Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258116719
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 720
Format : 160 x 210 mm

Les Voix de Compostelle

De saint Augustin à Jean-Christophe Rufin

Date de parution : 15/05/2015
De saint Augustin à Jean-Christophe Rufin, d'Aymery Picaud à Alix de Saint-André en passant par Shirley McLaine et Garcia Lorca, 60 textes réunis pour un livre incontournable, guide de randonnée en même temps que pèlerinage littéraire et spirituel.

Ils ont été des milliers, chaque année depuis le Moyen Age, à répondre à la voix de Compostelle. Et chaque année depuis le Moyen Age, il s'en trouve un ou deux pour raconter, étonnés d'avoir eu le courage d'aller jusqu'au bout, anxieux de transmettre les petits secrets du chemin et leur découverte...

Ils ont été des milliers, chaque année depuis le Moyen Age, à répondre à la voix de Compostelle. Et chaque année depuis le Moyen Age, il s'en trouve un ou deux pour raconter, étonnés d'avoir eu le courage d'aller jusqu'au bout, anxieux de transmettre les petits secrets du chemin et leur découverte du grand mystère. Leur voix est pleine de poésie, ou bien d'humour, d'autodérision ou de sagesse. Antoine de Baecque, à la fois historien et randonneur, les a réunies pour qu'elles composent, toutes ensemble, un guide pratique et spirituel destiné à tous les amateurs de randonnée, pèlerins d'un jour ou d'un mois.
Au sommaire, 60 textes réunis, présentés par Antoine de Baecque.

  • Guides des chemins de Compostelle
  • Récits et témoignages des pèlerins
  • Variations sur un triomphe pédestre: chants, fictions, poèmes...

 
 

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258116719
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 720
Format : 160 x 210 mm

Ils en parlent

« riche anthologie ».
 
La Croix

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gabriel75 Posté le 22 Juin 2019
    Livre très intéressant qui offre une compilation d'écrits du XIème au XXIème siècle sur le pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle : les textes qui se sont intéressés à la naissance de la légende de la découverte du tombeau de Saint Jacques ; ceux des pélerins qui racontent leur démarche.
  • Floccus Posté le 15 Juin 2015
    "Du moins cette rhétorique de l'effort récompensé par la grâce - ou par la connaissance de soi - jette-t-elle sur le chemin des milliers de marcheurs, ce qui est plus inoffensif que les croisades ou les conquêtes longtemps menées au nom de Saint Jacques, l'apôtre matamore." (VIII) Le volume est beau, drapé d'un rouge moyenâgeux et de graphismes aux allures d'enluminures. L'introduction constitue un excellent condensé de tout ce qui se trouve dans le livre. Après lecture, on peut piochez à sa guise dans le reste du volume. J'ai parcouru tous les en-têtes, plongé dans les textes selon mes affinités. Historiques, ethnologiques, artistiques, tous les aspects du Chemin sont évoqués. La recherche est fouillée et ne se résume pas à un simple collage à vertu commerciale. Le point de vue est aiguisé, ouvert, lucide. Survolant les considérations religieuses, je me suis plus attardée sur la genèse, "l'invention d'une tradition pèlerine" montée de toutes pièces et portée par des intentions plus politiques et belliqueuses que spirituelle... Les descriptions des routes fréquentées par toutes sortes d'escrocs, de prostituées, de pique-assiettes et de marchands de reliques sont elles aussi savoureuses. "Car il ne faut pas oublier qu'à des époques de grandes dépravations, de crimes publics, de déprédations et... "Du moins cette rhétorique de l'effort récompensé par la grâce - ou par la connaissance de soi - jette-t-elle sur le chemin des milliers de marcheurs, ce qui est plus inoffensif que les croisades ou les conquêtes longtemps menées au nom de Saint Jacques, l'apôtre matamore." (VIII) Le volume est beau, drapé d'un rouge moyenâgeux et de graphismes aux allures d'enluminures. L'introduction constitue un excellent condensé de tout ce qui se trouve dans le livre. Après lecture, on peut piochez à sa guise dans le reste du volume. J'ai parcouru tous les en-têtes, plongé dans les textes selon mes affinités. Historiques, ethnologiques, artistiques, tous les aspects du Chemin sont évoqués. La recherche est fouillée et ne se résume pas à un simple collage à vertu commerciale. Le point de vue est aiguisé, ouvert, lucide. Survolant les considérations religieuses, je me suis plus attardée sur la genèse, "l'invention d'une tradition pèlerine" montée de toutes pièces et portée par des intentions plus politiques et belliqueuses que spirituelle... Les descriptions des routes fréquentées par toutes sortes d'escrocs, de prostituées, de pique-assiettes et de marchands de reliques sont elles aussi savoureuses. "Car il ne faut pas oublier qu'à des époques de grandes dépravations, de crimes publics, de déprédations et de meurtres, beaucoup de coupables se faisaient pèlerins pour aller au loin réparer leurs fautes et leurs crimes. Ils auraient rougi de reconnaître et d'expier leur coupable passé devant leurs proches et leurs concitoyens, alors ils aimaient mieux courir le monde et s'exposer dans un but de pénitence aux fatigues et aux dangers, parfois très graves, d'une lointain pèlerinage. [...] Il y avait même des fautes qui ne pouvaient s'expier que par un pèlerinage perpétuel." (121) S'il y a un texte à retenir, c'est celui, corrosif, de Denise Péricard et Louis Mollaret, qui pourfend bien des mythes et remet les points sur les i quant aux tractations qui ont permis le succès que connaît le pèlerinage de nos jours. Ypassaientparlà... Dans la deuxième partie, on découvre que le pèlerin instruit affectionnait de rédiger un carnet de voyage, et ce dès le XVe siècle. On rencontre celui qui, en 1456, s'est ennuyé et "aurait aimé guerroyer contre les Maures", mais a ramené de petites aquarelles de lui-même en guise de photo souvenir. Ou encore celui qui, en 1488, trouve qu'en Espagne il n'y a pas "de lieux d'aisances car, en ce pays, ils font leurs nécessités partout, cela est fort infâme." J'ai trouvé dommage que ne soient ciblés quasiment que des récits se rapportant au passage des Pyrénées, à Saint-Jean-Pied-de-Port, au col de Roncevaux. Je comprend la démarche qui vise à mettre en parallèle différentes époques, diverses expériences, mais l'exercice est répétitif. Ayant peu goûté la prose catholique, j'ai retrouvé le bonheur littéraire aux côtés de David Lodge, son humour, ses auberges pleines de "randonneurs aux genoux poilus". Si j'avais encore quelques doutes, voilà qui m'aura définitivement convaincue de ne jamais m'engager sur les chemins de Compostelle ! Tous ces cerveaux remplis de questionnements sur eux-mêmes, de motivations religieuses ou civilisationnelles ne valent pas mes chemins de campagne ou de causses, leurs fleurs, leurs chants d'oiseaux, leurs insectes. Car il manque bien un point de vue dans le foisonnement : celui du marcheur humble, du naturaliste attentif, qui n'est que de passage et qui sait que même si le bipède poilu disparaît, la Terre poursuivra sa route et son évolution... (personnellement, le singe éteint, je mise sur l'émergence de la pieuvre à neuf cerveaux...)
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.