'à l'âge avancé de Shitao. Mais quoi qu'il en soit, ils montrent bien l'état d'esprit de l'art chinois sous l'occupation mandchoue, qui a marqué ledit art de façon considérable. Etrangement, ces changements étaient très positifs, surtout en ce qui concerne la libre expression artistique et la calligraphie. Chassés des larges boulevards menant directement à la carrière prévue, les intellectuels chinois étaient forcés de construire de nouveaux chemins là où il n'y en avait pas, ou réparer ceux qui étaient effacés par des années d'oubli. En quittant les codes de la tradition confucianiste, ils se tournent vers le "naturalisme" taoïste et vers l'expérience intérieure du zen. La peinture devient vivante. Ils peuvent délaisser les impératifs imposés de la beauté au profit de la recherche de l'ordre cosmique et de leur propre place dans cet ordre. L'un de ces éternels "retours aux sources", en somme. Et parmi ces vagabonds cosmiques était aussi Shitao, dont les paysages sont aujourd'hui prisés dans les galeries du monde entier (et que je ne découvre que maintenant, ce qui ne fait que confirmer les dires de la Vénérable Citrouille que la vie est un apprentissage sans fin). Ces "propos" sont à la fois spirituels et très techniques, même si de nos jours, nous sommes habitués à une toute autre sorte de "manuels" (de préférence illustrés, dont le précurseur est le célèbre Hokusai). La question de la méthode est presque aussi ancienne que l'art lui-même, et pourtant, elle n'a jamais perdu de son actualité. La recherche de la méthode sera toujours "moderne", car même le plus grand des dons ne dispense pas l'artiste du devoir de maîtriser sa technique et de chercher à l'améliorer en permanence. le peintre et moine Shitao aimait par-dessus tout la liberté d'expression et la suprématie des "naturellement doués", mais il n'oublie jamais de rappeler que "la Nature offre à l'homme seulement autant de talent qu'il est prêt à accepter, préparé à cela par son éducation et par sa culture". Il faut dire que sa propre expérience esthétique a grandi sur le terreau frais et particulièrement fertile d'une grande tradition poétique et picturale, sinon elle ne pourrait pas exister. Le livre contient 18 courts textes divisés en cercles thématiques, et il est accompagné d'un commentaire fourni et formidablement instructif de Simon Leys, pour ceux qui veulent aller plus loin dans la compréhension de la philosophie et des procédés de l'art Made in China sous la dynastie Qing. 5/5, davantage pour cet ensemble réussi que pour le texte seul. Pour paraphraser ce cher moine, lui-même représente le Pinceau, tandis que le traducteur Leys est l'Encre... et grâce à la parfaite harmonie des deux, le livre peut apporter au lecteur le satori espéré.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeChameauBleu Posté le 1 Janvier 2020
    Un classique de la littérature chinois sur la calligraphie et la peinture chinoise. Cette édition est très appréciable car le texte de base en soi est très court, mais il est suivi par de longues explications à la fin de chaque chapitre qui permettent de mieux appréhender l'esthétique de`cet art et de s'en imprégner. Il n'a pas besoin d'être lu d'une traite, bien au contraire, on peut tout à fait lire un chapitre et le laisser de côté pendant quelque semaines. C'est une sorte de livre de chevet ou de guide lorsqu'on se lance dans la calligraphie.
  • lezardbavard Posté le 23 Avril 2014
    Véritable traité de l'art pictural chinois, cette synthèse historique écrite par Shitao, vers 1720, est d'une concision qui en fait, autant qu'un art de peindre, une voie spirituelle (tant, d'ailleurs, sont liés recherche spirituelle et art); principes qui peuvent tout aussi bien s'appliquer à l'écriture poétique... Le travail de traduction et de présentation de Pierre Ryckmans, alias Simon Leys, sont admirables; les notes, indispensables et passionnantes, sont en elles-mêmes une véritable introduction à la philosophie chinoise, notamment taoïste. Bref, un livre de toute première importance.
  • meyeleb Posté le 25 Août 2011
    Cité par Fabienne Verdier, dans Passagère du Silence, je voulais voir par moi-même quel était cet ouvrage, référence parmi les références, susceptible d'ouvrir l'esprit aux secrets de l'art pictural chinois. Derrière ce pseudonyme "citrouille amère" se cache le fameux Shitao, peintre chinois ayant vécu sous la dynastie Qing. Une lecture ardue, mais très intéressante, qui nécessiterait dans le même temps une initiation aux techniques de la peinture chinoise afin de mieux en saisir les subtilités.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…